Hervé Maisonneuve :Guide pratique du thésard

Pr Hervé Maisonneuve
Guide
pratique
du
thésard 7e ÉDITION
Sanofi est une entreprise mondiale et diversifiée de santé, présente en
France avec près de 40 sites et 28 000 collaborateurs qui se mobilisent au
quotidien pour mettre au point et apporter des solutions thérapeutiques
répondant aux enjeux de santé publique de notre pays.
Concrètement, pour répondre aux enjeux actuels de santé, Sanofi met à la
disposition des patients et des professionnels de santé en France plus de
400 médicaments (prescription, OTC, génériques) et vaccins, reflets de 80 ans
d’histoire de la pharmacie française.
En ce qui concerne les besoins médicaux insatisfaits, Sanofi a demandé à
ses départements de Recherche et de Développement de concentrer tous
leurs efforts sur les molécules ou technologies identifiées comme étant les
plus prometteuses et correspondant à ses domaines d’expertise (oncologie,
diabète, pathologies du vieillissement, vaccins, thrombose et cardiovasculaire).
Au-delà de cette mission première et indispensable, Sanofi vous accompagne
aussi dans votre parcours professionnel d’étudiant en vous proposant
différents services, parmi lesquels :
– le Guide pratique de l’interne en médecine générale, qui fournit à l’interne
en médecine générale des informations pratiques ;
– le Guide pratique du thésard, qui aide l’interne en médecine à aborder
l’ensemble de ses problématiques de manière chronologique ;
– la Bibliographie commentée en médecine générale, qui regroupe l’analyse
d’une centaine d’articles issus de revues françaises et internationales de
médecine générale publiés au cours de l’année précédente ;
– le Guide pratique juridique de l’interne à l’hôpital, qui présente des notions
juridiques complexes comme le statut de l’interne au sein de l’hôpital, le
secret professionnel ou l’information au patient.
Autant d’outils qui concrétisent l’engagement de Sanofi à vos côtés tout au
long de votre carrière.
Nathalie BILLON
Directeur des Affaires scientifiques, Sanofi France
Guide pratique
du thésard
FACULTÉ DE MÉDECINE
ANNÉE : 2010 N° 728-B
THÈSE
PRÉSENTÉE POUR LE DIPLÔME DE
DOCTEUR EN MÉDECINE
Diplôme d’état
PRÉSENTÉE ET SOUTENUE
le 15 février 2010
par
Le Professeur Hervé MAISONNEUVE
Président de “European Association of Science Editors” 1994-1997
Comité de rédaction du JAMA 1998-2000
Rédacteur en chef de “European Science Editing” 2000-2006
Né le 19 août 1950 à 82 Lafrançaise
TITRE :
GUIDE PRATIQUE
DU THÉSARD
7e ÉDITION
JURY
Président : Pr Patrice DETEIX
Directeur de thèse : Pr Rissane OURABAH
Pr Jean Brami
Dr Jean Doubovetzky
Membres invités :
Dr Pierric Couturier
Dr Jean Nau
Mr Gilbert Vicente
Hervé Maisonneuve – Département de santé publique, d’évaluation et d’information médicale
(Pr Bruno Falissard), Faculté de médecine, Université Paris-Sud 11 – http://www.h2mw.eu
Au terme de longues études, l’auto –
risation d’exercer la médecine est
subordonnée à une double
condition : la soutenance de la
thèse et la validation du troisième cycle des études, véritable « certification » de la
formation initiale du médecin. La thèse se doit d’être l’aboutissement d’un travail
personnel approfondi et rigoureux. Son élaboration s’apparente à un travail de
recherche ; elle doit par conséquent répondre à une méthodologie appropriée.
Apposant sa signature sur chacune des thèses des étudiants de la Faculté dont il a la
responsabilité, le Doyen est un observateur privilégié de leur qualité. Il peut avoir la
satisfaction d’identifier à cette occasion de remarquables travaux apportant une véritable
contribution au progrès de la connaissance médicale. Ils témoignent de la maturité et de
la réflexion de leurs auteurs et des exigences du directeur de thèse. Couronnant volontiers
un travail de recherche entrepris de longue date, la thèse a alors souvent été précédée de
la rédaction et de la publication d’articles qui ont constitué autant d’occasions d’un
véritable entraînement. Même réalisé plus tardivement, un travail bien encadré,
méthodique et rigoureux, peut aboutir à une excellente thèse. Cela est vérifié en maintes
occasions : un travail entrepris dans le courant du troisième cycle n’exclut pas l’originalité
des idées, la rigueur de leur présentation et la force des propositions.
Cependant, trop souvent encore, la thèse apparaît médiocre, sans réelle portée. Il n’est pas
rare qu’elle s’apparente à une sorte de mémoire, parfois très court, réunissant des observations
mal exploitées. Elle peut aussi présenter une compilation de travaux de peu d’intérêt,
lus – quand ils l’ont été – et présentés sans réel esprit critique. Ces deux formes cliniques
ne résument pas l’éventail des possibilités, loin s’en faut… Et que dire de la forme ?
Comment expliquer ce constat ?
Un déficit d’information des étudiants, l’insuffisance de réflexion méthodologique et de
formation à cet exercice, l’excès de complaisance de l’encadrement – peut-être –
contribuent à cet état de fait.
Hervé Maisonneuve l’a bien compris : il propose très opportunément un véritable guide
d’élaboration de la thèse de médecine. Mettant à profit sa longue expérience d’analyste
critique de la littérature médicale et d’évaluateur des conduites qui fondent la qualité, il
décrit très précisément toutes les étapes de la réalisation d’une « bonne thèse ». Traitant du
fond comme de la forme, ce guide méthodologique sera utile à tout étudiant en médecine,
pourvu qu’il en prenne connaissance dès l’entrée en troisième cycle. Gageons qu’il
apportera aussi une aide précieuse à bien des Directeurs de thèse.
Philippe THIBAULT
Doyen – Faculté de médecine Saint-Antoine, Paris
Mai 2001
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 2
Préface
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 3
La préface écrite il y a bientôt 10 ans
par mon collègue et ami le
Pr Philippe Thibault est toujours
d’actualité, mais des progrès ont
été réalisés depuis. Il me semble que l’on
rencontre moins souvent ces thèses dites
« médiocres » et de peu d’intérêt avec un
historique de 50 pages précédant quelques pages originales mal interprétées.
Ces progrès sont dus au travail des enseignants, des étudiants, des directeurs de
thèse, et peut-être grâce au guide pratique du thésard qui est disponible dans nos
facultés. Cette 6e édition actualisée témoigne de l’intérêt des étudiants et de la
nécessité à poursuivre nos efforts.
La thèse est une école de méthodologie, de rédaction et d’apprentissage de l’analyse
de la littérature. La mise en place d’une épreuve de lecture critique lors de
l’examen classant national est aussi une action qui contribue à l’amélioration des
thèses. Les conditions de la thèse évoluent, des facultés acceptent que des travaux
soient réalisés et présentés par 2 ou 3 étudiants. L’apprentissage du travail en
équipe est important pour la carrière future de nos étudiants.
La thèse est parfois présentée sous forme d’article pour un journal biomédical, ce
qui valorise l’auteur, l’équipe hospitalière et universitaire, et laisse une trace
pérenne dans la littérature. Un chapitre nouveau de ce guide donne quelques
conseils pour écrire un article original, mais une aide du directeur de thèse devient
indispensable pour choisir le journal et ensuite interférer avec les rédacteurs et
relecteurs des journaux.
La thèse doit laisser un souvenir positif car ce n’est pas un exercice désuet, mais
plutôt une occasion d’apprendre avec des collègues. Dans la plupart des écoles de
médecine, des universités dans le monde, la thèse est un passage qui marque la fin
des études, et le droit d’exercice. Je suis heureux de voir l’intérêt porté à la thèse et
de constater des améliorations constantes.
Patrice DETEIX
Doyen – Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand
Université d’Auvergne
Président de la conférence des doyens
Février 2010
Préface
de la
6eédition
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 4
Pour chaque étudiant en médecine, la soutenance de la thèse est un moment
chargé d’émotions et symbolise le couronnement des efforts d’une
décennie et l’instant d’un passage à une vie professionnelle dont il a longtemps
rêvé. Pour en arriver à ce moment il a dû construire sa thèse, s’engager
dans un réel travail de questionnement, de réflexion et de recherche. Ce
travail n’est pas une forme d’examen sanctionnant supplémentaire dans son cursus
de formation mais est la matérialisation de sa capacité à concevoir et à mener à
son terme une analyse réflexive d’un problème. À l’issue de cette thèse, il montre
ainsi à ses futurs pairs qu’il a acquis l’aptitude à répondre d’une manière scientifique
aux questions auxquelles il peut être confronté.
Le choix du sujet de thèse, la méthodologie mise en place pour permettre une
discussion et une analyse réflexive, puis l’écriture sont des temps qui nécessitent
une grande rigueur ; le soutien et la guidance apportés par le directeur de thèse
sont une aide très précieuse.
Dans nombre de facultés de médecine il existe des séminaires de formation à la
conception et la rédaction de thèse ainsi que des documents relatifs aux règles
administratives en vigueur ; toutefois le « Guide pratique du thésard » a prouvé
dans ses précédentes éditions qu’il était un outil de référence et permettait à
l’étudiant, et aussi au directeur de thèse, de décliner de manière efficace toutes
les étapes de la construction et de l’écriture du travail entrepris. Gageons que
cette nouvelle édition apportera toujours l’aide et la rigueur nécessaires pour
l’écriture d’une thèse de qualité et de son prolongement qu’est la publication
d’un article. Avec Hervé Maisonneuve, je remercie le Pr Michel Doumenc qui a
créé le département de médecine générale de Paris-Sud et accompagné les
précédentes éditions de ce guide.
Pr RISSANE OURABAH
Directeur du Département de Médecine Générale
Faculté de Médecine Paris-Sud 11
Avant-propos
CHAPITRE 1 Pourquoi faire une thèse ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Avant la thèse
CHAPITRE 2 Choisir un directeur de thèse et un sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
CHAPITRE 3 L’expérience de vos collègues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
CHAPITRE 4 Inscription pédagogique et recommandations de votre faculté . . . . . . . . 15
CHAPITRE 5 La recherche documentaire et l’apprentissage de la lecture . . . . . . . . . . . . 18
CHAPITRE 6 Les méthodes de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Pendant le travail
et la rédaction de la thèse
CHAPITRE 7 La gestion de votre travail et le recueil des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
CHAPITRE 8 Comment écrire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
CHAPITRE 9 L’introduction en 3 parties : le connu, l’inconnu, votre question . . . . . . 32
CHAPITRE 10 Les méthodes en 4 parties : sélection, intervention
et/ou observation, évaluation, autres méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
CHAPITRE 11 Les résultats avec des illustrations en priorité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
CHAPITRE 12 Choisir et utiliser les tableaux et les figures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
CHAPITRE 13 Du bon usage des statistiques ou de la
connaissance des principes de recherche clinique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
CHAPITRE 14 La discussion : un plan simple en cinq parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
CHAPITRE 15 Le titre et le résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
CHAPITRE 16 Les références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
CHAPITRE 17 Just google it . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Après la rédaction de la thèse
CHAPITRE 18 Dactylographie et impression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
CHAPITRE 19 Soumettre un article remplaçant votre thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
CHAPITRE 20 Le jury, la soutenance et la suite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 5
Sommaire
Lorsqu’un éditeur m’a contacté pour écrire un livre sur la rédaction de la
thèse, j’ai d’abord pensé que c’était inutile. J’ai relu ma thèse : je vous
conseille de ne pas la lire. J’ai voulu savoir si les thésards avaient besoin
d’une aide : j’ai questionné mon environnement et lu des thèses. Je me suis
dit qu’il était possible de faire un document utile. J’ai réfléchi quelques semaines
et des idées me sont venues. J’ai planifié mon travail dans le temps, je me suis
documenté, j’ai préparé un plan sur quatre pages ; après deux mois de réflexion,
j’ai commencé la rédaction.
J’ai apprécié la thèse soutenue en 1994 par Pierre Foucheyrand.1 La fin de sa
conclusion était : « Dans leurs formes, les thèses de médecine de la Faculté de Tours
n’ont pas évolué depuis la première thèse déposée le 25 juin 1963 par Christiane
Clara. Afin de favoriser la valorisation de la thèse et d’en améliorer la qualité,
plusieurs solutions sont envisageables :
Développer l’enseignement de la méthodologie et de la rédaction médicale au
cours du cursus des études médicales ;
Organiser des séminaires de préparation à la thèse pour les étudiants (et aussi
pour les futurs directeurs de thèses) ;
Soumettre au conseil scientifique de la faculté un court protocole écrit, approuvé
par le directeur de thèse, avant de débuter le recueil de données ;
Appréhender la thèse d’exercice comme un article original, facilitant en conséquence
sa diffusion et sa communication orale ou écrite ;
Imposer la rédaction d’un résumé en français et en anglais, différent de celui
déposé avant l’écriture de la thèse. Ces résumés, véritables vitrines de la thèse,
pourraient être aisément regroupés dans des banques de données informatiques
facilement accessibles ;
Ne déposer la thèse à la bibliothèque qu’après la soutenance et après avoir
effectué les corrections éventuellement demandées par le jury. »
Malgré le succès de ce guide, et les nombreux commentaires élogieux, je constate
que la résistance au changement est un facteur qui nécessite du temps pour
améliorer une situation. Est-ce que la qualité des thèses s’améliore ? Est-ce que la
publication des thèses augmente ? Voit-on encore des thèses de plus de 200 pages,
triple interligne dont le jury ne commentera que les fautes d’orthographes ? Est-ce
que certaines thèses ressemblent encore à un transfert d’os d’une tombe dans une
autre ? Est-ce que les thèses ont évolué depuis 1963 ?
Pr Hervé MAISONNEUVE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 6
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 7
• Faites votre thèse par plaisir !
• Vous apprendrez un raisonnement et des démarches scientifiques.
• Vous apprendrez des bases de méthodologie et de
communication.
La thèse est indispensable pour obtenir votre diplôme. Une thèse est un travail original.
Plutôt que de copier des informations compilées au hasard dans la littérature, apprenez
des méthodes de raisonnement en médecine clinique et des méthodes simples pour
bien écrire. Cet apprentissage vous sera utile pendant toute votre carrière.
Vous pouvez faire une thèse pour de nombreuses raisons :
Par plaisir car c’est un exercice de découverte personnelle ; cette expérience stimulante
doit vous apporter des satisfactions, sachez les découvrir ; vous devez vous amuser !
Pour apprendre un raisonnement scientifique ; vous apprendrez à définir un
sujet, à faire une recherche documentaire, à analyser les informations, à planifier et
réaliser un travail original, à mieux écrire pour transmettre vos messages scientifiques ;
Pour apporter une contribution originale à un domaine professionnel et/ou scientifique
; votre travail doit s’inscrire dans un environnement où il apportera une réelle
contribution ;
Pour apprendre à gérer vos angoisses et votre emploi du temps ; n’ayez pas peur car
vos tuteurs vous aideront ; une bonne gestion de votre temps vous évitera des tracas ;
Pour apprendre à travailler avec les autres ; vous pouvez être intégré dans une
équipe pour les assister et travailler avec et pour eux ; vous aurez à initier de
nombreuses relations sociales pour mener à bien votre travail (service clinique, bibliothèques,
etc.) ; vous aurez à communiquer en public vos conclusions ;
C H A P I T R E 1
Pourquoi
faire une thèse ?
Pour trouver un travail dans une équipe en vous faisant remarquer ; pour vous faire
connaître dans un domaine qui vous intéresse.
La thèse doit permettre d’appliquer les démarches scientifiques et cliniques apprises
pendant les études. La rédaction doit suivre les méthodes du raisonnement scientifique.
Le travail de la thèse consiste à observer des faits ou réaliser une expérimentation.
Ensuite, vous proposez des interprétations et des hypothèses et exposez des opinions.
En pratique, vous répondez à quatre questions simples.
Pourquoi vous avez fait votre thèse ? C’est votre introduction pour expliquez brièvement
vos objectifs. Vous ne décrivez pas l’historique ou une revue du sujet : vous
dites pourquoi vous avez choisi votre sujet. Qu’est ce qui est connu sur votre sujet,
ensuite quelques notions sur l’inconnu et la question.
Comment vous avez fait votre thèse ? Vous expliquez vos méthodes de travail
sans les justifier (ce sera la discussion). Vous avez sélectionné un échantillon ; vous
êtes intervenu ou vous avez observé ; vous avez évalué. Le lecteur devrait pouvoir
refaire votre travail en suivant la description de vos méthodes.
Quelles sont les résultats originaux que vous avez observés ? Vous préparez des
illustrations pour mieux exposer vos résultats. Vous exposez vos observations sans
commentaires. Ce chapitre est factuel ; il n’expose que vos résultats.
Qu’est ce que vous pensez de votre travail ? Vous discutez l’intérêt de votre
travail. Vous dites si vous avez observé les résultats attendus. Ce chapitre est le plus
intéressant car vous discutez les forces et faiblesses de votre travail, les éventuels
biais, les implications de votre travail sur votre pratique, les hypothèses et nouvelles
idées. Vous évitez l’erreur qui consiste à répéter vos résultats ou faire une mauvaise
revue de la littérature. L’objet de votre discussion est de discuter votre travail et rien
d’autre.
Aux 4 questions répond un plan en quatre parties : Introduction, Méthodes, Résultats,
Discussion. Dans le jargon de la rédaction, ce plan est connu sous son abréviation
IMRaD (a pour and).
La thèse est un exercice utile quand les étudiants sont bien aidés et qu’ils savent valoriser
ultérieurement leur travail. Dans cet ouvrage, j’ai choisi trois étapes : avant,
pendant et après la thèse. Vous devez savoir planifier votre travail sur 12 à 24 mois
pour mieux gérer toutes les étapes.
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 8
• Les choix du directeur et du sujet sont liés :
prenez le temps pour bien choisir.
• Le directeur de thèse doit vous préciser quel temps il vous
allouera et sur quelle période.
• Le sujet doit vous plaire : n’acceptez pas un sujet imposé.
• Le sujet doit être pertinent, nouveau, éthique et faisable.
• Vous devez évaluer votre temps disponible et le coût de votre thèse.
Choisir un directeur de thèse
Le choix de votre directeur de thèse est primordial. Vous devez avoir confiance en lui et
il doit vous consacrer du temps pour vous guider. Votre choix se fera vers un enseignant
ou un médecin généraliste que vous avez apprécié pendant votre scolarité ou vers un
représentant d’une discipline qui vous attire. Vous pouvez avoir une idée, un objectif et
rechercher l’enseignant qui sera intéressé. Vous pouvez rencontrer plusieurs enseignants
et leur dire que vous voulez choisir un directeur de thèse sur vos critères :
Compétences scientifiques du directeur dans le domaine de la thèse ;
Compétences méthodologiques du directeur pour faire un travail de qualité ;
Disponibilité prévue dès le début du travail ; la délégation à un membre de son
équipe doit être refusée ; le paramètre disponibilité doit être clairement discuté dès
le premier entretien ;
Vous devez prévoir les moyens de communication et proposer d’utiliser le courrier
électronique ; vous échangerez facilement des dossiers joints et vous aurez des avis
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 9
C H A P I T R E 2
Choisir un directeur
de thèse et un sujet
rapides, même si votre directeur est loin, voire à l’étranger ;
Le directeur doit vous aider pour la recherche de la documentation ; il doit
vous conseiller sur les méthodes de collecte et d’analyse des données ;
Vous devez discuter des ressources matérielles, humaines et financières pour vous
accompagner pendant votre thèse ;
Le choix du directeur de thèse est votre choix. Vous pouvez en solliciter plusieurs
avant de choisir. Je vous conseille de vous renseigner dans votre faculté et de rencontrer
des thésards qui ont travaillé avec votre futur directeur de thèse. Connaître les
habitudes de votre directeur de thèse facilitera votre travail : si il est plus disponible
à certaines heures ou certains jours de la semaine, vous devez le savoir.
Si votre directeur voit en vous une opportunité de terminer un « chantier » mal
engagé, je vous conseille de réfléchir. Si votre directeur veut une compilation mal
faite de dossiers poussiéreux pour illustrer une opinion déjà faite, je vous propose
de fuir.
Choisir le président de votre thèse
Le choix du président est lié au choix du directeur de votre thèse. Votre directeur vous
conseillera sur le président et souvent prendra contact avec ce dernier pour l’informer.
Parfois, c’est vous qui avez choisi d’abord le président et il vous a orienté sur un directeur.
Les choix du président et du directeur sont liés : ils doivent s’entendre pour faciliter
votre travail. Si vous devez être victime de l’opposition entre président et directeur
de thèse, vous allez perdre du temps.
Choisir le sujet de votre thèse
Vous pouvez proposer des sujets à votre directeur de thèse et lui montrer que vous avez
des idées. En discutant vos propositions, vous évitez de vous faire imposer un thème qui
ne vous intéresse pas. Vous devez refuser un sujet qui ne vous intéresse pas. Le sujet peut
être clinique (médical ou chirurgical), biologique, en santé publique ou sur des thèmes
économiques, professionnels, organisationnels ou historiques. Un sujet de médecine
générale peut être très intéressant, mais la plupart des enseignants sont des universitaires
qui vous proposent leurs thèmes d’intérêts. Vous pouvez choisir des sujets de médecine
générale en demandant conseil auprès des enseignants de cette discipline.
Des départements universitaires de médecine générale ont proposé des critères pour
accepter un sujet de thèse (http://www.dumg-tours.fr/spip.php?article3). Par exemple, à
Tours, ils ont des critères de pertinence du sujet (pratique et/ou exercice professionnel ;
pédagogie, docimologie ; histoire de la médecine) et des critères de pertinence méthodologique
(question claire ; type ; échantillon ; éléments à mesurer).
Si votre objectif est de décrire la distribution des caractéristiques d’une population, il
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 10
s’agit d’une étude descriptive et vous n’avez pas d’hypothèse (figure 1). Si vous voulez
porter un jugement sur différents facteurs, votre question de recherche est sous-tendue
par une hypothèse et il s’agit d’une étude analytique (figure 1). Vous devez bien
comprendre quel type d’étude vous réalisez et je vous propose de consulter un livre
simple.2 Quel que soit le sujet (facteur de risque ou pronostic, essai thérapeutique,
revue de la littérature, technique opératoire, histoire de la médecine), votre plan sera
toujours en IMRaD (Introduction, Méthodes, Résultats, Discussion).
Une revue de la littérature peut être un bon sujet de thèse si vous travaillez avec rigueur
et méthode. Une bonne revue de la littérature est dite « systématique ». Il s’agit de
suivre le raisonnement d’un article original et de répondre aux questions : Pourquoi j’ai
fait une revue de la littérature (Introduction) ? Comment j’ai fait une revue de la littérature
(Méthodes) ? Qu’est-ce que j’ai observé (Résultats) ? Qu’est ce que j’en pense
(Discussion) ? Le chapitre Méthodes doit expliquer comment vous avez sélectionné les
articles à lire (bases documentaires avec mots-clés, langues, années), puis comment
vous avez lu ces articles (principes d’analyse de la littérature), et quels critères de jugement
vous avez utilisés. Cette méthodologie est celle utilisée par la collaboration
Cochrane (www.cochrane.org). Des instructions spécifiques et des exemples vous aideront
à comprendre comment réaliser une revue systématique 3.
Votre sujet doit être pertinent, nouveau, éthique et surtout faisable. Vous disposez
d’un temps connu et de finances limitées. Il ne faut pas vous engager dans des
travaux qui seraient trop longs ou trop chers.
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 11
Cas-témoins Avec comparaison
D’observation
ÉTUDE ANALYTIQUE
Expérimentale
Cohorte Sans comparaison
•étude de prévalence
•étude transversale
(une seule mesure à un temps donné)
ÉTUDE DESCRIPTIVE
RANDOMISÉ NON-RANDOMISÉ
Groupe témoin
Double aveugle
Simple aveugle
Sans groupe témoin
Essai comparatif Essai libre
Figure 1. Les différents types d’études épidémiologiques.
Indiscutablement la qualité des thèses en médecine
générale s’améliore d’année en année. Nous le
constatons régulièrement dans notre faculté de
médecine. Il y a probablement plusieurs raisons pour
expliquer cette amélioration, mais l’une d’entre elles est
en rapport avec l’existence du guide du thésard. Je
m’explique : jusqu’à l’arrivée de ce guide, il n’existait
pas de référentiel donnant un cadre d’écriture simple
aux jeunes thésards. Le directeur de thèse passait
beaucoup de temps à expliquer les règles simples de la
rédaction scientifique, ainsi qu’un plan type suivant
une démarche scientifique. Maintenant, quand les
étudiants utilisent ce guide, ils parlent le même
langage que leur directeur de thèse et comprennent
mieux ses conseils.
PR JEAN BRAMI
DÉPARTEMENT DE MÉDECINE GÉNÉRALE,
FACULTÉ DE MÉDECINE PARIS 5
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 12
• Demandez un avis bien argumenté.
• Triez les avis positifs et les avis négatifs.
• Vous devez mieux faire que vos collègues !
• Doutez de tout et surtout de ce que je vais vous dire
(Bouddha, 566-480 av. JC).
Vous devez parler à des collègues de votre faculté qui viennent de terminer leur thèse ;
ils auront de nombreux conseils : écoutez-les. Vous devez comprendre leur motivation,
leur difficulté de finir dans des délais qu’ils ont fixés eux-mêmes. Ils sauront vous dire
ce qu’il ne faut pas faire (et que vous ferez quand même !). J’ai lu plusieurs thèses :
pour tous les médecins, la thèse a laissé des souvenirs. Plus le temps passe, plus ces
souvenirs sont heureux. Quels conseils peuvent vous donner ceux qui ont terminé leur
thèse ? Ils vous donneront des appréciations soit enthousiastes soit négatives sur vos
interrogations, par exemple :
Souvenirs
La thèse est un bon moment car c’est une expérience concrétisée par un document
que l’on garde toute sa vie ;
La thèse est un exercice obligatoire dont le résultat est connu d’avance.
Sujet
Le sujet était passionnant et dans le service, cette thèse a permis de changer la
conduite à tenir pour certains malades ;
Il s’agissait d’une compilation inutile de vieux dossiers sans intérêts.
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 13
C H A P I T R E 3
L’expérience
de vos collègues
Bibliographie
La documentaliste de la bibliothèque était formidable ; vous gagnerez du temps ;
Une recherche trop rapide est inutile car reprise tout au long du travail et de la rédaction.
Planification du travail
Il faut allouer des périodes de temps longues et être disponible pendant ces
moments ;
Aucun objectif de temps n’a été respecté car nous n’avions jamais planifié le travail.
Directeur de thèse
Il était disponible et a apporté les grandes lignes directrices ;
Il était toujours en voyage ou en congrès et changeait tous les rendez-vous.
Rédaction
Un plan simple et des données claires ont facilité la synthèse des résultats et permis
de faire une discussion constructive ;
Sans l’aide de la famille, il n’aurait pas été possible d’écrire autant de pages.
Statistiques
Avec un livre simple, un raisonnement simple et quelques conseils, tout peut être facile ;
Il était plus simple de ne pas en mettre et le jury n’a rien dit.
Présentation orale
Des transparents simples, une élocution lente ont impressionné le jury ;
La présentation mal préparée a fait croire que le travail était mal fait.
Jury
Ils ont aimé le sujet et apporté des remarques constructives ;
Ils n’ont rien lu et ont donné l’impression de perdre leur temps.
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 14
Vos collègues vous donneront des idées,
et probablement un thème original pour votre thèse du type :
“Constitution d’une liste des thèses abandonnées”.
• Chaque faculté a un bureau des thèses où vous pourrez obtenir les
informations utiles pour effectuer les inscriptions administratives.
• Les formalités d’inscription sont identiques entre toutes les facultés.
• Dans certaines facultés, un petit document contient les
informations générales et les spécificités locales.
• Des différences existent entre les facultés, par exemple
pour les normes de présentation.
• La plupart des facultés demandent de mettre le serment
d’Hippocrate.
L’inscription administrative doit être faite en septembre comme d’habitude. Cette
inscription vous permet d’avoir une carte d’étudiant demandée lors de l’inscription
pédagogique. Pour soutenir une thèse de médecine, il faut être inscrit dans une des
catégories suivantes :
TCEM 2, pour présenter une thèse dès la validation du 3e semestre des fonctions
hospitalières, et avant le 31 octobre de l’année universitaire ;
TCEM 3, pendant les 5e ou 6e semestres de résidanat ;
DES (internat de spécialité) ; cette inscription permet de présenter une thèse après
validation du 3e semestre de fonctions hospitalières ;
Thèse pour ceux qui n’ont pas présenté leur thèse avant le 31 octobre de l’année correspondant
à la fin de leur résidanat de médecine générale ou de l’internat de spécialité.
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 15
C H A P I T R E 4
Inscription pédagogique
et recommandations
de votre faculté
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 16
Hervé Maisonneuve
Avenue de la Thèse Monsieur le Doyen
63000 Clermont-Ferrand Faculté de Médecine
63000 Clermont-Ferrand
Monsieur le Doyen,
Je sollicite votre autorisation pour soutenir ma thèse en vue du diplôme
d’état de Docteur en Médecine, mention médecine générale ou spécialité
(mentionner le DES). Le titre de ma thèse est : “Le guide du thésard”. La thèse
sera présidée par le Professeur Patrice Deteix, de la faculté de médecine de
Clermont-Ferrand. La thèse a été dirigée par le Professeur Rissane Ourabah.
Veuillez croire, Monsieur le Doyen, en l’assurance de mes sentiments les meilleurs.
Hervé Maisonneuve, né le 19 Août 1950 à 82 Lafrançaise, baccalauréat série C.
Encadré 1. Demande personnelle rédigée à la main.
Vu
Clermont-Ferrand, le …………………
Le président du jury de thèse
(signature)
Professeur ………………………………..
Vu et approuvé
Clermont-Ferrand, le …………………………….
Le Doyen de la Faculté de Médecine*
(signature)
Professeur …………………………………………..
*Le Président de l’Université (dans le cas où le Doyen n’a pas reçu de délégation de
signature ; ceci demande un délai supplémentaire pour récupérer le permis d’imprimer)
Encadré 2. Les conclusions de la thèse en deux exemplaires,
sur papier libre, sont signées par le président du jury,
et sont suivies des deux formules :
« Dans notre faculté, nous avons aidé nos étudiants à valoriser le
travail de la thèse. Nous n’avons plus de thèses fleuve de plusieurs
centaines de pages que personne ne lit jamais et nous incitons
les étudiants à soumettre des articles à des journaux médicaux.
Le taux de publication des thèses de médecine à Saint Etienne
atteint 60 % pour les thèses de médecine générale, et environ
85 % pour les thèses de spécialité. Nous estimons que c’est un assez
bon résultat, et nous persévérons dans cette politique qui nous
donne satisfaction. Le guide du thésard est, dans ce but, très
utile pour former nos étudiants. »
PR FRÉDÉRIC LUCHT
ANCIEN DOYEN DE LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE SAINT-ETIENNE
La soutenance concomitante du mémoire de DES et de la thèse peut être faite au cours
de la dernière année d’internat.
L’inscription pédagogique est obligatoire pour mettre en place la soutenance de la
thèse. Elle est gratuite et permet l’inscription sur le registre des thèses et la fixation
d’une date de soutenance. Les documents nécessaires sont :
1. Carte d’étudiant ;
2. Demande personnelle (encadré 1) ;
3. Rapport signé du président de thèse sur la valeur du travail (deux exemplaires) ;
4. Formulaires du titre de thèse (voir les recommandations de votre faculté) ;
5. Conclusions de la thèse signées par le président du jury (deux exemplaires) avec les
formules « vu et approuvé » (encadré 2) ; un exemplaire signé vous sera remis pour
être reproduit dans votre thèse : il constitue le permis d’imprimer ;
6.Composition du jury avec la qualité et les coordonnées des membres ;
7. Quitus de la section médecine du service commun de documentation ;
8. « Formulaire d’enregistrement de thèse soutenue », destiné à la base de données
http://www.sudoc.abes.fr
Des facultés de médecine ont des recommandations particulières. Le serment
d’Hippocrate doit être obligatoirement inséré dans la thèse pour certaines facultés. La
thèse peut être présentée exclusivement sous la forme d’un article soumis à une revue
avec comité de lecture dans certaines facultés. C’est le cas de la faculté de médecine
Jacques Lisfranc, Université Jean Monnet, à Saint-Étienne (voir ci-dessous).
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 17
• La recherche documentaire doit être exhaustive et précoce.
• Utiliser correctement les bases de données ne s’improvise pas
ou demande une formation et de la pratique.
• Faire (et terminer) la recherche documentaire le plus tôt
possible pour ne pas changer ses objectifs en cours de travail.
• Mieux vaut lire complètement quelques articles de qualité
plutôt qu’accumuler des articles à lire.
• Sélectionner ses lectures, c’est apprendre à jeter.
Vous devez distinguer deux étapes :
La recherche documentaire pour identifier les documents sur votre sujet ; vous
obtiendrez un grand nombre de références, avec des abstracts à analyser ;
La sélection des articles à lire, et des articles à citer éventuellement dans votre
thèse ; vous devez appliquer des critères pour ces sélections.
Un excellent ouvrage a été traduit en français et je vous conseille de le lire.4 Je cite
cet ouvrage : « Les étudiants sont généralement surpris d’entendre que certains
articles publiés (les puristes diraient même 99 % des articles…) méritent d’être jetés à
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 18
C H A P I T R E 5
La recherche
documentaire
et l’apprentissage
de la lecture
la corbeille et ne devraient certainement pas être utilisés pour guider la pratique des
médecins ».4 Vous serez dérouté par les principes énoncés : tout semble compliqué
mais c’est simple. N’hésitez surtout pas pour demander des conseils à quelqu’un qui
sait sélectionner et lire les articles médicaux. Votre directeur de thèse doit pouvoir vous
aider (ou sinon, essayez de le former).
Recherche documentaire
Des livres expliquent comment faire une recherche documentaire et comment sélectionner
des articles.4,5 Vous ne pouvez pas tout apprendre en quelques jours : faitesvous
aider par un(e) professionnel(le). Ne faites pas l’erreur simpliste de vous contenter
de consulter une seule base de données comme PubMed le soir chez vous sur Internet
(la base de données Medline est incomplète et il faut la connaître pour l’utiliser). Une
bonne recherche documentaire utilise plusieurs bases de données et la littérature dite
« grise ». Les documents publiés sous d’autres formes que des revues et non indexés
dans les bases de données constituent la littérature dite « grise ».
Une partie de votre recherche commence toujours par un feuilletage de divers supports
que vous consultez dans une bibliothèque ou que votre directeur de thèse vous a suggérés.
C’est une façon de démarrer pour avoir quelques idées et sélectionner des mots-clés.
Une formation à la recherche documentaire est organisée par de nombreuses
bibliothèques universitaires (BU) de santé (ou médecine-pharmacie). C’est très utile.
Pour disposer de nombreuses informations ou joindre les BU santé, vous pouvez
consulter le site http://www.sup.adc.education.fr/bib.
Avant de vous précipiter sur Internet, vous devez répondre clairement à quelques
questions :
Quel est le sujet de ma recherche ? Quels sont les thèmes et quelles sont les relations
entre ces thèmes ? Quels mots décrivent au mieux ces thèmes ?
Quelle est l’étendue de ma recherche : quelles disciplines médicales, chirurgicales,
biologiques ? Est-ce que vous voulez les travaux faits chez l’homme, l’animal,
en laboratoire ? Quelles années sont utiles : voulez-vous rechercher loin dans le
temps ? Quelles sont les langues dans lesquelles des travaux ont été faits (et
publiés) ? Voulez-vous consulter journaux et livres ?
Quelle recherche allez-vous faire ? Comment allez-vous la faire ? Quels conseils
allez-vous demander et à qui ?
Quelles bases de données allez-vous consulter et pourquoi (les bases sont
toutes différentes et ont des avantages et des inconvénients) ? Demandez l’aide d’un
professionnel pour cela. Quelle littérature grise allez-vous rechercher et comment ?
Comment allez-vous compiler les références que vous obtiendrez ? Comment
allez-vous exploiter les listings ? Quels articles allez-vous commander et photocopier
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 19
et pourquoi ? Voulez-vous tous les types d’articles ou seulement des articles originaux,
des éditoriaux, des revues de littérature ? Connaissez-vous les règles de transcription
de références que vous allez employer ? Voulez-vous utiliser un logiciel de gestion
bibliographique comme Endnote par exemple ?
Une à deux heures avec un(e) documentaliste vous apprendront les principes généraux
d’une recherche. Ce temps passé vous évitera de nombreuses erreurs. Vous garderez des
notes sur les méthodes de votre recherche documentaire (notez bien les mots-clés, les
années, les langues, les bases interrogées, car il faudra les préciser dans le chapitre
« méthodes » de votre thèse).
Les bases de données doivent être consultées, soit « en ligne » depuis la bibliothèque,
soit sur CD-ROM pour certaines, soit sur internet. Vous devez connaître Medline
publié par la National Library of Medicine aux Etats-Unis, et savoir utiliser le MeSH
(Medical Subject Headings). Medline a une culture anglo-saxonne et indexe environ
4 000 journaux. Embase, avec 3 700 journaux, a une meilleure représentation européenne
et est plus orientée vers la pharmacologie et la toxicologie. Pascal est une
banque de données française multidisciplinaire. Mais d’autres compilations telles que
la Cochrane Library sont parfois plus utiles. Vous devez savoir si Biosis, ou Scisearch (The
Science Citation Index) peuvent être des sources d’informations utiles à votre recherche.
Des bases de données orientées vers la technologie médicale, ou les données économiques
et industrielles doivent parfois être consultées pour compléter votre recherche.
Des banques spécifiques sont nécessaires pour certaines recherches : psychologie,
psychiatrie, histoire, sociologie,….
La littérature grise (production non indexée dans les catalogues officiels d’édition
et les circuits conventionnels de diffusion) est une source importante d’informations
pour votre thèse. Il existe des bases de données de littérature grise que vous devez
consulter (sites Internet d’organismes internationaux par exemple). Les publications
d’agences gouvernementales ou de sociétés savantes contiennent de nombreuses
informations.
Sélectionner des articles et les lire
Vous devez ne citer que des articles que vous avez lus et que vous avez choisis pour
leur qualité. Trop souvent les références des thèses sont une compilation disparate
d’articles glanés au hasard. Dans votre thèse, les citations sont appelées dans le
texte avec rigueur et vous contrôlez si les articles contiennent bien l’information
supposée. Des erreurs ou imprécisions ne sont pas admissibles pour une bonne
thèse comme la vôtre.
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 20
L’enseignement des méthodes de lecture des articles scientifiques a commencé
en 2002 dans la plupart des facultés de médecine. Les méthodes d’analyse de la
littérature vous montreront facilement que 60 à 90 % des articles scientifiques sont de
mauvaise qualité. Vous devez comprendre que les objectifs des auteurs en médecine
sont divers (carrière, obtention de crédits, publicité personnelle, promotion d’une société
savante ou survie d’un journal, narcissisme, notoriété) et que beaucoup d’articles ne
sont pas destinés à être lus. Peu d’articles contiennent des informations pertinentes et
de qualité : vous devez sélectionner ces articles parmi les millions d’articles contenus
dans les diverses bases de données.
Les méthodes d’analyse de la littérature répondent à plusieurs questions :
Est-ce que l’article est pertinent pour répondre à la question ?
Quelle est la crédibilité de l’article ? Est-ce que les résultats de l’auteur correspondent
à la réalité ? Peut-on avoir confiance dans les résultats exposés ? Seule une
analyse précise des méthodes de travail apporte des arguments de réponse.
Peut-on généraliser les résultats observés ? Quelle est l’applicabilité des informations
contenues dans l’article ?
Les cours de votre faculté et des livres doivent vous permettre d’apprendre les
méthodes de sélection et de lecture des articles scientifiques.6-8 Vous considérerez des
questions comme : De quel type d’article s’agit-il ? Comment évaluer la qualité méthodologique
d’un article ? Comment évaluer les articles qui décrivent les essais thérapeutiques,
les examens de diagnostic et de dépistage, les synthèses méthodiques et
méta-analyses, les recommandations de pratiques, les analyses économiques et la
recherche qualitative ?
Je vous suggère d’utiliser une grille simplifiée proposée par G. Landrivon.8 Cette grille
comprend huit critères d’évaluation (Tableau 1).
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 21
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 22
Tableau 1. Grille de lecture standardisée de la méthode globale
de lecture critique.8
L’information existe-t-elle La façon d’aborder Si non, cela
pour chacune la question menace-t-il la
des huit questions ? est-elle correcte ? validité de l’étude ?
1.Objectif
• Pronostic, évolution Y a-t-il une hypothèse ?
• Test diagnostique
• Impact d’une intervention
• Étiologie, causalité
2.Type d’étude
• Rapport de cas, série de cas Le type d’étude est-il approprié Si non, les résultats de l’étude
• Étude transversale à la question posée ? sont-ils totalement inutiles ?
• Étude cas-témoin
• Étude de cohorte
• Essai contrôlé
3.Facteur(s) étudié(s) Sont-ils bien décrits ?
• Exposition Sont-ils bien mesurés ?
• Intervention • Même méthode de mesure Si non, ce biais de mesure
• Test diagnostique pour tous ? menace-t-il la validité de l’étude ?
• Mesure en aveugle ?
• Existence d’un standard
de référence ?
• Reproductibilité ?
4.Critère(s) de jugement Tous les critères de jugement • Si non, ceux qui ont été
pertinents sont-ils évalués ? oubliés sont-ils importants ?
Sont-ils bien mesurés ? • Si non, ce biais de mesure
(voir question 3) menace-t-il la validité de l’étude ?
Sensibilité, spécificité…
5.Population source • La sélection est-elle correcte ? • Si non, ce biais menace-t-il
et sujets étudiés Y a-t-il randomisation ? la validité externe ?
• Les groupes diffèrent-ils par • Si non, ce biais menace-t-il
des caractéristiques autres la validité interne ?
que les facteurs étudiés ?
• Quelle est la proportion de sujets • Si elle n’est pas optimale, la
atteignant la fin du suivi ? validité interne est-elle menacée ?
• Y a-t-il pour le test un large • Si non, ce biais menace-t-il
éventail de patients ? la validité externe ?
6.Facteurs de confusion • Sont-ils tous envisagés ? • Si non, cela invalide-t-il l’étude ?
potentiels et biais • Sont-ils bien contrôlés ? • Idem
7.Analyses statistiques
• Intervalle de confiance ? La taille de l’échantillon est-elle Si non, les résultats
• Test statistique ? suffisante ? sont-ils inutiles ?
a) si résultats positifs • Est-ce cliniquement intéressant ? • Si non, l’étude est-elle utile ?
b) si résultats négatifs • Puissance du test, • Si insuffisant, l’étude est-elle :
• Force de l’association taille de l’échantillon – simplement non concluante ?
– ou néanmoins utile ?
8.Conclusion des auteurs ? En somme :
• Réponses aux questions ? Les conclusions • Les résultats sont-ils acceptables
• Vérification de l’hypothèse ? répondent-elles à l’objectif ? appliqués à la population-source ?
• Objectif atteint ? = validité
• Les résultats sont-ils acceptables
pour votre propre pratique ?
= applicabilité
• Faire simple : que c’est compliqué !
• Ne rien commencer sans avoir tous les éléments en mains.
• Planifier deux ou trois fois plus de temps que prévu.
• De bonnes méthodes en recherche clinique crédibilisent
votre travail.
Vous ne devez jamais commencer un travail sans réfléchir aux méthodes. Cette
réflexion doit vous permettre de savoir quels moyens et quel temps vous allez allouer à votre
thèse ; vous évitez de commencer un travail impossible ; vous évitez de terminer votre thèse
en urgence en un ou deux mois après 12 à 18 mois d’errements. Je vous propose une liste
de questions, mais je ne peux pas formuler les réponses : vous aurez à faire le travail ;
vous devez trouver vos équilibres pour que votre plaisir ne devienne pas une galère.
Avant de choisir un sujet
Comment allez-vous choisir un directeur de thèse et comment allez-vous l’approcher ?
Allez-vous contacter trois ou quatre directeurs de thèse et choisir un sujet ?
Quels sont les domaines qui vous intéressent ? Essayez d’identifier clairement un
domaine qui vous motive pour choisir ensuite un sujet.
Quelles disponibilités vous laisseront vos collègues dans le service où vous êtes interne ?
Quelle est la fréquence de vos gardes ?
Comment allez-vous organiser votre travail ? Quels sont les moyens dont vous
disposez pour le travail : archives, ordinateurs, imprimantes, questionnaires, envois
postaux en nombre, etc.
Où serez-vous bien pour avoir des temps de concentration suffisamment longs ? Au
bureau, dans le service de l’hôpital, au laboratoire, à votre domicile, sur un lieu de
villégiature, etc. Où vous mettrez-vous lorsque vous écrirez ?
Quels sont les objectifs de votre thèse (être débarrassé au plus vite ou apprendre des
méthodes de travail) ?
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 23
C H A P I T R E 6
Les méthodes de travail
Quel sera le calendrier de votre thèse : avez-vous 12 ou 18 mois ? (faites un rétroplanning
à partir de la date présumée de soutenance ; exemple dans la figure 2).
Quel sera le budget et qui financera ? Certains thèmes peuvent trouver des financements
institutionnels ou industriels spécifiques.
Quand le sujet est en discussion
De quels outils aurez-vous besoin (livres, ordinateurs) ? Quels ouvrages méthodologiques
vous seront utiles ?
Quels ordinateurs utiliserez-vous ? Quels logiciels connaissez-vous ? Les connaissezvous
bien ? Si vous devez faire vos analyses statistiques et la mise en page de votre
thèse, assurez-vous de bien connaître les outils que vous utiliserez.
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 24
Directeur de thèse
Choix du sujet
Formaliser
les questions
Recherche
documentaire
Lecture de la littérature
Questionnaires,
grilles d’analyse ou
de recueil des données
Collecte des
informations
Analyse des résultats
Rédaction
Relectures (directeur
thèse, président jury
et corrections)
Dossier administratif
Impression
Soutenance
PLAN
12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
Figure 2. Proposition d’un calendrier en 12 mois : prévoyez 18 mois !
MOIS
Quels collègues vous assisteront ? Connaissez-vous un statisticien qui vous conseillera ?
Connaissez-vous un méthodologiste qui vous aidera à préparer votre protocole ?
Connaissez-vous les bibliothèques et les bases de données ?
Quel est le sujet : pouvez-vous l’écrire en trois à cinq lignes ? Avez-vous une ou de
nombreuses questions ?
Pendant le travail
Quelles sont vos méthodes de collecte des données ? Organisez vos données
pour éviter de rechercher plusieurs fois les documents sources ; sachez les transcrire
en étant sûr de vous.
Préparez la rédaction le plus tôt possible en ayant des pochettes de couleur
différentes ; vous y glisserez vos idées quand elles arrivent ; sur chaque pochette, vous
inscrirez des titres du type : introduction, méthodes, résultats (plusieurs pochettes),
discussion, références, etc.
Quel sera le plan de votre thèse ? Le plan sera toujours IMRaD, c’est-à-dire
Introduction, Méthodes, Résultats, and Discussion. C’est le plan logique de tout
travail original de recherche. Les titres et inter-titres doivent être préparés assez tôt
dans le travail.
Pendant la rédaction
Dans votre bureau, vous devez avoir des thèses de votre faculté que vous utiliserez
comme exemple pour la présentation.
Vous devez avoir un dictionnaire, quelques ouvrages pour vous apporter des
conseils pour le travail.
Commencez par rédiger les illustrations (tableaux et figures) ; dès que le chapitre
résultats est bien avancé, vous pouvez reprendre les chapitres introduction, méthodes
puis discussion.
La dactylographie doit être excellente sans fautes d’orthographe. La mise en
page est vérifiée sans cesse. Vous devez enregistrer vos documents et faire des copies
de sauvegarde.
Demandez à une ou deux personnes qui ne connaissent pas le sujet de relire votre
thèse : ils ne s’intéressent qu’au style, à la grammaire, à l’orthographe.
A la fin, vous relirez cinq à sept fois votre thèse pour corriger toutes les fautes et
revoir sans cesse le style : coupez en deux ou trois les phrases de plus de 20 mots ;
vérifiez les temps des verbes ; évitez les abréviations ; mettez l’idée de la phrase dans
les cinq premiers mots.
Prévoir l’impression de votre thèse : vous éviterez de changer la date de la soutenance
!
AVANT LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 25
• Ceux qui ont vécu en Chine disent que tout est trois fois plus
cher, trois fois plus long, trois fois moins bien et trois fois
plus difficile que ce qui était prévu de pire.
• Ne collectez que des données pertinentes à analyser.
La gestion de votre travail
Vous avez fait un planning et le temps passe vite. Vous devez porter attention aux
tâches qui peuvent vous retarder. Par exemple, vous voulez collecter des questionnaires
que vous envoyez le 10 juillet : personne ne va les remplir avant le 15 septembre ! Avezvous
prévu du travail pendant ces deux mois ? Pouvez-vous faire les envois le 10 juin et
gagner du temps ? Toutes les étapes doivent être gérées professionnellement et vous
devez éviter d’être dépendant de l’environnement (votre directeur part en vacances puis
en congrès, que faire ?).
Questions de recherche et hypothèses
Dans les premières semaines, vous recherchez votre sujet. Vous devez justifier la nécessité
de faire un travail, de préférence original. Vous devez bien connaître l’importance
de votre sujet (morbidité, mortalité, prévalence, incidence, facteurs prédictifs…).
Quel est l’intérêt de votre question ? Comment formuler votre question : des réponses
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 26
C H A P I T R E 7
La gestion
de votre travail
et le recueil des données
existent peut-être quelque part ! Vous devez être sûr que ce travail n’a jamais été fait.
Vous devez explicitement savoir si vous faites une étude clinique, diagnostique, économique
ou si vous étudiez un pronostic d’une maladie, une prévalence, une incidence ou
encore d’autres indicateurs. Vous devez être très précis sur vos objectifs. Vous ne pouvez
pas répondre à trop de questions de recherche en même temps.
Votre question doit être originale, pertinente et votre travail faisable, éthique
et utile. Si vous avez une bonne question (et éventuellement des questions annexes),
et si vous ne faites pas une étude descriptive, vous devez proposer une ou des hypothèses.
Il s’agit d’une affirmation sur une possible relation entre les facteurs étudiés. Vous
pouvez tester plusieurs hypothèses. De tout cela, vous pouvez déduire le type d’étude,
les facteurs étudiés et les critères de jugement.
L’éthique de la recherche clinique
Vous devez connaître les principes de base du respect des malades, des animaux. Aucun
malade ne peut être identifié dans votre thèse.
Comment faire un questionnaire ?
De la qualité du questionnaire dépend la qualité des données que vous allez
collecter.6 Rares sont ceux qui passent assez de temps pour préparer un questionnaire.
L’aide d’un sociologue est parfois utile ! Ils ont l’habitude de collecter des données à
analyser (ne collectez pas des données inutiles !). Les questions doivent être précises :
« êtes-vous fatigué » est imprécis. Voulez-vous des questions ouvertes ou fermées ? Quels
mots allez-vous choisir ? Ils ne signifieront pas la même chose pour tous les interviewés.
Comment formaliser, hiérarchiser, organiser les questions ? Voulez-vous traduire un
questionnaire depuis une autre langue ? Un questionnaire doit être évalué comme tout
instrument de mesure. Il faut déterminer sa reproductibilité (capacité à fournir une
mesure identique de façon répétée) et sa validité (capacité à fournir une mesure
exacte du phénomène à mesurer).
Un pré-test est utile sur quelques questionnaires pour s’apercevoir si les
réponses correspondent à vos attentes. Vous avez préparé un questionnaire ou une
grille pour extraire des données des dossiers de malades et vous aurez peut-être à coder
ces données pour les saisir : comment faire ? Allez-voir des experts qui savent analyser
des questionnaires : ils vous expliqueront rapidement les pièges à éviter. Ils vous diront
comment collecter les données et les « entrer » dans un ordinateur ?
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 27
Choisir des instruments de mesure :
la métrologie est une discipline
Je recommande un excellent ouvrage de B. Falissard.9 Vous devez apprendre à
extraire les résultats pertinents, à analyser des tableaux sans fin et organiser les principaux
points.
Des biais peuvent invalider
tout votre travail
Les biais sont des erreurs systématiques, sortes de vices de forme qui produisent des
estimations erronées. Les biais sont nombreux et vous devez en connaître certains.
Les biais de sélection : la population incluse n’est pas représentative de celle que
vous voulez étudier ; vous ne pourrez pas généraliser vos résultats. Par exemple,
vous voulez avoir l’avis de médecins généralistes sur une question professionnelle ;
plutôt que de les tirer au sort dans un annuaire, vous les tirez au sort parmi les
médecins assistant à un congrès sans le préciser. Le choix du congrès peut biaiser la
population analysée.
Les biais de mesure sont nombreux : par exemple, vos données sont mesurées par
quatre rhumatologues avec dix ans d’exercice et deux étudiants en fin d’études. Des
différences entre les expérimentateurs existent mais vous oubliez de donner l’origine
des six expérimentateurs. Les tests utilisés doivent être exacts et reproductibles.
Les biais de confusion sont plus difficiles à apprécier : un facteur environnant
que vous n’avez pas pris en compte peut avoir un impact majeur sur vos résultats.
Vous comparez les incidences des leucémies de deux populations. Vous avez oublié de
mentionner qu’un groupe vivait dans une commune avec deux centrales nucléaires et
l’autre groupe à 2000 mètres d’altitude dans les Alpes.
Choisir les bons logiciels
Plutôt que de faire des choix compliqués, utilisez ceux que vous connaissez le mieux
ou familiarisez-vous avec les plus simples : traitement de texte, logiciels pour recueil et
analyse des données (le logiciel Epi-info est facile à utiliser, et gratuit), logiciels pour
analyse statistique, logiciels pour la présentation des résultats.
Travailler en s’amusant
C’est le meilleur conseil de ce chapitre et c’est possible !
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 28
• La science est rigueur : la rédaction scientifique doit être rigueur.
• Rédaction, méthodologie, évaluation sont des concepts
indissociables.
• Le fond et la forme ont souvent le même niveau de qualité.
• Le meilleur style est l’absence de style.
• Après avoir relu votre texte cinq fois, pensez à le relire encore
deux ou trois fois.
Le meilleur style est l’absence de style ; une excellente lisibilité doit être
votre obsession pour être mieux lu, et mieux compris. Nous avons appris un
excellent français pour notre baccalauréat mais la rédaction scientifique utilise
d’autres règles. Le français de Balzac ou de Proust ne convient pas pour une thèse.
Vous devez appliquer un style scientifique et non littéraire : tout est précision, clarté,
brièveté dans votre thèse. C’est difficile, car vous aurez à lutter contre votre résistance
au changement.
Vous devez respecter les règles élémentaires de l’expression écrite.5 Une thèse n’est pas
un télégramme. Les phrases ne doivent avoir qu’un seul message et être courtes. Si une
phrase a plus de 15 mots, relisez-la et évitez les tournures confuses ou compliquées.
La précision
Vous devez être rigoureux dans vos observations. La rédaction doit appliquer les principes
de rigueur de la démarche scientifique. Vous ne devez jamais écrire « environ
25 malades ont eu des troubles importants, dont presque 30 % avaient des signes fonctionnels
sévères » ; rien n’est précis dans cette phrase. Un médecin doit connaître le nombre
exact des malades : citez un effectif précis plutôt qu’un pourcentage approximatif.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 29
C H A P I T R E 8
Comment écrire
Que veulent dire les mots « importants », « sévères » ? La précision est indispensable en
médecine.
Les erreurs sont fréquentes dans les totaux d’un article, les totaux des tableaux. Vous
devez recompter plusieurs fois tous vos effectifs pour être sûr de ne pas avoir fait d’erreurs.
Soyez précis dans le choix de vos références : combien de fois avez-vous été déçu
par un article référencé qui ne contenait pas ce que vous attendiez ? Les articles que
vous référencez doivent contenir l’information attendue (de nombreux auteurs ne lisent
pas les articles qu’ils citent).
La clarté
L’idée principale de chaque phrase doit être contenue dans les premiers mots
de la phrase. L’idée principale du paragraphe doit être exprimée dans la première
phrase du paragraphe. Il s’agit de la position forte. En science, il faut toujours utiliser
le même mot pour dire la même chose. Nous n’avons pas appris cela au lycée quand
on nous enseignait la littérature : ce qui est excellent pour un roman ne convient pas
au style d’une thèse. Par exemple, température anormalement élevée ne devient pas
fièvre, état subfébrile, hyperthermie, fébricule uniquement pour faire beau : ce n’est
plus du langage scientifique.
Vous devez penser à décrire tous les détails pour être clair ; vous ne pouvez pas faire
d’ellipses qui obligent vos lecteurs à interpréter. Les temps des verbes doivent être
utilisés à bon escient : les temps du passé pour les faits passés, les temps du présent
pour les faits acquis et les généralisations. Vous n’employez jamais les temps du futur
sauf éventuellement sur la dernière page de votre thèse.
La brièveté
De nombreux mots (souvent placés en début de phrase) n’ont pas de message :
supprimez-les car ce sont des bois morts. Les « en effet », « par contre », « en revanche »
ou autres sont inutiles. Des mots longs comme « actuellement » ont moins d’information
qu’une expression courte comme « en 2003 ». Vous pouvez être précis et bref dans la
plupart des cas. Vous ne devez dire les faits qu’une seule fois et ne pas les répéter (en
répétant vous pouvez vous tromper sur les chiffres !). Les abréviations ne sont pas
toujours un bon moyen pour raccourcir un texte car la lecture est parfois plus difficile.
Lisibilité : quelques trucs
Quand j’ai eu fini d’écrire le guide que vous lisez, j’ai voulu m’assurer de sa lisibilité. Je
l’ai relu plusieurs fois et j’ai réécrit des phrases. J’ai relu toutes les phrases de plus de
15 mots : parfois deux ou trois courtes phrases étaient plus claires. J’ai évité toutes les
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 30
doubles négations du type « Vous n’utilisez pas de phrases qui n’ont pas de verbes » ; j’ai
écrit « Toutes les phrases doivent avoir un verbe ». C’est la même idée mais plus facile
à comprendre. Plus les mots sont simples et courts, plus les paragraphes sont simples
et courts, plus les textes sont lisibles. J’ai changé les phrases dites « négatives » en
affirmations « positives ». Au lieu de dire « Vous devez éviter des mots imprécis », j’ai écrit
« Vous utilisez des mots précis ».
Jargon
Les exemples sont nombreux et anecdotiques. Lisez attentivement un article de la
dernière revue médicale sur votre bureau et vous découvrirez souvent des textes incompréhensibles
avec des mots mal employés : « un malade grave » (ce n’est pas le malade qui
est grave mais sa maladie) ; quant au chirurgien dit « infantile », allez revoir la signification
de cet adjectif dans votre dictionnaire.
Vous devez utiliser le « je », ou le « nous » (voir page 7). Je préfère dire « Je pense
qu’il ne faut plus mesurer la glycémie chez les adolescents » et je n’aime pas : « Nos résultats
nous laissent à penser qu’abandonner la recherche de glucose dans le sang chez
l’adolescent doit être discuté dans de nombreuses situations ». Dans ce guide du thésard,
êtes-vous gênés par l’utilisation du « je » ?
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 31
Évitez le jargon
• Les personnes âgées associent volontiers plusieurs pathologies
avec un risque de décompensation en cascade alourdissant
considérablement le pronostic.
• Très gravement brûlée, elle s’est éteinte pendant son transport à
l’hôpital.
• Malgré de vains efforts et le dévouement de toute l’équipe, nous
avons malheureusement déploré la survenue d’une issue fatale.
• Nos résultats nous laissent à penser que nous avons bien mis le
doigt sur le visage de la dépression.
• Nous avons vu fleurir les échelles de qualité de vie.
• Nos résultats n’étaient pas significatifs, mais néanmoins indicatifs
d’une tendance.
• L’introduction suscite l’intérêt du lecteur.
• Vous décrivez ce qui est connu, avec quelques références.
• Vous délimitez l’inconnu.
• Votre question simple, claire et précise explore l’inconnu.
• « Argument de vente », votre introduction n’est pas une
revue de la littérature.
Les trois parties de votre introduction expliquent le choix du sujet :
1. Que connaît-on sur ce sujet ?
2. Quelles sont les incertitudes dans ce domaine ?
3. Quelles sont les questions que vous posez sur ces zones d’incertitude et quelles
méthodes de travail allez-vous utiliser ?
Votre introduction doit susciter l’intérêt du jury de votre thèse et des lecteurs. Vous
imaginez qu’un rédacteur de revue pourra lire votre thèse quand vous soumettrez un
article pour publication.
Pourquoi avez-vous fait ce travail ?
La réponse à cette question s’appelle l’introduction. Votre lecteur doit comprendre le
raisonnement qui a conduit au choix de votre question. Tout travail original répond
à une question. Votre question est simple, claire et précise. Un objectif principal doit être
détaillé. Les objectifs secondaires sont précisés. Votre lecteur veut comprendre pourquoi
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 32
C H A P I T R E 9
L’introduction
en 3 parties : le connu,
l’inconnu, votre question
vous avez choisi cette question. Une affirmation du type : « Nous avons comparé deux stratégies
diagnostiques dans une étude prospective randomisée » n’est comprise que si il y a
un raisonnement clair. Votre question explore un domaine inconnu de la science, qui n’a
d’existence que par rapport à un domaine connu. Vous devez rappeler le « connu », délimiter
« l’inconnu » que vous allez investiguer, avant de proposer la question.
Les trois parties de votre introduction
Le connu
Dans le domaine de votre travail, le lecteur veut d’abord connaître ce qui est bien établi :
le connu. Vous précisez en quelques phrases les données validées. Des références bien
choisies sont indispensables. Vos références permettent au lecteur de contrôler la source
de vos informations, et de valider le domaine « connu » de votre sujet.
L’inconnu
À partir de cette zone bien délimitée, commencent des domaines non explorés.
L’inconnu doit être expliqué avec des mots simples. Pourquoi n’a-t-il jamais été exploré ?
Vous vous intéressez à l’inconnu dans un travail original. Vous n’avez aucun intérêt à
explorer le connu : manque d’originalité, répétition de résultats déjà observés.
La question
C’est la fin de l’introduction. La question est posée dans le domaine de l’inconnu. C’est
la seule façon de faire évoluer la connaissance scientifique : transformer l’inconnu en
connu et tester une hypothèse avec l’objectif de prouver quelque chose.
Avant d’écrire l’introduction
L’introduction doit être écrite avant de faire le travail, tout comme les méthodes. La
connaissance, si possible exhaustive, du sujet abordé doit être une démarche préalable à
toute question, donc à tout travail scientifique. Une recherche documentaire précède la
rédaction de l’introduction. À partir de la bibliographie, vous sélectionnez les références
contenant les faits principaux connus, et qui justifient le choix des hypothèses testées.
L’introduction est courte
La longueur de l’introduction est adaptée selon le sujet. Le temps des verbes doit être le
présent et/ou le passé, sans trop mélanger les temps. Vous utilisez le présent pour les généralisations,
et les données bien validées et peu contestées. Le passé est utilisé pour exposer
brièvement les résultats obtenus par les auteurs cités. L’introduction est un « pont » (lien
entre les connaissances du lecteur potentiel et de l’auteur) et un « entonnoir » (exposé
général du sujet avant de finir sur une question simple et précise). Ces objectifs, parfois
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 33
L’arrivée du DES de Médecine générale suscite une forte demande
de thèses en rapport avec les soins primaires. D’où la nécessité de
former de nouveaux directeurs de thèse pour répondre aux
sollicitations des internes. C’est la démarche que le Département
de Médecine générale de l’Université de Bordeaux a adoptée en
proposant une formation à la direction de thèse aux généralistes
enseignants. “Le guide du thésard” sert de référence et permet
l’acquisition des compétences nécessaires à l’encadrement de
l’interne. Les différents chapitres qui retracent le parcours du
thésard constituent un outil très facilitant pour les futurs
directeurs de thèse : ils ont ainsi en mains tous les éléments pour
répondre aux questions et pour guider l’élaboration du travail.
La contribution du guide du thésard à la mise en place du DES
de Médecine générale est ainsi très démonstrative.
PR BERNARD GAY
DÉPARTEMENT DE MÉDECINE GÉNÉRALE UNIVERSITÉ VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2
contradictoires, sont appliqués au mieux. Une introduction contient quelques références
pertinentes. Votre introduction peut aussi être lue par des scientifiques d’une autre
spécialité. De ce fait, des explications claires, simples et brèves seront mieux comprises.
Pas de digressions : il faut convaincre
L’introduction est votre « argument de vente ». Le lecteur doit comprendre votre hypothèse
testée, et avoir envie de vous lire. L’introduction n’est pas une revue de la littérature,
ni un traité de médecine. Votre introduction n’est pas une synthèse rapide (un
copier/coller) à partir des thèses que vous avez consultées sur le même sujet. Soyez
original et ne recopiez pas les mauvaises introductions des autres thèses. Votre introduction
n’est pas l’explication de chaque mot du titre, ni l’état des connaissances de la maladie.
Il existe des dictionnaires, des encyclopédies pour cela. Une introduction trop longue
irrite votre lecteur : il comprend mal votre question et n’est plus intéressé. Dès l’introduction,
vos capacités rédactionnelles sont appréciées.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 34
• Les méthodes permettent au lecteur de “valider” votre travail.
• Les critères d’inclusion, de non-inclusion, la taille de l’échantillon
sont les méthodes de sélection.
• La démarche expérimentale précise (comparaison,
correspondance, critères de jugement, mesure) constitue les
méthodes d’intervention.
• Apprécier les liens éventuels entre les variables constitue
les méthodes d’évaluation.
• Pas de justification, pas de commentaire, mais des faits précis.
Dans les méthodes de votre thèse, vous prévoyez quatre parties :
1. Comment avez-vous sélectionné le matériel de travail ?
2. Quelles sont les interventions et/ou observations que vous avez réalisées sur ce matériel ?
3. Comment avez-vous évalué votre intervention ?
4. Méthodes statistiques, considérations éthiques, autres informations sur la méthode.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 35
C H A P I T R E 1 0
Les méthodes en 4 parties :
sélection, intervention
et/ou observation,
évaluation,
autres méthodes
Ces parties du chapitre « méthodes » s’appliquent, que le travail soit médical, chirurgical,
biologique, épidémiologique ou même pour une revue de la littérature. Ce
chapitre contient les informations nécessaires pour refaire le même travail. Ces informations
permettent d’analyser et de critiquer la validité des résultats. Le
chapitre « méthodes » correspond au chapitre « protocole » qui est écrit avant tout
travail expérimental.
Les méthodes de sélection
La première étape consiste à bien définir votre échantillon, votre population.
Vous décrivez les critères d’inclusion, les raisons du choix de la taille de l’échantillon.
Trop souvent, des résultats du type : « Nous avons inclus 65 malades d’âge moyen
48 ans, ayant un cancer du poumon depuis 1,4 an, etc. » sont dans ce chapitre
« méthodes ». C’est une erreur. Le nombre de malades est un résultat à mettre dans le
chapitre « résultats ». Critères d’inclusion et critères de non-inclusion sont bien connus
de ceux qui réalisent des essais de médicaments. Critères d’inclusion ou de non-inclusion
s’appliquent à tout type de travail expérimental : clinique, biologique, documentaire.
Par exemple, pour faire une revue de la littérature, vous avez normalement utilisé
des critères pour sélectionner et analyser les articles cités.
Vous devez expliquer le choix de la taille de l’échantillon. Des méthodes de calcul,
en fonction des données déjà existantes et du niveau de signification statistique que
vous avez choisi, sont à appliquer. Dans les critères de sélection, vous devez citer tous
les paramètres pour définir votre population, que ce soient des hommes, des animaux,
des prélèvements biologiques, des kits diagnostiques, des examens paracliniques, ou
des articles scientifiques. Lors d’une thèse de type « revue de la littérature » vous expliquez
comment vous avez choisi les articles (bases de données, mots-clés, année, langue,
critères de lecture, etc.). Vous précisez si votre étude est prospective, rétrospective, si la
série est consécutive ou non, randomisée ou non, si l’étude était croisée ou parallèle…
Les méthodes d’intervention
Votre travail expérimental consiste ensuite en une intervention sur le matériel sélectionné.
Cette intervention va produire un résultat. Vous ne décrivez que les méthodes
d’intervention dans ce paragraphe. Cette intervention intervient avant l’évaluation du
résultat. Vous précisez des notions de temps, de lieu, de niveau d’intervention, de
doses, de durée, de technique de coloration, d’incubation, de nécropsies, etc. Vous
décrivez tous les paramètres des machines utilisées : références de l’appareil de radiographie,
temps d’exposition, etc. Pour les techniques histologiques, vous décrivez tous
les paramètres des colorations qui sont utilisées. Pour les mesures biochimiques, vous
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 36
décrivez les références des automates, les kits utilisés, avec le nom du fabricant et les
numéros de lots. Pour les réactifs biologiques, le numéro de série, l’origine, sont
précisés. Pour les médicaments, vous utilisez des dénominations communes internationales,
et à une place appropriée (note en bas de page, parenthèses) vous précisez
le nom commercial, le nom du fabricant. Pour une revue de littérature, vous précisez
les grilles de lecture utilisées et les items que vous avez analysés. En chirurgie, les
méthodes d’intervention doivent être bien codifiées. Si elles varient pendant le travail
expérimental, vous le préciserez soit dans ce chapitre « méthodes », soit parfois dans le
chapitre « résultats ».
Par exemple, dans le chapitre « méthodes », vous pouvez écrire « La voie d’intervention
a été médiane lorsqu’il s’agissait du chirurgien YB ; elle a été latérale pour le chirurgien
AV ». Et dans le chapitre résultats, vous écrivez : « 54 malades ont été opérés par voie
médiane (YB), et 21 par voie latérale (AV) ».
Les méthodes d’observation
Les études épidémiologiques, du type suivi de cohorte, ne comportent pas d’intervention.
La population sélectionnée est observée : les critères choisis sont déterminés avec
précision. Si un questionnaire est utilisé sur cette population, il doit être précis. Vous
devez le mettre dans une annexe. Si vous ne le mettez pas, le lecteur peut demander l’accès
à ce questionnaire : une phrase ou note de bas de page précise comment et où ce
questionnaire peut être consulté. Vous devez dire qui a observé les faits que vous
rapportez.
Les méthodes d’évaluation
Vous distinguerez bien cette partie ; elle est différente des paragraphes sur l’intervention
ou l’observation. Après être intervenu ou avoir observé, vous « prenez du recul »
pour évaluer les résultats de votre intervention. Pour évaluer, vous avez défini un
(ou plusieurs) critères de jugement. Par exemple, vous avez sélectionné des malades
rhumatismaux ayant des douleurs. Votre intervention a pu consister en l’administration
d’anti-inflammatoires pendant x jours à dose y, matin et soir. L’évaluation consiste
à comparer le score obtenu sur une échelle analogique de la douleur avant et après
traitement. Vous évaluez le résultat de l’intervention en observant un ou plusieurs paramètres.
Votre objectif est soit une comparaison de données à des temps donnés, soit la
recherche d’une liaison entre des variables. Vous devez être clair.
Après avoir décrit les critères de jugement, les méthodes d’analyse sont exposées. Le
plan d’analyse est décrit en précisant s’il avait bien été préparé avant de commencer le
travail. Si de nouvelles méthodes d’analyse ont été appliquées après l’obtention des
résultats, cela doit être clairement exposé.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 37
Les autres méthodes
Les méthodes statistiques doivent être précisées dans le cours du chapitre « méthodes »
ou dans un paragraphe spécifique. Les considérations éthiques concernant les animaux
et les malades peuvent faire l’objet d’un paragraphe.
Comment écrire
le chapitre « méthodes » ?
La description des méthodes doit suivre un ordre logique, qui correspond en général à
l’ordre dans lequel a été fait le travail. Par exemple, si l’on a étudié une immunoflorescence
sur des hépatocytes humains, décrire d’abord les méthodes chirurgicales, les
méthodes histologiques et enfin les méthodes d’immunoflorescence.
Le titre du chapitre est tout simplement « méthodes ». Si des sous-titres sont utilisés,
ils pourront être réutilisés ensuite dans les chapitres « résultats » et « discussion ». Les
temps des verbes ne peuvent être que des temps du passé, puisque l’on répond à la
question : « Comment j’ai travaillé ? ». Le style ne doit pas être télégraphique. Vous
référencez les méthodes déjà publiées, en les décrivant en quelques mots. Il vaut
mieux écrire : « Les cellules ont été broyées par ultrasons (référence) » plutôt que : « Les
cellules ont été broyées comme nous l’avons décrit précédemment (référence) ». Le
premier exemple est plus court et contient plus d’informations. Les nomenclatures
sont respectées pour l’anatomie, la pharmacologie, la bactériologie et autres disciplines.
Les nomenclatures sont nombreuses et les références originales des nomenclatures
sont mentionnées dans les instructions aux auteurs des revues et les ouvrages de
rédaction.
Ce chapitre « méthodes » correspond au protocole de votre thèse. Vous l’avez écrit
avant de commencer votre travail. En l’écrivant, vous avez imaginé le plan de votre
thèse. Après avoir obtenu les résultats, quand vous rédigez votre thèse, vous
pouvez être appelé à modifier ce chapitre méthodes écrit plusieurs semaines ou
mois auparavant. Ces modifications sont destinées à adapter ce chapitre
« méthodes » aux résultats que vous exposez. Ces modifications sont mineures et
ne doivent pas être une source de nouveaux biais. Si des modifications majeures
sont faites, il faut l’expliquer clairement. Elles seront commentées et/ou justifiées
dans la discussion.
Les valeurs normales des paramètres, avec des limites considérées comme anormales,
sont exposées. Les unités de mesure sont exprimées dans le système d’unité utilisé dans
votre faculté (consulter les instructions de votre faculté ou votre directeur de thèse). Les
unités de temps et de lieu doivent être précisées.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 38
Les erreurs du chapitre « méthodes »
Trop souvent, des résultats ou des discussions sont dans ce chapitre. C’est inutile.
Ce chapitre décrit comment les méthodes ont été développées et appliquées, sans les
justifier. La discussion des biais, les raisons du choix d’une méthode n’ont pas lieu d’être
dans ce chapitre. Ils sont dans la discussion. Vous devez décrire toutes vos méthodes
sans oublier des données qui vous paraissent trop simples : elles sont utiles pour votre
lecteur. L’omission (volontaire ou non) de quelques données expérimentales majeures
n’est pas admissible. Si une omission existe, il faut le dire. Par exemple : « Les données
expérimentales ne sont pas toutes exposées car un brevet est en cours d’examen. Elles
peuvent être communiquées sur demande explicite auprès de l’auteur ».
Une exception :
la validation de certaines méthodes
La validation des méthodes est un résultat qui, exceptionnellement, est dans ce
chapitre. Si cette validation mérite une description, elle est décrite dans le chapitre
méthodes. Par exemple : « Les 30 premières radiographies ont été lues par trois expérimentateurs.
La concordance des conclusions était bonne pour 28 radiographies. Pour
2 radiographies, une divergence mineure d’interprétation a été observée entre deux des
trois lecteurs. Les autres radiographies ont été lues par deux expérimentateurs ». Si les
résultats de la validation sont trop nombreux, ils seront exposés dans un paragraphe
du chapitre « résultats ».
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 39
• Le chapitre résultats contient tous les résultats,
mais seulement des résultats.
• Les tableaux et figures sont compris sans lire le texte.
• Les résultats sont des faits et non des opinions.
• Les résultats ne sont ni interprétés ni commentés
dans ce chapitre.
• L’exposé respecte la chronologie des faits.
Exposer « Qu’est-ce que j’ai observé ? » vient logiquement après l’introduction (pourquoi
j’ai fait ce travail ?) et les méthodes (comment j’ai fait ?). C’est l’objectif du
chapitre « résultats » qui contient tous les résultats, mais rien que des résultats. Les illustrations
(tableaux et figures) sont utilisées en priorité (voir chapitre 12). Ces illustrations
sont préparées et ensuite la partie narrative du chapitre « résultats » est écrite.
L’équilibre texte/tableaux/figures est un choix difficile. Le texte n’est pas un commentaire
des illustrations. Chaque résultat n’est exprimé qu’une fois sous forme de
texte, ou de tableau, ou de figure. Le choix entre tableau et texte est difficile dans
certains cas (figure 3).
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 40
C H A P I T R E 1 1
Les résultats
avec des illustrations
en priorité
Un plan simple
Vous construisez le chapitre « résultats » selon une logique. Cette logique est propre à
chaque thèse. Les principaux résultats peuvent être exposés en premier. Une autre
logique est d’exposer selon l’ordre chronologique de l’observation des faits : par
exemple, l’intervention chirurgicale, l’examen macroscopique, les résultats histologiques.
Dans cette logique, les résultats principaux peuvent être exposés en dernier.
Ceci peut nuire à la lisibilité et à la compréhension.
La présentation des faits selon l’ordre dans lequel ont été exposées les méthodes est
simple. Le plan est détaillé avec une numérotation des sous-chapitres qui peut être
réutilisée dans le chapitre « discussion ». Parfois, des sous-titres sont nécessaires. Ces
sous-titres peuvent être les mêmes (et dans le même ordre) que ceux des chapitres
« méthodes » et « résultats ».
Une description logique des faits
Vous devez choisir comment exposer les faits observés. Claude Bernard expliquait que
la meilleure description était celle du scientifique aveugle.10 Il citait le naturaliste
F. Huber. Ce scientifique demandait à son secrétaire de lui expliquer ce qu’il observait.
Son explication n’était pas compliquée par des interprétations, des commentaires. Les
résultats sont « des faits » et non des opinions. Ils s’imposent à l’expérimentateur.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 41
Tableau XX : Score de sévérité
de la dépression chez 164 malades traités
par du thé vert
Score de sévérité Malades
de la dépression N (%)
0 – 4 23 (14)
5 – 9 51 (31)
10 – 19 72 (44)
> 19 18 (11)
Parmi les 164 malades, 23 (14 %) avaient un score de sévérité de la
dépression (SSD) de 0 à 4 ; 51 (31 %) avaient un SSD de 5 à 9 ; 72 (44 %)
avaient un SSD de 10 à 19 ; 18 (11 %) avaient un SSD supérieur à 19.
Choisissez entre
tableau ou texte
Figure 3. La même information est exposée dans le tableau ci-dessus
et les trois lignes de texte : choisissez la forme appropriée à votre travail.
En appliquant cette méthode, nous devons décrire une hémoglobinémie à 6 g/dL et
non une anémie, des leucocytes à 16 x 109/mL et non une leucocytose. Les termes
« anémie » et « leucocytose » sont déjà une interprétation (une opinion parfois ?). Ils
doivent avoir été définis dans les méthodes de votre article. Par exemple, la phrase
« L’haptoglobinémie était inférieure au seuil de détection de 0,1 g/L » doit être préférée
à la phrase « L’haptoglobine était indosable ». Votre lecteur doit pouvoir interpréter vos
résultats. Si vous exposez d’emblée votre propre interprétation, le lecteur risque de
perdre son esprit critique.
La chronologie des faits doit être respectée lors de la description des résultats.
Cette chronologie des faits n’est pas toujours celle dans laquelle ils ont été
observés. Un malade est examiné pour un diagnostic précis et ce n’est qu’au cours de
l’interrogatoire que son histoire est comprise. Cet interrogatoire permet de reconstituer
le passé : l’exposé suit la chronologie des faits pour faciliter la compréhension du
lecteur.
Quels résultats sont exposés ?
Utiliser des annexes très souvent
Dans une thèse, tous les résultats sont exposés. Toutes les données nécessaires
aux calculs statistiques peuvent être communiquées au lecteur. Votre lecteur doit
pouvoir vérifier les tests statistiques. Il doit disposer de données suffisantes pour
éventuel lement appliquer lui-même d’autres classifications ou d’autres méthodes d’analyse
statistique. Les données accessoires, souvent nombreuses, peuvent être omises. Ces
omissions ne doivent pas nuire à la compréhension, à la clarté des descriptions. Les résultats
dits « négatifs » sont informatifs, et doivent être cités. L’abondance des résultats
peut nécessiter d’ajouter des annexes. Vous devez utiliser les annexes à bon escient.
Vous pouvez ajouter en annexe des données individuelles de chaque mesure par
exemple. Ces annexes comportent des tableaux, listings, figures qui ne sont pas dans
le corps de votre thèse. Votre exposé est ainsi plus court, plus vite lu et mieux
compris.
Des tableaux et des figures en priorité
(voir chapitre 12)
Les illustrations (tableaux et/ou figures) sont présentées dans le chapitre « résultats »
de votre thèse. Chaque illustration est une entité compréhensible en dehors du
texte. Ces illustrations sont nombreuses. Leur insertion tout au long du texte peut
nuire à la lisibilité. Certaines peuvent être mises dans les annexes. Un tableau est
composé en caractères d’imprimerie avec des lignes et des colonnes (figure 4). Avec
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 42
son titre placé au-dessus, et ses notes explicatives placées en dessous, le tableau est
facilement compris. Le tableau privilégie la précision de l’information, et le message
nécessite une attention du lecteur pour être compris. Tout ce qui n’est pas un tableau
est une figure. Les figures correspondent aux diagrammes, histogrammes, courbes,
radiographies, documents anatomopathologiques, photographies. Avec sa légende
placée au-dessous, la figure est facilement comprise. La légende est longue, descriptive,
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 43
Champ
contenant
des cellules
avec des
résultats
Têtes de
colonnes
Numéro
de tableau
et titre
Notes de bas
de tableau
Tableau XX : Style et qualité des articles
et cas cliniques reçus à la rédaction*
Caractéristiques Articles Cas
originaux cliniques
(n = 225) (n = 234)
Style
Précision 84 (37) 55 (23)
Clarté 132 (59) 171 (73)
Brièveté 104 (46) 195 (83)
Lisibilité 53 (24) 86 (37)
Score de qualité †
0 à 5 60 (27) 98 (42)
6 à 10 106 (47) 70 (30)
11 à 15 44 (19) 47 (20)
16 à 20 15 (7) 19 (8)
Acceptés
Avec modifications 195 (87) 172 (73)
Sans modifications 30 (13) 62 (27)
* Les données sont des effectifs (avec pourcentages).
† Le score de qualité de Newton a été modifié pour cette
étude (voir méthodes).
Souche
Têtes
de lignes
avec
sous-titres
Figure 4. Exemple de présentation d’un tableau sans lignes verticales
et quelques lignes horizon tales.
Sachez utiliser les caractères gras et maigres.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 44
Figure 5. Les mêmes données peuvent être présentées très différemment
pour servir les messages désirés.
Nous remercions les éditions Blackwell Scientific Publications pour leur autorisation de
reproduction.
y
x
y
x2
in y
x
y
In x
ln y
In x
Toujours imaginer comment
est le vrai cochon !
Les 5 représentations sont justes !
contenant parfois un rappel bref de la méthode. Le message est clair dans une figure.
La figure est moins précise qu’un tableau.
Un exemple vous montre que l’on peut dire beaucoup de choses avec une figure
(figure 5).
Les tableaux et figures ne font jamais double emploi avec le texte. Dans le texte, ces
illustrations doivent être citées en mentionnant le fait principal. Par exemple, la phrase :
« L’érythromycine était plus active que les autres macrolides sur Bacterium vulgum
(tableau A) » doit être préférée à la phrase : « Un examen attentif du tableau 4 montre
le spectre antibactérien de l’érythromycine par rapport aux autres médicaments antibiotiques
». La première phrase est plus courte (12 mots) et contient plus d’informations
que la deuxième (17 mots).
Les erreurs du chapitre « résultats »
Vous ne devez pas décrire de nouvelles méthodes, avec leurs résultats. Vous ne
devez pas répéter les méthodes principales avec chaque résultat. Vous ne devez pas
exposer un résultat pour lequel la méthode n’a pas été précisée dans le chapitre
« méthodes ». Le lecteur averti ne pourrait en aucun cas valider un tel résultat.
Vous ne devez exposer que vos résultats, mais tous vos résultats. Omettre volontairement
des résultats n’est pas admissible. Il faut dire : « les résultats de cette expérience
ne sont pas exposés dans cette thèse ; ils peuvent être communiqués par les auteurs ».
Cette phrase est factuelle, sans commentaires. Une explication, une raison peuvent être
données dans le chapitre « discussion ».
Aucune référence à un autre article ne doit être citée dans ce chapitre. La citation
d’une référence dans ce chapitre « résultats » montre que vous mélangez vos résultats
avec ceux d’autres auteurs et/ou avec la discussion.
L’absence de données chiffrées précises est une erreur. Vous ne devez pas exposer
des résultats approximatifs. Par exemple : « La plupart des cas ont été… », « Environ
40 % des malades… », « Deux tumeurs étaient plus grandes que les autres… », « Les scores
obtenus par les patients et les médecins étaient similaires… ». Dans tous ces cas, vous devez
exposer les résultats chiffrés très précis. Votre lecteur pourra interpréter lui-même.
Les temps des verbes du présent et du futur n’ont pas de place dans ce
chapitre, sauf exceptions (le tableau B montre que…). Tous les temps des verbes sont
des temps du passé. C’est logique puisque vos résultats ont été obtenus avant d’écrire
votre thèse.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 45
• Un tableau est composé en caractères d’imprimerie avec des
lignes et des colonnes.
• Les tableaux (avec le titre et les notes) sont compris sans lire
le texte de l’article.
• Des figures sans biais, cela existe-t-il ?
• Un message simple, explicité dans la légende.
• L’iconographie doit être d’excellente qualité.
Les illustrations exposent vos résultats principaux. Vous devez passer beaucoup de
temps pour les choisir, les comparer entre elles, être sûr que votre lecteur comprend votre
message. Toutes les illustrations qui ne sont pas des tableaux, sont des figures. Les figures
peuvent être : des dessins au trait (graphiques, courbes, histogrammes, gâteaux, camemberts,
nuages de point, diagrammes en trois dimensions, cartes de géographie, algorithmes, arbres
de décision) ou des photographies (personnages, paysages, histologie, imagerie médicale).
Préparez les illustrations le plus tôt possible lors de la rédaction de votre thèse. Elles sont principalement
utilisées dans le chapitre « résultats ». Les figures ne doivent pas faire double
emploi avec les tableaux ou le texte. Les tableaux et les figures sont numérotés par ordre d’apparition
dans le texte. Parfois les illustrations peuvent être toutes mises dans des annexes.
Choisir un tableau
Vous avez de nombreux résultats, souvent sous forme de données collectées à partir de
diverses observations, ensuite compilées dans une base de données, puis analysées. Ces
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 46
C H A P I T R E 1 2
Choisir et utiliser
les tableaux et les figures
données sont accompagnées des résultats des tests statistiques. Vous devez discriminer
les résultats susceptibles d’être exposés dans votre thèse. Vous devez choisir de les
exposer sous forme de texte écrit, de tableau ou de figure. Souvent, un tableau est
proposé alors que trois ou quatre lignes de texte suffisent (figure 3). Un tableau qui
correspond à une diapositive pour un exposé oral, ne doit pas être employé dans un
exposé écrit. Chaque type de communication appelle une iconographie adaptée, donc
parfois des tableaux légèrement différents.
Vous devez faire deux ou trois tableaux avec les mêmes données et ne garder que celui
qui transmet votre message (figure 6). Les lignes et colonnes, construites selon un ordre
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 47
Figure 6. Ces deux tableaux montrent deux manières différentes
pour exposer la même information.
Chaque tableau a sa propre logique.
Tableau A : Tolérance de 6 molécules testées chez des dépressifs
Tolérance
Bonne Mauvaise
Voie percutanée Formule huileuse Bobo Formule aqueuse Bcbg { Wasp
Voie orale Formule huileuse { Cpfh
Osim
Formule aqueuse Tgif
Tableau B : Tolérance de 6 molécules testées chez des dépressifs
Tolérance Molécule Voie Formule
d’administration
Bonne Bobo Percutanée Huileuse
Bcbg Percutanée Aqueuse
Cpfh Orale Indifférente
Mauvaise Wasp Percutanée Indifférente
Tgif Orale Aqueuse
Osim Orale Huileuse
Choisissez le tableau qui convient
pour illustrer vos messages
logique, sont inversées avant de choisir quel tableau est gardé. Le corps ou champ
(partie centrale du tableau) ne contient que des informations précises. Toutes les informations
complémentaires sont dans les têtes de lignes, têtes de colonnes ou notes
explicatives (figure 4).
Utiliser un tableau
Les tableaux sont appelés dans le texte, en général par une courte phrase informative.
Les tableaux sont numérotés (chiffres arabes) par ordre d’apparition dans le texte.
Chaque tableau est placé près du texte qui lui fait référence. Les tableaux sont précis
avec effectifs et pourcentages. Trop souvent des figures, de type histogramme, sont
utilisées en lieu et place de tableaux. Sur l’histogramme, le lecteur doit parfois
deviner des pourcentages pour ensuite reconstituer des effectifs qu’il utilise : ce n’est
pas précis.
Chaque tête de colonne contenant des données numériques doit inclure l’unité de
mesure. Si plusieurs colonnes vont logiquement ensemble, un titre peut les regrouper.
Par exemple « examens biologiques à l’entrée » regroupe trois colonnes : hémoglobinémie,
glycémie, cholestérolémie. Ensuite « examens biologiques à un mois » regroupe les
mêmes colonnes. Une organisation logique doit apparaître dans les têtes de lignes
(figure 6). Quand un paramètre peut être additionné, il est exposé dans une colonne
de préférence ; la somme doit être exacte et le paramètre aligné sur la virgule avant la
décimale. Si l’on expose les paramètres avec écart-type, les alignements verticaux seront
faits sur la virgule du paramètre, sur le sigle ± et sur la virgule de l’écart-type. Examinez
un livre ou journal bien fait pour voir des exemples de présentation.
Titre et note de bas de tableau
Le titre, descriptif, peut parfois être long, et peut répéter des informations déjà connues
mais utiles pour comprendre, du type « supériorité de l’érythromycine sur… ». Vos notes
de bas de tableau peuvent être nombreuses. Elles permettent d’expliquer des points tels
que : groupe de malades, test statistique, méthodes de dosage, unités. Les sigles
suivants sont à utiliser dans l’ordre proposé par la convention de Vancouver
(www.icmje.org) : *, †, ‡, §, II, ¶, **, ††, ‡‡… Vous évitez les abréviations ; si vous
employez des abréviations, une note de bas de tableau devra les expliquer, même si
elles sont déjà citées dans le texte.
Choisir les figures
Avec leur légende placée au-dessous, les figures doivent être compréhensibles
en dehors du texte. Pour certaines données numériques, vous devez choisir entre
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 48
une figure (courbe, histogramme), un tableau ou éventuellement une énumération
dans le texte. Le tableau est toujours le choix de la précision. La figure privilégie le
message, et permet souvent de le déformer, ou plutôt de le présenter selon la forme
choisie par l’auteur (revoir nos cochons de la figure 5). Le lecteur doit être critique
lorsqu’il lit une figure : contrôle des échelles, des unités de mesure, des proportions
(figure 7). Le choix d’une figure est un compromis entre la rigueur des données et le
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 49
50
40
30
20
10
0 5 10
Jours
Concentration
plasmatique
50
40
0 5 10
Jours
Concentration plasmatique
50
45
40
0 5 10
Jours
Concentration
plasmatique
50
45
Concentration plasmatique 0
5
10
Jours
Figure 7. La présentation des mêmes données de quatre manières
différentes influence le message transmis au lecteur.
message que l’on veut exprimer. Les biais sont très fréquents dans les figures. Un
changement d’échelle, une échelle tronquée, des classes inégales dans un histogramme
déforment le message. Le lecteur d’une figure doit être critique pour comprendre la
réalité et ne pas être trompé. Vous devez bien utiliser les traits maigres, gras, les pointillés
et autres astuces qui facilitent la compréhension (figure 8). Des ouvrages donnent
des trucs et astuces pour les figures, et en particulier sur la représentation des
moyennes, écarts types, et autres valeurs statistiques.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 50
Ptlvi
Vidur
P
V
P
V
P
V
P
V
V
P
P
V
P
V
?
?
?
?
Figure 8. Utilisez les pointillés à bon escient
pour faciliter la compréhension.
Le plus simple
est le plus vite
compris
Utiliser les figures
Votre message, clair et précis, doit apparaître immédiatement. Il est repris
dans la légende. Définir le message est la première étape pour utiliser une figure.
La figure résulte de différentes versions préparées par l’auteur. Seule la version où le
message est le mieux compris est publiée. La légende est volontiers longue (plusieurs
lignes) avec des explications, et même parfois un rappel en deux à cinq mots de la
méthode.
L’ordinateur permet de préparer facilement ces courbes, histogrammes. Trop souvent ces
merveilleux documents sont destinés à des présentations orales (diapositives ou rétroprojecteur).
Vous devez utiliser à bon escient ces outils. L’emploi de la couleur pour
certains documents iconographiques provoque un surcoût. Il ne faut pas donner des
documents en couleur pour une reproduction en noir et blanc. Certaines couleurs
(jaune pâle par exemple) n’apparaissent pas sur un cliché noir et blanc. Certains
contrastes disparaissent sur un cliché noir et blanc.
Nous avons brièvement exposé comment choisir et utiliser une figure. Il est impossible
d’établir des règles. Les nombreux exemples et l’expérience permettent réellement de
détecter facilement les erreurs.
Dessins au trait
Graphiques, courbes
Les courbes sont destinées à montrer les tendances, les comparaisons : elle permettent
d’observer les relations entre deux variables. Vous ne devez pas mettre trop de courbes
dans une même figure. Trois ou quatre courbes sont un maximum, surtout si elles se
croisent. Les lignes doivent être facilement différenciées, soit par leur épaisseur, soit par
leur trait (pointillés, tirets). Les unités des axes des abcisses ou ordonnées doivent être
précises, facilement comprises. La légende des abcisses et des ordonnées, avec leur
unité de mesure, doit être à proximité de l’axe concerné, en utilisant au mieux l’espace
de la figure.
Diagrammes en barres ou « tuyaux d’orgues »
Les diagrammes en barres exposent des données pour une variable, ou une classe de
variables. Les diagrammes en barres peuvent être verticaux ou horizontaux. Trop d’auteurs
négligent à tort les diagrammes en barres horizontaux. Les diagrammes en
barres sont utilisés quand il n’y a pas de continuité entre les données. L’utilisation
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 51
des ombres, des grisés, des fonds en pointillés, des traits obliques, ou croisés est
difficile (figure 9).
Diagrammes en « gâteaux » ou « camemberts »
Ces variantes du diagramme en barres sont moins utilisées dans les disciplines scientifiques,
par rapport au marketing par exemple. Ils correspondent plutôt à des supports
de présentation orale. L’utilisation d’un gâteau suppose qu’il n’a pas plus de sept parts.
Les gâteaux où une part représente 60 à 75 %, avec cinq ou six petites parts peu
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 52
Bon exemple
Des comparaisons sont possibles
dans la représentation
ci-dessus, car les échelles
sont identiques.
Figure 9. La qualité des figures doit être excellente pour faciliter la lecture.
Mauvais exemple
lisibles, doivent être évités. Il faut ajouter en surimpression, ou à côté, les noms des
parts du gâteau, les effectifs ou pourcentages, ce qui nuit à la lisibilité.
Diagrammes en trois dimensions
Difficiles à interpréter, ils sont réservés à quelques illustrations spécifiques. Il y a trois
axes de données, ce qui est parfois ignoré de l’auteur. Ils sont souvent mal utilisés.
Toute encre non informative ne peut que rendre les résultats plus difficiles à comprendre
(figure 10).
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 53
Cannabissémie (mmol/l)
Népal
500
2 à 4 5 à 10 11 à 20
600
700
800
900
1 000
Nombre de joints par semaine
USA
France
Cannabissémie
(mmol/l)
Népal
USA
France
1 000
900
800
700
600
500
Nombre de joints
par semaine
2 à 4
5 à 10
11 à 20
Figure 10. Une information
identique est exposée
dans ces deux dessins.
Le rapport quantité d’encre/
quantité d’information
peut varier (les données
sont inventées).
Sera mieux compris
dans votre thèse
Éventuellement
pour une diapositive
dans un congrès
La thèse est un moment important pour réaliser un travail personnel
mettant en pratique des savoirs acquis à la faculté et à l’hôpital. Le
« Guide pratique du thésard » apporte les informations nécessaires à la
communication des messages de la thèse. Écrire simplement permet au jury,
mais aussi au lecteur, de mieux appréhender les objectifs, les méthodes,
les résultats, les discussions et les conclusions importants de la thèse.
Le « Guide pratique du thésard » est utile aux directeurs de thèse
car, il permet d’avoir des « règles du jeu » claires et explicites. Quand
l’étudiant et son directeur de thèse utilisent les mêmes langages de
concision, de clarté, de sobriété, de méthode, le résultat de leur travail
devient plus performant. Hervé Maisonneuve, par sa culture de
l’évaluation dans le milieu de la santé, par son savoir critique, a initié
dans notre pays les méthodes des recommandations et des conférences
de consensus. Il est un homme d’action pragmatique au service
des étudiants et des usagers. Son livre est un succès qui appelle des
lendemains qui changeront la culture médicale et conduiront à la
réussite de l’évaluation des pratiques.
PR BERNARD GUIRAUD-CHAUMEIL
ANCIEN MEMBRE DU COLLEGE DE LA HAUTE AUTORITE EN SANTE
ANCIEN PRESIDENT DE LA CONFERENCE DES DOYENS
Algorithmes, arbres de décision
Ces figures sont destinées à guider le lecteur à travers des chemins de décision parfois
compliqués. La présentation doit simplifier et faciliter la compréhension. La forme des
cases a une signification précise qui doit être respectée (carrés, rectangles, ovales par
exemple). Les flèches doivent différencier le oui du non. L’algorithme peut être une suite
de questions à réponse oui/non. L’arbre de décision est en général une conduite à tenir,
un diagnostic, un schéma thérapeutique.
Photographies
Si vous voulez utiliser des photographies (malades, histologie, pièces opératoires,
instruments, bactériologie, imagerie médicale, etc.), je vous propose de vous reporter aux
instructions aux auteurs des journaux de spécialités qui publient de tels documents.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 54
• Comprenez d’urgence l’importance des effectifs sur la
signification d’un test.
• Des études sont faites alors qu’il était clair que les effectifs
ne permettront jamais de prouver quelque chose.
• Les statisticiens aiment la précision et ils ont raison.
• Apprenez la courbe de Gauss et ce que représente un écart type.
• Raisonnez avant d’apprendre éventuellement des formules.
Certains ne se fatiguent pas et utilisent avec facilité la formule « Nos résultats n’étaient
pas statistiquement significatifs mais ils étaient néanmoins indicatifs d’une tendance ».
Si vous êtes de ceux-la, vous pouvez gagner du temps et passer directement au chapitre
suivant. Vous savez que votre thèse n’est basée sur aucune preuve et votre travail vous
prépare à la profession de « voyant » ou de « gourou ».
Je ne suis pas statisticien, mais j’ai compris que des principes méthodologiques
de base étaient aussi importants que la connaissance des tests statistiques.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 55
C H A P I T R E 1 3
Du bon usage
des statistiques
ou de la connaissance
des principes
de recherche clinique
Je vous propose de recourir aux conseils d’un spécialiste dans votre faculté ou hôpital.
Vous allez le voir avec votre disquette de données et il vous guidera pour analyser les
facteurs étudiés. Dans les hôpitaux, vous avez un DIM (Département d’Information
Médicale) avec des internes, assistants ou praticiens en santé publique : ils acceptent
toujours de vous aider.
Vous devez connaître les principes de base pour utiliser correctement les statistiques et
dialoguer avec un statisticien.6,9 Vous devez savoir distinguer les différents types de
variables :
Variables qualitatives (pourcentages, intervalles de confiance) ;
Variables quantitatives (moyenne, écart-type, variance, médiane) ;
Variables censurées (méthode de Kaplan-Meier, méthode actuarielle) ;
Variables subjectives (échelle visuelle analogique, cotations).
Après avoir distingué les comparaisons et la concordance, vous trouverez l’application
des statistiques aux principes généraux de l’évaluation.6
Le choix d’un test statistique est simple et dépend :
De la nature des variables que l’on veut comparer : qualitative, quantitative, censurée ;
De leur distribution normale ou non ;
Du nombre d’échantillons que l’on cherche à comparer (deux ou plus) ;
Du caractère apparié ou indépendant des échantillons.
Quelques idées simples
ou comment faire ?
1. Distinguez signification statistique et signification clinique. Certaines différences
dites « statistiquement significatives » n’ont aucun intérêt pour les malades.
C’est parfois le cas d’essais cliniques avec un très grand nombre de malades. Les
différences sont alors significatives, mais quel est le réel intérêt pour les malades ?
Inversement, avec de petits échantillons, des différences importantes peuvent ne
pas être statistiquement significatives. Si un essai clinique montre qu’un médicament
diminue la durée moyenne d’une dépression de 74 à 71 jours, quel est l’intérêt
clinique ?
2. Tenez compte de tous les malades et de toutes les données. Vous devez toujours
être très précis et donner les effectifs exacts. Un pourcentage ne peut pas être interprété
si vous ne donnez pas l’effectif. S’il y a trop de données manquantes, vous ne pouvez
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 56
pas proposer d’interprétation voire une conclusion. Vous devez proposer des hypothèses
pour tenir compte des malades perdus de vue.
3. Utilisez un logiciel que vous connaissez bien et vérifiez soigneusement les
données (risques d’erreurs de saisie). L’obtention de résultats nombreux, de listings
impressionnants, de croisements de variables non pertinentes peut vous poser des
problèmes d’interprétation. L’application aléatoire d’un test statistique proposé par
le logiciel vous donnera des interprétations que vous ne comprendrez plus. N’essayez
pas de sauver votre travail par une répartition des malades en sous-groupes faite
a posteriori après avoir cherché comment mettre en évidence un p statistiquement
significatif. Ce n’est pas correct. Un résultat dit « négatif » est tout aussi honorable et
utile qu’un résultat dit « positif ».
4. Testez vos données pour vous assurer qu’elles sont bien réparties selon une
loi normale. L’utilisation de la moyenne et de la déviation standard ne sont pas
toujours appropriées et il vaut parfois mieux utiliser la médiane. Les résultats dont la
déviation standard est supérieure à la moitié de la moyenne ne sont pas bien décrits
(par exemple : la survenue d’une douleur abdominale a été observée en moyenne
après 3 ± 2 mois de grossesse ; allez vite voir votre courbe de Gauss qui vous dit
que si la distribution est normale, les valeurs comprises entre la moyenne plus ou
moins deux écarts-types englobent 95 % de la population étudiée. Dans notre
exemple, c’est entre moins un mois et sept mois de grossesse !).
5.Un p non significatif ne signifie pas que l’étude est sans résultat. Si la puissance
statistique de votre étude est insuffisante, vous ne pouvez pas conclure. Des mêmes
valeurs peuvent donner un résultat non significatif si l’effectif est petit et significatif
si l’effectif est grand.
6.Vous devez être précis et choisir comment exposer un résultat. Prenons un
exemple de formulations qui vont du moins précis au plus précis, en supposant que
le sucre était le seul facteur intervenant :
a. l’effet du sucre était statistiquement significatif ;
b. encore mieux : l’effet du sucre sur l’abaissement de la tension était significatif
(p < 0,05) ;
c. encore mieux : la pression sanguine du groupe recevant du sucre a diminué de 136
à 128 mm Hg (p < 0,02) ;
d. encore mieux : le sucre a diminué la pression systolique de 8 mmHg en moyenne
(intervalle de confiance à 95 % IC = 2 à 14 mmHg) ;
e. encore mieux : le sucre a diminué la pression systolique moyenne de 8 mmHg, de
136 à 128 mmHg (intervalle de confiance à 95 % IC = 2 à 14 mmHg, p < 0,02).
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 57
Depuis bientôt 10 ans, le département universitaire de médecine
générale (DUMG) de Tours a mis en place une commission des
thèses qui, à l'aide d'une grille, s'assure que le projet de thèse de
l'interne concerne la médecine générale, est pertinent et faisable.
Ce projet doit être un travail de recherche en médecine générale
utilisant une méthode adaptée à la question posée. Dans un
premier temps, la commission statuait sur une fiche. Dans un
second temps, il est apparu qu'une présentation orale permettait
une évaluation formative. Chaque année, les thèses issues du
DUMG obtiennent au moins une médaille au prix de thèse de
la faculté de médecine de Tours. Les internes sont sollicités pour
écrire un article issu de leurs travaux et certains ont été publiés.
PR ANNE-MARIE LEHR-DRYLEWICZ
COORDONNATEURE DU DUMG DE TOURS
Dans cet exemple, j’ai supposé que les effectifs étaient déjà connus du lecteur. Les
valeurs de l’intervalle de confiance ne sont pas toutes cliniquement importantes
même si c’est statistiquement significatif : l’interprétation demande du bon sens.
7. L’absence de preuve ne veut pas toujours dire qu’une intervention est inefficace :
ne concluez pas trop vite !
Comment exposer vos méthodes
statistiques dans votre thèse ?
Les méthodes statistiques sont également décrites sans référencer obligatoirement les
tests les plus souvent utilisés. Toute méthode statistique sophistiquée doit être décrite
brièvement et référencée. La puissance des tests statistiques est précisée. Les méthodes
statistiques utilisées pour estimer la taille de l’échantillon à inclure sont précisées, en
principe dans le paragraphe « sélection ». L’évaluation compare à certains temps définis
les données obtenues pour apprécier les liens entre les variables.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 58
• Vous défendez, valorisez votre travail et non pas celui
des autres.
• Vous ne répétez pas les résultats car ils ont déjà été exposés.
• Vous montrez que vous connaissez les biais, forces et
faiblesses du travail.
• Vous généralisez éventuellement et proposez des hypothèses.
La discussion doit montrer l’intérêt de votre travail. Vous ne devez pas faire une
mauvaise revue de la littérature. Votre discussion a des objectifs simples. Votre discussion
s’intéresse surtout à votre travail. Vous devez valoriser votre travail en le commentant.
Vous montrez que votre travail est original et qu’il apporte de nouvelles données.
La discussion a cinq parties :
1. Le résultat principal et son implication majeure ;
2. Les forces et faiblesses de votre travail en reprenant chaque chapitre (introduction,
méthodes et résultats) ;
3. Les forces et faiblesses des résultats de quelques auteurs ;
4. Les hypothèses pour expliquer les observations que vous avez faites ; comment
interpréter vos résultats ;
5. Les changements déjà observés depuis votre travail (exemple : dans le service
clinique, ceci a été modifié…) ou les changements à proposer ; discuter des idées nouvelles
issues de votre thèse.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 59
C H A P I T R E 1 4
La discussion :
un plan simple
en cinq parties
Le premier paragraphe de la discussion contient le fait principal de votre travail et
ses implications. Vous précisez si vos résultats peuvent être généralisés, et à quelle
population, ou dans quelles circonstances. Vous discutez les biais. Des hypothèses
pour expliquer vos observations sont indispensables. Les autres paragraphes seront
organisés selon le plan des méthodes et des résultats, ou selon le plan de l’article (introduction,
méthodes, résultats). Il n’y a pas de plan standard mais vous devez suivre une
logique. La discussion doit toujours contenir des hypothèses pour expliquer ce qui a été
observé, préciser les liens entre les variables, et parfois proposer d’autres thèmes de
recherche.
Il n’y a pas de conclusion. Ce que vous appelez conclusion est le premier paragraphe
de la discussion et/ou le résumé. Cette notion surprend : en rédaction scientifique,
il faut être court et précis pour être compris. La conclusion n’est qu’une répétition du
fait principal et de son implication majeure qui sont décrits dans le premier paragraphe
de la discussion. Un article de journal scientifique bien écrit n’a pas de conclusion :
reportez-vous au résumé qui a toutes les informations.
Avez-vous répondu
à la question de l’introduction ?
L’introduction a permis d’expliquer pourquoi la recherche a été faite. Cette introduction
a défini un objectif principal et des objectifs secondaires qui étaient des questions
auxquelles le travail devait répondre. La discussion doit dire si cela a été fait. Elle peut
évoquer les diverses réponses espérées et les comparer à la réponse observée. Le
lecteur veut connaître votre opinion sur cette réponse. Il veut savoir si d’autres équipes
ont répondu à cette même question, et si les réponses observées étaient les mêmes
que les vôtres. Il ne s’agit pas de faire une analyse des autres travaux, mais de
comparer des travaux qui peuvent l’être réellement. Vous comparez des résultats
obtenus avec des méthodes voisines. Vous précisez à quelle population s’appliquent
les résultats. Vous défendez votre réponse à la question, l’expliquez, ainsi que les résultats
divergents ou inattendus. Vous devez vous engager dans la discussion et
montrer quelles sont vos opinions.
Quels sont les biais de votre travail ?
Certains sont cachés, d’autres évidents et/ou inévitables. Votre travail a pu être réalisé
en connaissant et en tenant compte des biais. Les principaux biais sont : biais de
sélection, d’intervention, de suivi, de mesure ou d’information, d’analyse et
d’interprétation. Il faut évoquer ceux qui sont pertinents pour votre travail.
S’il y a des biais majeurs, il vaut mieux les aborder dans la discussion. Leur explication,
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 60
sans vouloir obligatoirement être une justification de l’auteur, peut faire disparaître des
arguments critiques des membres du jury : répondez aux questions pertinentes du jury
dans la discussion. La discussion des biais peut considérer successivement l’introduction,
les méthodes et les résultats.
Quels auteurs ont fait
des travaux semblables au vôtre ?
Plutôt qu’une analyse de la littérature sans méthode, vous devez commenter
deux à cinq articles ou travaux sur un travail semblable au vôtre. Vous discutez
les observations et résultats des autres auteurs et montrez pourquoi vous avez des
conclusions semblables ou différentes. Cette partie est intéressante avec des hypothèses
explicatives. Vous devez éviter ces tableaux mal faits où sont compilés des résultats
sans préciser que les méthodes d’observation de chaque auteur avaient des particularités
expliquant les divergences apparentes.
Hypothèses et prospectives
La discussion doit proposer des hypothèses physiopathologiques pour des thèses sur
des thèmes cliniques ou biologiques. Vous expliquez pourquoi ces résultats ont été
observés. Y a-t-il une explication rationnelle ? Trop souvent, des hypothèses manquent
dans une thèse. Ces hypothèses permettent ainsi de poser de nouvelles questions,
d’orienter de nouvelles recherches. La discussion prépare l’introduction d’une nouvelle
thèse ou d’un article. Cette partie de la discussion est prospective, mais doit néanmoins
éviter de prédire le futur. Vous devez préciser si les résultats observés ont modifié
l’organisation du service hospitalier ou orienteront votre activité professionnelle : est-ce
qu’une nouvelle stratégie thérapeutique a été appliquée ? est-ce qu’une nouvelle technique
a été mise en oeuvre ? est-ce que vous changerez quelque chose avec cette thèse ?
Style de la discussion
La longueur du chapitre “discussion” ne doit jamais dépasser 30 % de la longueur totale de
votre thèse. Une discussion pertinente et bien argumentée peut être courte. S’il faut
confirmer, expliquer et défendre les faits observés et les hypothèses suggérées, votre
discussion sera plus longue. Votre discussion doit avoir des paragraphes bien structurés :
la première phrase de chaque paragraphe annonce clairement le contenu du paragraphe.
Vous devez employer le « je » et le « nous », car dans la discussion, vous vous
engagez. Vous exposez et défendez vos preuves scientifiques, vos positions, voire vos
opinions. Vous distinguez bien les faits et les opinions dans la discussion. Dans tous les
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 61
autres chapitres, vous exposez des faits sans faire de commentaires. La discussion vous
engage, sans faire un exposé pédagogique ou une revue de la littérature. Les temps
du passé sont utilisés quand vous évoquez vos résultats et ceux des autres auteurs.
Les temps du présent correspondent aux réponses aux différentes questions, aux hypothèses,
aux nouvelles implications ou stratégies. Le futur ne doit pas être utilisé. Le choix
des mots est difficile car les nuances sont très nombreuses : « prouver » et « démontrer »
sont des mots forts ; « montrer », « indiquer », « suggérer », « impliquer » ont d’autres
nuances. Vous devez éviter les formules du type : « Nos résultats nous laissent à penser
que l’on pourrait suggérer de changer le protocole thérapeutique de… ». Les lecteurs
apprécient quand l’auteur s’engage clairement avec des phrases directes du type : « Nos
résultats ont montré qu’un nouveau protocole devait être utilisé ».
Les erreurs d’une discussion
De nombreux chapitres « discussion » ne sont qu’une revue incomplète de
données de diverses sources. La discussion devient une mauvaise revue de la
littérature. L’objectif de votre thèse n’était pas de faire une revue de la littérature dans la
discussion. La comparaison avec les articles déjà publiés doit être prudente. De trop
nombreux tableaux dits « récapitulatifs » compilent des études disparates sans intérêt.
Trop souvent, l’auteur ne fait que critiquer les travaux des autres équipes, et c’est facile.
Critiquer son propre travail est plus dur et doit rester l’objectif principal d’une discussion.
Résumer ou répéter les résultats sont des erreurs graves. Le chapitre « résultats » a décrit
en détail toutes les données observées. Le lecteur peut s’y rapporter facilement tout en
lisant la « discussion ». Trop de thésards répètent les résultats dans la discussion et c’est
inutile. Certains utilisent même des données numériques exprimées différemment pour
les mêmes résultats. Par exemple, les données sont exprimées en pourcentages dans la
discussion, alors que seules les données quantitatives exactes étaient dans les résultats.
Parfois, des sous groupes sont créés ex nihilo dans la discussion. Le lecteur a alors de
grandes difficultés à comprendre.
Évoquer le futur est une erreur fréquente : n’expliquez pas ce qu’il faudra
faire à l’avenir. Soyez prudent quand vous prédisez l’avenir (c’est une autre
discipline).
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 62
• Le titre : maximum de signification, minimum de mots.
• Les résumés dits « structurés » sont très informatifs.
• Titre et résumé sont la vitrine de votre thèse.
Vous passerez du temps pour écrire un très bon titre quand vous aurez fini votre thèse.
C’est parfois le seul message que verront (et retiendront) les lecteurs. Vous déciderez à
ce moment si le résultat principal est dans le titre. Vous passerez du temps sur votre
résumé pour qu’en une page tout votre travail soit mis en valeur. Votre résumé est cette
carte postale envoyée avec toutes les informations majeures de votre travail.
Le titre
Le titre sera lu par de très nombreux lecteurs. Peu d’entre eux liront votre thèse en entier.
Tous les mots du titre doivent être choisis avec soin. Les associations entre les mots du
titre doivent être bien choisies. Le meilleur titre est celui qui a le moins de mots possible
pour décrire le plus précisément le contenu de votre thèse. Une bonne thèse avec un
mauvais titre ne sera pas lue. Dans le titre, vous devez annoncer le contenu de votre
thèse avec le maximum de précision et de concision. Il doit être écrit après votre thèse :
il est conseillé d’avoir un titre lors de la rédaction, de le réviser plusieurs fois pendant la
rédaction avant d’écrire la version finale. Un titre « Le cannabis est moins dangereux que
le tabac » est plus informatif que « L’effet du cannabis chez les adolescents ».
Le titre est une étiquette
pour vendre votre thèse
Le titre n’est en général pas une phrase avec sujet, verbe, complément. Mais tout est
possible et il n’existe pas de règles strictes. Chaque mot du titre doit être informatif et
précis. Le titre doit décrire au mieux le contenu de votre thèse. Les mots du titre doivent
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 63
C H A P I T R E 1 5
Le titre et le résumé
mettre en valeur les aspects majeurs du travail, et être facilement compréhensibles. Des
mots-clés peuvent être utilisés dans un titre. Les titres ne contiennent pas d’abréviation,
de formule chimique, de nom commercial (plutôt le nom générique), ni de jargon. Au lieu
d’écrire « Le traitement des ulcères par une triple thérapie chez les malades », il vaut mieux
écrire « Efficacité de la cimétidine dans les ulcères duodénaux ». Au lieu d’écrire « Action
des antibiotiques sur les bactéries », il vaut mieux écrire « Action de la streptomycine sur
Mycobacterium tuberculosis », ou « Action de la streptomycine, de la tétracycline sur les
bactéries Gram positif ». Les premiers mots du titre doivent être les plus informatifs.
Contenu du titre
Le titre peut exposer le résultat principal. Les titres du type « A la découverte de… »
doivent être évités ; ils sont parfois même trompeurs. Un titre comme « Effet de l’oxygène
hyperbare dans la sclérose en plaques » sera interprété par un lecteur pressé. Il sera
compris comme « Activité de, ou efficacité de l’oxygène hyperbare… », alors que le travail
avait montré le contraire : l’oxygène hyperbare était inefficace dans cette indication. Le
titre aurait dû commencer par le mot « inefficacité ». Le titre peut avoir des précisions
sur le lieu et la période du travail.
Longueur du titre
Il n’y a pas de règle précise et des titres peuvent être longs (plusieurs lignes)
avec des sous-titres. Un titre court est plus rapidement lu. Si les mots sont bien choisis,
un titre court est très informatif. En général, plus le titre est long, plus le contenu de
votre thèse est décrit avec précision. Supprimer tous les mots morts du titre (« À propos de
nos résultats sur… », « Considérations générales sur… », « Étude préliminaire de la revue
des… ») permet d’écrire des titres plus courts. Un titre avec un point d’interrogation est
déconseillé. Le lecteur n’a pas à deviner. Dans ce cas, l’auteur doit répondre à la question
du titre. Les titres se terminant par « mythe ou réalité ? » sont à proscrire. Le titre
sera toujours relu une dernière fois pour s’assurer qu’il est compréhensible, qu’il n’est
pas trompeur, et qu’il ne contient pas d’erreurs de syntaxe, de fautes d’orthographe,
d’abréviations.
Le résumé est très précis
Si le résumé est bien fait, le lecteur ne lira votre thèse que s’il désire mieux connaître
et comprendre le travail. Un résumé est destiné à être lu très attentivement. Les résumés
sont dits « informatifs » s’ils exposent brièvement tout le contenu de la thèse. Les résumés
sont dits « indicatifs » lorsqu’ils exposent le sujet de la thèse sans détailler le contenu
et les résultats. Je déconseille les résumés dits « indicatifs ».
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 64
Les résumés informatifs
Le résumé informatif doit contenir les réponses aux quatre questions fondamentales
de la structure IMRaD (voir chapitre 1). Une ou deux phrases précisent
« Pourquoi j’ai fait ce travail ? » (Introduction). « Comment j’ai fait ce travail ? »
(Méthodes) est exposé brièvement. « Qu’est-ce que j’ai observé ? » (Résultats) doit
être détaillé, avec les données numériques principales et leur signification. Les principaux
résultats sont exposés en plusieurs phrases. « Qu’est-ce que j’en pense ? »
(Discussion) est une phrase qui correspond à la conclusion. Le style de la rédaction
doit être respecté, avec des phrases normalement construites. Vous écrivez avec des
temps du passé, sans abréviation, et seules les données de votre travail expérimental
sont exposées.
Les résumés dits « structurés »
ont moins d’erreurs
et sont informatifs
Trop de résumés ont des erreurs : énoncé de résultats non donnés dans la thèse, phrases
« creuses » sans signification, emploi à tort de nombreuses abréviations, commentaire
de résultats des autres auteurs, mauvais emploi du temps des verbes. Les résumés structurés
sont de meilleure qualité. Ils pourraient être utilisés pour les thèses et les jurys
seraient contents.
Un style dit « télégraphique » avec des phrases sans verbe peut être utilisé. Huit paragraphes,
avec un titre pour chacun, composent ce résumé d’environ 250 mots.
1. But de l’étude : la question principale doit être exposée clairement. Seuls des objectifs
secondaires majeurs peuvent être énoncés. Si une hypothèse a priori a été testée,
elle doit être clairement exposée.
2. Protocole : ce paragraphe contient des éléments de méthodologie en recherche clinique,
exposés en utilisant à bon escient les termes exacts. Il faut distinguer clairement les
études d’intervention (essai randomisé contrôlé, double aveugle versus placebo), les
études des tests diagnostiques (critères de référence, comparaison aveugle), les études
de pronostic (études de cohortes), les descriptions de séries de cas ou d’enquêtes, les
études avec une évaluation économique (analyses coût/efficacité).
3. Lieu de l’étude : le lecteur veut savoir si le travail est immédiatement applicable
dans sa pratique quotidienne. Il veut savoir si les malades étaient hospitalisés ou traités
en ambulatoire.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 65
4. Malades : les participants sains ou malades ont été inclus, consécutivement ou non,
selon des critères d’éligibilité précis. Les nombres des participants non inclus, des
inclus, de ceux qui ont terminé le suivi théorique et de ceux qui ont arrêté l’étude,
doivent être précisés.
5. Intervention : les caractéristiques essentielles des interventions (durée, méthode,
posologie) sont exposées.
6. Critère de jugement principal : les méthodes d’analyses, planifiées avant la
collecte des données, sont exposées. Le critère de jugement principal est défini avec
précision. Si les hypothèses analysées ont été ajoutées pendant ou après la collecte
de données, ceci doit être clairement exposé.
7. Résultats : présentés dans une forme narrative (et non sous forme de tableaux), tous
les résultats principaux sont exposés. Les intervalles de confiance et les significations
statistiques sont exposés.
8. Conclusions : seules les conclusions évidentes et sans ambiguïté d’après les résultats
doivent être exposées. Leur application clinique, en évitant les spéculations et
généralisations rapides, est exposée. Les études complémentaires nécessaires avant
d’adopter les conclusions sont exposées.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 66
J’ai eu l’idée de proposer de faire une revue systématique de la
littérature dans le domaine des thromboses veineuses chez les
fumeurs. Après une recherche documentaire très complète, j’ai
appliqué les méthodes d’analyse de la littérature enseignées à la
Faculté. Avec mon directeur de thèse, nous avons analysé en
détail 50 articles originaux sur notre sujet et découvert que peu
de preuves existaient pour valider les stratégies diagnostiques
proposées dans le service. C’était un travail méthodique et de
bonne qualité. Dans ma thèse, il n’y avait pas de cas cliniques,
mais les méthodes critiques de mon travail ont intéressé le jury
qui a proposé que des travaux de ce genre soient poursuivis à la
Faculté.
PIERRE M, ÉTUDIANT, LILLE
• Vous ne citez que des articles que vous avez lus et compris.
• Vos références sont choisies avec pertinence parmi votre
bibliographie.
• Vous évitez de citer les documents peu accessibles.
• Consultez les recommandations de votre faculté ou le
système Vancouver.
• Des règles simples pour l’abréviation des journaux.
La citation de documents référencés permet à votre lecteur d’avoir accès à la
description originale des faits. Ces documents apportent la réalité des faits cités : ils
contiennent les méthodes vous permettant de les valider. Vous avez lu les documents
que vous citez. Vous avez sélectionné les références parmi les documents de la bibliographie
que vous aviez avant de commencer le travail.
Vous avez choisi avec pertinence les meilleurs articles. Trop de références traduiraient
votre absence d’esprit critique. Dans une thèse, vous pouvez citer des références et
éventuellement lister ensuite les articles que vous avez lus et non sélectionnés. Vous ne devez
pas chercher (parfois au hasard !) un endroit de votre thèse pour citer chaque document
que vous possédez sur le sujet. Vous ne devez pas confondre les références citées dans
votre texte et la bibliographie qui est une compilation des articles sur le thème.
Les systèmes d’appel des références
Les systèmes de références sont trop nombreux, chaque journal, chaque université,
chaque maison d’édition ayant son système et essayant de le promouvoir. Trois systèmes
sont les plus utilisés. Les systèmes alphabétiques ou systèmes Harvard sont les plus
simples à utiliser quand vous écrivez votre thèse. Les systèmes numériques sont les plus
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 67
C H A P I T R E 1 6
Les références
utilisés par les journaux biomédicaux pour des raisons de lisibilité et des raisons
économiques. Je vous conseille de les utiliser pour la présentation finale de votre thèse.
Les systèmes alphabétiques-numériques sont de moins en moins utilisés. Ils combinent
les deux autres systèmes. Je vous conseille de vous reporter à d’autres ouvrages si vous
voulez mieux connaître les différents systèmes.5 Pour vous simplifier la vie pendant
votre thèse, je vous propose :
1. Pendant toute la rédaction, vous utilisez un système alphabétique, c’est-à-dire
que vous mentionnez chaque référence entre parenthèses dans votre texte.
Dans la parenthèse, vous mettez le nom du premier auteur de l’article ou le livre à
citer et l’année de la publication. Vous gardez une liste de toutes les références et
vous les classez par ordre alphabétique selon le premier auteur.
2. Sur la version finale, donc en principe une seule fois, vous numérotez les références
en utilisant le système numérique dit de Vancouver (www.icmje.org). C’est simple :
vous mettez des numéros d’ordre selon l’ordre d’apparition dans le texte. Vous n’utilisez
pas de parenthèses mais vous montrez que vous connaissez les bonnes pratiques
en lisant le Lancet ou le JAMA : les numéros d’ordre sont mis en police plus petite
que le texte et en exposant, comme ici.5 Les numéros sont dactylographiés après la
ponctuation.5
3. Dans la liste des références, vous mettez les numéros et citez les références en utilisant
les exemples de Vancouver (www.icmje.org). En bref, pour un article de sept auteurs
et plus, vous faites comme cela en respectant la ponctuation :
Ectasy P, Pavot M, Schnouf P, Foin M, Herbe J, Tisane B et al. Étude de la
cannabissémie sur une cohorte d’adolescents. Aiguille 2002;148:1233-46.
La langue des articles, l’orthographe des auteurs, les espaces de ponctuation doivent
être toujours respectés. Les abréviations des journaux proposées par l’Index Medicus
sont faciles à utiliser.
Quelles références citer ?
Vous citez des références auxquelles votre lecteur a accès facilement, et vous
choisissez des références pertinentes, validées, que vous avez lues. Les articles
originaux de journaux biomédicaux indexés par des bibliothèques et les livres sont les
sources documentaires admises le plus souvent. La citation de sites Internet devient
commune avec la date d’accès.
Les thèses sont parfois difficiles à consulter et il peut être recommandé de les éviter en
référence. S’il s’agit d’une thèse soutenue dans un pays étranger, il est souvent impossible
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 68
de l’obtenir rapidement. Les bonnes thèses donnent lieu à la rédaction d’un article et à
sa publication ; il vaut mieux citer cet article. Si la thèse n’a pas donné lieu à publication,
on peut penser qu’elle n’était pas de très bonne qualité ; alors pourquoi la citer ?
Ceci est vrai pour les thèses de médecine ; les thèses de science, en général de bonne
qualité, sont plus facilement acceptées comme référence.
Les résumés de congrès (abstracts) sont soit uniquement publiés dans des comptes
rendus (proceedings) remis aux seuls inscrits aux congrès, soit publiés dans des numéros
spéciaux de revues. Dans ce dernier cas, ils sont envoyés aux abonnés et archivés dans
les bibliothèques. Seuls ces derniers résumés de congrès peuvent être cités, car accessibles
selon une référence précise. Les résumés publiés dans des comptes rendus de congrès
sont presque introuvables après quelques années. Mais pourquoi citer un résumé de
congrès, car si le travail était de qualité, le résumé a été suivi de la publication d’un
article. C’est cet article qui doit être cité.
Quand une lettre, un éditorial, un fait clinique court sont cités, il est utile de
préciser entre crochets le type d’article. Les références à des communications orales,
non suivies d’un compte rendu, ne sont pas acceptables. Il n’existe aucune trace écrite
pour consulter la réalité des informations ainsi communiquées. La pensée des auteurs
est trop souvent interprétée et inexactement transcrite. Si un compte rendu a été publié
dans un support pouvant être référencé, c’est à ce dernier qu’il faudra se rapporter.
Les références à des communications personnelles ne sont pas citées dans la liste des
références. Elles le sont entre parenthèses dans le corps de la phrase. Vous devez
avoir une autorisation de l’auteur cité, en précisant qu’il accepte la responsabilité des
faits cités.
Seules les références originales, contenant la première description des faits, doivent être
citées. La facilité consiste à rapporter des faits déjà cités dans un article sans aller
consulter le texte d’origine. Il s’agit de références dites de « seconde main ». C’est fréquent.
Déjà, lors de la citation d’un article, des erreurs d’interprétation existent. Qu’en est-il
des citations d’articles de « seconde main » ?
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 69
• Les modes de communication ont changé.
• SMS, réseaux sociaux sont notre quotidien.
• Les journaux de l’ancien monde (en papier) vont disparaître.
• Les journaux seront électroniques.
• Les thèses vont changer : elles seront « électroniques ».
Les nouvelles technologies de
l’information et de la communication
Le web 2.0, les réseaux sociaux (linkedin, facebook, viadeo, twitter), les bookmark (delicious,
connotea, cityulike, technorati, etc..) ont changé la communication scientifique.
Des outils faciles et peu chers sont à votre disposition. Faire un blog avec interactivité
(sur typepad, wordpress, ou autres), réaliser et analyser des enquêtes (surveymonkey,
zoomerang, ou autres), échanger des commentaires sur des documents sont des activités
communes qui devraient avoir des impacts sur les thèses. Je ne sais pas comment
se produiront ces changements. La résistance des générations qui jugent les thèses doit
d’abord être surmontée. Les thésards ont des idées : laissons-les s’exprimer.
La recherche documentaire
sous google scholar et autres moteurs,
métamoteurs
Nous avons consacré le chapitre 5 à la recherche documentaire, mais est-ce que les outils
existants vont résister aux innovations technologiques ? Google Scholar par exemple
permet des recherches différentes de celles obtenues à partir de banques de données. Le
reproche fait à Google Scholar est que les sources ne sont pas qualifiées, comme elles
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 70
C H A P I T R E 1 7
Just google it
peuvent l’être avec Medline/Pubmed. Dans une comparaison Medline, Web of science
(ISI/Thomson) et Google Scholar, la pertinence des données recueillies est bientôt équivalente
entre ces 3 modes de recherche. Est-ce que Google va devenir plus performant
que Medline/Pubmed ? Je le crois, car l’accès à la littérature dite grise est plus facile.
Les journaux électroniques en 2010
Des journaux biomédicaux de format électronique sans support de format papier existent.
11 Il y en a au moins 500 en 2010. Ces journaux, dont certains ont une notoriété, sont
impressionnants. Dans les modèles de type http://www.biomedcentral.com, toutes les correspondances
concernant un article sont mises en ligne (versions successives de l’article et
commentaires des relecteurs). Des universités nord-américaines incitent les étudiants à
publier le journal médical étudiant de l’Université. Au Canada, il existe 5 journaux biomédicaux
réalisés par des étudiants, avec des articles écrits, relus et publiés par des
comités de rédaction composés d’étudiants (voir billet sur http://www.h2mw.eu). Tout article
contient des liens nombreux, non seulement dans les références, mais dans le texte ;
contacter directement les auteurs ou accéder à leurs blogs est facile. Vous êtes appelés
à commenter ce guide du thésard qui est présenté sur mon blog http://www.h2mw.eu
Les articles du futur
Que seront les articles et journaux du futur ? Des journaux, dont Cell, animent cette
réflexion depuis mi-2009. Toutes les données brutes, sous forme de tableurs, doivent être
annexées aux publications ; le lecteur doit pouvoir avoir accès à ces données pour faire ses
analyses. Les podcasts, vodcasts sont courants dans les journaux : et dans les thèses ? Un
journal de chirurgie ne peut survivre en montrant des photos de champ opératoires : un clip
vidéo de 1 à 15 minutes est indispensable. Des journaux de science fondamentale incluent
un logiciel dans des images complexes pour que le lecteur les utilise, et navigue pour
accéder à d’autres informations. Prenons un exemple de cas d'infection dans un quartier
d'un village : il n'y aura pas un schéma avec des points comme nous en avons l'habitude.
Il y aura un lien vers « Google maps » pour montrer exactement où ces cas ont été
observés. Tout cela est déjà possible en 2010, et des développements sont en cours.
Et les thèses dans tout ça ?
Les thèses devraient évoluer et suivre les progrès des technologies. La thèse pourrait
être sous forme de vidéo seulement, sous forme de blog, à condition que sa finalité soit
préservée. La thèse doit rester un temps de réflexion, de collecte et d’analyse de
données originales. Laissons d’urgence les générations qui ont grandi avec des jeux
vidéos proposer leurs idées et les mettre en oeuvre dans les thèses.
PENDANT LE TRAVAIL ET LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 71
APRÈS LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 72
• De grâce, corrigez les fautes d’orthographe.
• Relisez, relisez, relisez encore !
• Présentez clairement et montrez que les détails sont
importants dans tout votre travail.
• Renseignez-vous sur les pratiques de votre faculté et parfois
innovez.
Je suis admiratif devant ces thèses où des artifices sont destinés à augmenter
l’épais seur et le poids : pages blanches intercalaires, dactylographie recto et jamais
recto/verso comme dans tous les livres et journaux, gros caractères, annexes photocopiées
de bouquins, remerciements avec deux à trois lignes par page pendant cinq à
huit pages consécutives, déclarations diverses, interlignes quadruples, espacements
entre paragraphes, j’arrête !
Je rêve qu’un jour des jurys pourraient juger la qualité et non plus le poids. Il
faut vous préparer à cette éventualité et ne pas avoir honte de dire : ma thèse est courte
car j’ai bien travaillé le texte. Une présentation sur 40 au lieu de 150 pages facilite la
lecture car vous avez enlevé ces dizaines de pages inutiles ! Osez ! En pratique, les
nouvelles technologies de l’information, les vidéos, CD-Rom, DVD vont avoir un impact
sur la présentation des thèses.
Dactylographie
Votre texte est en français et les phrases ont un sujet, un verbe et un complément. Un
traitement de texte est utilisé avec un papier blanc de format A4 et de grammage supérieur
C H A P I T R E 1 8
Dactylographie
et impression
APRÈS LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 73
ou égal à 80 g. Des facultés demandent d’imprimer votre texte sur le recto avec des
marges suffisantes. Les pages sont numérotées en chiffres arabes. J’ai vu des thèses
imprimées comme un petit livre et cette présentation m’a plu. Il existe des règles de
typographie ; les espaces avant et après la ponctuation répondent à des règles que vous
devez respecter. Si vous utilisez des couleurs, elles doivent apparaître sur tous les exemplaires.
Vous utilisez une seule police de caractères pour toute votre thèse ; vous n’utilisez
pas de soulignés, de gras, d’ombrés, de caractères en relief sans cesse. Vous choisissez une
hiérarchisation visuelle de votre document par la numérotation des chapitres et paragraphes
(figure 11). Il existe des variantes mais ne dépassez pas plus de quatre niveaux.
Préparation des illustrations
Vous devez choisir entre couleur et noir et blanc dans certains cas, et c’est souvent le coût
qui fait la décision. Certains de vos tableaux peuvent être regroupés dans des annexes
s’ils sont nombreux : vous pouvez améliorer la lisibilité de votre thèse en évitant à votre
lecteur de rassembler des paragraphes de texte éparpillés entre les pages. Une attention
particulière sur la dernière version de vos illustrations est indispensable.
Figure 11.
Hiérarchisation
d’un document
selon la méthode
moderne
scientifique
(dite à l’américaine)
ou la méthode
classique littéraire.
Des titres
avec « Chapitre 1 »
peuvent être
utilisés.
1
1.1
1.1.1
1.1.1.1
1.1.1.2
1.1.2
1.1.3
1.2
1.2.1
1.2.2
1.2.2.1
1.2.2.2
1.2.2.3
1.2.3
1.3
1.3.1
1.3.2
2 etc…
Présentation
moderne
I
A
1
a)
b)
23 B
12
a)
b)
c)
3
C
12
II etc…
Présentation
classique
APRÈS LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 74
Les relectures
Vous devez obtenir l’avis de collègues et ils poseront des questions pertinentes. Cette
phase doit être confiée à plusieurs lecteurs qui consacreront du temps et vous
aideront. Votre directeur de thèse connaît trop le travail pour bien le relire. Vous devez avoir
quelques relecteurs (3 à 10 par exemple) dont un ou deux ne connaissent rien à votre travail.
Un membre de votre famille non médecin pourra voir des fautes. Ces relecteurs doivent
savoir quelle est leur tâche. S’ils ne lisent pas tout le travail, ils peuvent avoir des missions
simples. Vous relisez plusieurs fois votre thèse en contrôlant le style, les appels des illustrations,
les données chiffrées, les temps des verbes, la grammaire, l’orthographe.
Les annexes, la table des matières,
l’index
Vous devez porter attention à toutes ces parties car un lecteur pressé peut juger votre
thèse sur ces éléments. La table des matières comprend les titres des chapitres et les
intertitres tels qu’ils figurent dans la thèse, la liste des annexes et des illustrations.
Un peu d’ordre dans la présentation
Vous ordonnerez tous ces éléments avant l’impression : couverture selon l’exemple de
votre faculté, page 1 reproduisant la couverture, liste des professeurs et des maîtres de
conférences de votre faculté et/ou de votre université, serment d’Hippocrate, dédicaces et
remerciements, table des matières, résumé, texte en quatre parties (introduction,
méthodes, résultats, discussion), annexes, les mentions d’approbation « Vu et approuvé »
du doyen (encadré 3, page 18). En quatrième page de couverture, doivent apparaître les
informations exigées par la réglementation en vigueur (à demander à votre faculté ou au
service de documentation). Vous vérifiez encore la numérotation des pages (recto =
impaire et verso = paire) et celle des tableaux et figures. Vous vérifiez les en-têtes et pieds
de page. Vous insérez les feuilles blanches où elle sont prévues, sans numérotation dactylographiée,
mais en les prenant en compte dans la pagination globale de la thèse.
L’impression
Vous prévoyez au moins un exemplaire par membre du jury, cinq exemplaires pour le
bureau des thèses et ensuite pour votre famille, vos collègues. Vous imprimez toujours
quelques exemplaires supplémentaires. Vous avez une couverture cartonnée avec un
dos carré et sur la tranche des éléments d’identification « nom, prénom, titre de la thèse,
année et numéro ».
APRÈS LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 75
• Écrire un article est aussi difficile qu’écrire une thèse.
• Un article donne une meilleure visibilité à votre travail.
• Je peux lire 4 à 6 pages précises et claires.
• J’ai du mal pour lire 80 à 200 pages de remplissage.
• Publier et comprendre le système des publications développe
votre esprit critique.
Écrire une thèse sous forme d’article est aussi difficile que « pondre » un traité de
200 pages double interligne qui sera peu lu. Il ne s’agit pas d’écrire une thèse puis d’en
faire un article : combien d’excellentes thèses n’ont jamais donné lieu à publication
sous forme d’article ?
L’article devient le format soumis au jury qui est le comité de lecture fantôme d’un journal.
L’article peut avoir été soumis, voire accepté, ou être accompagné de sa lettre de couverture
pour envoi immédiat au journal. Il ne s’agit pas de présenter au jury un projet d’article
hypothétique, qui ne sera peut-être jamais soumis à un journal. Cette présentation
sous forme d’article pour un journal est acceptée dans certaines facultés de médecine. Le
jury peut refuser de statuer sur un article, et demander une « vraie » thèse.
L’article oblige à être précis clair, bref et critique, car il sera lu.
L’article original répond aux mêmes règles que la thèse. Le plan doit être de type IMRaD.
Les suggestions du guide pratique du thésard s’appliquent aux articles originaux. Il ne
faut pas confondre avec les éditoriaux, les revues générales, les exposés didactiques, les
cas cliniques et autres formats d’articles publiés par les journaux biomédicaux. L’article
original est le seul format pouvant remplacer un ouvrage correspondant à la thèse.
C H A P I T R E 1 9
Soumettre un article
remplaçant votre thèse
APRÈS LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 76
Choix de la langue de l’article
et du journal
Votre directeur de thèse doit vous conseiller dès le début de votre travail. Le choix du
journal doit être fait très tôt, car il conditionne la présentation de votre article.
Le premier choix est celui de la langue de publication ; si l’originalité de votre travail
est majeure, vous pouvez essayer un journal de langue anglaise, en général plus prestigieux.
Mais publier en français est tout aussi respectable et de nombreux journaux
vous permettront de bien disséminer votre travail. Si votre sujet de thèse est très spécialisé,
l’article sera préférablement en anglais et votre directeur de thèse doit vous aider
pour choisir le journal. Il pourra vous orienter vers des journaux ayant un facteur d’impact
élevé dans la discipline. Si votre sujet est plus général, il convient à des revues de
médecine interne ou de médecine générale.
Éléments spécifiques à l’article
et qui ne sont pas dans les thèses
Un article a plusieurs auteurs, et le premier est l’auteur du travail de thèse. Attention
de ne pas vous faire prendre la première place sur l’article ! Connaissez les auteurs et
leur ordre avant d’écrire. Les coauteurs peuvent être les membres du jury (si ce n’est pas
le cas, remerciez-les dans l’article).
L’article doit suivre les instructions aux auteurs du journal auquel il sera soumis. La
plupart des journaux demandent des informations complémentaires : financement du
travail, travail de chaque auteur, conflits potentiels d’intérêts.
Une lettre de couverture pour soumettre l’article doit être faite en suivant les propositions
de la revue (voir les instructions aux auteurs). La soumission est en général sous
format électronique par internet : vous apprendrez à remplir les informations demandées.
Répondre aux relecteurs
Votre article soumis sera relu par le rédacteur en chef et/ou des rédacteurs adjoints du
journal. Il sera envoyé à des relecteurs (reviewers), le plus souvent anonymes. Vous recevrez
en moins de 2 mois un avis de lecture avec des commentaires et la décision du
journal : acceptation le plus souvent avec demandes de modifications, voire refus ! Ne
prenez pas peur si c’est un refus : il faut améliorer l’article et le soumettre à un autre
journal (ou parfois à celui qui a refusé !).
APRÈS LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 77
Le jury
Vous l’avez constitué bien avant l’impression et il faut parfois plusieurs
semaines pour obtenir tous les accords. Le directeur de thèse a été choisi au début.
En général, le président du jury a été informé dès le début : il doit être professeur des
universités-praticien hospitalier de votre faculté de médecine. Il doit être en exercice, en
surnombre universitaire. Un professeur honoraire peut assurer une présidence dans
l’année de sa mise à la retraite, mais renseignez-vous bien auparavant dans votre
faculté. Les membres du jury sont au moins quatre (dont trois enseignants titulaires) et
ils sont en principe enseignants de votre faculté. Ils peuvent aussi exercer dans d’autres
facultés de médecine françaises. Des membres invités peuvent participer au jury. La
composition du jury est soumise à l’acceptation du président de votre université ou, sur
délégation écrite, du doyen de la faculté ; après acceptation, elle ne peut plus être
modifiée. Vous ne pouvez pas mettre des membres de votre famille dans le jury.
La soutenance
La fixation de la date peut parfois prendre un peu de temps : anticipez et proposez des
dates dès que possible à tous les membres du jury, et à la faculté pour réserver la salle
appropriée. Vous serez alors obligé de terminer votre travail avant cette date ! La soutenance
de la thèse se déroule dans des locaux de votre faculté (salle des thèses). La
soutenance dans une autre faculté est possible. La soutenance est gratuite et vous
pouvez inviter vos amis, votre famille. Dans la plupart des facultés, vous aurez à
présenter votre travail dans un temps de 15 à 20 minutes. Vous devez vous y préparer
et répéter plusieurs fois avec des amis.
Savoir parler en public
Un minimum de savoir-faire est obligatoire : parlez lentement, respirez, soyez décontracté,
ne lisez pas mais faites semblant d’improviser, présentez des idées simples et
C H A P I T R E 2 0
Le jury, la soutenance
et la suite
APRÈS LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 78
claires, terminez avant votre temps imparti, ayez des illustrations bien faites et qui ne
sont pas des photocopies sur transparents tirées de votre thèse, utilisez un ordinateur
avec un projecteur mais ce n’est pas le studio Disney. Votre message principal doit être
dit très clairement au moins trois fois.12 Vous avez trois idées courtes dites en introduction,
puis développées pendant l’exposé, et répétées en conclusion. Exemple :
« Bonjour, je vais vous expliquer que j’ai eu beaucoup de plaisir à faire ma thèse, que j’ai
pu montrer qu’il fallait avoir des méthodes simples mais rigoureuses, et que maintenant
les thèses devraient être courtes mais originales et informatives ».
Votre exposé de 15 ou 20 minutes développe votre travail et insiste sur les trois points
de l’introduction et vous concluez :
« Comme je viens de vous le montrer, vous avez compris que les thèses de médecine sont
intéressantes et pourraient être améliorées en étant plus originales et informatives, avec
l’application de méthodes de travail simples et rigoureuses. La thèse doit rester un plaisir
et mon expérience l’a montré. Je vous remercie pour votre attention et suis prêt à
répondre aux remarques du jury ».
Le jury va se prononcer
Le jury va vous écouter, poser des questions, délibérer 5 minutes et la sentence
va tomber : vous êtes reçu sans corrections à faire avant de diffuser votre thèse.
Je vous laisse apprécier cette expérience unique. Une séance de relaxation n’est pas
nécessaire. Ayez un peu de modestie : votre jury n’a jamais appris à juger une thèse. Les
comportements des membres du jury sont divers : la plupart ont très bien lu votre thèse
et apportent des commentaires constructifs. Certains ont fait lire votre thèse par un
chef de clinique et découvrent notes et Post-it devant vous ; certains ont relevé une liste
des fautes d’orthographe car ils n’ont pas eu le temps de lire le fond ; certains se font
excuser/remplacer en dernière minute. Je vous laisse découvrir ces séances toujours
étonnantes. En fait, vous découvrirez rapidement qu’un petit livre « membres du jury des
thèses de médecine » serait très utile.
Réception après l’effort
La délivrance : vous vous êtes amusé un ou deux ans et l’envie de recommencer vous
démange !
Le diplôme de docteur en médecine
Un certificat provisoire signé par le doyen vous sera remis après la soutenance. Il vous
permet d’exercer la médecine générale après avoir validé votre 3e cycle. Vous le
montrerez au Conseil de l’Ordre des médecins de votre département d’installation. Un
APRÈS LA RÉDACTION DE LA THÈSE
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 79
document annexe précise votre qualification (médecine générale). Entre un et deux ans
après votre thèse, vous demanderez votre diplôme que vous obtiendrez en échange de
votre certificat provisoire. Il s’agit d’un échange en mains propres ou éventuellement
d’un envoi recommandé.
Signalement de votre thèse
Votre thèse doit être accessible par la communauté scientifique et bien indexée dans
des bases de données. Un formulaire d’enregistrement, fourni par votre faculté, doit
permettre de la mettre dans http://www.sudoc.abes.fr
Prix de thèses
Il existe quelques concours ou prix. Parfois, les jurys ont du mal à sélectionner par
manque de candidats. Renseignez-vous dans votre entourage, auprès de votre directeur
de thèse et n’hésitez pas à concourir.
Publier un article
Publier un article vous permettra de mieux faire connaître votre thèse et vous fera
remarquer. Une thèse reste assez confidentielle ; un article atteint un large public de
lecteurs et quelques-uns peuvent être intéressés. Un article laisse une trace dans des
banques de données et votre travail sera plus souvent consulté que s’il s’agit d’une
thèse indexée seulement dans les banques de thèses.
Chercher un job
La thèse peut vous faire connaître dans un laboratoire et vous pouvez postuler pour
un emploi.
G U I D E P R A T I Q U E D U T H É S A R D 80
© Brain Storming SAS janvier 2012
122, avenue du Général Leclerc, 75014 Paris
Directeur des publications : Dr Pierric Couturier
Coordination et suivi technique : Sophie Petit
Conception graphique, mise en pages : Jacques Michel
Références
1 Foucheyrand P. Analyse descriptive, méthodologique et devenir des thèses en médecine.
Thèse de Médecine n° 3112, Université François Rabelais, Faculté de Médecine de Tours, 1994.
2 Roy PM, Dubart AE, Jabre P, Ricard-Hibon A, Thys F. Guide pratique de recherche clinique.
S-éditions, Paris. 2008, 204 pages.
3 Maisonneuve H, Boiteux A, Letonturier Ph, Lorette G. Revues systématiques et mises au point
dans la Presse Médicale, de nouvelles instructions pour les auteurs. La Presse Médicale 2004 ;
33 : 1568-1560.
4 Greenhaglh T. Savoir lire un article médical pour décider. La médecine fondée sur les niveaux
de preuve (evidence-based medicine) au quotidien. Traduit de l’anglais par Broclain D,
Doubovetzky J. Editions RanD, Meudon, 2000.
5 Maisonneuve H, Lorette G, Maruani A, Huguier M. La rédaction médicale. 5e édition, Doin,
Paris, 2010.
6 Falissard B. Comprendre et utiliser les statistiques dans les sciences de la vie. 3e édition.
Masson, Paris 2005, 372 pages.
7 Jolly D, Ankry J, Chapuis F, Czernichow P, Guillemin F. Lecture critique d’articles médicaux.
Masson, Paris. 2005, 218 pages.
8 Landrivon G. Méthode globale de lecture critique d’articles médicaux à l’usage de l’étudiant
et du praticien. Frison-Roche, Paris, 2002.
9 Falissard B. Mesurer la subjectivité en santé : perspective méthodologique et statistique.
2e édition. Masson, Paris 2008, 114 pages.
10 Bernard Cl. Introduction à l’étude de la médecine expérimentale. Champs Flammarion, Paris, 1984.
11 Maisonneuve H, Schnitter C. Quel avenir pour les journaux électroniques biomédicaux ?
La Presse Médicale 2009 ; 38 : 1418-1424.
12 Dunn K, Maruani A, Magnes JP, Maisonneuve H. Communication orale. Parler à un public
médical. Éditions Scientifiques L & C, Paris. 2007, 94 pages.
1 Planifier votre travail.
Vitesse et précipitation sont sources d’erreurs
et de perte de temps.
2 Choisir votre sujet pour qu’il vous plaise.
Vous serez motivé et vous travaillerez avec enthousiasme.
3 Connaître les principes méthodologiques de base.
« Comment vous avez travaillé » permet de valider
votre travail et d’en apprécier la qualité.
4 Apprendre à se documenter et à lire les articles.
Vous ne lirez que les articles de qualité et ils sont rares.
5 Un message en trois lignes.
Quelles sont les trois idées qui doivent rester dans
la mémoire de votre jury ? Ecrivez-les sur une feuille
pour vous guider dans votre travail de rédaction.
6 Un plan simple pour un travail original.
Faire simple (mais original) est déjà très difficile
pour moi.
7 KISS : qualité plutôt que quantité.
Keep It Short and Simple : demandez à votre jury de juger
la qualité et d’accepter un document court mais précis.
8 Citer peu de références.
Vous montrez que vous avez le sens de la synthèse
et un esprit critique.
9 Le meilleur style est l’absence de style.
Faites lire votre thèse à vos proches (parents, amis) :
s’ils comprennent tous les mots, vous écrivez bien.
10 Valoriser votre thèse et prévoir sa diffusion.
Votre travail doit vous aider dans votre carrière.
Les 10 commandements
0000190 – 02/2012

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s