IL Y A 750 ANS THOMAS D’AQUIN ENTREPRENAIT LA SOMME DE THÉOLOGIE

IL Y A 750 ANS THOMAS D’AQUIN ENTREPRENAIT
LA
SOMME DE THÉOLOGIE
À la fin de l’année 1265, Thomas d’Aquin, enseignant alors au couvent de Sainte
-Sabine
de Rome, décidait d’entreprendre la rédaction d’une Somme de théologie. Ce sept
-cent

cinquantenaire
est l’occasion de notre colloque
: c
oïncidant presque avec le huitième
centenaire de la fondation de l’Ordre des dominicains, en 1216, le «
Comité du VIII
e
centenaire
» participe à
son
organisation. L’anniversaire des débuts de la Somme est inscrit
aux
Co
mmémorations nationales 2015
, du Ministère de la culture et de la communication
(Paris, Éd. du Patrimoine, 2015, p. 122-125).
Dans les cinquante ans qui séparent la fondation de l’Ordre des débuts de la Somme de
Thomas, plusieurs autres sommes avaient été écrites par des frères dominicains, pour servir à
la formation théologique et pastorale dans les couvents. Ces ouvrages, cependant, ne
s’inscrivaient
pas
dans un programme
théologique organisé, mais ils répondaient plutôt aux
urgences pastorales de frères prêcheurs et confesseurs. Le maître de l’Ordre, Humbert de
Romans, se fait l’interprète du mécontentement des frères de devoir étudier sur ce genre de
sommes. Thomas d’Aquin, après avoir enseigné cinq ans comme
lecteu
r
au couvent d’Orvieto
(1261-
1265), où il a pu constater les besoins de ses frères
et d’autres auditeurs, y compris
laïcs
, cherche à répondre aux difficultés de ses étudiants par sa Somme. Celle-
ci n’est pas
destinée à la formation initiale des frères, qui doit se faire sur la Bible et sur les
Sentences
du
Lombard, mais plutôt à la formation continue qui doit être assurée dans chaque couvent, selon
les Constitutions
de l’Ordre
.
Le colloque consacré à la Somme les 3 et 4 décembre 2015 part de la considération de
cette finalité de l’ouvrage, clair
ement exprimée dans son prologue général. Mais il vise aussi
un autre but
: offrir aux lecteurs de langue française une publication permettant de s’initier à
la lecture de l’œuvre, une sorte de
companion
, qui recueillera les interventions au colloque et
aussi quelques articles complémentaires.
Jeudi 3 décembre
Après
-midi
14
H
15
A
CCUEIL
: Adriano O
LIVA
(Commission léonine / CNRS, LEM, Paris
).
Laurent
L
EMOINE
(Président du Comité du VIII
e
Centenaire, Paris
)
P
RESIDENCE
: Ruedi I
MBACH
(Université Paris
-Sorbonne)
14h30
Wayne
H
ANKEY
(Dalhousie University
, Halifax)
Secundum quod materia patietur
:
le plan de la
Somme de théologie
15h30
Massimiliano
L
ENZI
(Sap
ienza Università di Roma)
Sur l’exercice thomasien de la philosophie en théologie. Usage et transformation
d’Aristote dans la recherche d’une intelligence de la foi
16h15
Pause
16h30
Gilles E
MERY
(Université de Fribourg, Suiss
e)
Dieu selon son essence et selon la distinction trinitaire. La
consideratio de Deo
, la
perfection des personnes et les fondements de l’agir divin
17h15
Pasquale P
ORRO
(Université Paris
-Sorbonne)
Un attribut difficile: la toute
-puissance de Dieu
18h00 Rupert M
AYER
(Dominikanerkonvent, Wien)
Dieu créateur
. Le principe de l’étant en tant qu’
étant
Vendredi 4 décembre
Matin
:
P
RESIDENCE
: Gilles E
MERY
(Université de Fribourg, Suiss
e)
9h00
Marta B
ORGO
(Commission léonine
, Paris
)
L’angélologie de Thomas d’
Aquin, du C
ommentaire des
Sentences
à la
Somme de
théologie
9h45
Camille de B
ELLOY
(
Revue des Sciences philosophiques et théologiques
, Paris
)
Forme, substance, puissance
: l’âme en tension dans le traité sur la nature humaine de
la
Prima pars
10h30
Pause
10h45 Iacopo C
OSTA
(Commission léonine / CNRS
, LEM
, Paris)
Théologie de la charité et éthique grecque : qu’est-
ce que la
Secunda pars
?
11h30
Wojciech G
IERTY
CH
(Università
« Angelicum
», Rom
a / Théologien de la maison pontificale)
L’ image de Dieu se dessinant en l
’homme. Le traité de la grâce
Après
-midi
:
P
RESIDENCE
: Gilles B
ERCEVILLE
(Commission léonine / Institut Catholique de Paris
)
14h30 Sylvio
DE
F
RANCESCHI
(EPHE / CNRS,
LEM,
Paris)
Les derniers feux de la querelle
de auxiliis
au reflet de la
Somme de théologie
. Le
Cursus theologiae
(1746-
1751) du dominicain Charles
-René Billuart (1
685-
1757) face
au molinisme
15h15
Ru
edi
I
MBACH
(Université Paris Sorbonne)
Les droits de la raison
: le traité thomasien sur la loi et sa signification philosophique
16h
Pause
16h15 Philippe M
ARGELIDON
(Institut Catholique de Toulouse)
La douleur et la joie du Christ en sa vie et en sa passion
17h00
Jean
-Christophe de N
ADAÏ
(Commission léonine, Paris)
L’ eucharistie : signe et substance sacramentels
17h45 Olivier
B
OULNOIS
(EPHE
/ CNRS, LEM
, Paris)
Conclusions

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s