[Vrin-Nouveauté] Autour d’Emmanuel Levinas

 

 

 

 

[Vrin-Nouveauté] Autour d’Emmanuel Levinas

 


bannierevrin
Autour d’Emmanuel Levinas

À l’occasion de la parution du livre de Sophie Nordmann, Levinas et la philosophie judéo-allemande, nous vous présentons les textes et études consacrées à Levinas.

Sophie Nordmann
Levinas et la philosophie judéo-allemande
Vrin, collection « Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie »
978-2-7116-2723-3, 184 p., 13,5 × 21,5 cm, 19 €.
En explorant les sources judéo-allemandes de l’œuvre d’Emmanuel Levinas, Sophie Nordmann met en évidence un motif récurrent chez les grandes figures de la philosophie juive contemporaine que sont Hermann Cohen, Franz Rosenzweig, Martin Buber, Gershom Scholem et Emmanuel Levinas lui-même.
Pour chacun d’eux, elle montre que c’est par le recours aux sources juives qu’ils sortent de l’impasse philosophique dans laquelle ils sont pris – celle de la contradiction interne à l’éthique pour Cohen, celle du présupposé du « Tout pensable » pour Rosenzweig, celle de l’hégémonie du Cela pour Buber, celle de la conception linéaire de l’histoire pour Scholem, celle de l’enfermement dans l’être pour Levinas – et donnent corps à un projet philosophique inédit.
En retour, les interprétations philosophiques qu’ils nous livrent éclairent la richesse de la tradition juive sous de multiples aspects : le monothéisme chez Cohen, le judaïsme biblique chez Rosenzweig, le hassidisme chez Buber, la Kabbale chez Scholem, le Talmud chez Levinas.
Cet ouvrage enrichit et renouvelle l’interprétation de ces auteurs, en dégageant le rôle moteur que joue, chez chacun d’eux, la référence aux sources juives. Il contribue ainsi à une réflexion plus générale sur les implications d’un recours philosophique à des sources religieuses, ici celles du judaïsme.

Sophie Nordmann enseigne la philosophie à l’École Pratique des Hautes Études.

Consulter la table des matières de l’ouvrage.

Sophie Nordmann a présenté son livre lors de l’émission Répliques d’Alain Finkielkraut sur France Culture, le 1er avril. Vous pouvez réécouter cette émission en podcast en cliquant sur le lien suivant :
[Sophie Nordmann dans l’émission Répliques du 1er avril].

Nordmann
Commander
Danielle Cohen-Levinas et Alexander Schnell (éd.)
Relire Autrement qu’être ou au-delà de l’essence
Vrin, collection « Problèmes & Controverses »
978-2-7116-2724-0, 288 p., 11 × 18 cm, 28 €.
Relire Autrement

Commander

Dans la continuité de l’ouvrage Relire Totalité et infini, ce livre se consacre à la lecture et à l’interprétation d’Autrement qu’être ou au-delà de l’essence (1974). Emmanuel Levinas y radicalise sa pensée par rapport à Totalité et infini (1961) en déplaçant l’accent sur la question de la diachronie du temps et en montrant comment l’humain est travaillé par une intelligibilité immémoriale qui n’appartient plus à l’ordre de la manifestation et qui n’est plus commandée par la question de l’être constituable par la conscience.
Si l’on y retrouve des thèmes chers au philosophe déjà abordés dans sa thèse de doctorat, ces derniers sont comme hyperbolisés. Levinas reprend le fil de sa réflexion sur la diachronie du temps, qui n’est plus récupérable dans la patience du concept. Le présent de la conscience porte toujours la trace d’un événement déjà passé, en se situant dans un temps plus ancien que tout passé remémorable. La figure éthique de la subjectivité porte la trace de cet événement irrattrapable.
Comment dès lors penser l’articulation entre immanence et transcendance, entre essence et autrement qu’être, entre l’assignation à la responsabilité et l’exigence de justice, entre l’exposition à l’autre et l’inspiration par l’autre, entre le Dire et le Dit ?

Ont collaboré à ce volume : S. Bancalari, J. Benoist, J. Bierhanzl, D. Brézis, D. Cohen-Levinas, J. Colette, J.-F. Courtine, N. Depraz, S. Facioni, E. Ferrario, N. Garrere-Tolbert, F. Guibal, R. Moati, K. Novotný, A. Schnell, L. Tengelyi, J. Watin-Augouard.

Consulter la table des matières de l’ouvrage.

Danielle Cohen-Levinas et Alexander Schnell (éd.)
Relire Totalité et infini d’Emmanuel Levinas
Vrin, collection « Problèmes & Controverses »
978-2-7116-2567-3, 196 p., 13,5 × 21,5 cm, 20 €.
Les recherches lévinassiennes ont connu durant ces deux dernières décennies un essor considérable. Si les grands travaux sur Levinas, ayant fait date, se sont principalement focalisés sur Autrement qu’être ou au-delà de l’essence, il est opportun, plus d’un demi-siècle après sa parution, d’attirer une nouvelle fois, après « Violence et métaphysique » de Derrida, le regard analytique et critique sur ce premier chef d’œuvre de Levinas. L’un des enjeux du présent ouvrage est de le replacer dans son contexte, en particulier dans ses sources phénoménologiques.
Il s’agit d’interroger tant le débat avec Husserl à propos de l’intentionnalité (et ses soubassements éventuellement pré-intentionnels, voire non-intentionnels), que celui avec Heidegger sur le statut « ekstatique » et « transcendant » de l’« existant » (humain), mettant en jeu le rapport à autrui.
Les textes réunis dans ce volume mettent également en évidence le caractère irréductible de cette pensée animée par une exigence éthique et témoignent du processus de libération effective en provenance d’autrui conduisant vers une signification eschatologique et prophétique du temps et de l’avenir.
Aussi ce collectif rassemble-t-il des chercheurs nationaux et internationaux qui sont ou bien des spécialistes de la phénoménologie ou bien se sont inspirés des mêmes sources – phénoménologiques ou non phénoménologiques. Il s’agit à la fois de revenir sur les contributions fondamentales de cet ouvrage difficile à la philosophie française de la seconde moitié du vingtième siècle et d’inscrire ces contributions dans le débat contemporain.

Ont collaboré à ce volume : D. Arbib, J. Benoist, D. Brezis, Ph. Capelle-Dumont, D. Cohen-Levinas, E. Housset, J.-L. Marion, R. Moati, A. Schnell, T. Tengelyi, F.-D. Sebbah.

Consulter la table des matières de l’ouvrage.

Relire

Commander

Alexander Schnell
En face de l’extériorité
Levinas et la question de la subjectivité
Vrin, collection « Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie – Poche »
978-2-7116-2323-5, 244 p., 11 × 18 cm, 12 €.
Schnell

Commander

Levinas a cherché à ériger l’éthique en « philosophie première ». Comment ce projet est-il conciliable avec la méthode phénoménologique dont il s’est toujours inspiré et dont il est resté tributaire tout au long de sa vie ?
L’auteur essaie d’y répondre en mettant en évidence ce qu’il appelle une phénoménologie « sans phénoménalité ». Celle-ci s’inscrit expressément dans la tradition de la phénoménologie transcendantale que Levinas prolonge et actualise en promouvant un concept inédit du transcendantal (conçu comme « conditionnement mutuel du constituant et du constitué »). Au sommet de cette phénoménologie est l’« épiphanie du visage », manifestation d’une altérité radicale qui confère le sens à l’apparaissant sur un mode non intentionnel et non phénoménal. C’est autour du visage que s’articulent les « catégories » fondamentales de son parcours : jouissance, demeure, possession, féminité, amour, érotisme, fécondité, etc.
Le présent ouvrage qui s’appuie essentiellement sur le premier chef d’œuvre de Levinas (Totalité et infini) tente d’éclaircir ces concepts, tout en exposant les idées directrices de la philosophie lévinassienne de la subjectivité, de la transcendance, du langage, du temps et de la vérité.

Alexander Schnell est maître de conférences d’histoire de la philosophie contemporaine à l’Université de Paris-Sorbonne.

Consulter la table des matières de l’ouvrage.

Mylène Botbol-Baum et Anne-Marie Roviello (dir.)
Arrachement et évasion
Levinas et Arendt face à l’histoire
Vrin, collection « Annales de l’institut de philosophie de l’université de Bruxelles »
978-2-7116-2498-0, 190 p., 13,5 × 21,5 cm, 18 €.
Étonnante rencontre que celle de Levinas avec Arendt. Pourquoi vouloir faire dialoguer aujourd’hui des pensées si différentes ? Pour l’un comme pour l’autre, penser suppose un arrachement, une évasion : un désensorcellement de ce qui est. Non pas contre une supposée « nature » déterministe, mais à partir de ce qui demeure notre condition, la condition de notre liberté : le corps, le temps, le monde comme monde commun, la transcendance de l’autre.
Ce volume parcourt, selon des tracés différents, le cheminement suivi par Arendt et par Levinas pour retisser une visée de l’universel, qui, tout en intégrant les droits humains fondamentaux, ne se contente pas de l’abstraction du discours « droits-de-l’hommiste ». Les auteurs interrogent ces deux grandes figures de la pensée contemporaine qui redonnent sa place à une subjectivité d’avant le sujet, à une spontanéité d’avant la liberté discrétionnaire.
Arendt comme Levinas visent un dépassement du fatum de la violence grâce à cet universel inchoatif qu’est l’expérience de l’altérité, de la pluralité, de l’histoire. De cette expérience humaine fondamentale émerge une responsabilité éthique et politique reprenant l’injonction à la justice, non dans l’évasion hors du monde, mais bien dans une responsabilité pour le monde qui s’éveille d’abord à elle-même comme désir charnel de ce monde, abri fragile de l’humanité

Ont participé à ce volume : M. Botbol-Baum, F. Ciaramelli, F. Collin, W. Heuer, R. Legros, M. Leibovici, A.-M. Roviello, Y. Tonaki et A. Topolski.

Consulter la table des matières de l’ouvrage.

Roviello

Commander

Nous vous rappelons également les textes d’Emmanuel Levinas publiés aux Éditions Vrin :
Emmanuel Levinas
Théorie de l’intuition dans la phénoménologie de Husserl
Vrin, collection « Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie »
978-2-7116-0490-6, 224 p., 13,5 × 21,5 cm, 24 €.
Théorie

Commander

Cette étude d’Emmanuel Levinas, parue en 1930, un an avant la traduction des Méditations cartésiennes, fut l’une des premières à faire connaître en France les notions fondamentales de la philosophie de Husserl. Elle expose la théorie phénoménologique de l’intuition, prise comme théorie de la vérité. La vérité est l’apparaître des choses mêmes par delà les images et les mots. En ce sens, la phénoménologie se veut le retour de la philosophie aux choses mêmes.
Les analyses d’Emmanuel Levinas qu’on trouvera dans le présent volume, et qui sont devenues aujourd’hui classiques, portent sur les ouvrages publiés du vivant du Husserl. Mais elles jetent une lumière vive sur les œuvres posthumes du philosophe et elles sont un indispensable outil à la compréhension de la pensée contemporaine, encore marquée par l’héritage phénoménologique.
Emmanuel Levinas
De l’existence à l’existant
Vrin, collection « Bibliothèque des Textes Philosophiques – Poche  »
978-2-7116-0489-0, 152 p., 11 × 18 cm, 10 €.
Une négation qui se voudrait absolue, mais niant tout existant -jusqu’à l’existant qu’est la pensée effectuant cette négation même- ne saurait mettre fin à la « scène » toujours ouverte de l’être, de l’être au sens verbal : être anonyme qu’aucun étant ne revendique, être sans étants ou sans êtres, incessant « remue-ménage », pour reprendre une métaphore de Blanchot, il y a impersonnel, comme un « il pleut » ou un « il fait nuit ».
Terme foncièrement distinct du « es gibt » heideggerien. Il n’a jamais été ni la traduction, ni la démarque de l’expression allemande et de ses connotations d’abondance et de générosité. Il faut insister sur le caractère désertique, obsédant et horrible de l’il y a et sur son inhumaine neutralité.

Consulter la table des matières de l’ouvrage.

De l'existence à l'existant

Commander

Emmanuel Levinas
En découvrant l’existence avec Husserl et Heidegger
Vrin, collection « Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie – Poche »
978-2-7116-1491-2, 336 p., 11 × 18 cm, 12 €.
En découvrant l'existence

Commander

Les études réunies dans cet ouvrage reflètent la première rencontre avec la phénoménologie et attestent les espoirs des premières découvertes. Quelques textes récents sur Husserl ont été ajoutés à la présente édition, sous le titre de « commentaires nouveaux ». Elles traduisent une réflexion retournant fréquemment à l’œuvre husserlienne pour y chercher des inspirations, même quand elle s’en sépare. Les notions husserliennes d’intentionnalité et de sensibilité nous semblent offrir des possibilités encore irréalisées.
Ces recherches ont enfin rendu possibles quelques autres essais sur lesquels se termine le présent recueil. Ce sont les « Raccourcis », projets de cheminements plus sinueux.

Consulter la table des matières de l’ouvrage.

Emmanuel Levinas
De Dieu qui vient à l’idée
Vrin, collection « Bibliothèque des Textes Philosophiques – Poche  »
978-2-7116-1120-1, 272 p., 11 × 18 cm, 10 €.
Qu’est-ce qui peut venir à l’idée qui n’y soit pas déjà, en quelque façon, contenu, ou qui ne soit pas déjà à la mesure de l’idée ? Ne faudrait-il pas, pour rendre pensable l’absolu – pour trouver un sens à Dieu – contester que la pensée soit coextensive à la conscience en guise d’un savoir toujours corrélatif de l’être et, dès lors, que la philosophie coïncide avec l’ontologie ?
Ce livre essaie de suggérer que le sens signifie non pas exclusivement sous la figure de signifiants – choses, signes, mots – renvoyant à des signifiés ; qu’il signifie, plus anciennement, à partir du visage humain, comme quand on dit signifier un ordre ou ordonner. Signifiance originelle du visage perçant sans cesse ses formes plastiques et représentées qui sans cesse se referme sur la voix silencieuse ou inouïe du commandement signifié !
Eveil et dévotion suscités en guise d’un moi libéré de soi, libéré pour le prochain, même si l’on s’obstine à n’y trouver que représentation et conscience de soi.
De Dieu
Commander
Cet email a été envoyé à brandenburg.olivier@gmail.com, cliquez ici pour vous désabonner.

twitter  facebook

Copyright © 2017
Librairie Philosophique J. VRIN – 6, place de la Sorbonne, 75005 Paris
SARL au capital


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s