Editions Dominique Martin Morin Bref Historique 1967 – 2010

BnF

Editions Dominique Martin Morin

Bref Historique 1967 – 2010

Il y eut Martin Morin, imprimeur et libraire à Rouen, mort vers 1520. Il est établi que l’imprimerie fut importée à Rouen une génération environ après son invention. Ce fut l’oeuvre de quelques jeunes hommes patronnés par la famille Lallemant qui leur donna les moyens d’apprendre le métier puis de l’exercer. Parmi eux, le plus célèbre fut Martin Morin, homme loyal et inventif. L’imprimerie rouennaise lui dut une notoriété qui semble s’être maintenue jusqu’à la Révolution.
Après avoir travaillé pendant plusieurs années pour le compte de bienfaiteurs, il s’installe comme imprimeurlibraire à l’enseigne de Saint-Eustache, devant le prieuré Saint-Lô. Il doit sa renommée à l’emploi d’une gothique très fine, à la qualité du papier, et à une savante répartition du texte, des blancs et des gravures sur bois souvent décorées à la gouache selon un usage repris des manuscrits. En 1507, il fait usage du caractère « rond », venu d’Italie – celui que nous appelons « romain » –, pour imprimer l’Éloge de Frédéric Le Vicomte, puis il revient au caractère gothique. Martin Morin a publié principalement des coutumiers et des ouvrages religieux: on considère généralement que son chef-d’oeuvre est le somptueux Missale secundum usum insignis ecclesiæ Rothomagensis, réalisé en 1499 aux frais du libraire Jean Richard.
La réputation de Martin Morin fut assez grande pour que le diocèse de Salisbury lui confie la réalisation de son missel. On trouve son nom comme imprimeur jusqu’en 1518.


Deux pages d’ouvrages du prédicateur normand Nicolas Denyse ou Denisse,
imprimés par Martin Morin en 1508-1509.

Pour l’essentiel, les renseignements donnés ici sur Martin Morin sont tirés d’une monographie intitulée De l’Imprimerie et de la Librairie à Rouen, dans les XVe et XVIe siècles, et de Martin Morin, célèbre imprimeur rouennais; par Éd. Frère.
Cette monographie porte des indications suivantes: • Se vend à Rouen, à la librairie d’Auguste Le Brument, quai de Paris, près le Pont suspendu. M. DCCC. XLIII.
• Cet opuscule, imprimé à Rouen, chez A. Péron, rue de la Vicomté, 55, n’a été tiré qu’à 150 exemplaires.

Il y eut Dominique Morin, rouennais lui aussi, mort en 1970. En 1947, il entra en qualité de secrétaire d’édition chez Boivin, maison installée rue Palatine à Paris, où il resta jusqu’à sa fermeture en 1952. À la même époque, il fréquentait le salon de Daniel Halévy et les Amitiés françaises, ce qui lui permit d’approcher le général Weygand puis de travailler avec lui.
Aux éditions Boivin, il créa et dirigea avec René Wittmann la collection Vocation de la France, malheureusement vite interrompue après le quatrième volume par la fermeture de la maison. La collection comportait alors quatre titres: L’Architecture française par Louis Hautecoeur, Forces de la France par le général Weygand, Saints de France par Henri Pourrat, L’industrie française par C.-J. Gignoux.


Chez le général Weygand, avenue de Friedland, à Paris,
lors de la signature du service de presse de Forces de la France (1950).


Couverture du dernier livre de la collection
Vocation de la France (1952).


Chez Henri Charlier, examen de la maquette du Chemin de Croix
(Mesnil-Saint-Loup, 1969).

En 1958, il devint chef de fabrication aux éditions du Cerf et l’artisan de plusieurs grandes réalisations typographiques, notamment la version de lutrin de la Bible de Jérusalem, et le Livre des morts des Égyptiens, qui reçut le prix Alpha. À partir de 1962, il publia d’autre part, Sous la marque de Martin Morin qu’il avait relevée, une quinzaine de plaquettes à la typographie très soignée, sur des papiers de belle qualité, et aussi quelques livres.
L’Atelier d’art graphique Dominique Morin a été enregistré au Répertoire des métiers de Paris en janvier 1969 (radié en octobre 1971). On peut cependant dater du mois de décembre 1967 la naissance de sa maison, lorsque parut le premier livre « sous la marque de Martin Morin »: Le chant grégorien par Henri Charlier et André Charlier.
On trouvera ci-après, une liste chronologique des publications de Dominique Morin. Cette liste, qui n’est peut-être pas exhaustive, ne mentionne que les travaux publiés « Sous la marque de Martin Morin ». Mais Dominique Morin a été aussi le maquettiste d’autres travaux, par exemple le Poème acrostiche sur la femme parfaite (extrait du Livre des Proverbes), réalisé en 1967 pour les Presses Saint-Augustin.

Afin d’honorer la mémoire de Martin Morin et de Dominique Morin, il y a, depuis 1971, les éditions Dominique Martin Morin, installées d’abord à Jarzé dans le Maine-et-Loire, puis en 1978 à Bouère en Mayenne et, depuis le mois de mai 2011, à Poitiers.


Première page d’une brochure de l’Atelier d’art graphique
Sous la marque de Martin Morin (1966).

Publications de Dominique Morin
Sous la Marque de Martin Morin

1962
1462-1962 – Sous la marque de Maître Martin Morin

1963
Maximes pour le gouvernement de soi et des autres

1964
Joseph Roumanille: Le médecin de Cucugnan
Xavier Vallat: Le Noël de la Fidélité 1965
Louis Aguettant: La lecture
Paul Auphan: Weygand soldat chrétien
André Charlier: L’esprit de pauvreté


Page de départ de L’Esprit de Pauvreté, écrit par André Charlier et illustré par Henri Charlier.
Maquette originale de Dominique Morin (décembre 1965).

1966
Pie XII: La vocation de la France & Jeanne et la Cathédrale
Jean Madiran: Pius Maurras
André Robinne: La Place du Vieux-Marché de Rouen 1431-1966

1967
Henri et André Charlier: Le chant grégorien
Jules Lemaître: L’école des Rois

1968
Marcel Clément: Lettre au général de Gaulle
Père Emmanuel: Lettres à une mère sur la foi
Père Emmanuel: Catéchisme des plus petits enfants

1968
Henri Pourrat: La véritable histoire de la France

1969
Hubert Calvet: Étoile du matin
Henri Charlier: Le chemin de croix
Père Emmanuel: Catéchisme de la famille chrétienne
Marie-Claire Gousseau: Qu’est-ce que la culture?
Marcel Pagnol: Cantini
Joseph Thérol: C’était Jeanne la Pucelle

1970
Fustel de Coulanges: Saint Louis et le prestige de la royauté
Aucune de ces publications n’est plus dans le commerce.

La librairie

Publicités