Fides.org: Lettre d’information du 16-12-2016

Organe d’information des Oeuvres Pontificales Missionnaries depuis 1927

Lettre d’information du16-12-2016

AFRIQUE/GHANA – Déclaration de la Conférence épiscopale après les élections

AFRIQUE/RD CONGO – Restrictions sur les réseaux sociaux à l’approche de l’échéance du mandat du Président Kabila

ASIE/PHILIPPINES – Noël sans les musulmans à Mindanao, un retour en arrière

ASIE/MYANMAR – Jeûne et prière en vue d’une Année de la Paix

ASIE/SYRIE – Commentaires du Directeur de l’hôpital catholique après la suspension de l’évacuation de l’est d’Alep

AMERIQUE/HONDURAS – La fréquentation de l’école, un risque pour la sécurité de deux enfants sur trois

AMERIQUE/MEXIQUE – Vidéo d’un enfant fouillant les détritus à la recherche de nourriture

OCEANIE/TAHITI – Nomination de l’Archevêque de Papeete

News

AFRIQUE/GHANA – Déclaration de la Conférence épiscopale après les élections

Accra (Agence Fides) – « Le résultat des élections constitue une victoire pour le Ghana et pas seulement pour tel ou tel parti politique. Nous devons par suite rallumer l’esprit de l’unité nationale et faire aller de l’avant notre bien-aimé pays, le Ghana » : c’est ce qu’affirme une déclaration de la Conférence épiscopale du Ghana (GCBC) signée par son Président, S.Exc. Mgr Philip Naameh, Archevêque de Tamale.
La GCBC se félicite du comportement et de la maturité dont les ghanéens ont fait preuve dans le cadre des élections présidentielles et législatives du 7 décembre. « Les élections ont été parmi les plus pacifiques et les plus réussies que le pays ait jamais connues, une entreprise qui a fait une nouvelle fois du Ghana un phare lumineux de la démocratie en Afrique et dans le reste du monde ».
Le communiqué de la GCBC loue le Président sortant, John Dramani Mahama, pour avoir fait preuve d’une maturité d’homme d’Etat en reconnaissant immédiatement sa défaite et la victoire du Président élu, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo. Les Evêques se sont en outre félicités avec la Commission électorale, qui a démontré d’avoir été à la hauteur de sa mission et d’avoir organisé des élections crédibles, transparentes, libres et justes, tout comme avec le Conseil national de la paix, les agences de sécurité, la magistrature, les organisations de la société civile, les organisations religieuses, les moyens de communication et les observateurs internationaux pour leur inestimable contribution au succès du scrutin. La GCBC souhaite un passage des pouvoirs serein et transparent entre le Président sortant et son successeur.
La Conférence épiscopale invite les partis politiques qui ont commis des actes de vandalisme à l’encontre de biens, publics et privés, et des agressions à l’encontre de personnes considérées comme leurs opposants, à abandonner de telles attitudes illégales, invitant les agences de sécurité à faire respecter les lois du pays et à garantir la sécurité de la vie et de la sécurité des ghanéens. (A.A.) (L.M.) (Agence Fides 16/12/2016)
top^

AFRIQUE/RD CONGO – Restrictions sur les réseaux sociaux à l’approche de l’échéance du mandat du Président Kabila

Kinshasa (Agence Fides) – Alors que se poursuit la médiation des Evêques visant à trouver une solution à l’impasse politique dans laquelle se trouve la République démocratique du Congo (voir Fides 12/12/2016), les autorités de Kinshasa se préparent à affronter les manifestations annoncées par l’opposition liée à Étienne Tshisekedi au moment de l’échéance du second et dernier mandat du Président sortant, Joseph Kabila, à savoir le 19 décembre à minuit.
Ces jours derniers, avait été décidée la suspension du championnat de football afin d’éviter que les manifestations sportives ne soient transformées en protestations politiques. Maintenant, le gouvernement central a décrété le filtrage ou l’interdiction d’accès aux réseaux sociaux à compter du Dimanche 18 décembre. L’ordonnance impose aux opérateurs Internet locaux le blocage temporaire de tout échange d’images, de vidéo et de messages vocaux au travers d’applications telles que Facebook, Whatsapp, Twitter, Skype, Google+ etc..
Simultanément, les autorités de la province du Kasai oriental, fief électoral de l’opposition et lieu d’origine d’Étienne Tshisekedi, ont imposé l’interdiction aux radios et télévisions locales de transmette des programmes à caractère politique.
De son côté, Human Rights Watch (HRW) a lancé l’alarme en affirmant craindre que la RDC ne sombre dans une spirale de violence politique si J. Kabila ne devait pas quitter le pouvoir à l’échéance de son mandat. (L.M.) (Agence Fides 16/12/2016)
top^

ASIE/PHILIPPINES – Noël sans les musulmans à Mindanao, un retour en arrière

Zamboanga (Agence Fides) – « Dans certaines parties des Philippines, et en particulier à Mindanao, certains responsables musulmans ont découragé leurs fidèles de s’unir aux chrétiens à l’occasion de la célébration de Noël. Il s’agit là d’un signal alarmant. Dans le même temps, les bons musulmans et les bons chrétiens souffrent à cause de cette approche radicale du rapport entre musulmans et chrétiens. Celle-ci modifie la traditionnelle modalité de célébration commune des plus importantes festivités religieuses et le partage de la joie d’un spécifique groupe religieux ». Tel est le cri d’alarme lancé à l’Agence Fides par le mouvement pour le dialogue islamo-chrétien Silsilah, présent à Zamboanga del Sur (Mindanao), dans le sud des Philippines et lancé voici trente ans par le Père Sebastiano D’Ambra, PIME.
Dans une note envoyée à Fides, le mouvement rappelle la longue tradition de dialogue interreligieux, sur la base de laquelle « les chrétiens envoient un message aux musulmans à l’occasion du ramadan et ces derniers l’envoient aux chrétiens à l’occasion de l’Avent et de Noël ». Telle est la raison pour laquelle le mouvement Silsilah invite tous les fidèles « à continuer à célébrer ensemble Noël et le ramadan », réaffirmant que « ce sont des occasions pour faire preuve de respect et partager la même joie en signe d’amitié alors que chacun est encouragé à être fidèle à sa propre foi ».
Le message de Silsilah relate également « les nouvelles d’ultérieures attaques contre des lieux et des églises chrétiens dans certaines zones des Philippines », réaffirmant l’importance « d’être unis en tant que chrétiens et musulmans pour montrer à tous que le véritable rapport entre les chrétiens et les musulmans repose sur une amitié sincère. Nous sommes frères et sœurs en humanité, même si différents par notre religion et nous sommes appelés à être solidaires dans les moments de joie et de souffrance ».
La présence de groupes radicaux, tels que le prétendu « Etat islamique » qui trouve actuellement des partisans dans les zones musulmanes du sud des Philippines, « constitue une occasion pour nous tous de faire un examen de conscience et de comprendre que nous nous trouvons peut-être dans cette situation parce que nous n’avons pas été en mesure de présenter la foi chrétienne authentique pas plus que l’authentique foi islamique : elles ont des points et des valeurs en commun, qui peuvent constituer le point de départ de la construction d’une société pacifique et harmonieuse » conclut le texte. (PA) (Agence Fides 16/12/2016)
top^

ASIE/MYANMAR – Jeûne et prière en vue d’une Année de la Paix

Yangon (Agence Fides) – « Il est temps de nous unir – toutes les religions, tous les groupes ethniques – afin de faire de 2017 une véritable Année de la Paix. La paix est possible au travers de la justice. Elle est possible par le recours aux négociations. Nous sollicitons toutes les religions afin qu’elles observent la journée du 1er janvier 2017 comme un jour de jeûne et de prière pour la paix ». Tel est l’appel envoyé à Fides par S.Em. le Cardinal Charles Maung Bo, Archevêque de Yangon.
« Faisons en sorte que tous ceux qui remplissent nos monastères, nos églises, nos temples et nos mosquées portent des pancartes et des drapeaux portant la phrase « Stop à toutes les guerres ! ». Cherchons à passer la journée dans la prière et le jeûne pour la paix afin de changer les cœurs de toutes les personnes. Il est urgent de mettre fin aux guerres qui caractérisent encore actuellement le Myanmar et de faire de 2017 l’Année de la paix » remarque le texte.
Le Cardinal écrit encore dans son appel : « Frères et sœurs du Myanmar, nous tous dirons « Heureuse nouvelle année ». Chaque année, nous nous saluons réciproquement au travers de ce message. Mais, sincèrement, il n’existe pas de bonheur dans de nombreuses parties de ce pays. La guerre se poursuit dans de nombreuses zones et pour plus de 200.000 évacués se trouvant dans des camps, il n’y aura pas de bon nouvel an.
La guerre, qui a débuté voici 60 ans, fait encore rage. Le Cambodge a résolu ses conflits, le Vietnam ses guerres. Ces pays voisins sont en chemin vers la paix et la prospérité. Nous, au Myanmar, sommes encore impliqués dans une guerre impossible à remporter. L’agonie de la population et l’évacuation forcée sont les seuls résultats de la violence. La majorité silencieuse de la population du Myanmar n’a été que spectatrice d’une guerre chronique au Myanmar. Maintenant, unissons-nous, tous ensemble, en vue d’une paix authentique ». (PA) (Agence Fides 16/12/2016)
top^

ASIE/SYRIE – Commentaires du Directeur de l’hôpital catholique après la suspension de l’évacuation de l’est d’Alep

Alep (Agence Fides) – L’évacuation qui hier a permis de transférer des milliers de civils et de miliciens des quartiers orientaux d’Alep jusqu’à des zones de rassemblement situées dans les environs de la frontière turque a été suspendue. Les sources officielles syriennes affirment qu’hier, l’évacuation a fait sortir d’Alep plus de 8.000 personnes et que la suspension a eu lieu parce qu’aujourd’hui, les rebelles et les djihadistes n’auraient pas respecté les termes de l’accord, en tentant de porter avec eux un certain nombre de prisonniers. D’autres sources progouvernementales syriennes affirment que l’opération a été suspendue après que, depuis les zones encore aux mains des miliciens antigouvernementaux, des tirs de mortier aient été effectués sur les couloirs humanitaires ouverts pour faire passer les convois utilisés en vue de l’évacuation. Ces mêmes accusations sont par ailleurs faites par les sources proches des rebelles aux miliciens progouvernementaux.
Entre temps, de ces mêmes quartiers de l’est d’Alep, de nombreux civils fuient et parviennent à rejoindre la zone ouest de la ville, toujours restée sous le contrôle de l’armée syrienne et où les malades et les blessés commencent à remplir de manière insoutenable les structures sanitaires locales, opérant depuis des années déjà dans des conditions d’urgence du fait du conflit. « Les premiers cas auxquels nous avons fait face dans notre hôpital – indique à l’Agence Fides Emile Katti, chirurgien et Directeur de l’hôpital al-Raja d’Alep, soutenu par la Custodie franciscaine de Terre Sainte – sont emblématiques de la situation qui se vivait dans ces quartiers : il y a un homme avec un bras fracturé depuis 7 mois par un éclat (d’obus NDT), qui avait déjà subi une opération mal faite de la part d’un médecin égyptien. Puis, il y a un enfant affecté de trisomie 21 qui, depuis quatre ans, ne recevait pas de soins appropriés pour ses pathologies. Et nous trouvons encore un autre jeune qui a un éclat dans le crâne, sachant que celui-ci n’a heureusement pas touché de parties vitales. Son père a été tué voici quelques mois. Chaque jour et pendant on ne sait encore combien de temps, nous sommes appelés à faire fleurir l’espérance dans cet enfer ».
Les récits des personnes provenant des quartiers s’étant trouvés jusqu’à hier sous le joug des rebelles et des milices djihadistes font émerger des détails souvent ignorés par les principaux moyens de communication. « Voici quelques jours – indique Emile Katti, qui a raconté son expérience de médecin à Alep dans le cadre d’un colloque organisé au Campus biomédical de Rome – la sœur de l’un de nos salariés et toute sa famille ont été tués par les tireurs embusqués alors qu’ils tentaient de quitter l’est d’Alep par le biais des couloirs humanitaires. Les malades et les blessés provenant de ces quartiers racontent la présence de la faim et de leur obligation de manger de l’herbe, les vivres suffisants étant destinés aux seuls miliciens et à leur entourage ».
Au cours de la journée du 15 décembre, à plusieurs reprises, une colonne de 20 autobus verts est sortie des quartiers orientaux d’Alep, transportant à chaque passage quelques 1.200 personnes jusqu’aux zones proches de la frontière turque. L’accord relatif à l’évacuation des miliciens et des civils de l’est d’Alep, obtenu grâce à la médiation de la Russie et de la Turquie, prévoyait comme contrepartie – pour le moment encore non concédée – la fin du siège de deux villages chiites de la province d’Idlib, encerclés depuis longtemps par les djihadistes. Il semble difficile de vérifier les chiffres mis en ligne y compris par les agences d’information à propos du nombre des civils qui se trouvaient dans les zones d’Alep encore voici peu entre les mains des groupes de rebelles. « Beaucoup répètent sans le vérifier aucunement qu’il y avait plus de 250.000 habitants dans cette partie de la ville mais les données réelles semblent de loin inférieures. Maintenant il est devenu par ailleurs impossible de réaliser un quelconque décompte, attendu que les personnes s’enfuient dès qu’elles le peuvent et comme elles le peuvent, dans de nombreuses directions. Et nombreux sont ceux qui sont accueillis, dans un esprit de grande solidarité, par des parents et connaissances qu’ils n’ont pu rencontrer depuis des années ». (GV) (Agence Fides 16/12/2016)
top^

AMERIQUE/HONDURAS – La fréquentation de l’école, un risque pour la sécurité de deux enfants sur trois

Tegucigalpa (Agence Fides) – Au Honduras, un tiers des enfants parvient à avoir accès à l’instruction de manière sûre. La violence généralisée qui règne dans le pays contraint en effet les familles à choisir entre le fait de cacher leurs enfants à leur domicile ou à les aider à fuir, dans la plupart des cas seuls. L’alarme a été lancée par le Refugee Council (NRC). « Le monde ne peut continuer à demeurer indifférent face à des enfants qui sont tués alors qu’ils se rendent à l’école, pas plus qu’il ne peut rester en silence lorsque des bandes criminelles contrôlent les territoires des écoles en semant la terreur » indique le Directeur du NRC au Honduras.
Selon les informations recueillies par Fides, actuellement au moins 174.000 personnes ont été contraintes à quitter le pays. Les parents aident leurs enfants à fuir pour sauver leur vie, la majeure partie cherchant à parvenir aux Etats-Unis. L’administration américaine a enregistré plus de 10.000 cas d’enfants honduriens arrivés seuls, parce que fuyant la violence et l’insécurité au cours de la période allant d’octobre 2015 à septembre 2016. Le Honduras constitue l’un des pays caractérisé par le plus fort taux d’homicides au niveau mondial. Au cours du premier semestre de cette année, 61 mineurs de 10 à 14 ans ont été assassinés pour 100.000 habitants, sachant que cet indicateur augmente de manière drastique en passant à la tranche d’âge des 15-19 ans, pour atteindre 102,8 homicides pour 100.000 habitants, selon ce qu’indique le NRC. (AP) (Agence Fides 16/12/2016)
top^

AMERIQUE/MEXIQUE – Vidéo d’un enfant fouillant les détritus à la recherche de nourriture

Villaflores (Agence Fides) – La vidéo présentant un enfant de rue qui recherche de la nourriture dans une poubelle a suscité une forte indignation au sein de la population de la municipalité de Villaflores, au Chiapas. Réalisée par un passant qui, remarquant la scène, s’est approché de l’enfant, la vidéo provoque actuellement une forte réaction sur les réseaux sociaux, qui demandent une vie digne pour les enfants. La vidéo montre un enfant qui, avec sa jeune cousine, fouille dans les poubelles à la recherche de quelque chose de comestible. L’enfant, initialement épouvanté, s’est ensuite laissé approcher par la personne qui a décidé de le filmer, laquelle lui a expliqué que le but des reprises était de présenter la vidéo au Président afin qu’il l’aide.
Selon les indicateurs de pauvreté de 2014 du Conseil de la Politique pour le Développement social (CONEVAL), 76,2% des habitants du Chiapas vivent en conditions de pauvreté et 31,8% en conditions d’extrême pauvreté, une situation qui comporte la pénurie alimentaire. (AP) (Agence Fides 16/12/2016)
top^

OCEANIE/TAHITI – Nomination de l’Archevêque de Papeete

Cité du Vatican (Agence Fides) – Le Saint-Père François, en date du 15 décembre 2016, a nommé Archevêque de Papeete à Tahiti (Polynésie française) le Père Jean-Pierre Cottanceau, SS.CC., actuel Administrateur apostolique de cette même Circonscription ecclésiastique.
Le Père Jean-Pierre Cottanceau, SS.CC. est né le 14 janvier 1953 à Ussel, dans le Diocèse de Tulle (France). Après l’école primaire de Capdenac, dans l’Aveyron, il a fréquenté le lycée au sein du Petit Séminaire de la Congrégation des Sacrés Cœurs (Picpus) à Villefranche de Rouergue. En 1970, il est entré au Noviciat et a été envoyé à Strasbourg en vue de sa formation théologique. Après ses Vœux perpétuels, le 16 avril 1979, il a été ordonné prêtre le 10 mai 1980.
Après son ordination sacerdotale, il a exercé les ministères suivants : 1979-1981 : Service pastoral en la Paroisse Saint Gabriel de Paris, 1982 : Obtention d’un Doctorat en Théologie biblique à l’Université de Strasbourg, 1981-1985 : Aumônier des collèges Hélène Boucher et Maurice Ravel de Paris, 1985-1986 : Etudes de spécialisation près l’Ecole française à Jérusalem (École Biblique et Archéologique Française), 1986-1988 : Responsable du Petit Séminaire de Graves, 1988-1994 : Conseiller provincial de la Région méridionale (Picpus) pour deux mandats, 1998-2000 : transféré à Papeete, nommé Supérieur des Picpus (SS.CC.) de Pirae, Responsable de la formation initiale, Enseignant d’Ecriture Sainte au Grand Séminaire de Papeete, Animateur de cours théologiques pour les laïcs et Aumônier universitaire, 2000-2010 : Curé du Sacré-Cœur d’Arue (Papeete), 2010-2015: Formateur des séminaristes au sein du Pré-noviciat et centre de formation Dam ian, à Quezon City, Manille, Philippines, depuis 2015 : Administrateur apostolique de Papeete. (SL) (Agence Fides 16/12/2016)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s