BBF:catalogues des réserves

A propos du BBF
Rechercher dans le BBF
S’abonner ou acheter

Dossier
Matières
à penser
Tour d’horizon
Critiques
Contri-
butions
Travaux universitaires

entête
entête
BBF #2
févr. 1958
Sommaire

Jacques Guignard Catalogues, répertoires et sources d’information à la Réserve du Département des imprimés de la Bibliothèque nationale
Daniel Eustache Catalogue d’imprimés ou de manuscrits arabes
Fonds national de prêt des bibliothèques des Écoles de médecine et de pharmacie
L’Électronique et le travail administratif

Vous êtes ici
AccueilRechercher dans le BBFListe des anciens numéros1958, n°2 : Catalogues, répertoires et sources d’information à la Réserve du Département des imprimés de la Bibliothèque nationale
Catalogues, répertoires et sources d’information à la Réserve du Département des imprimés de la Bibliothèque nationale
Jacques Guignard

Il ne s’agit pas ici de souligner l’intérêt que présente, pour la mise en valeur des fonds de nos bibliothèques comme pour l’avancement de certaines disciplines scientifiques, l’établissement de catalogues spéciaux, décrivant les ouvrages rares et précieux d’une réserve avec plus de détail et de précision que n’en sauraient fournir les catalogues par noms d’auteurs ou titres d’anonymes, les catalogues méthodiques ou analytiques, mentionnant la masse des volumes de tout un dépôt. Il ne s’agit pas non plus de proposer des règles pour la rédaction de semblables catalogues. Ces questions ont été étudiées, ces dernières années, au cours de plusieurs enquêtes et dans différents rapports, d’abord à propos des livres du XVIe siècle1, puis, d’une façon plus large, à propos des ouvrages antérieurs à 18012; et il est à peine besoin d’indiquer que l’on devrait établir aussi des catalogues de ce genre pour certains ouvrages modernes particulièrement dignes d’attention sous le rapport de la typographie, de l’illustration, de la reliure ou pour les dédicaces et les notes manuscrites qui s’y trouvent.

Plus simplement, on se propose de signaler dans cet article les catalogues, répertoires et sources d’information dont on dispose à la Réserve du Département des imprimés, plus spécialement pour l’étude de l’histoire du livre3.

Fort nombreux et fort variés, ils présentent dans bien des cas une disparité que l’on peut certes regretter, mais qui s’explique si l’on songe qu’ils ont été entrepris à des époques assez diverses et que si les uns sont l’œuvre de fonctionnaires de la Bibliothèque nationale, d’autres, qui nous sont venus à la suite de dons ou d’acquisitions, ont été établis par des bibliographes, et à leur propre usage. Tels quels ces instruments de travail s’avèrent fort utiles et il paraît d’autant plus opportun d’en rappeler l’existence que le public n’a directement accès qu’à un tout petit nombre d’entre eux. Le fait peut sembler surprenant, puisque la salle de travail de la Réserve est dotée d’une collection d’usuels riche d’un millier de titres, constituée spécialement pour faciliter l’étude des ouvrages rares et précieux et celle de l’histoire du livre (catalogues, bibliographies spécialisées, répertoires d’incunables et d’éditions originales, ouvrages sur l’histoire de l’édition et de la librairie, de la typographie, de l’illustration, de la reliure, de la bibliophilie, catalogues de ventes célèbres, revues d’histoire du livre et de bibliophilie4) et que les catalogues et répertoires spéciaux dont il va être question formeraient tout naturellement le complément de ces usuels. Mais ces fichiers sont si encombrants qu’ils ne peuvent trouver place dans la salle de travail. Il faut avouer, en outre, que jusqu’à ces dernières années, ceux des catalogues qui ont été entrepris par les bibliothécaires affectés à la Réserve n’étaient pas assez avancés, ni parfois assez coordonnés, pour qu’on pût les mettre sans inconvénient à la disposition des lecteurs; quant à ceux dont nous disposons par suite de dons ou d’acquisitions, ils sont, pour la plupart constitués par de simples feuilles de papier de format divers, et restent par conséquent d’un maniement fragile et délicat. Du moins les uns et les autres sont-ils entreposés à proximité de la salle de travail et fréquemment communiqués aux lecteurs sous le contrôle des bibliothécaires.

Pour plus de commodité, nous mentionnerons successivement :
I. Les catalogues et répertoires des ouvrages conservés à la Réserve des Imprimés.
II. Les catalogues, répertoires, sources d’information valables pour certaines catégories d’ouvrages rares conservés dans les bibliothèques de province, ou, exceptionnellement, dans certaines bibliothèques étrangères et dans certaines collections privées.
III. Les répertoires constituant la bibliographie de l’histoire du livre imprimé. Sans entrer dans le détail des règles que l’on a suivies pour établir ces catalogues, il sera peut-être utile de signaler quelques-uns des problèmes qui se sont posés et le principe qui a été adopté pour le classement des fiches.
Catalogues, répertoires et sources d’information valables pour les ouvrages conservés à la réserve
Quelques problèmes
Fiches principales et fiches secondaires.

L’idéal serait sans doute de disposer, pour tous les ouvrages composant une « Réserve », d’un catalogue particulièrement détaillé, constitué par des fiches principales de grand format (de préférence le format international 12,5 X 20), décrivant en détail :
I° les particularités de l’édition (auteur, titre, adresse bibliographique, format, nombre de pages, caractères typographiques, nature et nombre des illustrations, nom des illustrateurs et des graveurs);
2° les particularités de l’exemplaire (feuillets manquants ou ajoutés; enluminures ; planches gravées, dessins originaux que l’on y a joints, ex-libris manuscrits ou gravés, notes manuscrites, dédicaces; reliure);
3° mentionnant enfin les restaurations dont il a été l’objet, les études qui lui ont été consacrées, les expositions où il a figuré, les reproductions (planches ou clichés photographiques) que l’on en possède.

L’expérience semble prouver qu’il serait commode de classer ces fiches dans l’ordre des cotes des volumes; on constituerait un « état signalétique » de la Réserve, permettant d’identifier un volume déplacé, ou d’épargner au bibliothécaire ou au lecteur, qui a tel volume entre les mains, des recherches souvent longues et difficiles pour trouver le nom d’un auteur (la chose peut être malaisée pour certains livres anciens), celui d’un imprimeur (songeons aux incunables), d’un illustrateur ou d’un graveur (pensons aux planches anonymes ou signées seulement d’un monogramme), pour identifier des armoiries frappées sur une reliure ou déchiffrer une note manuscrite difficilement lisible. Des fiches secondaires et plus maniables (format international 7,5 X 12,5) décrivant plus sommairement l’édition et donnant sa cote constitueraient la table alphabétique de ces fiches principales; reproduites à plusieurs exemplaires et pourvues de différentes « vedettes », elles permettraient d’établir un catalogue par noms d’auteurs et par titres d’anonymes, un catalogue analytique, des catalogues par noms d’imprimeurs et de libraires, d’illustrateurs et de graveurs, de possesseurs, de relieurs, etc…

Il y a quelques années, on a entrepris de rédiger à la Réserve des fiches principales de ce genre (on verra plus loin que des milliers de fiches secondaires existent depuis beaucoup plus longtemps), mais on ne les établit jusqu’à présent que pour des exemplaires offrant un intérêt exceptionnel, par exemple pour les premières impressions mayençaises, pour des éditions originales particulièrement rares ou pour des exemplaires uniques, à l’occasion d’une question posée par un lecteur ou de la lecture d’une publication et plutôt pour éviter de reprendre à l’avenir des recherches déjà faites qu’avec l’espoir de former un jour un catalogue complet.

On imagine, en effet, quel travail représenterait la rédaction d’un catalogue de ce genre, portant sur la totalité d’une collection qui comprend quelque 150.000 volumes et qui s’accroît d’environ 400 numéros par an. D’autres tâches ont pu, à bon droit, paraître plus urgentes. D’autant plus (mais est-il nécessaire de le rappeler ici ?) que le service de la Réserve ne constitue qu’une section du Département des imprimés : si l’on s’est efforcé, dès le milieu du XIXe siècle, de ranger dans un magasin spécial les volumes de la Réserve, on a continué pendant trois quarts de siècle à les communiquer dans la salle de travail du Département des imprimés où quelques places étaient « réservées » à cet effet; c’est seulement en 1936 6 qu’une salle de travail particulière fut affectée à la consultation des ouvrages de la Réserve.

Jusque-là, les lecteurs pouvaient donc se contenter des catalogues mis à leur disposition dans la salle de travail du Département des imprimés. On sait que le plan de classement des ouvrages de la Réserve correspond dans ses grandes lignes à celui des volumes du magasin des Imprimés, à cela près que certains forment des séries spéciales : Vélins, Xylographies, Nains, Enfer, Z. Don, Z. Audéoud, Z. Bengesco, Z. Beuchot, Z. Fontanieu, Z. Furstenberg, Z. Payen, Z. Thoisy, Z. de Vinck. Tous les ouvrages de la Réserve sont donc mentionnés dans les différents catalogues, imprimés en volumes ou sur fiches, par noms d’auteurs ou titres d’anonymes, méthodiques ou analytiques du Département des imprimés5. Les ouvrages formant certaines des séries particulières à la Réserve avaient du reste fait l’objet de catalogues spéciaux, imprimés ou manuscrits6. Certaines catégories d’ouvrages, dispersés dans les différentes séries du classement, se trouvaient en outre décrits, ou devaient l’être, pensait-on, avec les années, dans d’autres catalogues imprimés; ainsi les incunables dans le catalogue de Pellechet-Polain et dans le Gesamtkatalog der Wiegendrucke, les livres d’Heures dans le catalogue de Lacombe, les livres illustrés français dans l’Inventaire du fonds français du Cabinet des estampes. Dans d’autres cas, enfin, on disposait de bibliographies spécialisées qu’il suffisait d’annoter en y portant la cote des exemplaires de la Réserve.

Certes, un catalogue général de la Réserve rendrait d’inappréciables services, étant donné l’incomparable richesse de cette collection. Mais il ne se justifierait vraiment que si cette collection constituait une sélection rigoureuse des livres imprimés rares et précieux que possède la Bibliothèque nationale. Il s’en faut que ce soit le cas. D’une part, en effet, quantité d’ouvrages d’une grande valeur se trouvent sur les rayons du magasin des Imprimés (des traités scientifiques en particulier) ou sur ceux d’autres départements. D’autre part, on a trop souvent admis à la Réserve des ouvrages que l’on pensait ne pouvoir communiquer aux lecteurs sans autorisation particulière et qui sont d’une valeur bien inégale; ainsi, des éditions modernes de demi-luxe, certains traités intéressant la défense nationale… vers 1880, des livres érotiques7, voire des tirages à part sur beau papier d’articles d’érudition ou de discours de circonstance. Et l’on ne saurait guère transférer des ouvrages des magasins des Imprimés à la Réserve et vice versa qu’au prix de changements de cote toujours dangereux.

On songea bien, vers 1880, à établir un jeu de fichettes, donnant le catalogue par noms d’auteurs et titres d’anonymes, des ouvrages entrés à la Réserve; mais, l’entreprise devait être malheureusement abandonnée8. En revanche, on entreprit vers le même temps une série de catalogues spéciaux mentionnant certaines catégories d’ouvrages présentant un intérêt particulier ou pour lesquels on était encore démuni d’instruments de recherche, et on classa ces fiches soit par noms d’imprimeurs, soit par villes d’impression, soit par noms de possesseurs9. Le travail devait être repris vers 1925 par Émile Dacier, puis par M. André Martin, mais, hélas! – car les temps de la normalisation n’étaient pas encore venus – sur des fiches de format différent (130 × 80) et sans règles suffisamment précises10. Il allait appartenir à M. Robert Brun, quand il fut chargé de la Réserve du Département des imprimés, d’entreprendre un catalogue plus cohérent, établi sur fiches de format international (7,5 X 12,5) et de l’étendre à d’autres séries : plaquettes gothiques, curiosités typographiques, livres illustrés, ex-libris manuscrits ou gravés, etc. D’autre part, M. Robert Brun entreprenait de décrire, mais cette fois sur fiches de plus grand format (140 × 160) les principales reliures de la Réserve.

Nous devions avoir par la suite le moyen de développer quelque peu ce plan et d’établir pour certaines catégories d’ouvrages des descriptions plus poussées. A partir de 1940, en effet, plusieurs bibliothécaires allaient être attachés à la Réserve (l’effectif du personnel scientifique comprend aujourd’hui un conservateur et cinq bibliothécaires). Puis, en 1943, l’Administration de la Bibliothèque nationale décidait de reproduire à de multiples exemplaires, soit par l’impression, soit par la photographie, les fiches rédigées pour la Bibliographie de la France. Ces fiches étant un peu plus détaillées que celles du Catalogue général, il suffisait, dans bien des cas, d’y inscrire une vedette, quitte à les compléter parfois quelque peu, pour les intercaler au fur et à mesure dans différents catalogues et tenir ceux-ci régulièrement à jour. Enfin, vers la même époque, la Réserve des Imprimés abritait ceux des ouvrages particulièrement rares et précieux de la Fondation Smith-Lesouëf, qui avaient été évacués en 1939, et nous allions pouvoir décrire ces ouvrages selon les mêmes principes.

Ces considérations permettent déjà d’apercevoir que les catalogues spéciaux et sources d’information valables pour la Réserve sont assez complexes. On peut cependant les grouper en :
A. Catalogues et répertoires de livres classés par noms d’auteurs et d’anonymes.
B. Catalogues et répertoires de livres permettant d’étudier l’histoire de l’imprimerie et de l’édition.
C. Catalogues et répertoires de livres permettant d’étudier l’histoire de l’illustration.
D. Catalogues et répertoires de livres permettant d’étudier l’histoire des livres à provenances et des reliures.
E. Catalogue d’épreuves photographiques.

Nous nous permettons en outre de rappeler qu’il existe, correspondant à plusieurs de ces catégories de catalogues, des bibliographies ou des répertoires certes bien connus des bibliothécaires, mais dont il peut être intéressant de signaler que la Réserve possède des exemplaires annotés classés parmi les usuels. En revanche, il nous entraînerait trop loin de signaler ici certains ouvrages utiles pour l’histoire du livre dont on conserve des exemplaires annotés, voire des manuscrits, sur les rayons des magasins de la Réserve; on en trouvera l’indication soit au Catalogue général des imprimés, soit dans la Bibliographie de l’Histoire du livre établie à la Réserve (voir ci-dessous, III).
A. – Catalogues d’auteurs et anonymes11

I. Catalogue général des ouvrages entrés à la Réserve depuis 1943. Environ 14.500 fiches.

2. Catalogues propres à certaines séries ou à certaines catégories d’ouvrages.

– Manuscrits. Catalogues des recueils de notes, feuillets manuscrits joints à des livres imprimés ou utilisés pour la reliure, classés en : manuscrits allemands, arabes, danois, flamands, grecs, hébraïques, français, italiens, latins, portugais. Environ I.000 fiches.

– Vélins. Catalogue indiquant les ouvrages entrés postérieurement à la publication de Van Praet, Catalogue des livres imprimés sur vélin de la Bibliothèque du Roi (1822), et à celui de [L. Delisle], Inventaire alphabétique des livres imprimés sur vélin de la Bibliothèque nationale (1877). En constitution.

– Livrets xylographiques. Catalogue indiquant la référence aux principales bibliographies. Environ 70 fiches.

– Incunables. a. Table de concordance entre les numéros du Repertorium bibliographicum de Hain, les suppléments publiés par Copinger et Proctor, et les cotes de la B. N., par W. Viennot. Un volume manuscrit (1912).
b. Catalogue des incunables entrés depuis 1943. 200 fiches.

– Plaquettes gothiques du XVIe siècle et placards. I.500 fiches.

– Livres liturgiques et livres d’Heures. [L. Delisle], Inventaire des livres liturgiques

conservés à la Réserve des Imprimés. Un volume manuscrit.

N. B. Nous croyons utile de donner ici quelques remarques : Il existe en outre parmi les usuels un exemplaire annoté des bibliographies de Lacombe, Bohatta et Weale.

– Recueil Cangé. Il en existe une table manuscrite sous la cote Rés. F. 233-246 bis.

– Recueil Jamet. Van Praet, Table manuscrite du Recueil Jamet (usuels).

– Z. Audéoud. Certains ouvrages ne figurent pas aux divers suppléments du Catalogue général; il convient de se reporter encore au Catalogue publié par W. Viennot, Bibliothèque nationale. Département des Imprimés. Catalogue Audéoud (1912).

– Z. Beuchot. Une vingtaine de volumes composés de pièces manuscrites ou imprimées, qui ne figuraient pas au Catalogue général ont été récemment catalogués. Ces pièces sont décrites dans un supplément sur fiches (12,5 × 20), destiné à être relié en registre.

– Z. Payen. Voir Richou, Inventaire (1872). Un volume manuscrit.

– Z. Thoisy. Catalogue abrégé, avec la concordance. Un volume manuscrit.

– Z. de Vinck. Catalogue. 2.500 fiches.

– Fonds Le Senne. Catalogue de la Réserve de cette collection, entreposée au Département des périodiques. 4.800 fiches.

– Enfer. Le catalogue de Guillaume Apollinaire, F. Fleuret, Louis Perceau, l’Enfer de la Bibliothèque nationale, a fait l’objet de deux suppléments : l’un, 1934, constitué par un registre dactylographié (Usuels), l’autre sur fiches collées sur un registre (1958) qui reprend le premier (900 fiches); différents jeux de fiches ont été distribuées dans les différents catalogues de la Bibliothèque nationale.

N. B. – On trouve un excellent choix des livres les plus précieux de la Réserve dans le catalogue de l’exposition permanente réalisée au XIXe siècle dans la Galerie Mazarine : Bibliothèque nationale. Imprimés, manuscrits, estampes. Notices des objets exposés (188I) [les notices des imprimés ont été rédigées par O. Thierry-Poux] ; on a porté la cote des exemplaires de la Réserve sur un exemplaire (Usuels). – On a de même annoté un certain nombre de bibliographies : E. Rahir, La Bibliothèque de l’amateur (1924). – J. Le Petit, Bibliographie des principales éditions originales des auteurs français du XVe au XVIIIe siècle (1927), ainsi que celles de Tchemerzine et Plée, Plan, Seymour de Ricci, Picot, etc…
B. – Catalogues et répertoires de livres pour l’histoire de l’imprimerie et de l’édition

I. Catalogue par noms d’imprimeurs et de libraires.

a) Vélins.

– Catalogue établi par Seymour de Ricci par découpage du Catalogue de Van Praet (1822), légué par lui à la Bibliothèque nationale en même temps que quantité de livres anciens, d’ouvrages de référence et de catalogues12. Environ 2.500 fiches 20 × 12,5.

– Catalogue de la série des Vélins, y compris les volumes entrés postérieurement à 1822. Environ I.500 fiches.

b) Incunables.

– K. Burger, The Printers and publishers of the XVth century, with lists of works (1902). Exemplaire annoté, portant la cote des incunables conservés à la Bibliothèque nationale.

– Incunables entrés depuis 1943. Environ 500 fiches.

c) Livres édités au XVIe siècle. Pour tous les ouvrages de la Réserve. Environ 23.500 fiches.

d) Livres édités du XVIIe siècle à nos jours. Pour les ouvrages entrés depuis 1947, 8.400 fiches.

N. B. Il existe un fichier spécial des livres édités par les Sociétés de bibliophiles. 750 fiches.

2. Catalogue des livres imprimés sur papiers spéciaux. Environ 600 fiches.

3. Catalogue de curiosités typographiques et d’ouvrages imprimés en caractères spéciaux : arabes, grecs, hébraïques, etc… Environ 1.200 fiches.

4. Catalogue de livrets et spécimens typographiques. Catalogues publiés par les fondeurs de caractères et feuilles d’épreuves, qu’il s’agisse d’exemplaires conservés au Département des imprimés ou dans d’autres départements. En constitution13.

5. Catalogue d’emblèmes, devises et marques d’imprimeurs. Etabli à l’origine par M. l’Abbé Beyssac. I.000 fiches.

6. Catalogue de fleurons typographiques. 400 fiches.

7. Catalogue des types d’L gravés rencontrés dans les livres du xve et du XVIe siècles. 2.400 fiches.
C. – Catalogues et répertoires pour l’étude des livres illustrés
1. Livrets xylographiques.

Répertoire constitué par la transcription des fiches indiquées ci-dessus (A, 2) classées dans l’ordre des cotes et faisant apparaître le lieu d’impression supposé. Un volume manuscrit.

N. B. Il existe parmi les usuels un exemplaire annoté de l’ouvrage de W. L. Schreiber, Manuel de l’amateur de la gravure sur bois et sur métal du XVe siècle (189I-1910).
2. Livres édités du XVe siècle à nos jours.

Il existe un double catalogue :
a) par lieux et dates d’impression. 10.000 fiches;
b) par noms d’illustrateurs et de graveurs. 24.500 fiches.

N. B. Voir aussi, parmi les Usuels, des exemplaires annotés de : R. Brun, Le Livre illustré en France au XVIe siècle (1930), H. Cohen, Guide de l’amateur de livres à gravures du XVIIIe siècle (1912), R. Mahé, Bibliographie des livres de luxe de 1900 à 1928 inclus (193I-1943) et les différents volumes de l’Inventaire du fonds français du Cabinet des estampes; signalons pourtant que jusqu’à ces dernières années, ceux-ci ne mentionnaient les exemplaires du Département des imprimés que s’il ne s’en trouvait point au Cabinet des estampes.
3. Portraits contenus dans les livres.

Classement dans l’ordre alphabétique des personnages représentés. Les fiches établies au nom des peintres, dessinateurs ou graveurs de ces portraits sont classées dans le catalogue des livres illustrés. I.900 fiches.
4. Exemplaires coloriés ou enluminés.

Classement des fiches dans l’ordre alphabétique des pays et des villes où les exemplaires paraissent avoir été coloriés ou enluminés, avec sous-classement chronologique correspondant en général à celui des éditions. 500 fiches.
5. Dessins originaux joints aux exemplaires.

Classement dans l’ordre alphabétique du nom des artistes. 300 fiches.
6. Estampes jointes à des exemplaires. 15 fiches.

N. B. Voir aussi dans le catalogue imprimé de la collection Audéoud les tables des noms de dessinateurs, illustrateurs et graveurs.
D. – Catalogues et répertoires pour l’étude des livres à provenances et des reliures

I. Notes manuscrites. Classement dans l’ordre alphabétique des noms d’auteurs. Environ 1.200 fiches.

2. Livres à provenances14.

Ex-libris et ex-dono manuscrits, ex-libris gravés, reliures armoriées. Classement dans l’ordre alphabétique des possesseurs (individus ou collectivités) et pour chacun d’eux, dans l’ordre chronologique de la mention, si elle est datée, ou de l’édition. 19.200 fiches.

N. B. Il existe, en outre un répertoire des reliures armoriées établi dans l’ordre des cotes, avec table alphabétique des possesseurs (I vol. manuscrit). Un registre de ce genre existe pour les reliures armoriées conservées au Palais de Fontainebleau, dont la bibliothèque est rattachée, comme on sait, à la Bibliothèque nationale.

3. Reliures.

– Notices détaillées accompagnées parfois de frottis, des principales reliures conservées à la Réserve. Cf. ci-dessus, p. 87. Catalogue établi par M. Robert Brun. Notices classées par pays d’origine, types et ateliers. 3.200 fiches du format 140 X 160.

– Notices généralement plus sommaires décrivant :
a) les reliures du fonds ancien, chaque fois que l’on a observé qu’elles ne figuraient pas dans le catalogue ci-dessus;
b) les reliures d’ouvrages entrés récemment, ainsi que les cartonnages d’éditeurs.

Classement par ateliers pour les reliures anciennes, dans l’ordre alphabétique des relieurs quand la chose est possible. 750 fiches.

N. B. Il existe en outre un registre des reliures exécutées pour Grolier (I vol. manuscrit) ainsi qu’un exemplaire annoté, portant la cote des reliures de la Réserve, de la série d’articles publiés par M. Robert Brun, Guide de l’amateur de reliures anciennes dans le Bulletin du Bibliophile (1934-1939) et de certains catalogues d’expositions. Rappelons en outre que le catalogue imprimé de la collection Audéoud comporte la description des reliures et une table alphabétique des relieurs cités.

4. Clichés, microfilms et épreuves photographiques.

Il existe différents catalogues des clichés (I.900 fiches) et des microfilms (I.600 fiches) exécutés par le service photographique de la Bibliothèque nationale, des ouvrages anciens et modernes conservés au Département des imprimés. On dispose en outre à la Réserve d’un jeu d’épreuves tirées d’après ces clichés. On a réparti celles-ci en : Typographie, Illustration, Portraits, Provenances, Reliures, et plusieurs catalogues (par noms d’auteurs ou de personnes, par sujets, etc.) sont établis. En cours.

5. Catalogue des diapositives exécutées par le service photographique de la Bibliothèque nationale pour servir à l’enseignement de l’histoire du livre. Classement méthodique. 480 fiches.
Catalogues, répertoires et sources d’information valables pour l’ensemble des bibliothèques de France pour certaines bibliothèques étrangères, ou pour d’anciennes collections privées
1. Choix d’ouvrages rares et précieux, de médailles, de curiosités et d’objets d’art.

Pol Neveux et Émile Dacier, Richesses des bibliothèques de France (Paris, 1922, 2 vol.). Table alphabétique générale, entreprise à la Bibliothèque nationale, vers 1932, sous la direction d’Émile Dacier, par M. Jean Adhémar, et achevée vers 1943, sous la direction de M. Pierre d’Espezel, par M. Simonpoli. 16.500 fiches.
2. Ouvrages imprimés sur vélin conservés vers 1820 dans d’autres bibliothèques que la Bibliothèque du Roi.

Classés dans l’ordre alphabétique des lieux d’impression et pour chaque ville, par nom d’imprimeurs et de libraires. Catalogue établi par Seymour de Ricci par le découpage du Catalogue de Van Praet (1822). Quand il s’agit d’exemplaires appartenant à des bibliothèques privées, Seymour de Ricci a généralement noté dans quelles collections ceux-ci sont passés par la suite. Environ 2.000 fiches 20 × 12,5.
3. Incunables.

a) Marie Pellechet, L.-M. Polain, Catalogue général des incunables des bibliothèques publiques de France, Notices manuscrites classées par noms d’auteurs et titres d’anonymes de Gregorius IX à Z.

Si l’impression de ce Catalogue fut interrompue en 1909 après la publication du tome III, Polain n’en avait pas moins conservé par devers lui les fiches établies par Mlle Pellechet et par lui-même; après la guerre de 1914-1918, il put reprendre ses dépouillements et les étendre aux bibliothèques d’Alsace et de Lorraine. Au total, il avait en mains quelque 14.000 fiches, plus ou moins développées et rédigées sur des feuilles de papier de différents formats. Peu de temps avant sa mort (1933) il les laissait à Mlle E. Droz, libraire à Paris. Par la suite Mlle Droz entreprit de faire mettre au net pour l’impression, en les abrégeant, les notices de Gregorius IX à Missalia inclus, cette fois sur des fiches de bristol de 20 × 12,5. Les unes et les autres devinrent plus tard la propriété d’un libraire de New-York, M. H. P. Kraus, qui en fit don à la Bibliothèque nationale en 1950, en même temps qu’il remettait un microfilm des fiches établies par Polain; ce microfilm est conservé à l’annexe de la Bibliothèque nationale à Versailles.

En vue de la publication des volumes suivants du Catalogue, on a entrepris de mettre au net les fiches de Pellechet-Polain décrivant les exemplaires de la Réserve et de cataloguer ceux des incunables qui avaient pu échapper à ces auteurs (fiches de 12,5 × 20).

b) A. Claudin. Histoire de l’Imprimerie en France au XVe siècle. (1900-1914). – Tables. Il existe à la Réserve des imprimés trois tables de cet ouvrage : I. Un des rares jeux d’épreuves établies par Paul Lacombe pour le compte de l’Imprimerie nationale. – II. Les fiches manuscrites de la table établie par M. A. Martin pour former le complément de la précédente (Don de l’Imprimerie nationale, 1958). – III. Table générale sur fiches par Marcel Plée. En même temps que la table de l’Histoire de l’Imprimerie de Claudin, l’auteur a établi celle de nombreuses publications sur l’histoire de l’imprimerie en France au xve siècle. 6.742 fiches, 200 × 155.
4. Éditions parisiennes du XVIe siècle.

Philippe Renouard, Bibliographie des éditions parisiennes du XVIe siècle. Notices manuscrites, établies selon la méthode suivie par le même auteur dans sa Bibliographie des impressions et des œuvres de Josse Bade, à la suite de dépouillements effectués dans les bibliothèques de Paris et de province, comme dans certaines bibliothèques étrangères. Plus de 26.000 notices, sur des feuilles de papier d’environ 22 X 17, rangées dans l’ordre alphabétique des noms d’imprimeurs et de libraires, et reliées en 28 volumes. Plusieurs boîtes de fiches forment la table générale par noms d’auteurs, traducteurs, éditeurs, préfaciers, dédicataires, des précédents volumes. Il existe en outre un volume de Supplément à la Bibliographie de Josse Bade. Tous ces documents ont été offerts à la Bibliothèque nationale en 195I par les héritiers de Ph. Renouard. Grâce aux subsides du Centre national de la recherche scientifique et de la Commission des Travaux historiques de la Ville de Paris, on prépare actuellement l’impression d’un premier volume.

N. B. – Voir en outre ci-dessous, II, Épreuves photographiques, ouvrages imprimés au XVIe siècle.
5. Éditions lyonnaises du XVIe siècle.

Président Baudrier, Bibliographie lyonnaise (Lyon, 1895-192I). Table manuscrite établie par M. l’Abbé Beyssac et qui reste encore utile après la publication du volume de Tables donné par G. Tricou (Genève-Lille, 1950).
6. Ouvrages en français, publiés en France (1470-1550).

Catalogue établi par Seymour de Ricci sous le titre de Gothiques français et décrivant dans le détail tous les exemplaires connus, conservés dans les bibliothèques publiques comme dans les collections particulières, ou mentionnés dans les catalogues de vente; les notices sont classées dans l’ordre alphabétique des noms d’auteurs et titres d’anonymes (environ 6.000 fiches de 20 × 12,5).
7. Ouvrages en anglais (XVe-XVIIIe siècle).

Catalogue établi par Seymour de Ricci, sous le titre de English Books, d’ouvrages d’auteurs anglais, ou traduits en anglais, et pour la plupart imprimés en Grande-Bretagne ; les notices sont établies à la suite de dépouillements analogues à ceux qui ont permis le catalogue précédent, mais elles sont classées en : livres édités par Colard Mansion – Early English – Éditions de Shakespeare – Later English – G. Washington. Environ 6.500 fiches de différents formats.
8. Livres illustrés.

Trois catalogues établis par Seymour de Ricci pour des :
– Xylographes. Catalogue notant l’histoire des exemplaires connus.
– Livres français. Deux manuscrits de l’ouvrage de Seymour de Ricci, A Catalogue of French illustrated books in the library of J. G. Widener (1923). (Aujourd’hui conservés à Washington, National Gallery of Art).
– Livres anglais. Manuscrit de l’ouvrage de Seymour de Ricci, A Catalogue of English illustrated Books in the library of J. G. Widener (1923) (ibid.).
9. Livres à provenances.

Plusieurs fichiers légués par Seymour de Ricci et formant la copie du catalogue du Δ à la Bibliothèque nationale.

I° Classement par ordre alphabétique des collectionneurs (environ 7.000 fiches).

2° Classement par date de ventes du milieu du XVIIIe siècle jusqu’au début du XIXe siècle.

3° Ventes de 1913 à 1934.

Ces différents répertoires donnent l’indication des ventes françaises et étrangères. En outre, un fichier concernant la vente des livres anglais après 1900 et un fichier concernant la vente des livres au Pays-Bas.
10. Reliures.

Catalogue de reliures mosaïquées. Légué par Seymour de Ricci. Environ 300 fiches de 17,5 × II.
11. Épreuves photographiques et planches documentaires.

– Livres rares et reliures anciennes et modernes.

Reproductions découpées dans les catalogues de vente ou provenant de certains ouvrages documentaires. Classement méthodique. En cours.

– Ouvrages imprimés en province au XVe et au XVIe siècle.

Épreuves photographiques de clichés reproduisant à la dimension des originaux des pages de titre, bois gravés, colophons, etc… exécutés pour illustrer les volumes que Claudin pensait consacrer à l’histoire de l’imprimerie en province au xve et au XVIe siècle. Il existe deux jeux de ces épreuves : les unes proviennent de Claudin, ont été reliées et forment des volumes qui se trouvent parmi les Usuels de la salle de travail; les autres ont été léguées par Seymour de Ricci et sont rangées parmi les papiers de celui-ci.

Les unes et les autres sont classées dans l’ordre alphabétique des noms de villes et d’imprimeurs.

– Ouvrages imprimés au XVIe siècle.

Épreuves de petit format, exécutées par Tchemerzine, d’après la page de titre ou l’achevé d’imprimer d’un grand nombre de volumes du XVIe siècle, la plupart conservés à Chantilly au Musée Condé. Elles sont collées sur des fiches (20 × 12,5) elles-mêmes classées par noms d’imprimeurs et de libraires.
Bibliographie de l’histoire du livre

Les catalogues spéciaux étaient entrepris depuis longtemps déjà, lorsqu’on reconnut que, pour les mener avec la rigueur scientifique désirable, il était nécessaire de disposer d’une documentation bibliographique plus ample que celle dont les usuels de la salle de travail de la Réserve constituaient les éléments. Ainsi fut entreprise une Bibliographie du livre rare, qui devait s’élargir par la suite en Bibliographie de l’histoire du livre imprimé.
1. Bibliographie générale de l’histoire du livre imprimé et de la bibliophilie.

Les articles retenus sont ceux qui intéressent l’histoire du livre et le livre rare sous leurs différents aspects correspondant aux divers catalogues spéciaux établis pour les ouvrages de la Réserve : papier, imprimerie, caractères typographiques, illustration, procédés de reproductions, reliure, conservation du livre, commerce du livre, catalogues de librairies, bibliothèques et bibliophiles, exposition, etc…

On a d’abord dépouillé sur place, dans les magasins des imprimés comme dans celui de la Réserve, les ouvrages classés dans la série Q; puis on a procédé de même pour environ 240 revues anciennes ou vivantes, publiées en France, Allemagne, Angleterre, Belgique, États-Unis, Hollande, Italie, Suède, Tchécoslovaquie; la liste des revues que l’on continue de dépouiller à l’heure actuelle comprend 46 titres.

Les fiches sont reproduites en plusieurs exemplaires et permettent d’établir, d’une part, un catalogue par noms d’auteurs des livres ou articles, d’autre part, un catalogue analytique des sujets traités. Au total : 6I.000 fiches.
2. Catalogue des ouvrages consacrés à l’histoire du livre dans la bibliothèque de Seymour de Ricci sous le titre « Libri nostri ».

On y a joint les fiches de certains ouvrages intéressant l’histoire de l’art. Environ I.500 fiches.
3. Catalogue des ouvrages consacrés aux incunables dans la bibliothèque de Seymour de Ricci. Environ I.000 fiches.
4. Bio-bibliographie d’auteurs français.

Notices fournissant divers renseignements sur des auteurs français de différentes époques et classées sous le titre « Livres français ». Série très incomplète (Lettres A, C, F, M, N). Environ 450 fiches 21 × 12,5.
5. Bio-bibliographie d’auteurs du XVIe siècle.

Notices établies par Polain, pour son propre usage, d’après des dépouillements effectués à partir de 1898 (livres et articles de revues). Très incomplète. 12 boîtes de fiches 12,5 × 7,5. – Don de M. H. Kraus (1957).

Ces différents catalogues, répertoires et fichiers, constituent une mine de renseignements. Mais il faut, dans bien des cas, passer des uns aux autres, de ceux qui recensent les ouvrages de la Réserve, à ceux qui valent pour l’ensemble des bibliothèques de France et de ceux-là à la Bibliographie, pour être bien informé sur un point précis. On a indiqué plus haut dans quelles conditions ils étaient communiqués aux lecteurs. Il va sans dire que les bibliothécaires de la Bibliothèque nationale y ont largement accès, quand il s’agit de préparer les travaux de l’Inventaire – celui des imprimés ou celui des estampes -, d’organiser une exposition ou plus simplement de dépouiller des catalogues de vente ou encore de répondre à une demande de renseignements présentée par un lecteur correspondant ou par un bibliothécaire de Paris ou de province. Nous souhaitons vivement que nos collègues veuillent bien se rappeler l’existence de ces catalogues et qu’ils n’hésitent pas à y avoir recours, en attendant qu’il soit donné à ceux qui les ont établis de pouvoir un jour les publier.

(retour)↑ Voir : Actes du Comité international des bibliothèques, 15e session, Bâle, juillet 1949, p. 28 (Fédération internationale des Associations des bibliothécaires, Publications, vol. XIV, 1949). – Idem. 16e session, Londres, septembre 1950, p. 32 (F.I.A.B., Publications, vol. XV, 195I). – Idem. 17e session, Rome, 195I, pp. 36 et 72-73 (F.I.A.B., Publications, vol. XVI). Voir en dernier lieu le rapport de R. Brun, Sous-Commission de conservation. Catalogage, reproduction et exposition de fonds et documents anciens, dans Actes du Comité international des bibliothèques, 18e session, Copenhague, 1952, pp. 48 et 97-102 (F.I.A.B., Publications, vol. XVII, 1953). – Cf. encore : R. Brun, Un projet de répertoire général de la production imprimée au XVIe siècle, dans Association des bibliothécaires français, Bulletin d’informations, nouv. sér., n° 10 (février 1953), pp. 2-7.
(retour)↑ C’est plutôt l’intérêt de catalogues mentionnant à part les livres antérieurs à cette date qui a été exposé dans l’étude de Paul-Henri Michel, A la recherche du livre ancien, extr. de Accademie e biblioteche d’Italia, XXI (1953), nos 5-6, in-8°, 8 p.
(retour)↑ Nous avons pourtant jugé utile de rappeler l’existence de catalogues par noms d’auteurs ou d’anonymes, en particulier ceux de certaines collections, qui peuvent rendre d’autres services encore…
(retour)↑ Il en existe deux catalogues, l’un dans l’ordre alphabétique des noms d’auteurs et d’anonymes, l’autre analytique.
(retour)↑ Rappelons pourtant que les catalogues par mot typique ou analytique du Département des imprimés ne retiennent que les ouvrages entrés après 1882; la majorité des ouvrages de la Réserve y échappent donc.
(retour)↑ Voir ci-dessous. A. Catalogues par noms d’auteurs et titres d’anonymes.
(retour)↑ Non seulement les ouvrages de l’Enfer, mais quantité de romans, d’une basse pornographie, qui constituent une tranche de la série Rés. p. Y2, et certains manuels soi-disant scientifiques.
(retour)↑ Voir ci-dessous, A. Catalogues par noms d’auteurs et titres d’anonymes.
(retour)↑ Ces boîtes de fiches sont toujours conservées à la Réserve, mais nous ne croyons pas nécessaire de détailler autrement ici leur contenu, le travail ayant été repris dans des catalogues plus développés.
(retour)↑ Au contraire des précédentes, ces fiches sont détruites au fur et à mesure de l’avancement des catalogues actuels.
(retour)↑ Sauf indication contraire, les catalogues et répertoires indiqués dans la suite de cet article sont établis sur fiches 7,5 X 12,5.
(retour)↑ Voir : Jean Porcher, A la Bibliothèque nationale : le legs Seymour de Ricci. Extr. de la Bibliothèque de l’Ecole des chartes, t. 105 (1944).
(retour)↑ On nous permettra de rappeler à ce propos que l’on possède à la Réserve des caractères typographiques lyonnais du XVe et du XVIe s. Cf. Maurice Audin : Bibliothèque nationale. Les types lyonnais primitifs conservés au Département des imprimés. Paris, Bibliothèque nationale, 1955. In-8°, 71 p.
(retour)↑ Les ex-libris, notes manuscrites, ne sont pas le seul moyen dont nous disposons pour retracer l’histoire des livres précieux entrés dans nos collections et la Réserve possède des exemplaires annotés de nombre de catalogues de grandes ventes, en marge desquels nos prédécesseurs ont porté le prix d’adjudication et le nom de l’acquéreur. Quelques-uns sont signalés par E.-G. Ledos, Histoire des catalogues imprimés de la Bibliothèque nationale. Le Catalogue général des imprimés, les fichiers de la Bibliographie de l’histoire du livre dont il est ici question, et, bien entendu, le catalogue du Δ; permettent d’en retrouver d’autres.

Référence bibliographique :

Guignard, Jacques. « Catalogues, répertoires et sources d’information à la Réserve du Département des imprimés de la Bibliothèque nationale ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1958, n° 2, p. 83-98. Disponible en ligne : . ISSN 1292-8399.

Contacter Soumettre un article Plan du site Mentions légales Administrateur

ISSN 1292-8399

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s