Université Paris-Sorbonne:répertoire des thèses soutenues;années 2014-2015

1
U N I V E R S I T É P A R I S – S O R B O N N E
S E R V I C E
D E S D O C T O R A T S
RÉPERTOIRE
DES
THÈSES SOUTENUES
ANNÉE 2014-2015
2
RECUEIL DES SOUTENANCES DE DOCTORAT
PAGES
Ecole doctorale I –
MONDES ANTIQUES ET
MEDIEVAUX
Etudes grecques
6
Etudes latines
13
Etudes médiévales
18
Histoire du christianisme ancien et civilisation
26
Histoire et civilisation de l’antiquité
29
Egyptologie
33
Ecole doctorale II –
HISTOIRE MODERNE ET
CONTEMPORAINE
Histoire moderne et contemporaine
38
Histoire des relations internationales et de l’Europe
53
Ecole doctorale IIILITTERATURES
FRANCAISES ET
COMPAREE
Littérature comparée
59
Littérature et civilisation françaises
75
Ecole doctorale IV –
CIVILISATIONS, CULTURES,
LITTERATURES
Commerce international et Europe 110
Etudes portugaises, brésiliennes et de l’Afrique
112
Etudes romanes (Espagnol)
113
Etudes romanes (Italien)
121
Etudes slaves
124
Etudes anglophones
128
Etudes germaniques
134
Etudes arabes
142
Ec ole doctorale V – C ONCEPTS ET LANGAG ES
Musique et musicologie
144
Musique : recherche et pratique
154
Langue française
156
Linguistique
165
Philosophie
174
Sciences de l’information et de la communication
199
Sciences sociales et Philosophie de la connaissance
208
Ecole doctorale VI HISTOIRE DE L’ART ET
ARCHEOLOGIE
Histoire de l’art
211
Théorie et pratique de l’archéologie
227
Ecole doctorale VII –
ESPACES, SOCIETES ET
AMENAGEMENT
Géomorphologie, reliefs, dynamique de la surface 239
Aménagement et urbanisme, dynamique des espaces
240
Géographie politique, culturelle et historique
241
3
RECUEIL DES SOUTENANCES DES HABILITATIONS
A DIRIGER DES THESES
Ecole doctorale I –
MONDES ANTIQUES ET
MEDIEVAUX
Etudes latines
244
Etudes médiévales
245
Histoire et civilisation de l’antiquité
247
Ecole doctorale II –
HISTOIRE MODERNE ET
CONTEMPORAINE
Histoire moderne et contemporaine
248
Ecole doctorale IIILITTERATURES
FRANCAISES ET
COMPAREE
Etudes germaniques – Littératures et civilisations
251
Littérature comparée
252
Littérature et civilisation françaises
254
Ecole doctorale IV – CIVILISATIONS, CULTURES,
LITTERATURES
Etudes anglophones
256
Etudes romanes (espagnol)
257
Etudes slaves
258
Ec ole doctorale V – C ONCEPTS ET LANGAG ES
Langue française
259
Linguistique
261
Musique et musicologie
263
Philosophie
265
Ecole doctorale VI – HISTOIRE DE L’ART ET
ARCHEOLOGIE
Théorie et pratique de l’archéologie 266
Ecole doctorale VII –
ESPACES, SOCIETES ET
AMENAGEMENT
Aménagement, urbanisme et dynamique des espaces
268
Classement des doctorats par discipline
et mention
4
R E CUE I L DE S SOUT ENANC E S
DE DOC TOR A T
P A R E C O L E D O C T O R A L E E T P A R D I S C I P L I N E
5
_ _
ECOLE DOCTORA LE I
MONDES ANTIQUES ET
MÉDIÉVAUX
ETUDES GRECQUES
ETUDES LATINES
ETUDES MÉDIÉVALES
HISTOIRE DU CHRISTIANISME ANCIEN ET CIVILISATION
HISTOIRE ET CIVILISATION DE L’ANTIQUITE
EGYPTOLOGIE
6
ECOLE DOCTORALE – I –
EA 1491 – Edition, Interprétation et traduction des textes anciens
Doctorat (DNR) – Etudes grecques
ANNEE Magali
Directeur de Recherche : M. Charles DE
LAMBERTERIE
Thèse soutenue le : samedi 15 novembre 2014 Président du jury : M. Paul DEMONT (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. David BOUVIER (Université de Lausanne)
M. Pierre JUDET DE LA COMBE (Ecole des Hautes
Etudes en Sciences Sociales)
M. Didier PRALON (Université Aix-Marseille 1)
M. Marwan RASHED (Université Paris 4)
La diction des chants parénétiques : de Kallinos à Tyrtée (édition, traduction, interprétation)
Résumé : La singularité et la fonction holoparénétique particulièrement efficace des fragments de Tyrtée et
de Kallinos, trop longtemps négligées par une tradition philologique étroitement homérocentrée, imposaient
d’elles-mêmes que l’on revienne sur le texte de ces deux poètes-savants du VIIe siècle a. C. et, pour ce
faire, que l’on s’en tienne à la lettre des manuscrits sans d’entrée de jeu s’en offusquer, et que l’on étudie
pour elle-même, en ses profondeurs linguistiques, la diction qui fut la leur et qui pour la première fois,
concomitamment à Archiloque, usa du mètre élégiaque. Or, outre que le fonctionnement dialectal et
rythmique de leurs fragments se révèle plus fluctuant qu’il n’y paraît, leur organisation intrinsèquement «
stanzaïque » reposant sur des systèmes d’échos plus phoniques que lexicaux, ainsi que l’usage répétitif de la
forme rythmiquement marquée des participes moyens-passifs en -me/noj/-(o/)menoj, sont deux traits qui
nous fondent à penser que c’est un « rythme sonore », ou plus précisément « phonico-pragmatique », qui
devait en être le moteur. Aussi est-ce pourquoi, puisqu’on reconnaît de plus en plus unanimement au
Cratyle (dialogue éminemment poiétique de Platon) un savoir linguistique aussi fiable que véritable, j’ai
cherché à travers lui une méthode qui permette d’appréhender un tel état de langue. Le parcours
herméneutico-philologique qui en découle, mené à l’intérieur d’un système de correspondances phonicosyllabiques
centré sur le radical du verbe me/nw « rester, tenir bon », permet de se frayer un chemin dans la
dimension intra- et infra-linguistique de la diction parénétique de Tyrtée et de Kallinos afin de mieux
comprendre les raisons et la nature d’une efficacité qui hérite à l’évidence de traditions non narratives.
7
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Etudes grecques
CAVALLI Edoardo
Directeur de Recherche : M. Dominique MULLIEZ
Thèse soutenue le : jeudi 19 mars 2015 Président du jury : MME Anne JACQUEMIN (Université
Strasbourg 2)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Università Ca’ Foscari
Venezia
Membres du jury :
MME Claudia ANTONETTI (Università Ca’ Foscari
Venezia)
MME Franca LANDUCCI (Università Cattolica del Sacro
Cuore)
M. Francois LEFEVRE (Université Paris 4)
Partis de l’ortygie titanide. L’expansionnisme étolien au IIIe siècle av. J-C. Mythe politique et légende
poétique au service du Koinon
Résumé :
8
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Etudes grecques
KIM Sergey
Directeur de Recherche : M. Bernard FLUSIN
Thèse soutenue le : jeudi 11 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Pierre MAHE (école pratique
des hautes études)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Muriel DEBIE (école pratique des hautes études)
M. Bernard OUTTIER (CNRS)
MME Agnes OUZOUNIAN (INSTITUT CATHOLIQUE
PARIS)
M. Peter VAN DEUN (Katholieke Universiteit Leuwen
(Louvain))
Sévérien de Gabala dans les littératures arménienne et géorgienne
Résumé : La thèse est consacrée à l’étude de l’héritage littéraire de Sévérien, évêque de Gabala (Ve s.)
conservé dans les traductions arménienne et géorgienne. L’Introduction générale esquisse l’histoire de la
recherche sur Sévérien et systématise les critères utilisés pour attribuer une oeuvre à cet auteur ; une étude
essaie de retracer les débris de son corpus dispersé dans les manuscrits grecs et caucasiens ; une partie
codicologique présente les manuscrits caucasiens utilisés. Quatre textes arméniens (CPG 4248, 4246-1,
4246-2, 4295.17a) et quatre textes géorgiens (CPG 4235, 4236-3, 4236a.4, 4214) sont édités et traduits en
français ; chaque pièce est précédée par les notes d’introduction qui contiennent nos observations sur son
attribution à Sévérien, aussi bien que sur le rapport de l’original grec avec la version caucasienne ancienne.
Deux textes portant le nom de Sévérien en arménien (CPG 4669) et en arabe (CPG 4290) sont étudiés et
publiés pour la première fois en Appendice. Deux Annexes contiennent les lexiques gréco-géorgien et
géorgien-grec créés sur la base d’une lecture parallèle des textes de Sévérien édités simultanément en grec
et en géorgien.
9
ECOLE DOCTORALE – I –
EA 1491 Edition interprétation et traduction de textes anciens
Doctorat (DNR) – Etudes grecques
MARCOU Loic
Directeur de Recherche : M. Henri TONNET
Thèse soutenue le : samedi 25 octobre 2014 Président du jury : M. Jean-Yves MASSON (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Constantin BOBAS (Université Lille III)
M. Marc LITS (Université Catholique de Louvain)
M. Petros MARTINIDIS (The Aristotle University of
Thessaloniki)
Le roman policier grec (1953-2013). Les enjeux littéraires du genre.
Résumé : Contrairement à ses homologues occidentaux (le detective novel britannique, le roman de
détection français, le roman noir anglo-américain, le giallo italien), le récit policier grec est une terra
incognita pour la recherche universitaire. Cette thèse ambitionne de combler cette lacune en s’intéressant à
un genre qui, plus que tout autre, a eu mauvais genre en Grèce. Les deux questions qui constituent le fil
d’Ariane de notre réflexion tournent autour de l’hellénité du genre (existe-t-il un roman policier grec doté
de caractéristiques intrinsèques ?) et de son évolution en diachronie (y a-t-il continuum ou rupture entre
l’ancienne et la nouvelle production policière hellénique ?). Notre thèse est construite en trois temps. Notre
première partie s’intéresse aux raisons de la naissance tardive du genre en Grèce et à son histoire sur six
décennies, de 1953 à 2013. Notre deuxième partie se penche sur la poétique du nouveau roman policier grec
(1995-2013) en prenant pour point de comparaison l’ancienne production policière hellénique (1953-1967),
celle de Maris et de ses épigones : Chairopoulos, Kakouri, Marakis, Markakis, Papagéorgiou. Au cours de
cette deuxième partie, il est surtout question de l’identité générique du nouveau « polar grec » (roman de
détection, roman noir, thriller, « polar méditerranéen » ?), des personnages qu’il met en scène et de la
thématique de la ville. Enfin, notre troisième partie ambitionne de montrer que le nouveau roman policier
hellénique mène une investigation sur l’histoire, la société et l’identité grecques. Plus qu’à l’anatomie d’un
crime, le lecteur assiste en effet, dans la nouvelle production policière hellénique, à l’anatomie d’un pays.
10
ECOLE DOCTORALE – I –
EA 1491 Edition interprétation et traduction de textes anciens
Doctorat (DNR) – Etudes grecques
PLATEVOET Marion
Directeur de Recherche : MME Dominique
ARNOULD
Thèse soutenue le : samedi 13 décembre 2014 Président du jury : M. Paul DEMONT (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Michel HOCHMANN (école pratique des hautes études)
MME Sylvie LAIGNEAU (Université de Dijon)
M. Philippe SENECHAL (Université d’Amiens)
MME Catherine TREILHOU BALAUDÉ (Université Paris
3)
Médée en échos dans les arts. La réception d’une figure antique, entre tragique et merveilleux, en
France et en Italie (1430-1715)
Résumé : Le mythe de Médée, reçu par la première modernité comme un paradigme complet depuis la
Conquête de la Toison d’or jusqu’à son retour sur le trône de Colchide, compose un prisme à multiples
facettes : « Médée-tueenfant » (La Péruse), le personnage légué par la tragédie attique et devenu archétype
d’une violence contrenature, y croise Médée magicienne, qui bouleverse le lignage et la ligne du temps,
mais aussi la princesse orientale éprise d’un héros civilisateur. Pétrie par la culture chrétienne et admise au
répertoire des arts officiels, cette figure ambivalente se rend perméable aux recherches esthétiques et aux
débats éthiques des Temps modernes, en vue de l’expression de l’horreur, de l’allégorisation de la gloire,
comme dans la représentation des passions. Or, la fondation de l’Ordre de chevalerie de la Toison d’or au
duché de Bourgogne, en 1430, jusqu’à la fin de la Guerre de succession d’Espagne où se redessine la carte
des puissances européennes, fait de la fable un miroir fictionnel privilégié des jeux de pouvoir entre les
grandes dynasties européennes, en tant qu’instrument du discours programmatique du Prince. Dans le
paysage culturel d’influences communes que forment les Cités-États de l’Italie et le royaume de France,
cette étude montre, par la réunion de l’iconographie de Médée, l’analyse de sa présence dans les imprimés
et de ses réécritures à la scène d’après l’antique, comment les échanges entre les arts visuels et les arts du
texte oeuvrent à l’établissement d’un motif héroïque paradoxal. Ou comment Médée « devient Médée »,
renouvelant le serment que lui avait fait jurer Sénèque : « Fiam ».
11
ECOLE DOCTORALE – I –
EA 1491 Edition interprétation et traduction de textes anciens
Doctorat (DNR) – Etudes grecques
ROMIEUX Elodie
Directeur de Recherche : M. Alain BILLAULT
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : MME Estelle OUDOT (Université de
Dijon)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Christophe CUSSET (ENS LYON ENS SCIENCES)
Clio dans les romans grecs: l’histoire chez Chariton et Héliodore
Résumé : Les références à l’Histoire sont très présentes dans le Roman de Chairéas et Callirhoé de Chariton
(ier siècle ap. J.-C.) et dans les Éthiopiques d’Héliodore (ive siècle ap. J.-C.). Elles sont exprimées selon
des modalités très variées. Les intrigues se déroulent à l’époque classique. Elles font allusion à un grand
nombre d’épisodes et de personnages historiques. Les jeux d’intertextualité avec Hérodote et de Thucydide
sont nombreux. Ces procédés font écho à des pratiques d’écriture courantes chez les orateurs. La souplesse
de la forme romanesque, qui n’est pas encore codifiée, permet de mettre en scène une représentation du
passé riche et innovante. Les démarches des deux romanciers sont différentes. Le Roman de Chairéas et
Callirhoé met en scène une grande diversité de références au passé, donnant à lire un condensé de l’Histoire
grecque de l’époque classique à Alexandre. Les jeux d’intertextualité avec l’oeuvre de Thucydide suggèrent
une réflexion sur la transformation de l’Athènes classique. Les échos à différents personnages historiques
reflètent l’évolution des valeurs morales de l’époque classique à l’époque impériale. Se dessine ainsi, à
travers les références historiques, une réflexion sur l’exercice du pouvoir, en lien avec les écrits des
orateurs. Les Éthiopiques présentent des jeux d’intertextualité très élaborés avec les Histoires d’Hérodote.
À travers ces échos, le romancier affirme la profonde innovation que constitue le genre romanesque. Les
références à l’Histoire dessinent les contours d’un univers romanesque original, qui trouve sa place entre
Histoire et légende. Elles expriment des enjeux politiques et moraux présents chez les orateurs.
12
ECOLE DOCTORALE – I –
EA 1491 – Edition, Interprétation et traduction des textes anciens
Doctorat (DNR) – Etudes grecques
VIOLAS Aurore
Directeur de Recherche : M. Charles DE
LAMBERTERIE
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Pierre LEVET (Université de
Limoges)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Isabelle BOEHM (Université Lyon 2)
MME Claire LE FEUVRE (Université Paris 4)
M. Daniel PETIT (ECOLE NORMALE SUPERIEURE
PARIS)
Les préverbes ana – et kata – en grec ancien (Homère, Hésiode, Hérodote): étude linguistique
Résumé : Les préverbes a)na- et kata- sont souvent considérés comme un couple complémentaire, parce
qu’avec des verbes de déplacement a)na- marque un mouvement vers le haut et kata- un mouvement vers le
bas. Ces deux préverbes ont pourtant eu des emplois très variés qui dépassent largement l’emploi spatial.
L’étude des composés présents dans les oeuvres d’Homère, Hésiode et Hérodote permet d’identifier les
connotations essentielles associées à ces préverbes dès les premiers textes. A défaut de pouvoir déterminer
une Urbedeutung, il est possible de comprendre comment le sens de ces préverbes a évolué d’un sens
concret vers des emplois plus abstraits. L’étude successive de ces deux composés, en établissant des
catégories de significations parmi les verbes, nous amène à découvrir un certain nombre de sèmes qui
semblent constitutifs de chacun des deux préverbes. Cela nous montre que le préverbe a)na- est surtout
associé à des verbes de mouvement, alors que le préverbe kata- est davantage lié à des verbes statifs ou qui
évoquent un processus de destruction. La question de la valeur aspectuelle de ces préverbes est aussi un
élément fondamental. L’étude de ces deux préverbes permet de comprendre comment ils ont pu tous les
deux acquérir une valeur aspectuelle pour souligner notamment l’accomplissement du procès. Cependant,
on constate qu’ils ne correspondent pas au même accomplissement, puisqu’a)na- dénote un
accomplissement créatif, tandis que kata- souligne le plus souvent l’accomplissement d’un processus de
disparition.
13
ECOLE DOCTORALE – I –
EA 4081 Rome et ses renaissances: littérature latine, philosophie, art et archéologie romaine
Doctorat (DNR) – Etudes latines
BLAISE Raphael
Directeur de Recherche : M. Carlos LEVY
Thèse soutenue le : samedi 7 février 2015 Président du jury : MME Béatrice BAKHOUCHE
(Université Montpellier 3)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Bénédicte DELIGNON (ENS LYON)
M. Alessandro GARCEA (Université Paris 4)
M. Valéry LAURAND (Université Bordeaux 3)
MME Sabine LUCIANI (Université Aix-Marseille 1)
Mystère et révélation. Le ciel dans la philosophie romaine de Lucrèce à Sénèque
Résumé : Le ciel est omniprésent dans les oeuvres des philosophes romains au Ier siècle avant et au Ier
siècle après Jésus-Christ. Il apparaît tout à la fois chez l’épicurien Lucrèce, le néoacadémicien Cicéron et
les stoïciens Manilius et Sénèque. Cette thèse postule qu’il existe, au-delà des divergences entre les
penseurs, un regard porté sur le ciel propre à la philosophie romaine. Le ciel, plus qu’un objet sensible, est
une représentation. Les Latins sont les héritiers d’une longue tradition du regard : en levant les yeux, ils
contemplent tout à la fois le ciel des astrologi grecs et chaldéens, celui des physiciens et celui des poètes. La
pensée romaine confronte, de manière originale, l’ensemble de ces regards : la philosophie du ciel s’enrichit
d’une dimension astronomique et d’une dimension métaphorique. Les Latins ont toutefois une position
ambiguë par rapport à l’astronomie : à l’exception de Manilius, ils se méfient de cette discipline, trop en
deçà de la philosophie. Ils ne peuvent pourtant se résoudre à la passer sous silence. En revanche, le regard
métaphorique est intégré au projet philosophique. L’étude physique du ciel vise certes à le désacraliser,
mais la fascination des auteurs pour le firmament les conduit fréquemment à en faire un lieu à part. Par sa
beauté et par son mystère, il devient un symbole des aspirations humaines : il représente l’idéal de vertu et
pourrait même révéler des secrets habituellement réservés au sage. Tout en se gardant de céder à la
superstition, les Latins savent contempler avec émotion : leur philosophie du ciel est une philosophie de
l’enthousiasme.
14
ECOLE DOCTORALE – I –
EA 1491 Edition interprétation et traduction de textes anciens
Doctorat (DNR) – Etudes latines
GRIMAUD Johanna
Directeur de Recherche : MME Michele DUCOS
Thèse soutenue le : samedi 29 novembre 2014 Président du jury : MME Sylvie FRANCHET D ESPEREY
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Marie-Helene GARELLI (Université Toulouse 2)
MME Géraldine PUCCINI (Université Bordeaux 3)
M. Etienne WOLFF (Université Paris 10)
Théâtre et théâtralité dans le Satyricon. La quête d’un nouveau genre
Résumé : La présente étude revient sur le concept de théâtralité souvent employé à propos du Satyricon
pour tenter d’en préciser les manifestations et les modalités. Car derrière l’apparente simplicité du terme et
la banalisation de son emploi à propos de cette oeuvre, se cache une pluralité de procédés. La théâtralité du
Satyricon revêt trois formes.Elle se définit spontanément comme la réutilisation de codes propres aux
genres dramatiques comiques auxquels Pétrone emprunte situations, thématiques et procédés linguistiques.
Cette théâtralité première est complexifiée par son ancrage dans un univers narratif orienté, dont les
préoccupations recoupent celles du genre satirique. Le recours à des éléments théâtraux dessine les contours
d’une société excessive et inauthentique, et se voit donc filtrée par le topos du monde décadent : cette
théâtralité seconde devient le moyen d’exprimer l’outrance des individus et de leurs comportements. Et
c’est précisément parce que dans le monde du Satyricon les valeurs traditionnelles sont caduques que la
littérature classique est obsolète. S’ouvre alors la voie à une théâtralité troisième, intrinsèquement liée à la
parodie. Elle est principalement portée par la voix du narrateur, chez qui la pratique excessive de la
déclamation a entraîné une projection systématique dans un au-delà fictionnel. La fracture existant
désormais entre la réalité et sa perception a une double conséquence : d’une part toutes les situations du
quotidien s’assimilent à des représentations de scènes littéraires de référence ; d’autre part elle déconstruit
la littérature traditionnelle en en exhibant les clichés. Cette théâtralité permet à Pétrone de renouveler la
littérature et de jeter les bases du genre romanesque.
15
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8584 – Laboratoire d’études sur les monothéismes
Doctorat (DNR) – Etudes latines
HADAS Daniel
Directeur de Recherche : M. Vincent ZARINI
Thèse soutenue le : samedi 17 janvier 2015 Président du jury : M. Jean-Marie SALAMITO (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Michele CUTINO (Université Strasbourg 1)
MME Martine DULAEY (école pratique des hautes études)
Saint Augustin d’ Hippone, Epistulae ad Romanos Inchoata Expositio (Début de commentaire de
l’épître aux Romains). Edition, Traduction et commentaire
Résumé : Entre 394 et 396 après J-C, saint Augustin d’Hippone forma le projet d’écrire un commentaire de
l’Épître aux Romains de saint Paul. Il en rédigea seulement un premier livre, où il commente les sept
premiers versets de l’épître, puis examine la question du blasphème impardonnable contre l’Esprit Saint.
Nous présentons ici ce texte. Notre thèse comporte d’abord une introduction générale, qui situe l’oeuvre
dans son contexte historique et théologique, et discute de sa réception. Puis nous fournissons une édition
critique (avec traduction française) du texte : l’édition, sur la base de 25 manuscrits et 5 imprimés, est
précédée d’une présentation détaillée de ses sources, d’un stemma justifié, et d’un commentaire des choix
ecdotiques. Vient enfin un commentaire détaillé de tout l’ouvrage, qui a pour buts principaux d’éclairer les
passages difficiles du texte, de noter ses particularités linguistiques, et d’expliquer sa pensée par référence
au corpus augustinien et à la tradition patristique.
16
ECOLE DOCTORALE – I –
EA 1491 Edition interprétation et traduction de textes anciens
Doctorat (DNR) – Etudes latines
LAGIERE Anne
Directeur de Recherche : MME Sylvie FRANCHET
D ESPEREY
Thèse soutenue le : vendredi 21 novembre 2014 Président du jury : M. François RIPOLL (Université
Toulouse 2)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Michele DUCOS (Université Paris 4)
M. Charles GUERIN (Université Paris 12)
La « Thébaïde » de Stace et le sublime
Résumé : Ce travail vise à porter un nouvel éclairage sur la Thébaïde de Stace en recourant au Traité du
Sublime. Celui-ci constitue un instrument herméneutique contemporain des littératures néronienne et
flavienne, libéré des projections de la pensée esthétique moderne, à même de préciser l’univers de l’épopée.
Notre étude s’attache d’abord à définir la notion de sublime, telle que la présente le Pseudo-Longin. Elle
analyse ensuite l’importance de la passion dans le Traité du Sublime comme dans la Thébaïde et découvre
les liens qui unissent les deux oeuvres : une même conception de la création poétique, audacieuse et
transgressive, un même attrait pour les élans passionnels, la même recherche d’une réception sur le mode
du choc, mettant en jeu des sentiments de terreur et d’admiration. Le sublime se manifeste dans le
ravissement du poète, des personnages, dans les représentations spectaculaires de l’horreur ou d’une nature
bouleversée. Le Traité du Sublime se révèle alors un outil intéressant pour appréhender les interférences
génériques à l’oeuvre dans la Thébaïde. Il met en lumière un tragique de la passion, qui se déploie à travers
le thème de la tyrannie, qui entre en tension avec l’épique et, par là, complexifie les personnages, remet en
question l’héroïsme traditionnel.
17
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8584 – Laboratoire d’études sur les monothéismes
Doctorat (DNR) – Etudes latines
MARTZ Philippe
Directeur de Recherche : M. Vincent ZARINI
Thèse soutenue le : vendredi 10 octobre 2014 Président du jury : M. Gerard NAUROY (Université de
Metz)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Laetitia CICCOLINI (Université Paris 4)
M. Michele CUTINO (Université Strasbourg 1)
Saint Ambroise de Milan, de Noe. Présentation, traduction, annotation
Résumé : Le traité intitulé Noé, écrit par Ambroise de Milan, est représentatif de sa pensée et de son activité
en 378. Il synthétise déjà les études et les travaux produits tout au long des quatre cycles liturgiques qu’il a
vécus depuis le début de son épiscopat en 374. Tout en suivant le fil du récit de la Genèse, l’exégète
milanais fait le portrait du Juste, pour l’offrir à des fidèles soucieux, en temps de carême, de vivre au
quotidien leur engagement chrétien et d’enrichir leur connaissance du texte et de la spiritualité bibliques.
Nous nous sommes appuyés sur le texte latin de l’édition italienne SAEMO de 1984, pour en fournir une
traduction. Nous y avons joint des notes, qui montrent le lien avec les autres oeuvres d’Ambroise et sa
lecture de Philon d’Alexandrie, et un commentaire sous forme d’introduction. Nous décrivons la méthode
de l’exégèse du pasteur milanais à travers ses aspects littéraires et rhétoriques, pour entrer ensuite dans la
vie liturgique qui donne son sens au traité, avant d’évoquer des aspects de la théologie ambrosienne.
18
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier : Histoire et civilisation
Doctorat (DNR) – Etudes médiévales
CHAIGNE Marion
Directeur de Recherche : MME Elisabeth
CROUZET PAVAN
Thèse soutenue le : lundi 8 décembre 2014 Président du jury : M. Didier LETT (Université Paris 7)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Michel HÉBERT (Université du Québec à Montréal)
MME Frédérique LACHAUD (Université de Lorraine)
M. Jean Michel MATZ (Université d’Angers)
M. Jacques PAVIOT (Université Paris 12)
Femmes au « coeur d’homme » ou pouvoir au féminin? Les duchesses de la seconde maison d’Anjou
(1360-1481)
Résumé : La présente thèse de doctorat trouve son origine dans la singularité de l’histoire de la seconde
Maison d’Anjou (1360-1481), qui se caractérise, à chaque génération, par des temps de rupture au cours
desquels les femmes se trouvent en charge de la conduite de l’État comme régente, lieutenante ou en tant
que vice-régente. Cette dynastie princière française offre un terrain d’observation privilégié pour décrire et
expliquer un phénomène, en cours d’élaboration juridique et pratique à la fin du Moyen Âge, celui de
l’exercice du pouvoir politique par des souveraines qui n’auraient pas dû gouverner. Grâce au croisement
de sources de nature très variée, il s’agit aussi de mesurer les progrès administratifs ou les évolutions
institutionnelles de la principauté auxquels participent les duchesses. Ces dernières ont également joué un
rôle essentiel dans la construction territoriale de leur État, permettant de donner corps à une histoire
commune d’espaces traditionnellement étudiés de façon indépendante : l’Anjou, la Provence, le Barrois, la
Lorraine, Naples. L’étude, qui porte sur plus d’un siècle, repose sur une dialectique entre existence
individuelle et fortune collective afin d’offrir une cohérence nouvelle aux problématiques liant l’identité et
l’action politique féminine. Celle-ci est abordée au travers d’approches multiples (politique,
anthropologique, juridique, quantitative) et de thèmes variés (finances, entourage, gouvernement des corps
constitués, guerre, relations diplomatiques). L’analyse met ainsi à jour les mécanismes et les dynamiques
par lesquelles, d’un côté, ces princesses exercent leur autorité à l’égal des hommes, comme des femmes «
au coeur d’homme », tout en étant, d’un autre, contraintes par les restrictions morales, mentales et
juridiques imposées à leur genre, les conduisant à adopter une pratique gouvernementale spécifiquement
féminine, à exalter des vertus singulières, voire à tenter de modifier les règles de la politique ordinaire.
19
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier : Histoire et civilisation
Doctorat (DNR) – Etudes médiévales
GIUNTA Alexandre
Directeur de Recherche : M. Philippe SENAC
Thèse soutenue le : samedi 20 juin 2015 Président du jury : M. John TOLAN (Université de
Nantes)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Patrick HENRIET (école pratique des hautes études)
M. Pascual MARTINEZ SOPENA (Universidad de
Valladolid)
Les  » Francos » dans la vallée de l’Ebre ( XIeme-XIIe siècles)
Résumé : Aux XIe-XIIe siècles, dans le cadre de la Reconquista, des populations venues de l’autre côté des
Pyrénées vinrent s’installer dans le nord de la péninsule Ibérique. La vallée de l’Ebre devint une terre
d’accueil privilégiée pour ces hommes appelés francos dont l’histoire a longtemps été abordée par Marcelin
Défourneaux, dans un ouvrage demeuré célèbre : Les Français en Espagne aux XIe-XIIe siècles (1949).
Soixante ans après, l’évolution de nos connaissances justifient que la question soit reprise à nouveaux frais.
L’une des difficultés majeures de ce travail sera de préciser le sens qu’il convient de donner au terme
francos. Au regard des sources, le mot définit aussi bien la personne libre que celle venue du nord des
Pyrénées. Dans ce second sens, il désigne les guerriers venus combattre contre les musulmans, mais
également des artisans et des marchands. Il se rapporte enfin à des clercs qui participèrent à l’implantation
de la Réforme qu’il s’agisse d’abbés, d’évêques ou de légats pontificaux. L’étude de leur implantation dans
la vallée de l’Ebre conduira à s’interroger sur la notion d’étranger et sur leur insertion dans les formes
d’organisation sociale nées de la Reconquista. Une fois précisée l’origine de ces hommes, l’importance de
cette migration, son rythme et ses motifs, la recherche évaluera leur rôle économique et politique pour
apprécier leur influence dans la construction identitaire des territoires chrétiens hispaniques. Les questions
linguistiques, les échanges matrimoniaux et les rapports entretenus avec les populations autochtones feront
l’objet d’une attention toute particulière, sans oublier la question de l’influence culturelle.
20
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Etudes médiévales
GUERIN Marie
Directeur de Recherche : M. Jean-Claude
CHEYNET
Thèse soutenue le : jeudi 27 novembre 2014 Président du jury : MME Annick PETERS-CUSTOT
(Université de Nantes)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Vincent DEROCHE (CNRS)
MME Maria DOUROU-ELIOUPOULOU (University of
Athens)
M. Didier LETT (Université Paris 7)
Les dames de la Morée franque (XIIIe – XVe siècle). Représentation, rôle et pouvoir des femmes de
l’élite latine en Grèce médiévale
Résumé : Au sein de la principauté de Morée, fondée à la suite de la quatrième croisade par quelques
chevaliers francs dans les territoires de l’ancien empire byzantin, hommes et femmes de l’élite latine
participent au maintien de la domination pendant près de deux siècles et demi. S’inspirant des nouvelles
tendances de la recherche telles que l’étude des individus par la prosopographie, l’histoire des
représentations et du pouvoir des femmes, cette monographie s’attache tout particulièrement à mettre en
évidence la place, le rôle et le pouvoir des dames de la Morée franque, du XIIIe au XVe siècle. Au-delà des
lieux communs fournis par la pensée médiévale, essentiellement masculine, il s’agira d’analyser
l’implication des dames dans les alliances familiales, dans la transmission et la gestion du patrimoine féodal
ou encore dans la vie politique, économique et sociale de la principauté. Organisé en trois parties, ce travail
examine d’abord la représentation du féminin dans les sources latines et byzantines, puis il considère la
place des dames au sein des familles et des stratégies matrimoniales, enfin il étudie le rôle et le pouvoir de
ces femmes dans la féodalité moréote et le gouvernement de la principauté.
21
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier : Histoire et civilisation
Doctorat (DNR) – Etudes médiévales
GUITTONNEAU Pierre-Henri
Directeur de Recherche : MME Elisabeth
CROUZET PAVAN
Thèse soutenue le : samedi 15 novembre 2014 Président du jury : MME Frédérique LACHAUD
(Université de Lorraine)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Marc BOONE (Université de Gand)
M. Thierry DUTOUR (Université Paris 4)
MME Elisabeth LALOU (Université de Rouen)
M. Andreas SOHN (Université Paris 13)
Entour Paris, la capitale et ses petites villes sur l’eau au XVe siècle
Résumé : Cette thèse consiste dans l’étude exhaustive des relations de Paris avec les petites villes des
vallées fluviales de la Seine et de ses affluents au XVe siècle. Elle s’inscrit dans un champ
historiographique inexploré jusqu’à maintenant pour la région parisienne. Il s’agit d’examiner à la fois la
domination de la grande ville sur ses voisines et les liens d’interdépendance qui caractérisent leurs rapports.
Cette enquête s’attache plus particulièrement aux aspects politicoadministratifs, économiques et sociaux de
ces relations et implique de varier les échelles d’analyse en considérant les villes et leurs habitants, la
région parisienne et l’ensemble des autres espaces avec lesquels la capitale et les petites villes sont en
contact. De la sorte, il est possible d’apprécier ces relations dans toute leur complexité et de mesurer
finement l’attraction et le rayonnement de Paris. Le propos est organisé en quatre grandes parties,
subdivisées en deux chapitres chacune et illustrées de nombreuses cartes, graphiques et tableaux. La
première partie porte sur la caractérisation du semis urbain, de la hiérarchie des villes et de l’espace fluvial.
La deuxième examine les fondements et les manifestations du contrôle de l’échevinage parisien sur cet
espace et sur ces villes. La troisième interroge l’intégration de ces localités à un espace économique
polarisé par Paris et ses habitants. La quatrième, enfin, étudie les rapports des communautés urbaines avec
les institutions centrales de la monarchie établies dans la capitale. Il en ressort que ces petites villes
subissent effectivement l’influence de Paris mais conservent également une réelle autonomie.
22
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Etudes médiévales
HEDJAN Jonel
Directeur de Recherche : M. Jean-Claude
CHEYNET
Thèse soutenue le : jeudi 4 décembre 2014 Président du jury : M. Vincent DEROCHE (C.N.R.S.)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Smilja DUSANIC (Belgrade University)
M. Paolo ODORICO (Ecole des Hautes Etudes en Sciences
Sociales)
MME Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes)
La politique ecclésiastique de Byzance envers les pays balkaniques: l’exemple de la Serbie et de la
Bulgarie (1346-1402)
Résumé : Depuis le IXesiècle l’organisation étatique et ecclésiastique ainsi que la culture spirituelle et
matérielle des peuples slaves du Sud se sont directement inspirées de Byzance. Durant la seconde moitié du
XIVesiècle, la conquête turque bouleverse les États balkaniques dont l’Empire byzantin. Ces changements
ont provoqué des transformations dans le fonctionnement et dans les relations entre les Églises mais aussi
entre les États. La présente thèse approfondit les enjeux de la relation entre Byzance et les pouvoirs
séculiers et ecclésiastiques des pays slaves des Balkans, la manière dont ces enjeux ont transformé la
politique byzantine au sein de cette région, et enfin comment, en retour, l’instabilité politique de ces États a
modelé la politique de l’Église byzantine. Il s’agit ainsi de comprendre comment l’Église byzantine a
assumé un rôle de gardienne des intérêts séculiers de l’Empire Byzantin en voie de disparition, d’abord face
à l’expansionnisme serbe, puis face à la disparition de l’État bulgare et aux ambitions russes, seule
puissance orthodoxe en disparition de l’État bulgare et aux ambitions russes, seule puissance orthodoxe en
croissance à cette date.
23
ECOLE DOCTORALE – I –
EA 2557 Centre d’études médiévales anglaises
Doctorat (DNR) – Etudes médiévales
KHARLAMENKO Oxana
Directeur de Recherche : M. Leo CARRUTHERS
Thèse soutenue le : vendredi 6 mars 2015 Président du jury : M. Pierre COTTE (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Catherine DELESSE (Université Nancy 2)
M. Hans SAUER (Universität L. Max München)
La fluctuation en genre grammatical des substantifs inanimés en vieil-anglais
Résumé : L’existence de noms vieil-anglais au genre variable a été signalée encore à la fin du 19e siècle.
Alors que le nombre de noms assignés à plusieurs genres dans les dictionnaires du vieil-anglais est très
élevé, il n’existe presque aucune étude approfondie du phénomène. La présente thèse tente de répondre à
des questions de ce que l’on désigne comme les noms au genre variable, comment ces noms se distinguent
d’autres types de fluctuation dans les documents en vieil-anglais et de ce qui se trouve à l’origine de la
variation en genre. Après avoir défini la notion de l’accord et son expression dans les marqueurs, on
propose une étude détaillée de toutes les occurrences de trente-six emprunts faits au latin et au vieuxnorrois
d’une part, et de soixante-dix-huit noms indigènes d’autre part, tous assignés à plusieurs genres dans
les dictionnaires. Constatant des évolutions parfois importantes dans l’emploi des marqueurs en discours,
on cherche à déterminer s’ils interviennent dans la décision des lexicographes ou s’ils reflètent une
variabilité interne aux noms étudiés. La variation se présente ainsi sous deux angles et s’explique à travers
deux notions, celle du désaccord, où tout lien entre le nom-contrôleur et les cibles d’accord est rompu, et
celle de la variabilité, qui soutient le lien d’accord sur le plan cognitif et permet la transition d’un genre à
l’autre selon le choix de l’énonciateur.
24
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier – Histoire et Civilisation
Doctorat (DNR) – Etudes médiévales
LE MAUFF Julien
Directeur de Recherche : M. Jacques VERGER
Thèse soutenue le : mercredi 16 septembre 2015 Président du jury : M. Yves SASSIER (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Patrick BOUCHERON (collège de france)
M. Christophe GRELLARD (école pratique des hautes
études)
MME Frédérique LACHAUD (Université de Lorraine)
Une généalogie de la raison d’Etat, les racines médiévales de la pensée politique moderne
Résumé : La raison d’État, concept clé de la modernité politique et de la pensée étatique du xviie siècle, est
approchée à rebours dans cette étude, afin de mieux en saisir les origines, et de comprendre les conditions
qui en permettent l’émergence. Par l’adoption d’une méthode généalogique, ce travail vise aussi à concilier
l’école historique française des Annales et la tradition anglo-américaine de l’histoire des idées, et à traiter
les théories politiques comme un objet historique à part entière. Chaque texte et chaque auteur est donc
intégré dans un enchaînement d’influences et de relations sans dénier à chacun son individualité
intellectuelle. Parmi les notions principales qui structurent toutes les définitions de la raison d’État, la
nécessité, l’utilité publique, l’exception à la loi connaissent des évolutions profondes dès le xiie siècle, sous
l’effet de la redécouverte des Anciens par Jean de Salisbury et plus encore Thomas d’Aquin, du travail des
juristes, tant en droit canonique que romain, ainsi que dans la pratique fiscale des xiiie et xive siècles. Les
progrès de l’idéologie royale, l’affirmation d’une nécessité spécifique à l’action politique chez Guillaume
d’Ockham, et l’essor du concept d’État souverain sous l’influence particulière de Marsile de Padoue,
participent aussi de cette élaboration à l’oeuvre, notamment dans l’Italie des cités-États. Le parcours
s’achève par l’exposition de trois différentes définitions de la raison d’État qui, d’abord chez Machiavel et
Guichardin, puis chez Botero, puis enfin chez les juristes dont Ammirato et Canonhiero, ouvrent la voie au
triomphe de l’étatisme et au renouvellement des questionnements politiques, à l’aube des Lumières.
25
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier – Histoire et Civilisation
Doctorat (DNR) – Etudes médiévales
THIESSET MENAGER Celine
Directeur de Recherche : M. Michel SOT
Thèse soutenue le : jeudi 11 décembre 2014 Président du jury : M. François BOUGARD (Université
Paris 10)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Monique GOULLET (CNRS)
MME Anne-Marie HELVETIUS (Université Paris 8)
M. Michel-Yves PERRIN (école pratique des hautes études)
Sainte Héléne dans le haut Moyen Age. Culte, mémoire, dossier hagiographique
Résumé : Notre étude porte sur le développement du culte d’Hélène à l’époque carolingienne. Si la fin de
l’antiquité et l’époque des royaumes barbares gardèrent le souvenir de la mère de Constantin, en particulier
dans les sphères politiques, l’élaboration de sa légende fut progressive, connut plusieurs versions, parfois
contradictoires et l’impératrice ne reçut pas de culte avant la deuxième moitié du IXe siècle. Bien que la
ville de Rome se souvienne des bienfaits et des constructions de la sainte, ce n’est pas là que son culte fut
fondé mais en Champagne. Il s’agit donc d’étudier comment l’époque carolingienne constitue un moment
particulièrement favorable à la redécouverte de cette pieuse femme, proche du pouvoir. L’édition du dossier
hagiographique produit à cette époque en Champagne par le moine Almanne d’Hautvillers constitue le
point de départ de notre recherche tant ce texte semble central à la diffusion de ce nouveau culte. Il résume
également l’ensemble des enjeux qui gravitent autour du personnage. Car les raisons d’évoquer Hélène sont
nombreuses : culte de la Croix, modèle de sainteté féminine, définition du pouvoir impérial, pratique du
queenship, questionnement sur l’authentification des reliques et leur déplacement, quête de légitimité ou de
primauté. Le culte est ainsi réinterprété en fonction des besoins des régions qui se l’approprient, à Trèves, à
Cologne ou encore en Angleterre.
26
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Histoire du christianisme ancien et civilisation
ARINO-DURAND Miguel
Directeur de Recherche : M. Alain DESREUMAUX
Thèse soutenue le : jeudi 27 novembre 2014 Président du jury : MME Françoise BRIQUELCHATONNET
(C.N.R.S.)
Mention : Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. François CASSINGENA-TREVEDY (INSTITUT
CATHOLIQUE PARIS)
MME Muriel DEBIE (école pratique des hautes études)
M. Philippe LEFEBVRE (Université de Fribourg)
La vie de la bienheureuse Vierge Marie dans les traditions apocryphes syro-orientales
Résumé : Femme à la destinée unique, la Vierge Marie a suscité intérêt, passion et engouement tout au long
des siècles de l’Ère chrétienne. Elle a inspiré artistes, écrivains et prédicateurs et sa vie a fait l’objet de
récits exemplaires. La Vie de la Vierge traverse l’histoire de la littérature syriaque. Ce ne sont pas moins de
23 manuscrits syro-orientaux qui sont parvenus jusqu’à nous. Relativement récents puisqu’ils ont été copiés
de 1243 à 1917 AD, ils plongent leurs racines dans des textes bien plus anciens. Dans un premier volume,
la copie d’un manuscrit de la fin du xiiie siècle, conservé au monastère Notre-Dame des Semences d’Alqoš,
dans l’Irak actuel, a été choisie, en raison de son exhaustivité, pour une édition complète et une première
traduction en français. Un apparat critique très important puisqu’il concerne 18 manuscrits – 5 manuscrits
ne sont malheureusement pas accessibles actuellement – vient compléter ce travail d’édition et permet
l’établissement d’un stemma qui met en lumière l’existence de quatre familles de manuscrits, avec un
manuscrit singulier, copie d’une version syro-orientale originelle aujourd’hui perdue. Dans un second
volume, le commentaire de l’oeuvre souligne la singularité de ce texte apocryphe chrétien syro-oriental. Il
s’agit bien pour son auteur d’annoncer le Christ Jésus qui, par son incarnation, vient rétablir la création
déchue dans son harmonie originelle et racheter l’humanité. Il le fait en présentant la vie de Marie, sa mère.
Elle est alors la femme qui transcende toutes époques et tous lieux et devient une incarnation de l’éternel
féminin.
27
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Histoire du christianisme ancien et civilisation
REVEL Cecile
Directeur de Recherche : M. Jean-Marie
SALAMITO
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : M. Giusto TRAINA (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Philippe BLAUDEAU (Université d’Angers)
M. Michele CUTINO (Université Strasbourg 1)
M. Hervé INGLEBERT (Université Paris 10)
Saint Augustin historien: recherches sur les methodes historiques d’un évêque de l’Antiquité tardive
Résumé : Héritier de la culture classique antique et ancien professeur de rhétorique, Augustin d’Hippone
(354-430) est l’auteur d’une oeuvre vaste et variée où il s’illustre comme un théologien, philosophe, pasteur
à la pensée originale et puissante. Il n’est pas connu cependant comme historien et n’est pas l’auteur
d’ouvrages spécifiquement historiques. Pourtant, comme évêque africain et autorité intellectuelle reconnue
de ses contemporains, il a été amené à s’engager dans des controverses pour lesquelles il a utilisé une
argumentation historique construite avec rigueur.Les méthodes avec lesquelles Augustin rassemble et
critique ses sources et interprète l’histoire sont étudiées à partir de la Cité de Dieu et des traités antidonatistes.
Elles sont analysées en fonction du contexte culturel antique, à l’aide des réflexions
historiographiques contemporaines. De quelle façon Augustin répond-il aux exigences d’un travail
historique lorsqu’il aborde l’histoire de Rome et de l’Église ?Les recherches ont été menées en trois étapes
pour envisager tout d’abord Augustin comme historien de Rome et particulièrement de la République
romaine, puis comme historien du rôle de la religion (païenne et chrétienne) à Rome, et enfin comme
historien du schisme donatiste en Afrique. Ces axes d’études permettent d’approfondir l’analyse des
méthodes d’Augustin et de mettre en valeur une progression, d’un travail accompli à partir de sources
secondaires sur une époque éloignée, à un travail mené partir d’une documentation qu’il réunit lui-même sur
l’histoire de l’Église de son temps.
28
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Histoire du christianisme ancien et civilisation
VEBER Martin
Directeur de Recherche : M. Jean-Marie
SALAMITO
Thèse soutenue le : samedi 13 décembre 2014 Président du jury : M. Giusto TRAINA (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Stephane BENOIST (Université Lille III)
MME Cecile BERTRAND-DAGENBACH (Université
Nancy 2)
M. Yann RIVIERE (Ecole des Hautes Etudes en Sciences
Sociales)
In carcere eram et venistis ad me. Les secours aux prisonniers en Occident pendant l’Antiquité tardive
(fin IIe-VIe s.)
Résumé : Pendant l’Antiquité tardive, en Occident, les prisonniers reçoivent de l’aide pour supporter leur
condition ou pour y échapper. Ceux qui sont détenus par une autorité judiciaire sont soutenus
matériellement et psychologiquement sans restriction légale, mais leurs bienfaiteurs se heurtent à
l’arbitraire de surveillants parfois corrompus. Le sentiment d’humiliation associé à la prison est nuancé au
sein des communautés chrétiennes victimes des persécutions, car celles-ci attribuent à l’emprisonnement
une signification religieuse. Les prisonniers de guerre sont rapatriés, notamment grâce à la pratique du
rachat, et bénéficient du droit de postliminium qui leur permet de retrouver leur statut juridique antérieur à
leur retour. Néanmoins, ils ont désormais l’obligation légale de rembourser leur bienfaiteur pour que
s’applique ce droit et, à défaut, sont placés dans la dépendance de celui-ci. Quant au pouvoir romain, il fait
du retour sans contrepartie des captifs une condition de paix impérative, signe d’une domination
incontestée. La christianisation des sociétés impériale puis romano-barbares accroît l’intérêt pour la
condition des prisonniers. A partir du Ve siècle, les efforts en faveur des prisonniers de guerre s’intensifient
dans un contexte où leur nombre est multiplié en raison du recul et de l’effacement de l’Empire romain.
L’Eglise intègre à son action charitable la libération et l’entretien des captifs de même que l’assistance aux
détenus, qu’ils soient accusés ou condamnés. Désormais promu à un rôle de protecteur des cités, l’évêque
assume cette fonction en portant secours aux prisonniers, et consolide ainsi son nouveau rang social et
politique.
29
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Cotutelle – Histoire et civilisation de l’antiquité
BETTINELLI Michela
Directeur de Recherche : M. Dominique BRIQUEL
Thèse soutenue le : jeudi 8 janvier 2015 Président du jury : M. Charles GUITTARD (Université
Paris 10)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Università degli studi di Pavia Membres du jury :
M. Maurizio HARARI (Università degli studi di Pavia)
M. Marco RENDELI (Università degli Studi di Sassari)
La Lune en Etrurie
Résumé : Le thème que nous avons choisi pour notre travail de doctorat nous a amenée à mener une enquête
minutieuse et détaillée dans une grande variété de sources:épigraphiques, littéraires, archéologiques.A côté
des sources textuelles, les données iconographiques ont joué un rôle important, et sont sans doute celles qui
permettent de se faire le mieux une idée de la place et du rôle de la Lune (Tiu) dans la culture
étrusque.Dans le répertoire figuré étrusque, elle apparaît souvent comme une étoile, sans jouer un rôle
direct dans les scènes représentées, mais cette fonction, limitée, au niveau de l’image n’exclut évidemment
pas qu’elle ait pu par ailleurs, intervenir au niveau du culte. Il paraît a priori légitime de penser qu’elle ait
pu avoir dans le monde étrusque un rôle comparable à celui du Soleil (Usil), même si les données
concernant le soleil sont nettement plus nombreuses et ont par conséquent suscité une bibliographie plus
abondante. La répartition des deux moitiés du foie de Plaisance entre Usil et Tiu suffit à montre que la lune
et le soleil avaient, dans leur dimension astrale, une fonction comparable er complémentaire. On peut donc
conclure que les Etrusques n’ont pas vraiment ressenti la nécessité d’une personnification de la lune, pour
laquelle les arts figurés, n’avaient rien à leur fournir.On peut donc dire que la personnification de la Lune
chez les Etrusques a échoué : l’astre est resté presque toujours confiné dans son rôle d’élément du paysage
céleste:quant à l’existence de formes institutionnalisées du culte de la lune, indépendamment d’une
«théologie» de sa personnification, les résultats sont équivoques et ne permettent pas de la garantir
absolument.
30
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Histoire et civilisation de l’antiquité
LADHARI Mohamed Ali
Directeur de Recherche : MME Michele TRANNOY
Thèse soutenue le : vendredi 12 décembre 2014 Président du jury : M. Pierre COSME (Université de
Rouen)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Monique DONDIN PAYRE (CNRS)
M. Ahmed MCHAREK (Université de Tunis)
M. Maurice SARTRE (Université de Tours)
M. Nicolas TRAN (Université de Poitiers)
Grecs et orientaux en Afrique romaine: Etude démographique et sociale
Résumé : Le but de ce travail est d’étudier une composante de la société de l’Afrique romaine, constituée
par les allogènes originaires de la partie orientale de l’Empire. Le cadre de cette étude est le Haut-Empire
romain, car l’essentiel de la documentation dont on dispose date de cette époque. L’épigraphie est la
principale documentation. Avant de passer à l’étude de ce sujet, il était essentiel de déterminer les clés de
sélection qui ont aidé à fixer l’origine de ces allogènes et à dégager le corpus des 260 notices épigraphiques
qui constituent le support de ce travail. Le principal outil pris en considération est l’onomastique, tout en
tenant compte du caractère parfois imprécis de cet indice. Ensuite, plusieurs aspects de la présence de ces
Orientaux étaient étudiés. En premier lieu l’aspect démographique ainsi que la répartition sur le sol africain.
Le second aspect est le volet social. Il a pour but d’étudier les diverses caractéristiques de la présence de
cette communauté d’Orientaux. D’abord, la nature des activités qu’ils pratiquaient. Si le métier des armes
était leur vocation majeure, ils exerçaient néanmoins plusieurs autres activités. L’étude de leur vie
religieuse a montré qu’ils sont restés majoritairement fidèles aux cultes de leurs pays. L’onomastique ou
encore les pratiques matrimoniales ont été des indices qui ont servi à étudier la nature des contacts qu’ils
ont eu avec les Afro-romains et à évaluer leur intégration dans la société d’accueil. En dernier lieu, une
partie du travail a été consacrée à l’étude du phénomène culturel qu’est l’hellénisme et du rôle que ces
Orientaux ont joué dans la promotion de ce genre de culture.
31
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Histoire et civilisation de l’antiquité
RACINE DOGNIN Elisabeth
Directeur de Recherche : MME Françoise
BRIQUEL-CHATONNET
Thèse soutenue le : vendredi 9 janvier 2015 Président du jury : MME Marie-Francoise BASLEZ
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Nicolas CURIEN (conservatoire national des arts et
métiers)
MME Sophie DEMARE-LAFONT (Université Paris 2)
MME Florence MALBRAN-LABAT (CNRS)
MME Carole ROCHE HAWLEY (CNRS)
Tracer des limites, les franchir. Essai sur la notion de frontière, en Syrie, à la fin du deuxième
millénaire avant Jésus-Christ
Résumé : Si, comme nous le suggérons, le mot « frontière » désigne un lieu de contact et d’échanges entre
deux espaces plutôt qu’une ligne de séparation bien tracée, de nombreuses frontières existent, politiques,
sociales, culturelles, linguistiques dans un Proche-Orient ancien qu’on qualifie souvent de « monde sans
frontières » parce qu’il partage la même culture cunéiforme. Du xive siècle av. J.-C. au début du xiie, les
États syriens sont dans la mouvance successive d’empires puissants, Mitanni, Égypte, Hatti, qui se les
disputent et fixent leurs frontières politiques, tandis que les frontières juridiques (de qui est-on justiciable ?)
ou économiques (qui édicte les obligations fiscales ?) se superposent. Dans une Syrie où les langues parlées
sont diverses, il existe, et même il se crée, des « entre-deux » linguistiques. Les zones frontières sont
traversées sans cesse, volontairement (nomades, marchands) ou sous la contrainte (captifs). Dire qui est «
un étranger » n’est possible en Syrie que de façon relative. Cependant, ni tout à fait étranger, ni membre de
la communauté, un étranger résident peut, parce qu’il bénéficie d’une certaine protection et peut s’intégrer,
devenir un de ceux par lesquels les cultures se transmettent.
32
ECOLE DOCTORALE – I –
EA 1491 Edition interprétation et traduction de textes anciens
Doctorat (DNR) – Histoire et civilisation de l’antiquité
VE Karlis
Directeur de Recherche : M. Alexandre
GRANDAZZI
Thèse soutenue le : samedi 22 novembre 2014 Président du jury : M. John SCHEID (collège de france)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Dominique BRIQUEL (Université Paris 4)
M. Karl-Joachim HOLKESKAMP (Universität zu Köln)
M. Michel HUMM (Université de Strasbourg)
M. Bruno POULLE (Université de Besancon)
Romulus, Quirinus et Victoria: la construction d’un destin collectif à Rome, entre 338 et 290 av. J.-C.
Résumé : La période entre 338 et 290 av. J.-C. fut un tournant pour Rome, car elle vit la soumission des
Latins et la défaite des Samnites, ce qui permit à l’Urbs de devenir la première puissance italique. On
assista donc à l’avènement d’un impérialisme romain. Se pose alors la question de l’idéologie d’État de
cette Rome en transition. Comme cette expansion fut accompagnée par la construction, à Rome, de dix
nouveaux temples, souvent dédiés à des divinités nouvelles, et que toute divinité exprimait une idéologie, il
nous a semblé possible de reconstituer, dans ses grands traits, cette idéologie d’État grâce aux nouvelles
divinités et leurs sanctuaires. Nous avons donc choisi d’analyser deux nouveaux temples : celui de Quirinus
et celui de Victoria. Le choix de Quirinus s’explique par le fait que ce dieu avait, on l’a montré, déjà été
assimilé à Romulus ; quant à Victoria, on l’a choisie pour trois raisons : elle était une déesse de la victoire ;
son temple fut élevé au-dessus du Lupercal, au coeur même de la « Rome de Romulus » ; grâce aux fouilles
de P. Pensabene, on peut reconstituer son sanctuaire. Puis, on a analysé les deux temples et leurs divinités à
travers les concepts (cadre social de la mémoire, mémoire collective) issus de la sociologie de M.
Halbwachs. On a ainsi constaté qu’à travers ces temples, l’élite dirigeante avait diffusé auprès du peuple
une nouvelle identité collective affirmant le caractère exceptionnel de Rome et contenant l’idée d’une
expansion illimitée de l’Urbs. Cette création d’une identité romaine impérialiste se fondant sur Romulus et
la religion en général, on peut l’interpréter comme la construction d’un destin collectif pour Rome.
33
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Cotutelle – Egyptologie
ATANASSOVA Vessela
Directeur de Recherche : MME Dominique
VALBELLE
Thèse soutenue le : samedi 26 septembre 2015 Président du jury : M. Charles BONNET (Université de
Genève)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Nouvelle Université Bulgare Membres du jury :
M. Sergei IGNATOV (Nouvelle Université Bulgare)
M. Teodor LEKOV (Nouvelle Université Bulgare)
M. Alessandro ROCCATI (Académie des Sciences de
Turin)
Les prêtres Hmw-nTr du culte divin (de l’époque thinte à la fin de l’Ancien Empire)
Résumé : Les prêtres sont une partie indissociable de l’organisation et du fonctionnement de la société
égyptienne. Parmi eux les prophètes avaient une grande importance dans le clergé égyptien. Leur étude
nous permet non seulement une meilleure compréhension du sacerdoce égyptien, mais aussi une meilleure
connaissance de la religion égyptienne. Concentrée sur l’époque thinite et l’Ancien Empire, notre recherche
a fait l’examen exhaustif des titulaires des prêtrises divines afin de comprendre les mécanismes de
l’obtention de celle-ci et les fonctions déléguées aux prophètes. L’examen de sources nous a parmi
d’attester une relation entre fonction civile et prêtrise divine qui est étudiée en détail. Nous discuterons la
chronologie des prêtrises, les divinités concernées et la nature de ses titulaires. Nous interrogeons sur
l’obtention et la transmission de la prêtrise divine. Enfin, nous poserons la question sur les lieux d’exercice
de la fonction sacerdotale, ainsi que sur ce que celle-ci devait être.
34
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Egyptologie
LAROCHE Claude
Directeur de Recherche : M. Pierre TALLET
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : MME Guillemette ANDREU-LANOË
(Musée du Louvre)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Laurent BAVAY (Université Libre de Bruxelles)
M. Pascal BUTTERLIN (Université Paris 1)
MME Dominique VALBELLE (Université Paris 4)
Les scarabées inscrits et autres amulettes de coeur de l’Égypte ancienne
Résumé : Le seul ouvrage dédié exclusivement à ce qu’il est convenu d’appeler « les scarabées de coeur »
est signé du Professeur Michel Malaise et date de 1978. Ce livre est depuis cette date la référence en la
matière mais, en l’absence d’un corpus, les critères de datation proposés n’y peuvent être ni exhaustifs ni
très précis. L’objectif de cette étude était de remédier à ces lacunes. Les scarabées de coeur étaient des
amulettes disposées dans la région du coeur de la momie d’un individu, juste après son décès, afin de le
protéger contre la trahison possible de son propre coeur. En effet, le défunt devait subir l’épreuve de la
pesée du coeur devant un tribunal de dieux présidé par Osiris, mais c’est son coeur qui était interrogé pour
savoir quelle avait été la conduite de son propriétaire lors de son passage sur la terre. Les réponses à ces
questions conditionnaient l’avenir du défunt dans l’au-delà : la vie éternelle ou l’anéantissement. Pour se
concilier les bonnes grâces du coeur, d’autant plus que celui-ci pouvait mentir, les amulettes étaient inscrites
d’une prière choisie dans un des chapitres 26 à 30 B du Livre des Morts, suppliant le coeur d’avoir des
réponses favorables devant le tribunal. La présente étude a pris huit années pour rassembler un corpus de
1400 scarabées de coeur et autres amulettes ayant la même fonction rituelle, soit probablement plus de 85%
de ceux qui sont conservés dans les musées, qui sont désignés ici sous le nom générique d’« amulettes de
coeur ». Ce corpus a donné lieu à l’établissement d’une typologie permettant de déterminer des séries
d’amulettes présentant des caractèristiques plastiques et épigraphiques semblables qui, croisées avec celles
des amulettes de date connue, qui sont soit celles dont les propriétaires sont des personnages historiques
soit celles provenant de fouilles bien datées, ont conduit à la détermination de critères de datation objectifs.
L’étude présente aussi les clichés de plus de 1200 amulettes avec description, une traduction des textes
inscrits et une proposition de datation.
35
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Egyptologie
LICITRA Nadia
Directeur de Recherche : MME Dominique
VALBELLE
Thèse soutenue le : mercredi 22 octobre 2014 Président du jury : M. Vincent RONDOT (Musée du
Louvre)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Charles BONNET (Université de Genève)
M. Pierre TALLET (Université Paris 4)
M. Christophe THIERS ()
Etude archéologique d’un monument de la XXVe dynastie à Karnak: Le trésor de Chabaka
Résumé : Cette thèse est consacrée à l’étude archéologique du Trésor de Chabaka, un vaste bâtiment de
stockage en brique crue situé au nord du temple d’Amon-Rê à Karnak. Construit dans le dernier quart du
viiie siècle av. J.-C., il a été utilisé pendant un siècle environ. Il fut le siège de l’institution homonyme
préposée à la comptabilisation, au stockage et à la gestion de denrées précieuses destinées au temple.
L’importante activité de fouille, menée dans le cadre de cette étude, a permis de mettre au jour l’angle sudest
de l’édifice, où quatre espaces distincts ont pu être localisés : une cour à portique desservant les
magasins, le sanctuaire, une salle à banquettes et l’extrémité orientale d’une large cour située dans la partie
méridionale de l’édifice. L’analyse de ces vestiges, ainsi que du matériel céramique et du mobilier issus de
la fouille ont permis d’interpréter la fonction de ces espaces, d’avancer une proposition de restitution du
plan général du Trésor et d’entamer une réflexion sur la topographie ancienne de la zone au nord du temple
d’Amon‑Rê durant la XXVe dynastie.
36
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Egyptologie
SIESSE Julien
Directeur de Recherche : MME Dominique
VALBELLE
Thèse soutenue le : samedi 11 octobre 2014 Président du jury : M. Nicolas GRIMAL (collège de
france)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Daphna BEN THOR ()
M. Pierre TALLET (Université Paris 4)
M. Michel VALLOGGIA (Université de Genève)
La XIIIème dynastie: aspects politiques économiques et sociaux
Résumé : Les recherches récentes sur la XIIIe dynastie ont abordé séparément les questions chronologiques
et politiques d’une part, et celles traitant de l’administration et de la société d’autre part, le résultat étant une
vision fragmentée de l’Histoire de cette époque. Il est donc apparu nécessaire d’élaborer une synthèse
historique sur la XIIIe dynastie qui réunit ces différentes problématiques. L’originalité de notre travail
consiste en une approche globale de la documentation de la période, fondée sur l’étude croisée des sources
historiques et archéologiques, royales ou privées, sans les opposer ni en privilégier plutôt l’une que l’autre.
Cette entreprise est d’autant plus nécessaire que la XIIIe dynastie n’a été étudiée jusqu’à présent que dans le
cadre d’études globales sur le Moyen Empire ou la Deuxième Période Intermédiaire. Elle n’y occupe pas
forcément une place très importante et elle y est souvent l’objet d’opinions peu flatteuses. Notre thèse est
divisée en quatre chapitres. Les deux premiers sont consacrés à la datation, à l’identification et à l’étude du
milieu social des principaux acteurs de la XIIIe dynastie que sont les rois et l’élite de l’administration et du
clergé. Les deux derniers traitent de questions politiques, qu’elles soient architecturales, religieuses,
économiques ou diplomatiques. Dans le premier chapitre, les limites de la XIIIe dynastie sont fixées, ses
souverains identifiés et la famille royale étudiée. Le deuxième est dévolu à l’examen de l’administration et
de la société de cette époque et s’articule autour de l’étude prosopographique des élites. L’activité
constructrice et les développements religieux de la XIIIe dynastie au sein du territoire traditionnel de
l’Egypte sont abordés dans le troisième. Le dernier chapitre traite en partie de thèmes abordés dans les deux
précédents, mais dans un contexte géographique différent, celui des marges de l’Egypte et des territoires
nouvellement annexés en Basse Nubie et au Levant. Les questions de politiques extérieures y sont
également étudiées. Les résultats auxquels nous sommes parvenus contribuent à changer la vision
traditionnelle de la XIIIe dynastie, la grande oubliée du Moyen Empire, tant sur les plans politiques,
économiques que sociaux.
37
_ _ _ _
ECOLE DOCTORA LE I I
HI STOIRE
MODERNE ET CONTEMPORAINE
HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE
HISTOIRE DES RELATIONS INTERNATIONALES ET DE L’EUROPE
38
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
ALCOUFFE François
Directeur de Recherche : M. Olivier FORCADE
Thèse soutenue le : vendredi 17 avril 2015 Président du jury : M. Tristan LECOQ (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Edouard HUSSON (Université d’Amiens)
MME Christine MANIGAND (Université Paris 3)
L’analyse psychologique des dirigeants étrangers par le diplomate. André François-Poncet et les
dirigeants nazis
Résumé : Cette recherche diffère des monographies habituelles en présentant un regard neuf sur les
dirigeants nazis, celui d’André François-Poncet ambassadeur de France à Berlin de 1931 à 1938. Elle se
prolonge par sa réflexion distanciée lorsqu’il devient ambassadeur de France à Rome de 1938 à 1940 puis
captif en Allemagne de 1943 à 1945. Comprendre l’atmosphère de la période est sans doute une des clés de
l’histoire allemande de 1933 à 1945. François-Poncet fut de ceux qui la perçurent le mieux et le plus
précocement ainsi que la menace nazie. Le plan de l’étude comporte trois parties. D’abord le jugement
qu’André François-Poncet portait sur les Allemands face au nazisme, dans un deuxième temps celui qu’il
portait sur les cercles du pouvoir et enfin celui qu’il portait sur Hitler. Cette étude a un caractère
pluridisciplinaire entre la recherche historique et l’analyse psychologique du phénomène qui a suscité une
des historiographies les plus importantes et les plus évolutives qui soient : le nazisme. Elle repose sur
l’étude qualitative de la production intellectuelle du diplomate au travers de ses dépêches, de ses écrits ainsi
que du fonds André François-Poncet conservé aux Archives nationales.
39
ECOLE DOCTORALE – II –
EA 3550 Centre d’histoire du XIXe siècle
Cotutelle – Histoire moderne et contemporaine
BOUDAYA BEN MAMIA Olfa
Directeur de Recherche : M. Jean-Noel LUC
Thèse soutenue le : samedi 11 avril 2015 Président du jury : MME Mounira CHAPOUTOTREMADI
(Université de Tunis)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Université de Tunis Membres du jury :
M. Hassen EL ANNABI (Université de Tunis)
M. Yahya EL GHOUL (Université de Tunis)
M. Mathias GARDET (Université Paris 8)
Parents indignes et enfants en danger. Profils et destins des enfants moralement abandonnés de la
Seine (1881-1914)
Résumé : En 1881, l’Assistance publique à Paris crée le service des enfants moralement abandonnés, en
empruntant à la philanthropie le patronage des adolescents des milieux populaires, pour prendre en charge
des mineurs des deux sexes qui échappent aux normes de socialisation (famille, école et apprentissage).
Arrêtés pour vagabondage, mendicité, vol ou prostitution, ces mineurs sont destinés aux centres de
correction. Par une cogestion assistance/justice, le patronage administratif introduit l’éducation préventive
des mineurs de justice éducables et des enfants placés volontairement par leurs parents. Les profils de ces
mineurs indiquent une précarité des familles et des carences éducatives ainsi que des abus parentaux et des
déviances juvéniles. Pour assurer l’éloignement des enfants maltraités ou en danger moral de leur milieu, la
loi de 1889 permet aux tribunaux de prononcer la déchéance contre les parents indignes et d’organiser la
tutelle administrative. Ces pupilles de l’Assistance relèvent du placement familial, professionnel ou
industriel. Alors que ce cadre normatif applique des dispositifs d’intégration sociale (famille, discipline,
travail, épargne), des écoles professionnelles, de préservation ou de réforme assurent l’éducation spéciale
des pupilles disciplinés, difficiles ou vicieux. En grandissant, les pupilles sont destinés à la domesticité et
aux diverses activités locales bien que certains parviennent à réussir une carrière exceptionnelle. Face aux
difficultés d’intégration et aux frustrations, adolescents et jeunes brisent le lien de tutelle avant la majorité.
Les uns s’évadent tandis que les autres sont retirés par leurs parents ou radiés pour délinquance.
40
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier : Histoire et civilisation
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
CARTONNET Jean-Francois
Directeur de Recherche : M. Dominique BARJOT
Thèse soutenue le : jeudi 18 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Claude DAUMAS (Université
de Besancon)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Michel-Pierre CHELINI (Université d’Arras)
M. Michel HAU (Université Strasbourg 2)
M. Yannick LEMARCHAND (Université de Nantes)
M. Marc NIKITIN (Université d’Orléans)
Veuve Clicquot , une grande maison de Champagne face à la conjoncture, management et gestion
financière, 1900-1939
Résumé : La pérennité de la maison Veuve Clicquot parmi les grands noms du champagne depuis plus de
deux siècles n’est pas l’effet du hasard. Elle est le fruit de la résilience d’une entreprise familiale dotée
d’une vision inscrite dans la durée, d’un dynamisme entrepreneurial doublé de prudence patrimoniale,
attachée à des rapports sociaux de type paternaliste avec son personnel. Entreprise mondialisée depuis son
origine, elle a su très tôt combiner le capital, le marché, l’outil de production, le travail, et conserver sa
cohérence. De 1900 à 1939 ses conditions de fonctionnement sont profondément modifiées. Si la Belle
Epoque offre un environnement de stabilité, bien qu’entamé par la crise du phylloxéra, l’après-guerre se
caractérise par les dommages de guerre, les convulsions des prix et des changes, la crise de 1929, les grèves
de 1936 et 1937. Cependant l’entreprise parvient à perpétuer sa stratégie d’expansion en harmonie avec le
marché haut de gamme du champagne de qualité. La Maison fait face avec succès aux aléas de la
conjoncture, et offre une leçon de modernité. Elle adapte ses prix à l’instabilité monétaire, encadre et
dynamise son réseau d’agents distributeurs. Elle pratique une politique agressive d’achats de raisins et de
vins faits pour faire face à la demande, développe et modernise ses capacités de production. Une politique
sociale généreuse fidélise employés et ouvriers. La succession des générations s’organise dans le consensus
familial. Une forte profitabilité nourrit l’autofinancement, conforté par les prêts consentis par les associés,
et assure à la famille dividendes, intérêts et gains potentiels en capital. Une structure financière saine et
équilibrée assure la pérennité de l’entreprise, même aux pires moments.
41
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier : Histoire et civilisation
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
CHAPY DAVID Aubrée
Directeur de Recherche : M. Denis CROUZET
Thèse soutenue le : samedi 29 novembre 2014 Président du jury : MME Françoise AUTRAND (ECOLE
NORMALE SUPERIEURE PARIS)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Barbara DIEFENDORF (Boston University)
M. Nicolas LE ROUX (Université Paris 13)
M. Alain TALLON (Université Paris 4)
MME Kathleen WILSON-CHEVALIER (Université
Américaine de Paris)
Anne de France, Louise de Savoie, inventions d’un pouvoir au féminin
Résumé : A la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance, les femmes s‟affirment en politique,
notamment comme régentes. Anne de France, fille de Louis XI et soeur de Charles VIII ainsi que Louise de
Savoie, mère de François Ier, s‟illustrent par leur action à la tête du royaume et par leur puissance. Sous
leur influence, la régence s‟invente, se construit et s‟institutionnalise. Pratique empirique du gouvernement,
elle ne cesse d‟évoluer et de se métamorphoser. La prise de pouvoir par les femmes implique un
questionnement sur l‟autorité et sur la souveraineté du roi et génère des contestations. La régence s‟ancre
dans le sang, dans l‟amour et dans le droit, qui légitiment celles qui l‟exercent.Ce pouvoir se construit sur
des réseaux et avec l‟appui du roi. Il s‟édifie sur diverses stratégies qui ont comme idéal éthique et
politique une pratique du pouvoir fondée sur la vertu, la prudence et la feinte. La régence féminine est un
pouvoir aux multiples facettes. Parole et écrit, images et gestes, signes et symboles, histoire et mythes sont
autant d‟outils pour celles qui le pratiquent.
42
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier : Histoire et civilisation
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
COUHAULT Pierre
Directeur de Recherche : M. Denis CROUZET
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : M. Michel PASTOUREAU (école
pratique des hautes études)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Lucien BELY (Université Paris 4)
M. Pascal BRIOIST (Université de Tours)
MME Sylvène EDOUARD (Université Lyon 3)
MME Anne-Laure VAN BRUAENE (Universiteit Gent)
Et les premiers furent nommés Honneur et Foi… L’office d’armes dans la monarchie des Habsbourg au
XVIe siècle, entre mythes et réalités
Résumé : Au moyen âge et au début de l’époque moderne, un groupe de personnes se présentait comme les
serviteurs de toute la noblesse : les hérauts. Ces personnages en apparence inférieurs se trouvaient investis
de fonctions importantes pour l’identité des nobles et du prince. À la Renaissance, malgré un déclin certain
cet office continua à exister et à servir princes et nobles dans un contexte d’évolution importantes. Auprès
des Habsbourg, ils participèrent notamment aux guerres de Charles Quint, à la sédentarisation et à
l’hispanisation de la cour sous Philippe II et à la révolte des Pays-Bas. A travers eux, c’est l’histoire du
principat des premiers grands Habsbourg et de leur noblesse que l’on peut deviner.
43
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier : Histoire et civilisation
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
GALLO David
Directeur de Recherche : M. Dominique BARJOT
Thèse soutenue le : samedi 29 novembre 2014 Président du jury : M. Rainer HUDEMANN (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Florent BRAYARD (Ecole des Hautes Etudes en
Sciences Sociales)
M. Johann CHAPOUTOT (Université Paris 3)
M. Edouard HUSSON (Université d’Amiens)
M. Peter SCHÖTTLER (CNRS)
La politique de formation idéologique de la SS (1933-1945). Institutions, discours, pratiques, acteurs
et impact de la « Weltanschauliche Schulung »
Résumé : La présente recherche doctorale retrace l’histoire de la politique de « formation idéologique »
(weltanchauliche Schulung ou weltanschauliche Erziehung) mise en oeuvre entre 1933 et 1945 par la SS
(Schutzstaffel), organisation qui se voulait l’élite du nazisme. Elle s’attache à croiser quatre approches :
L’histoire du réseau des institutions chargées de l’elaboration et de l’application de cette politique, au
centre duquel se trouvait l’ « office de l’instruction » (Schulungsamt) de la SS, qui supervisait le travail
d’un « appareil d’instruction » (Schulungsapparat) de plus d’un milliers d’instructeurs présents a tous les
échelons de l’organisation; l’étude des discours idéologiques et des pratiques éducatives élaborés par ces
institutions et de leurs tentatives pour vulgariser et transmettre l’ideologie nazie ; les biographies des
hommes qui animèrent ces institutions, constituant un groupe particulier au sein de la hiérarchie nazie; et
enfin l’analyse de l’impact de ces politiques sur la masse des militants et hommes des unités militaires et
policières SS. En analysant la nature de la formation prodiguée par la SS à ses hommes – à la fois tentative
de forger par l’education un homme nouveau considérant tous les domaines de l’existence à l’aune du
national-socialisme et volonté de constituer un corps homogène de « soldats politiques » au service du
regime – et en reconstituant l’evolution de cette formation dans le contexte de la croissance, de l’expansion
et des transformations de la SS, cette étude tente d’apporter une contribution à la compréhension des
mentalités des hommes qui se sont engagés et ont persécuté, combattu et tué au service du « Troisième
Reich ».
44
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier – Histoire et Civilisation
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
GHESQUIER GOGNY Dominique
Directeur de Recherche : M. Jean-Pierre CHALINE
Thèse soutenue le : mardi 21 octobre 2014 Président du jury : M. Jean-Yves EMPEREUR (Université
Lyon 2)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Josiane BOULAD-AYOUB (Université du Québec à
Montréal)
M. Eric MENSION-RIGAU (Université Paris 4)
Archives d’Orient. Les notables alexandrins, 1882-1985, des héritiers sans héritage
Résumé :
45
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8224 – Europe orientale, balkanique et médiane
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
GILBERT David
Directeur de Recherche : M. Olivier CHALINE
Thèse soutenue le : mardi 16 juin 2015 Président du jury : M. Alain TALLON (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Gilles BERCEVILLE (INSTITUT CATHOLIQUE
PARIS)
M. Eric SUIRE (Université Bordeaux 3)
M. Laurent VILLEMIN (INSTITUT CATHOLIQUE
PARIS)
Le grand secret de la vocation. Louis Tronson (1622-1700), troisième superieur de la compagnie des
prêtres de Saint-Sulpice, dans l’histoire théologique de la vocation sacerdotale
Résumé : Louis Tronson (1622-1700), élu en 1676 troisième supérieur de la Compagnie des prêtres de
Saint-Sulpice, est connu principalement, dans l’histoire de la spiritualité, comme éditeur du Traité des saints
ordres attribué à Jean-Jacques Olier (1676), auteur des Examens particuliers (1690), et hôte des entretiens
d’Issy sur le quiétisme (1694-1695). L’objet de ce travail est de mieux mettre en perspective la place de cet
homme dans l’histoire de la théologie catholique. Tronson joue en effet un rôle déterminant dans
l’explicitation théologique de la vocation sacerdotale. Réfléchissant, à la lumière de son expérience de
formateur de futurs prêtres, sur les « marques de vocation », il élabore de véritables grilles de discernement,
au demeurant assez souples. Parmi ces critères, une place particulière revient à l’« inclination » ou « attrait
». Résonance subjective et intime de l’appel divin. l’attrait n’est cependant pas subjectiviste : il suppose au
contraire un objet qui attire, c’est-à-dire le sacerdoce, envisagé comme « état » et « fonctions », deux mots
très utilisés par Tronson qui, bien loin de s’opposer, se complètent. Ainsi cet auteur peut-il proposer une
vision du sacerdoce qui soit à la fois sacramentelle et sociale, spécifiquement christologique et enracinée
dans la société de son temps.
46
ECOLE DOCTORALE – II –
EA 3550 Centre d’histoire du XIXe siècle
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
GOLLIARD Olivier
Directeur de Recherche : M. Jean-Noel LUC
Thèse soutenue le : vendredi 21 novembre 2014 Président du jury : M. Marc RENNEVILLE (C.N.R.S.)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Florence BOURILLON (Université Paris 12)
M. Jean-Claude CARON (Université Clermont-Ferrand 2)
M. Jean-Claude FARCY (C.N.R.S.)
L’Etat républicain et ses délinquants. Police et justice face aux délinquants juvéniles de la Seine durant
la crise des années trente
Résumé : Dans le contexte général du début du XXe siècle, les petits délinquants font l’objet d’une grande
attention de la part des instances régulatrices que sont la Police municipale de Paris et le Tribunal pour
enfants et adolescents (TEA). La problématique qui s’intéresse aux effets de la crise sur la délinquance ne
se limite pas au champ économique. Elle interroge également l’histoire sociale, politique, judiciaire et
culturelle. En effet, la loi du 22 juillet 1912, créant les TEA, réorganise la répression de cette petite
délinquance qui a ses quartiers, ses pratiques délictuelles propres. Du coeur de Paris à Saint-Denis, la
délinquance juvénile agit de différentes façons. Dans ce territoire parisien se déploient toutes sortes de
configurations qui conditionnent les petits larcins. La recherche interroge le rôle de tous les acteurs
gravitant autour des mineurs de moins de 21 ans : policiers, juges, délégués à la liberté surveillée, parents,
médecins, experts, criminologues, juristes. Cette interrogation prend place alors que s’établit un politique de
protectrice des mineurs. Dans ce cadre, c’est avec plus ou moins d’efficacité et de moyens que la loi de
1912 est appliquée. L’ensemble de la recherche questionne ainsi le rôle de l’État dans l’intégration des
mineurs délinquants à la République et à la société.
47
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
LE GALLIC Stephanie
Directeur de Recherche : M. Pascal GRISET
Thèse soutenue le : vendredi 21 novembre 2014 Président du jury : M. Alain BELTRAN (C.N.R.S.)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Karine BERTHELOT-GUIET (Université Paris 4)
MME Marie-Emmanuelle CHESSEL (CNRS)
M. Thierry PAQUOT (Université Paris 12)
M. Denis VARASCHIN (Université de Chambéry)
Les messages de lumière. La publicité lumineuse à Paris, Londres et New York de la fin XIXe siècle à
nos jours
Résumé : La présente thèse de doctorat consiste en une enquête sur la construction du paysage nocturne par
la publicité lumineuse, spécifique aux métropoles occidentales depuis la fin du XIXe siècle. Elle s’est
appuyée en particulier sur trois études de cas, New York, Londres et Paris, et a cherché à éclairer les
circulations d’idées, de techniques et de design qui ont animé ces espaces. Elle interroge notamment la
pertinence de la notion de « modèle américain » et souligne les échanges et les apports réciproques entre
l’Europe et les États-Unis. Le propos est organisé en trois grandes parties, subdivisées en trois chapitres
chacune et il s’y ajoute une série d’annexes. Le livre premier, intitulé « de l’incandescence en publicité : le
temps des pionniers » porte sur le premier grand dispositif technique de la publicité lumineuse, celui de la
lampe à incandescence, qui s’imposa de la fin du XIXe siècle à la fin des années 1920. Le second livre a
pour titre « l’ère du néon : au coeur de la culture populaire ». Il se concentre sur la mise au point et la
diffusion des tubes luminescents. Il montre comment la culture populaire s’appropria le néon, à la fois par
la fréquentation des hauts-lieux de la publicité lumineuse et par son intégration dans l’art. Enfin, le
troisième livre invite à « repenser la publicité, des années 1970 à nos jours », et met en évidence les
changements à l’oeuvre avec la montée des préoccupations écologiques et énergétiques et le renouvellement
des acteurs de publicité lumineuse. Trois évolutions majeures marquent cette période : l’accélération du
phénomène de mondialisation ; l’essor de la politique institutionnelle du logo ; la multiplication des écrans
vidéo.
48
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier : Histoire et civilisation
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
MICHELIN Franck
Directeur de Recherche : M. Dominique BARJOT
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : M. Michael LUCKEN (I.N.A.L.C.O.
DE PARIS)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Eric JENNINGS (University of Toronto)
M. Jean-Francois KLEIN (Université Paris 4)
M. Yoshiharu TSUBOI (Université de Tokyo Waseda)
M. Frédéric TURPIN (Université de Chambéry)
L’indochine française et l’expansion vers le sud du Japon à l’orée de la guerre du Pacifique: politique
étrangère et processus de décision, juin 1940 – décembre 1941.
Résumé : L’occupation de l’Indochine française par le Japon entre juin 1940 et juillet 1941 constitue un
événement-clé de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Désirant sortir de son isolement diplomatique
et du bourbier du conflit chinois, le Japon profite de la victoire allemande en juin 1940 pour occuper le nord
de l’Indochine, arrimer la colonie française à son économie, imposer sa médiation dans le conflit francothaïlandais,
puis occuper le sud de l’Indochine avant de se lancerdans ce la Guerre du Pacifique. Pourtant,
son ennemi désigné est, traditionnellement, l’URSS. Les raisons de cet hybris sont à chercher dans sa
volonté de détruire le statu quo imposé par les puissances occidentales en Asie orientale, ainsi que dans une
crise interne insoluble qui le font choisir le camp des pays totalitaires. L’occupation du sud de l’Indochine
en juillet 1941 est un point de non-retour. Cette crise où l’Indochine française a joué un rôle central, permet
à l’historien de découvrir le mécanisme du processus de décision dans le Japon d’avant la Seconde Guerre
mondiale. Les groupes dirigeants japonais ne connaissent pas de lutte entre des faucons et des colombes,
mais la rivalité permanente de factions qui cherchent prendre la tête du mouvement expansionniste. Car si
l’expansion fait consensus, la décision, tant de la direction que des moyens, est l’objet d’âpres luttes. C’est
cependant à l’occasion de l’occupation de l’Indochine et à mesure que la Guerre du Pacifique se rapproche,
qu’une synthèse se fait en haut de l’État par la constitution d’un groupe dirigeant composé de militaires et
de bureaucrates favorisant une évolution totalitaire du régime, couplée à la construction d’un empire en
Asie et dans le Pacifique.
49
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier – Histoire et Civilisation
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
RASSAERT Charles
Directeur de Recherche : M. Luiz-Felipe DE
ALENCASTRO
Thèse soutenue le : mardi 17 mars 2015 Président du jury : M. Olivier COMPAGNON (Université
Paris 3)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Klenio BARBOSA (Sao Paolo School of Economics)
M. Thomas PORCHER (ESG Management School Paris)
M. Hervé THERY (CNRS)
Succès et déboires des biocombustibles au Brésil et utilisation de la politique énergétique de l’éthanol
comme atout diplomatique jusqu’en 2012
Résumé : En 1973, suite à une crise du marché sucrier et au premier choc pétrolier, le Brésil, soucieux de
relancer son économie, décide d’établir un programme énergétique novateur issu de la culture de la canne à
sucre : le plan Proalcool. Ce programme va moderniser les campagnes brésiliennes, impulser le puissant
secteur sucrier avant de connaître un bouleversement profond qui aboutit à son échec. Trente ans plus tard,
le nouveau président brésilien Luiz Ignacio da Silva dit Lula accède au pouvoir et remet à l’ordre du jour
l’utilisation de l’éthanol carburant, il en fera pendant ses deux mandats (2003-2010) un secteur d’avenir.
Premier producteur de sucre au monde, le Brésil compte utiliser sa matière première pour alléger le poids
des dépenses de pétrole et entrer, à sa manière, dans la lutte contre le réchauffement climatique. En pleine
croissance, le Brésil impressionne et c’est dans ce contexte que le président brésilien se lance dans une
promotion de l’éthanol carburant auprès des Nords et des autres pays émergents ; plus précisément le
continent Africain. Cette stratégie veut asseoir la position du Brésil en quête de reconnaissance sur la scène
internationale et de faire du géant lusophone une puissance énergétique compétitive,attentive aux nouvelles
thématiques environnementales. Cette feuille de route sera difficile à tenir. Concurrencé dans le domaine
des biocombustibles par les États-Unis, le Brésil sera durement critiqué par la communauté internationale.
Accusé de favoriser la faim dans le monde et de porter atteinte à son environnement, le Brésil est assailli et
affronte une succession de déconvenues. Dos au mur, le secteur s’adapte et le géant lusophone fait front.
50
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
ROMON Francois
Directeur de Recherche : M. Olivier FORCADE
Thèse soutenue le : mercredi 15 avril 2015 Président du jury : M. Pascal GRISET (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Marc-Olivier BARUCH (Ecole des Hautes Etudes en
Sciences Sociales)
M. Laurent DOUZOU (IEP Lyon)
MME Christine LEVISSE-TOUZÉ (Université Paris 4)
M. Jean-Paul VARENNE-PAQUET ()
Les écoutes radioélectriques dans la Résistance française 1940-1945
Résumé : Une forme de résistance spécifique et méconnue : la continuation du combat contre l’envahisseur
allemand menée au sein des services techniques des Transmissions de l’armée française, notamment du
Groupement des contrôles radioélectriques (GCR), dès le lendemain de l’armistice de juin 1940, et
poursuivie jusqu’à la victoire finale. Une résistance initiée par des officiers des Transmissions au coeur
même des institutions de l’Etat français, consistant à communiquer secrètement du renseignement militaire
aux Forces alliées. Cette résistance latente débouche, après novembre 1942, sur une résistance active par la
formation d’un réseau clandestin, le Service des transmissions nationales (STN), sous l’égide de NAP-PTT,
puis sur son intégration, en octobre 1943, sous le nom de « Groupe Romon », au réseau Alliance, ainsi que
sur Le cas d’une résistance intérieure, qui a contribué efficacement à la victoire finale des Forces alliées,
malgré une répression systématique et féroce de l’occupant.
51
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier – Histoire et Civilisation
Doctorat (DNR) – Histoire moderne et contemporaine
ROSSARY DE LAUZUN Helene
Directeur de Recherche : M. Jean-Paul BLED
Thèse soutenue le : samedi 17 janvier 2015 Président du jury : M. Olivier FORCADE (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Thomas ANGERER (Universität Wien)
M. Jean-Noel GRANDHOMME (Université de Strasbourg)
MME Eva PHILIPPOFF (Université Lille III)
MME Ursula PLASSNIK (Ambassade d’Autriche à Paris)
La question autrichienne en France dans les années trente (1930-1938)
Résumé : A la fin de la Première Guerre mondiale, la France contribue largement à transformer l’ancienne
Autriche-Hongrie, et doit assumer une responsabilité quant à la survie et au devenir de la nouvelle Autriche,
à travers différents engagements internationaux, même si aucun traité ne lie formellement les deux Etats.
On définit généralement la position française vis-à-vis de l’Autriche par cette alternative : ni Habsbourg, ni
Anschluss. A partir de 1930, l’héritier du trône, Otto de Habsbourg, accède à la majorité : se pose alors
concrètement la question d’une éventuelle restauration. Les années 1930 voient par ailleurs le
développement d’une multitude de projets de réorganisation de l’Europe centrale, alternative à ce retour des
Habsbourg. L’arrivée d’Hitler au pouvoir en Allemagne doit pousser la France à des prises de position
claires : son dessein est la réunion de l’Autriche au Reich, et le gouvernement français doit déterminer
quelle attitude adopter envers le gouvernement autrichien qui choisit la voie de l’autoritarisme contre la
poussée nazie. Si une part de l’opinion française a des sympathies pour la cause de l’indépendance
autrichienne, le gouvernement n’impose jamais de choix clairs en ce sens, en raison notamment de facteurs
idéologiques. Il est aussi prisonnier d’une conception trop économique de l’organisation de l’Europe
centrale, qui lui fait sous-estimer les problèmes identitaires existant entre l’Autriche et l’Allemagne.
L’absence d’une réflexion sur les spécificités de la nation autrichienne en construction conduit à faire le jeu
de l’Allemagne, à travers l’idée d’un « germanisme » commun aux deux Etats. L’Anschluss, sans réaction
française, vient couronner plus d’une décennie de contradictions et prépare la défaite symbolique de
Munich.
52
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Cotutelle – Histoire moderne et contemporaine
SEKOWSKI Pawel
Directeur de Recherche : M. Olivier FORCADE
Thèse soutenue le : lundi 6 juillet 2015 Président du jury : M. Krysztof ZAMORSKI (Université
Jagellonne de Cracovie)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Université Jagellonne de
Cracovie
Membres du jury :
M. Jozef LAPTOS (Université pédagogique de Cracovie)
M. Didier MUSIEDLAK (Université Paris 10)
MME Janine PONTY (Université de Besancon)
M. Wojciech ROJEK (Université Jagellonne de Cracovie)
Les polonais en France dans l’immédiat après-guerre (1944-1949)
Résumé : La population qui constitue l’objet d’intérêt de la thèse est la communauté polonaise, fixée sur le
territoire français depuis l’entre-deux-guerres, dans leur forte majorité ayant statut des « travailleurs
étrangers ». L’objectif de la thèse est l’analyse de la situation et de l’histoire de la communauté polonaise
en France dans les dimensions sociale, politique, culturelle et dans les aspects précis choisis. L’autre
objectif est la présentation de la population polonaise comme étant exemplaire de la situation des immigrés
en France dans l’immédiat après-guerre. Les deux premiers chapitres apportent l’analyse des notions
employées, la présentation du contexte démographique, économique et politique de la France au lendemain
de la Seconde Guerre mondiale et de la genèse de la communauté immigré polonaise en France. Les deux
chapitres suivants constituent les études précises de cette communauté dans l’immédiat après-guerre, par
l’analyse de la situation, du statut et des changements au sein de l’immigration polonaise, ensuite des
conflits politiques intérieures au sein de cette communauté – tout cela dans le contexte du rapatriement,
organisé à l’époque par les autorités polonaises de Varsovie. Le dernier chapitre constitue l’étude de
l’évolution des phénomènes de l’enseignement polonais, de l’aumônerie polonaise et de la fameuse vie
associative des Polonais en France. En bref, la thèse présente divers aspects du processus de l’intégration
progressive de la communauté immigrée polonaise à la société d’accueil, accélérée par les années
d’hostilités et le contexte particulier de l’immédiat après-guerre.
53
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire des relations internationales et de l’Europe
BARATIER NEGRI Laurence
Directeur de Recherche : M. Eric BUSSIERE
Thèse soutenue le : jeudi 28 mai 2015 Président du jury : M. Philippe CHASSAIGNE (Université
Bordeaux 3)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Olivier FORCADE (Université Paris 4)
M. Robert FRANK (Université Paris 1)
M. Piers LUDLOW (London School of Economics and Pol.
Sc.)
Valéry Giscard d’Estaing et la Grande-Bretagne : le couple franco-britannique sur la scène
internationale de 1974-1981
Résumé : Les années 70 voient l’émergence d’un monde multipolaire qui exige de nouvelles échelles de
négociations. Quelle place le bilatéral peut-il jouer dans la réorganisation des relations internationales ? La
question interpelle tout particulièrement deux puissances européennes « moyennes » aux ambitions
mondiales : la France et la Grande-Bretagne. Les chocs monétaire, économique et énergétique dans un
contexte de mondialisation accélérée, rendent indispensable la coordination entre les Etats et justifient des
solutions régionales : Valéry Giscard d’Estaing, qui voit dans l’intégration européenne le moyen de
préserver le poids de l’Europe et de la France dans le monde, doit composer avec les Britanniques qui
adhèrent à la CEE en 1973. Aux défis économiques s’ajoutent des déséquilibres politiques : inconnues de la
détente, divergences transatlantiques, recul du leadership américain, apparition de nouveaux acteurs sur
l’échiquier mondial. Pour sauvegarder l’équilibre européen, le consensus est plus que jamais nécessaire.
L’arrivée au pouvoir au milieu des années 70 en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne et aux États-
Unis, d’une nouvelle génération de dirigeants, favorise la restructuration des modes de concertation. La
création par Valéry Giscard d’Estaing du Conseil européen et du G7 cristallise cette évolution et offre de
nouvelles perspectives aux relations bilatérales. Celles-ci s’inscrivent de plus en plus dans le système des
relations internationales par un jeu d’échelles qui permet de coordonner les stratégies. Le sommet francobritannique
créé en 1976 prend toute sa dimension en tant que relais entre gouvernance européenne et
gouvernance mondiale.
54
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire des relations internationales et de l’Europe
BOUGRAT Jeremy
Directeur de Recherche : M. Georges SOUTOU
Thèse soutenue le : jeudi 4 décembre 2014 Président du jury : MME Francoise THOM (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Francois DAVID (Université Lyon 3)
MME Christine MANIGAND (Université Paris 3)
L’opposition non-communiste de la Vè République dans la guerre froide: l’esprit de détente (1962-
1966)
Résumé : Amorcée dès la mort de Staline en mars 1953, la décrispation des antagonismes Est-Ouest connaît
cependant des fluctuations dans les années suivantes, jusqu’au sommet des tensions internationales que
représente la crise de Cuba de l’automne 1962. Débute alors une période d’accalmie communément
qualifiée de « détente ». Notre étude s’est ainsi fixée comme mission d’étudier l’influence de ce contexte
international sur le monde politique français. De la fin de la crise de Cuba au voyage du général de Gaulle
en Union soviétique en juin 1966, celui-Ci évolue dans sa vision de la guerre froide et révèle un « esprit »
de détente plus ou moins fort. Si tous les partis et les structures non-Partisanes de l’opposition non-
Communiste sont favorables à un encouragement de la détente, rares sont ceux qui appellent à baisser sa
garde face à un pays qui reste le plus probable des adversaires. La notion de sécurité est centrale pour des
responsables politiques aspirant à assumer les réalités du pouvoir. Afin d’avancer vers un
approfondissement de la détente, tout en réglant une question allemande omniprésente, il faut continuer la
construction européenne, emprunter la voie de la sécurité collective, désarmer simultanément et développer
les liens avec l’Est.
55
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire des relations internationales et de l’Europe
FLORENT Julien
Directeur de Recherche : M. Olivier FORCADE
Thèse soutenue le : vendredi 3 octobre 2014 Président du jury : M. Philippe HAYEZ (Cour des
Comptes)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Francois DAVID (Université Lyon 3)
M. Peter JACKSON (University of Glasgow)
M. Sébastien LAURENT (Université Bordeaux 4)
Renseignement et diplomatie de la SDN à l’ONU. Histoire des pratiques de l’espionnage dans les
organisations internationales.
Résumé : Les Etats sont amenés à espionner les organisations internationales, les structures comme les
membres qui les composent, car ces organisations ont déterminé depuis 1920 la place et la puissance des
Etats dans l’ordre international. Cette recherche traite de la dynamique du renseignement dans la relation
diplomatique de l’Etat à la Société des Nations et aux Nations Unies, de son articulation avec la diplomatie
dans l’élaboration d’une politique étrangère à la SDN et à l’ONU. L’enjeu est de définir les leviers
théoriques de l’articulation stratégique entre les services diplomatiques et les services de renseignement au
cours de moments historiques précis et marquants des appréhensions, des objectifs, des moyens de mise en
oeuvre et de conduite des politiques d’influence des Etats dans les organisations internationales. A la SDN
puis à l’ONU, nous étudierons le renseignement par le biais de son évolution vis-à-vis de ces nouveaux
cadres internationaux, des figures et des jeux d’espions qui entourent les activités des organisations
internationales puis au cours de temps diplomatiques forts qui ont renforcé son rôle dans les organismes
internationaux. Cette étude revisite l’histoire des relations internationales et des grandes institutions
multilatérales telle qu’elle a été appréciée par les services de renseignement. Nous verrons ainsi que le
renseignement à la SDN et à l’ONU se construit en fonction des impératifs diplomatiques comme un outil
traditionnel de puissance et d’influence, un instrument de force et d’intégration de la politique étrangère des
Etats. Il permettra de se projeter dans une actualité très contemporaine avec toute la profondeur de
l’Histoire.
56
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire des relations internationales et de l’Europe
LUTTKE-DESTENAY Emmanuel
Directeur de Recherche : M. Olivier FORCADE
Thèse soutenue le : lundi 24 novembre 2014 Président du jury : M. Stéphane AUDOIN-ROUZEAU
(Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Wesley HUTCHINSON (Université Paris 3)
M. Philippe NIVET (Université d’Amiens)
M. Hew STRACHAN (University of Oxford)
Expériences de guerre et retours à la vie civile des soldats irlandais, 1914-1928
Résumé :
57
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire des relations internationales et de l’Europe
TRISTANI Philippe
Directeur de Recherche : M. Eric BUSSIERE
Thèse soutenue le : vendredi 17 octobre 2014 Président du jury : M. Samir SAUL (Université de
Montréal)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Alain BELTRAN (C.N.R.S.)
MME Barbara CURLI (Università degli studi di Torino)
M. Jean-Pierre WILLIOT (Université de Tours)
L’IRAQ PETROLEUM COMPANY. STRATEGIE ET DECLIN D’UN CONSORTIUM PETROLIER
OCCIDENTAL AU MOYEN-ORIENT, 1948-1975
Résumé : L’Iraq Petroleum Company (IPC) est un consortium britannique formé le 30 mai 1929 et qui
prend la suite de la Turkish Petroleum Company qui opérait sur l’ensemble de l’Empire ottoman. Sa
mission est de trouver, exploiter et transporter du pétrole brut provenant de ses vastes concessions au profit
de ses actionnaires . C’est l’Irak qui se trouve au coeur de l’entreprise pétrolière que les Majors comptent
mener au Moyen-Orient, tout au moins à ses débuts. L’IPC exploite à partir de 1925 une concession qui
s’étend à l’est du Tigre. En juillet 1938 et en mai 1939, deux de ses filiales, la Basra Petroleum Company
(BPC) et la Mosul Petroleum company (MPC), gèrent respectivement les territoires situés au sud et au nord
du 33e parallèle. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, c’est donc la presque totalité de l’Irak qui est
aux mains du consortium britannique pour une durée de 75 ans. Entre 1948, date à laquelle les Majors
américaines prennent le contrôle effectif du consortium, et la nationalisation de tous les avoirs de la
compagnie en Irak en 1975, l’IPC doit faire face à de profondes mutations, tant en ce qui concerne
l’industrie pétrolière que la situation géopolitique du Moyen-Orient. Tandis que le Moyen-Orient devient la
première région exportatrice de pétrole au monde grâce aux efforts des Majors, l’affrontement entre le
monde arabe et l’État d’Israël exacerbe le nationalisme des pays producteurs de pétrole. De simples pays
hôtes percepteurs de redevances, ceux-ci réclament au nom de la souveraineté nationale et de la lutte contre
l’impérialisme de contrôler l’action des Majors et de prendre activement part dans l’exploitation de leurs
richesses nationales. Ainsi, l’IPC, avec d’autres consortium pétroliers internationaux opérant au Moyen-
Orient, se trouve affectée, voire impliquée, dans les choix diplomatiques que les gouvernements
occidentaux développent pour prévenir l’instabilité du Moyen-Orient, zone stratégique essentielle pour leur
approvisionnement énergétique dans un contexte de guerre froide.
58
ECOLE DOCTORA LE I I I
LITTÉRATURES
FRANÇAI SES ET COMPARÉE
LITTÉRATURE COMPARÉE
LITTÉRATURE ET CIVILISATION FRANÇAISES
59
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
BELOT GONDAUD Caroline
Directeur de Recherche : MME Anne TOMICHE
Thèse soutenue le : jeudi 11 décembre 2014 Président du jury : MME Daniele CHAUVIN (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Florence GODEAU (Université Lyon 3)
M. Benoit TADIE (Université Rennes 2)
MME Julie WOLKENSTEIN (Université de Caen)
La figure du couple machiavélique
Résumé : La figure du couple machiavélique, présente chez Shakespeare, Laclos, Barbey d’Aurevilly,
Henry James, James M. Cain, entre autres, est étudiée selon une triple approche. La première approche,
d’inspiration structurale, vise à dégager les éléments constitutifs de la figure et son scénario permanent.
L’analyse conduite sur la base de cette approche confirme l’existence de deux matrices, l’une fondée sur le
couple Macbeth, l’autre sur le couple de libertins des Liaisons dangereuses. La seconde approche, qui relève
d’une démarche herméneutique, met en évidence le substrat biblique de la figure du couple machiavélique
dans sa version shakespearienne, qui serait une réécriture du récit de la Chute de la Genèse. La version
laclosienne du couple machiavélique serait pour sa part le marqueur de la dégradation des relations
amoureuses dans leur conception post-courtoise. Enfin, la troisième approche est esthétique: elle vise à
étudier la construction de la figure, son effet sur le lecteur, et sa valeur ajoutée par rapport à la figure
canonique du Méchant. Elle s’attache aussi à définir l’esthétique du mal associée à la figure du couple
machiavélique.
60
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
BIKARD Arnaud
Directeur de Recherche : M. Francois LECERCLE
Thèse soutenue le : samedi 22 novembre 2014 Président du jury : M. Jean-Yves MASSON (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean BAUMGARTEN (Ecole des Hautes Etudes en
Sciences Sociales)
MME Delphine BECHTEL (Université Paris 4)
MME Françoise LAVOCAT (Université Paris 7)
M. Giuseppe SANGIRARDI (Université de Dijon)
La Renaissance italienne dans les rues du Guetto. Autour de l’oeuvre poétique yiddish d’Elia Levita
(1469-1549)
Résumé : La thèse constitue la première étude d’ensemble de l’oeuvre poétique yiddish d’Élia Lévita (1469-
1549) qui cherche à définir sa place dans la littérature de la Renaissance en analysant les transferts
esthétiques et culturels ayant présidé à sa production. Elle situe l’oeuvre vernaculaire de ce savant hébraïste,
proche des humanistes chrétiens, dans les traditions poétiques juives hébraïques et yiddish et dans la
logique d’une affirmation du rôle de l’écrivain et de la langue vernaculaire dans la société juive. Elle
analyse également la portée des modèles extérieurs, chrétiens, en insistant sur l’inscription des romans de
chevalerie de Lévita dans l’évolution générale du genre chevaleresque en Italie, et met en évidence le rôle
fondamental qu’a joué l’Arioste, et en particulier le Roland furieux, dans le raffinement progressif du projet
esthétique de l’auteur. Enfin, elle propose la première analyse d’un certain nombre de textes de la littérature
yiddish ancienne, conservés dans des manuscrits, et fournit des arguments pour l’attribution de nouvelles
oeuvres à Lévita, dont un long poème satirique sur les femmes. Par son ampleur et par sa variété, l’oeuvre
vernaculaire d’Élia Lévita constitue non seulement la première oeuvre moderne de la littérature yiddish mais
aussi un cas particulièrement éclairant sur la diffusion des modèles esthétiques de la Renaissance dans des
catégories ethniques (les juifs) et sociales (les classes populaires) que l’on aurait pu croire éloignées de ces
mutations culturelles.
61
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
BOCIANOWSKI Cecile
Directeur de Recherche : MME Daniele CHAUVIN
Thèse soutenue le : samedi 13 juin 2015 Président du jury : M. Remi ASTRUC (Université de
Cergy-Pontoise)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Danuta KNYSZ-TOMASZEWSZKA (Uniwersytet
Warszawski)
MME Dorota WALCZAK (Université Libre de Bruxelles)
Les dramaturgies du grotesque en Europe au XXe siècle
Résumé : La thèse propose une lecture comparée de l’emploi du grotesque dans les théâtres français,
polonais, belge francophone, germanophone, italien et espagnol. L’analyse comparée des écritures
dramatiques comme du discours littéraire permet de dégager les spécificités du grotesque et de sa réception
dans les diverses aires culturelles. La première partie est consacrée à la mise en place théorique de la notion
dans les arts, des arts décoratifs à l’art dramatique, de la Renaissance au vingtième siècle. Une attention
particulière est portée à la danse grotesque, jusque-là peu étudiée, ainsi qu’aux divergences entre les
discours critiques occidental et oriental. La seconde partie constitue le coeur du travail par l’étude comparée
des procédés grotesques selon trois axes : la déformation, la démesure et l’hybridité. Celle-ci permet de
mettre en valeur les fonctions dramatiques de l’emploi de la marionnette et de la pantomime ainsi que
l’inspiration des arts du cirque, de la foire et du cabaret. La troisième partie analyse l’hypothèse du genre
dramatique grotesque en Europe au vingtième siècle. Une fois établi le cadre théorique de la réflexion sur le
genre et au regard de la production dramatique la plus contemporaine, l’étude s’achève sur la détermination
de la place du grotesque dans la création artistique comme dans la critique littéraire actuelle. En remettant
en cause la périodisation traditionnelle du théâtre européen du siècle dernier, la thèse entend rendre sa place
au grotesque dans la critique dramatique contemporaine comme mise en forme du difforme.
62
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Cotutelle – Littérature comparée
CHAUDET Chloe
Directeur de Recherche : MME Anne TOMICHE
Thèse soutenue le : mardi 14 octobre 2014 Président du jury : M. Jean-Marc MOURA (Université
Paris 10)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Universität des Saarlandes Membres du jury :
MME Veronique PORRA (Johannes Gutenberg Universität
Mainz)
M. Manfred SCHMELING (Universität des Saarlandes)
L’engagement littéraire contemporain ou la dénonciation d’un inacceptable. Eléments pour une
poétique transculturelle.
Résumé : Loin d’être un terme dépassé, « l’engagement » reste, au prix de certains élargissements, une
notion opératoire pour l’analyse littéraire, tant en Occident que dans d’autres régions du monde. Repenser
l’engagement littéraire comme la « dénonciation d’un inacceptable » permet de mettre au jour et de
confronter les stratégies rhétorico-poétiques caractérisant la production littéraire d’auteurs contemporains
aussi divers que Waris Dirie, Peter Handke, Jean-Marie Gustave Le Clézio, Toni Morrison, Taslima
Nasreen, Ben Okri, Orhan Pamuk, Salman Rushdie et Luis Sepúlveda. Nous cherchons ainsi à mettre en
évidence l’intégration par les textes étudiés d’éléments idéaux-typiques de l’engagement littéraire, de
l’investissement auctorial à la confrontation au politique. Ces éléments, liés à des discours théoriques dont
certains ont parcouru tout le vingtième siècle, sont examinés selon leurs différentes élaborations dans les
textes. En effet, c’est en faisant évoluer certains de ses traits idéaux-typiques que les auteurs étudiés
renouvellent l’engagement littéraire. On peut dès lors présenter celui-ci comme la dénonciation, pas
systématiquement polémique, d’un inacceptable. Cette notion d’« inacceptable », qui suppose entre autres
la construction textuelle d’un jugement moral, permet ainsi d’entreprendre non seulement une analyse
transhistorique, qui déborde la conceptualisation sartrienne, mais également une approche transculturelle de
l’engagement littéraire.
63
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Cotutelle – Littérature comparée
DEKENS Julie
Directeur de Recherche : M. Jean-Yves MASSON
Thèse soutenue le : lundi 29 juin 2015 Président du jury : M. Guy DUCREY (Université
Strasbourg 2)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Universität Zürich Membres du jury :
M. Patrick LABARTHE (Universität Zürich)
MME Frédérique TOUDOIRE-SURLAPIERRE (Université
de Mulhouse)
Ecouter le chant d’Orphée. La figure d’Orphée dans la création poétique moderne et contemporaine de
langue allemande, française et suédoise
Résumé : La figure d’Orphée incarne le poète depuis les origines de la poésie européenne. Elle représente le
pouvoir de la mélodie associée à la puissance des mots, qui permettent au personnage de s’engager dans
une quête impossible, lutte contre la mort, la sienne et celle d’Eurydice. Mais les mythes seraient, selon
certains, en voie d’affaiblissement depuis le dix-neuvième siècle. L’avènement du règne de la raison, la
progression du silence sur l’espace poétique, ou bien même de la parodie font d’Orphée un personnage en
questionnement. Au vingtième siècle, la descente aux Enfers prend une dimension totalement différente : la
poésie lyrique, issue du chant d’Orphée, est confrontée à des bouleversements qui affectent Orphée en
profondeur, jusqu’à le menacer, interrogeant la place du poète dans le monde. Cette étude présente ainsi un
panorama consacré à la figure d’Orphée, en langue allemande, française et suédoise, analysant la multitude
des transformations du personnage à cette époque, entre enchantement et désenchantement.
64
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
ESTEVE DEVAUX Emmanuelle
Directeur de Recherche : MME Dominique
MILLET-GÉRARD
Thèse soutenue le : vendredi 18 septembre 2015 Président du jury : M. Pascal LECROART (Université de
Besancon)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Filippo FIMIANI (Università degli Studi di Salerno)
M. Volker KAPP (Christian Albrechts Universität zu Kiel)
MME Catherine MAYAUX (Université de Cergy-Pontoise)
Etude de la metaphore séminale dans les commentaires bibliques de Paul Claudel
Résumé : L’image du germe, du développement organique, est très importante dans l’oeuvre poétique et
dramatique de Claudel. Dans ses écrits en prose qui constituent la seconde partie de son oeuvre, et sont
principalement consacrés à l’étude de la Bible et de ses mystères, cette métaphore devient centrale. Elle est
le vecteur privilégié de l’interrogation du poète sur la vocation de l’homme, le sens de sa vie, les réalités
spirituelles qui le déterminent souterrainement. La semence devient plus largement le symbole d’un monde
dynamique, divinement orienté vers un achèvement parfait tout en restant acteur de son développement et
ainsi véritablement créateur. À travers le travail sur cette métaphore, le poète atteint ainsi un équilibre entre
la valorisation de la vitalité qu’il admire et célèbre, et la recherche d’une forme parfaite, liée à la
reconnaissance d’un Dieu créateur. La mise au point de ce nouvel « art poétique » passe par un travail
poétique sur les images et les motifs rencontrés dans la Bible, autour notamment de l’annonce de
l’Incarnation. Pour les interpréter, Claudel puise dans la Tradition chrétienne, reçue à travers la liturgie,
mais aussi par la lecture des Pères de l’Église ou de théologiens comme saint Augustin et saint Thomas.
Mais il exploite également les découvertes scientifiques les plus récentes, et dialogue avec des philosophies
plus modernes. L’insistance sur le mouvement et la prise en compte de la spontanéité du vivant et des
obscurités de l’homme qu’exprime la métaphore séminale permettent ainsi de rapprocher Claudel, malgré
son apparent isolement, de ses contemporains.
65
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
GALLEGO CUESTA Susana
Directeur de Recherche : M. Francois LECERCLE
Thèse soutenue le : jeudi 2 avril 2015 Président du jury : MME Maria BLANCO (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Patricia FALGUIÈRES (Ecole des Hautes Etudes en
Sciences Sociales)
M. Michel JEANNERET (Université de Genève)
MME Lise WAJEMAN (Université Aix-Marseille 1)
L’Informe à la Renaissance. Poétiques non aristoteliciennes dans l’art et la littérature (Italie, France,
Espagne)
Résumé : Tel qu’il a été formulé par Georges Bataille dans Documents, dans les premières décennies du
XXe siècle, l’informe s’est avéré être un puissant moteur de réflexion. Il a fait naître des oeuvres qui disent
s’en inspirer, et motivé un âpre débat théorique sur le véritable sens à lui donner. Qu’est-ce que l’informe,
en effet ? Cette catégorie complexe et paradoxale s’avère très fructueuse dans l’analyse des oeuvres
théoriques, plastiques et littéraires de la Renaissance qui s’intéressent à la naissance des formes.
L’utilisation d’une notion anachronique permet de réunir dans un même ensemble les préoccupations
concernant les origines de l’oeuvre d’art, celles sur la bonne composition, ainsi que celles concernant la
Matière et l’Être. Ce travail dégage ainsi ce qui serait une poétique de la forme en devenir, poétique se
réclamant de la philosophie néo-aristotélicienne de l’époque mais opérant un élargissement d’horizons et
une refonte conceptuelle très éloignés de la pensée antique.
66
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
KONG Qian
Directeur de Recherche : M. Pierre GLAUDES
Thèse soutenue le : mardi 25 novembre 2014 Président du jury : MME Jin SIYAN (Université d’Arras)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Andrea DEL LUNGO (Université Lille III)
MME Béatrice DIDIER (ECOLE NORMALE
SUPERIEURE PARIS)
La traduction et la réception de Stendhal en Chine (1922-2013)
Résumé : L’étude ici présentée porte sur l’histoire de la traduction et de la réception de Stendhal en Chine
depuis les années 1920. Il s’agit de mettre en relief, par une approche comparatiste, les images nuancées du
romancier et les caractéristiques de la réception de ses oeuvres dans les différentes époques. En effet, les
études sur Stendhal en Chine sont étroitement liées au contexte social et politique de la société chinoise. Le
Rouge et le Noir, roman étranger qui connaît le plus de traductions chinoises, est considéré tantôt comme
un chef-d’oeuvre de la littérature réaliste, tantôt comme une « herbe vénéneuse » contre le Parti
communiste. La réception de Stendhal en Chine reflète, dans une certaine mesure, celle de toute la
littérature occidentale. Nous avons essayé de mettre en évidence les facteurs essentiels à la réception de
Stendhal en Chine et les transformations des oeuvres du romancier face à l’épreuve d’une culture et d’une
société étrangères.
67
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
KUHESTANI Cyrus
Directeur de Recherche : M. Pierre BRUNEL
Thèse soutenue le : samedi 25 octobre 2014 Président du jury : M. Gérard SIARY (Université
Montpellier 3)
Mention : Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Yves-Michel ERGAL (Université Strasbourg 2)
M. Bernard FRANCO (Université Paris 4)
L’origine du mythe du Graal .Etude comparative entre les romans de Perceval / Parzival et le Shâh-
Nâme de Ferdowsi
Résumé : Cette thèse consiste à une étude comparative entre les romans arthuriens d’un côté et le Shâh-
Nâme de Ferdowsi de l’autre coté sur le sujet de Graal. L’enjeu est d’étudier l’origine du Mythe du Graal et
essayer d’expliquer la ressemblance entre le mythe du Graal avec le Khvarnah l’équivalent de mythe dans
la littérature persane. Dans une première partie, la thèse se concentre sur une étude du mythe de Graal chez
Chrétien de Troyes, Wolfram von Eschenbach et Ferdowsi. Les différentes manifestations du mythe, le sens
spirituel tout autour de ce mythe seront l’objet de cette recherche dans cette partie. Dans un second temps,
la thèse fait porter l’analyse sur l’origine de ce mythe tellement contesté chez les chercheurs de différentes
écoles, soit l’origine celtique ou irano-aryenne. Cette thèse défendra la théorie d’origine iranienne en
prenant en considération l’influence celtique du mythe. Selon ce travail, dans la structure du roman de
Graal, il existe une base du folklore Alano-celtique que le néo manichéisme cathare, en l’utilisant comme la
matière première, construit une couche d’initiation propre à la conviction dualiste afin d’ajouter le
personnage de Perceval/Parzival à l’histoire du roi Arthur. Parzival, de ce point de vue, est plus proche de
sa modèle persane Kay Khosrow. La divergence entre l’auteur français par rapport à son homologue
allemand dépend de leur situation sociale ; Chrétien est l’artiste proche du pouvoir religieux de l’église
catholique et Wolfram, le chevalier qui gagne sa vie en chantant, était proche des hérésies cathares et des
templiers. Enfin, ce travail essaie de montrer que ce mythe d’origine aryenne, est déformé par les religions
à leur fin et que le vrai sens de la quête n’est pas le salut mais le surhomme.
68
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
NIKOU Christos
Directeur de Recherche : MME Danièle CHAUVIN
Thèse soutenue le : lundi 19 janvier 2015 Président du jury : M. Jean-Yves MASSON (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Daniel MADELÉNAT (Université Clermont-Ferrand 2)
MME Juliette VION DURY (Université Paris 13)
Genèse et Apocalypse dans la poésie d’O. Elytis, P. Emmanuel, P.J. Jouve
Résumé : Relier le premier livre de la Bible au dernier, la Genèse à l’Apocalypse, c’est suivre toutes les
étapes du dessein divin, de ce qu’on appelle en mythocritique biblique un ur-mythos (création, chute,
rédemption), la Bible, cet immense réservoir d’images, de récits et de mythes, ayant nourri, selon Northrop
Frye, l’imagination de l’Occident comme une unité. Dans un premier temps, nous examinerons, au niveau
structural, l’articulation de la Genèse et de l’Apocalypse en nous intéressant aux convergences et aux
divergences des textes génésiaque et johannique afin d’interroger leur sens, leur contenu et leur nature, la
Genèse annonçant l’Apocalypse et l’Apocalypse réécrivant la Genèse. Lors des lectures transversales des
deux livres bibliques, nous verrons comment s’opère l’interaction entre le texte biblique et le texte poétique
dans le but de mettre en évidence les conditions des différentes réécritures poétiques. Dans un deuxième
temps, nous étudierons la rémanence de ces deux livres bibliques dans l’oeuvre poétique de trois poètes
majeurs du XXe siècle et dont les affinités sont nombreuses : Pierre Jean Jouve, Pierre Emmanuel et
Odysséas Elytis (Prix Nobel de littérature en 1979). Révéler les éléments significatifs, les mythes, les
épisodes et les images de la Genèse et de l’Apocalypse dans leur poésie et amorcer une réflexion sur la
manière dont ces poètes s’approprient et réactivent l’union étroite du début à la fin, de la création et du
péché à la fin des temps et à la rédemption, c’est l’enjeu de ce travail. Comment et pour quelles raisons les
poètes s’inspirent-t-ils de ces livres bibliques ? Comment et par quels moyens les poètes évoquent-ils
l’expérience poétique ou même l’histoire à travers ces deux mythes d’origine biblique ? En guise de
réponse, Mallarmé disait à René Ghil qu’« on ne peut se passer d’Éden ». En effet, nous ne saurons nous
passer de notre Éden… ni de notre Apocalypse.
69
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
PERRY Caroline
Directeur de Recherche : MME Danièle CHAUVIN
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Yves MASSON (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Caroline FISCHER (Université de Pau et Pays de
l’Adour)
MME Sylvie PARIZET (Université Paris 10)
L’évolution récente de la figure littéraire de Ponce Pilate (XIXème-XXème siècles)
Résumé : Cette thèse est consacrée à la figure de Ponce Pilate et à son remarquable déploiement depuis le
XIXème siècle dans la littérature occidentale (francophone, anglophone, hispanophone). Ancrée dans la
démarche mythocritique de Pierre Brunel, notre recherche interroge précisément les enjeux de l’évolution
d’une telle figure et propose de définir sa place en littérature. Progressivement le juge romain devient un
véritable objet d’étude, sujet de fiction à part entière. Si l’on constate qu’il ne correspond pas à la définition
du mythe, il en comporte néanmoins certains aspects et va même jusqu’à développer certains mythèmes qui
lui sont propres tels que son geste symbolique du lavement de mains ou la présence lumineuse de son
épouse. Enfin, si la figure de Pilate appartient à la configuration narrative du procès de Jésus de Nazareth,
elle est une figure mythique, et sa réhabilitation partielle ou totale, aux XXème et XXIème siècles, passe
nécessairement par l’aspect politique du personnage. Après avoir considéré l’importance prise par Ponce
Pilate en littérature, à partir du XIXème siècle, nous nous interrogerons sur son statut mythique et sur la
place que lui donnent les écrivains de la modernité, cherchant l’homme sous la légende. Entre romanité et
christianisme, la voie de la modernité place Pilate face à son humanité.
70
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
PETROVIC Boris
Directeur de Recherche : MME Daniele CHAUVIN
Thèse soutenue le : vendredi 12 décembre 2014 Président du jury : M. Bernard FRANCO (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Jeanne-Marie CLERC (Université Montpellier 3)
MME Nevena DAKOVIC (Belgrade University)
Le mythe national dans l’oeuvre de John Ford et Veljko Bulajic
Résumé : Le but principal de cette thèse est d’analyser les westerns et films partisans de notre corpus
comme des récits mythiques qui véhiculent un mythe national, respectivement américain et yougoslave, et
affirment ainsi la société et la nation en question. Le travail est divisé en quatre parties. La première partie
étudie l’idéologie nationale et la notion de mythe national ; la deuxième est consacrée à l’analyse des
oeuvres d’art en tant que récits mythiques créés autour d’une idéologie nationale, qui sert de « mythomoteur
», selon l’expression d’Anthony D. Smith. La troisième partie examine l’axe diachronique du récit
mythique et l’évolution de ces oeuvres dans le temps, et la quatrième partie creuse la relation entre
l’idéologie véhiculée par les oeuvres et la réussite de la création du mythe national américain et yougoslave.
71
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
REIBAUD Laetitia
Directeur de Recherche : M. Jean-Yves MASSON
Thèse soutenue le : samedi 18 octobre 2014 Président du jury : M. Jean-Michel MAULPOIX
(Université Paris 3)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Dominique ARNOULD (Université Paris 4)
MME Michèle FINCK (Université Strasbourg 2)
MME Christine LOMBEZ (Université de Nantes)
L’élégie en Europe au XXe siècle: Persistance et métamorphoses d’un genre littéraire antique dans les
poésies européennes de langue française, allemande, anglaise, italienne, espagnole et grecque.
Résumé : On croyait l’élégie disparue après l’apogée qu’avait connue le genre pendant le Romantisme et
après les attaques dont il avait été la cible, les poètes « modernes » ayant choisi de s’affirmer contre les «
excès » du lyrisme romantique dont l’élégie était devenue la caricature. Le lyrisme et la poésie de la
première personne sont eux-mêmes restés au centre des attaques et des moqueries durant tout le XXe siècle.
C’est pourtant à une renaissance du genre que l’on assiste, timide et progressive dans la première moitié du
XXe siècle, puis à une véritable recrudescence dans la seconde moitié du siècle. Les noms des plus grands
poètes s’associent aux titres de recueils d’élégies : outre les très célèbres Élégies de Duino de Rilke (1923),
ce sont par exemple les Élégies de Juan Ramón Jiménez (1908), les Élégies et satires de Karyotákis (1927),
les Hollywoodelegien (1942) et les Buckower Elegien (1953) de Brecht, les Élégies de Pierre Emmanuel
(1940), de Jean Grosjean (1967), les Élégies d’Oxópetra d’Elýtis (1991), ou encore les trois grands recueils
posthumes de Nelly Sachs, Schwedische Elegien (1940), Die Elegien von den Spuren im Sande (1943) et
Elegien auf den Tod meiner Mutter (1950). L’élégie, née au VIIe siècle avant J.-C., est bien vivante au XXe
siècle. Face à une telle longévité, trois questions se posent, qui structurent notre travail : sous quelles
formes et selon quelle(s) définition(s) l’élégie existe-t-elle au XXe siècle ? Comment joue-t-elle des
rapports entre modernités et traditions ? Comment se repositionne-t-elle face aux attaques virulentes des
détracteurs du lyrisme et par quoi se caractérisent les nouveaux lyrismes qu’elle met en jeu au XXe siècle ?
72
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
SOURISSEAU MC CARTHY
Valerie
Directeur de Recherche : MME Anne TOMICHE
Thèse soutenue le : mardi 9 décembre 2014 Président du jury : MME Veronique GELY (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Sylvie BALLESTRA-PUECH (Université de Nice)
MME Sylvie PARIZET (Université Paris 10)
La déesse au XXe siècle : écritures théoriques et poétiques (James Frazer, Jane Harrison, Robert
Graves, André Breton, Cesare Pavese, Sylvia Plath)
Résumé : Cette étude a pour objet d’explorer une figure d’origine mythologique réactualisée et réinterprétée
dans la première moitié du xxe siècle par des ouvrages anthropologiques d’abord, puis à leur suite par
certaines oeuvres poétiques : il s’agit de la Grande Déesse de l’Antiquité, devenue tout simplement chez
certains « la déesse ». De la construction anthropologique à la réécriture littéraire, la déesse apparaît comme
une figure composite à la fois de la mère et de la mort. En tant que femme, elle s’oppose à l’homme, en tant
que déesse-mère, au dieu-père. Autour d’elle se développe tout un réseau de récits et de représentations
d’origines diverses : récit de la quête du héros affrontant la déesse, théorie du matriarcat originel, révélation
à la fois sexuelle et spirituelle, énigme de la poésie. A travers elle, c’est en réalité la question des rapports
problématiques entre le sexe féminin et l’humain qui se pose.
73
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature comparée
STIZIOLI Chiara Stella
Directeur de Recherche : M. François MOUREAU
Thèse soutenue le : mardi 23 juin 2015 Président du jury : MME Marie-Madeleine MARTINET
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Philippe ANTOINE (Université Clermont-Ferrand 2)
M. Dominique QUÉRO (Université de Reims)
Les voyageuses françaises en Italie du Nord au XIXème siècle
Résumé : L’Italie a toujours été une destination privilégiée de voyage et a accueilli les voyageurs de tous les
pays, mais les Français y ont une place importante. Nombre de voyageurs ont éprouvé la nécessité de garder
un souvenir en papier de leur entreprise viatique et il nous reste des lettres, de véritables récits de voyage ou
des journaux intimes. Au 19e siècle, les femmes, souvent absentes de la littérature viatique antérieure, ont
commencé à être associées au voyage d’Italie qui restait une destination favorite de la bonne société
européenne. Le voyage d’Italie a été le sujet de nombreuses études depuis quelques décennies. J’ai décidé
de m’insérer dans ce courant en privilégiant les récits de voyageuses du 19e siècle et en limitant à l’Italie du
Nord, la plus proche de la sociabilité française. La sensibilité féminine est différente de celle des hommes
et, bien que les voyageuses soient victimes des mêmes préjugés, l’image qu’on aura cette fois de l’Italie
pourra être originale, en fonction aussi des catégories sociales concernées. J’ai donc comparé les récits de
ces voyageuses avec les récits de certains de leurs compatriotes masculins et avec les guides touristiques,
qui avaient de plus en plus de succès auprès des voyageurs. Parmi les thèmes récurrents, le moment du
départ et la vie quotidienne ont une importance cardinale dans les récits féminins. Le but de ma recherche
est non seulement de comparer ces différents récits de voyage en retraçant une ligne commune et en même
temps d’analyser les différences entre ces expériences italiennes ; il s’agit aussi de comprendre si on peut
parler d’une vision et d’une écriture strictement féminines du voyage d’Italie.
74
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Cotutelle – Littérature comparée
ZHANG Lu
Directeur de Recherche : M. Michel MURAT
Thèse soutenue le : vendredi 10 octobre 2014 Président du jury : MME Carole AUROY-MOHN
(Université d’Angers)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Nanjing University Membres du jury :
M. Qinggang DU (Wuhan University)
M. Jun XU (Nanjing University)
Le retour à la nature. Etude du thème de la nature chez J.M.G Le Clézio
Résumé : L’objectif de cette recherche est de mettre en évidence le thème de la nature comme noyau de
l’oeuvre de Le Clézio et de mener une étude synchronique et diachronique de ce thème basée sur un corpus
complet de l’auteur. En suivant un processus de quête de l’identité naturelle, qui conduit de la « nature
dénaturée » dans les premières oeuvres à la « nature retrouvée » dans les oeuvres ultérieures, en passant par
l’horizon d’autres mondes dans les oeuvres dans l’époque de transition, on essaie de refermer la boucle qui
obsède Le Clézio. Contemporain de notre temps, Le Clézio esquisse une peinture de l’espace urbain
moderne sous forme d’une prison où la nature universelle et la nature humaine sont aliénées, diabolisées ou
expulsées dans la domination de la modernité. L’absence de l’existence et la fausseté de la réalité poussent
à une recherche de vérité dans l’autre côté du monde à la lumière des philosophies orientales et
amérindiennes. Le retour à la rêverie élémentaire du monde naturel primitif fait appel également aux
philosophies présocratiques et aux mythes des civilisations primitives. L’identité idéale en tant que vraie
nature humaine est reconstruite par Le Clézio en adoptant l’identification du soi à la nature universelle au
niveau personnel, et en promouvant le métissage des sangs au niveau culturel, d’une manière qui tend à ce
que le monde soit enfin remis en harmonie.
75
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
AGOSTINHO Larissa
Directeur de Recherche : M. Bertrand MARCHAL
Thèse soutenue le : vendredi 23 janvier 2015 Président du jury : M. Henri SCEPI (Université Paris 3)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Thierry ROGER (Université de Rouen)
M. Alain VAILLANT (Université Paris 10)
Mallarmé : les plis et les déplis du hasard à la recherche de l’infini. Poésie, politique et philosophie
Résumé : Pour saisir l’importance et le champ d’action du hasard dans la poésie mallarméenne, nous allons
procéder selon une démarche triple, recomposer l’histoire politique, poétique et philosophique qui a rendu
possible l’apparition et l’instauration du hasard comme événement, à la fois révolutionnaire, créateur et
conceptuel. À partir de Baudelaire, la poésie chante les révolutions échouées, mais pour maintenir vivant le
désir d’un monde différent. Le hasard dans ce contexte est d’abord l’irruption imprévisible, fulgurante et
éphémère d’un désir qui ne trouve pas un espace propre à l’intérieur de la vie sociale, Pour maintenir vivant
et vivace le rêve d’un monde différent, la poésie doit : fournir la preuve que son action, tout en étant
restreinte, compte ; faire durer un hasard voué à l’évanouissement, en constituant un espace où il puisse
demeurer, se multiplier et ainsi retrouver la consistance qui le fera durer. Faire durer le hasard à l’origine de
toute nouveauté, c’est la tâche que Mallarmé attribue à sa poésie. Sur le plan philosophique, cette démarche
requiert une critique radicale de la raison et de la représentation. Dans ce contexte, Mallarmé a non
seulement annoncé le hasard, mais il a cherché à découvrir la logique de ce qui échappe à la raison en
composant une oeuvre capable de rendre réel, visible et intelligible, la puissance imprévisible et inépuisable
que le hasard enserre.
76
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
ANDO Tomoko
Directeur de Recherche : M. Didier ALEXANDRE
Thèse soutenue le : vendredi 3 octobre 2014 Président du jury : M. Michel JARRETY (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Hiroshi MINO (Univ Nara-Joshi ( Japon))
MME Agnès SPIQUEL (Université de Valenciennes)
M. Jean-Michel WITTMANN (Université Nancy 2)
La nostalgie dans l’oeuvre d’Albert Camus
Résumé : Au début des Carnets, exprimant ce qui le pousse à créer, Albert Camus mentionne « la nostalgie
d’une pauvreté perdue ». Une nostalgie ambiguë, qui ne signifie pas un simple regret du temps perdu, mais
qui se relève du « sentiment bizarre » que le fils porte à sa mère silencieuse. Elle consiste en réalité dans
l’aspiration douloureuse à la tendresse, qui est liée intrinsèquement à la misère de l’existence que l’auteur a
vécue dans son enfance. Dans le but de raconter son passé, il élabore sa nostalgie comme essence de sa
sensibilité. Signe de complexité, une telle captivité comporte de plus le regret et la mauvaise conscience à
l’égard du milieu pauvre qu’il a quitté. Quoique paraissant ambiguë, le nom de nostalgie est juste,
s’agissant de la quête de l’identité au fond : dans la sensibilité déchirée s’inscrit la recherche
inassouvissable d’une véritable origine de l’être. D’où le fait que, dans le contexte existentiel, la notion de
l’absurde s’établit sur la sensibilité nostalgique : l’homme se trouve déchiré entre sa condition limitée et son
aspiration à une vie de plénitude. Il choisit de tenir sa nostalgie déchirante comme le fond de son être, son
axe de vie et sa raison de vivre. Pour l’homme absurde, la création littéraire n’est pas une option, mais la
volonté de lucidité et de liberté, en vue de « donner aux couleurs le pouvoir d’exprimer le vide ». L’oeuvre
figure la dialectique de la présence et de l’absence, ce qu’expriment par moyens divers les romans
camusiens. Enfin, le dernier Camus exprime la nostalgie de la patrie en tant que quête consciente de son
origine, du « soleil enfoui », qui l’attire et le dirige, qu’il connaît depuis toujours.
77
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
BARBIER Christele
Directeur de Recherche : M. Denis GUENOUN
Thèse soutenue le : jeudi 18 décembre 2014 Président du jury : M. Didier ALEXANDRE (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-François CHEVRIER (ECOLE NATIONALE
SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS)
M. Pascal LECROART (Université de Besancon)
Le soulier de satin et l’art moderne
Résumé : Le Soulier de satin, tour à tour perçu comme oeuvre Dada, drame baroque ou pièce à clef, est une
oeuvre dont l’étude de la création et la réception permet de mieux appréhender les liens de Paul Claudel
avec son temps. Dans cette pièce, Claudel effectue la somme de l’héritage artistique de remise en cause de
la société positiviste de sa jeunesse et livre le récit de sa vocation poétique, enracinée dans la pensée
baudelairienne et mallarméenne sur la modernité. La prégnance du paradigme pictural pour livrer son
manifeste esthétique et l’utilisation de l’image sous toutes ses formes pour entrer en dialogue avec le sens
du texte vérifient la concordance d’intérêts entre Claudel et les artistes de sa génération. L’originalité du
dramaturge réside dans son recours à l’image pour faire de son oeuvre un ex-voto qui retrace l’itinéraire de
sa conversion, l’inspiration thomiste le conduisant à privilégier l’image dans l’économie du salut à l’oeuvre
dans la pièce. L’oeuvre révèle enfin son affinité avec l’art moderne par son utilisation de procédés et de
formes propres à l’art moderne, comme le collage et le montage, ou redécouverts par la modernité, comme
l’empreinte ou la planéité, procédés et formes que Claudel emploie de manière polysémique et dialectique.
En inscrivant la question de sa vocation poétique, de sa conversion et de la réception de son oeuvre par ses
contemporains au coeur de la pièce, avec Le Soulier de satin, Claudel donne une oeuvre qui s’inscrit
pleinement dans le programme de la modernité tout en révélant son originalité propre.
78
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
BEN SALEM Saida
Directeur de Recherche : M. Didier ALEXANDRE
Thèse soutenue le : lundi 22 juin 2015 Président du jury : M. Frank LESTRINGANT (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Ridha BOURKHIS (Université de Sousse)
M. Jean-Michel WITTMANN (Université Nancy 2)
André Gide et la notion de pureté
Résumé : Il est clair que la question de la pureté n’est pas un domaine vierge où les recherches ne se sont
jamais aventurées. La notion de pureté est plus qu’un style d’écriture, c’est une façon de voir le monde et
les choses. L’approche esthétique ne sera donc pas la seule. L’essentiel de notre propos est de revisiter la
notion loin de la simple question du genre mais comme une façon de vivre, « a Way of life » comme disent
les américains. Si l’on cherche bien, la notion a accompagné Gide durant toute sa vie et si au départ, c’est
uniquement de pureté morale et esthétique qu’il était question, la notion de roman pur vient enfin résumer
toute la quête gidienne de la pureté. On va sûrement nous reprocher une certaine confusion des deux
notions, mais il faut bien l’admettre, le roman pur fait partie intégrante de la notion de pureté. C’est aussi
dans ce sens que les notions de pureté et de roman pur se rejoignent et se complètent chez l’écrivain. Tout
au long de ce travail, on va essayer de relier la notion de pureté qui est une question générale à la question
du roman pur. Cette dernière perd à chaque fois son sens générique pour atteindre d’autres significations.
79
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
BENARD Elodie
Directeur de Recherche : M. Georges FORESTIER
Thèse soutenue le : vendredi 30 janvier 2015 Président du jury : M. Emmanuel BURY (Université de
Versailles)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Bernard BEUGNOT (Université de Montréal)
M. Jean-Claude BONNET (C.N.R.S.)
M. Jean-Charles MONFERRAN (Université Strasbourg 1)
Les vies d’écrivains: développement et mutations d’un genre (1570-1770)
Résumé : On a souvent considéré qu’au cours du XVIIIe siècle s’opérait une mutation dans l’histoire du
genre biographique, qui se manifestait par le passage des « Vies » aux « biographies ». Pourtant
d’importantes transformations affectent la manière de raconter la vie dès la fin du XVIe siècle. Ces
changements sont particulièrement sensibles dans un sous-genre de la biographie, la Vie d’écrivain. En
effet, outre l’affaiblissement de la pression rhétorique qui touche les pratiques narratives dans leur
ensemble, celle-ci est modifiée par une nouvelle habitude éditoriale qui consiste à inclure une Vie de
l’auteur en avant-propos de l’oeuvre et par l’évolution du statut de l’écrivain qui commence à se
différencier des autres hommes de lettres. Pour comprendre la spécificité du genre, il convient de définir les
conditions de production de la Vie d’écrivain, liées aux nouvelles exigences de l’historiographie et au
développement de la culture mondaine, en particulier de l’art de la conversation. La Vie d’écrivain permet,
par ailleurs, de mesurer l’évolution du régime de l’exemplarité, à travers la régression des modèles éthiques
traditionnels, l’apparition de nouveaux modèles, mais aussi la recherche de plus en plus affirmée d’une
singularité de l’auteur. Il faudra enfin s’interroger sur l’apport particulier des Vies d’écrivains à l’histoire
littéraire, en relation avec la place accordée à la narration, qui constitue l’évolution majeure du genre au
XVIIIe siècle. Ces différentes questions, rencontrées au fil de notre travail, nous aideront à mieux
comprendre les ressorts d’une démarche inhérente à la biographie d’écrivain : le va-et-vient entre la vie et
l’oeuvre.
80
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
BOUALLEGUE Sami
Directeur de Recherche : M. Bernard VOUILLOUX
Thèse soutenue le : samedi 27 juin 2015 Président du jury : M. Michel JARRETY (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Mohamed Kamel GAHA (Institut Sup. de l’Edu. et Form.
Cont.)
M. Patrick MAROT (Université Toulouse 2)
Représentations de l’histoire dans l’oeuvre de Julien Gracq
Résumé : Notre hypothèse de travail est la suivante : l’oeuvre de racq, exprime le rapport privilégié que
l’auteur entretient avec l’histoire. Il est néanmoins évident que ce lien ne se limite pas à une pure écriture
historiographique ou à un simple témoignage. Il s’agit plutôt d’une forme particulière de représentation
littéraire qui porte sur un objet complexe : le passé, le présent et le devenir d’un être-là. Notre ambition, à
travers le travail sur un corpus de quatre oeuvres narratives, est, d’abord, de mettre en rapport l’oeuvre
littéraire avec le matériau même de l’histoire ainsi qu’avec les autres champs de la connaissance et de la
perception avec lesquels la littérature forme un continuum. Lire l’histoire à travers cette oeuvre revient dans
un premier lieu à saisir cette continuité qu’il y a entre les deux dimensions fondamentales du temps et de
l’espace historiques et de son inscription dans l’artefact littéraire qui la transforme en une matière fertile
pour une « poésie de l’histoire ». Dans une première étape, nous essaierons de cerner les différentes
manières avec lesquelles le temps historique est ressenti puis exprimé à travers la notion d’événement.
C’est cette notion d’événement qui nous permettra aussi d’explorer l’espace géographique gracquien à
travers les différents statuts qu’il assume dans l’oeuvre. La troisième partie tentera de décrire les différents
modes discursifs selon lesquels la représentation du temps et de l’espace historiques se transforme en
artefact littéraire.
81
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
CADIN Anne
Directeur de Recherche : M. Michel MURAT
Thèse soutenue le : jeudi 19 mars 2015 Président du jury : M. Didier ALEXANDRE (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jacques MIGOZZI (Université de Limoges)
M. Alain SCHAFFNER (Université Paris 3)
Le moment américain du roman français (1945-1950)
Résumé : De 1945 à 1950, le roman américain impose sa présence dans le paysage littéraire en France et
apparaît alors comme un modèle susceptible de renouveler le roman français. Notre thèse est consacrée à ce
moment américain du roman français qui s’ouvre à la Libération. La publication de romans américanisés
s’accroît et suscite un intérêt constant de la critique, tantôt enthousiasmée, tantôt scandalisée par les
conséquences de l’injection de ce « sang neuf » dans les veines du roman français. Les romanciers «
légitimes » — Sartre, Des Forêts, Vailland — sont attirés par cette ressource miraculeuse tout autant que les
auteurs de romans policiers — Simenon, Malet, Meckert — qui quant à eux cherchent profiter du succès du
hard-boiled. Simultanément, deux voies d’appropriation du matériau américain se dessinent : les romanciers
« sérieux » s’en emparent brièvement, mais passent assez vite de la fascination à la désillusion ; les auteurs
de roman policier, quant à eux, transforment un réflexe d’imitation pure en une assimilation féconde.
L’ensemble de ce phénomène a été peu étudié. Notre travail a pour objectif de mettre au jour cette voie
américaine, empruntée par un vaste groupe de romanciers français, de manière d’autant plus fructueuse
qu’ils se servirent du matériau états-unien comme point de départ d’une expérimentation littéraire, mais
aussi d’une affirmation de leur propre identité romanesque. En réexaminant la dette du roman français visà-
vis de celui venu d’outre-Atlantique, nous redonnons à ce fulgurant moment américain qui constitue une
transition entre les changements opérés par les avant-gardes des années 1920 et la révolution du Nouveau
Roman.
82
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
CHEN Jie
Directeur de Recherche : M. Georges FORESTIER
Thèse soutenue le : mercredi 2 septembre 2015 Président du jury : M. Emmanuel BURY (Université de
Versailles)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Claude BOURQUI (Université de Fribourg)
MME Benedicte LOUVAT-MOLOZAY (Université
Montpellier 3)
Le théâtre et le pouvoir au XVIIème siècle : le patronage en question
Résumé : Nous avons étudié dans ce travail les manières concrètes dont s’expriment les rapports entre le
pouvoir et le théâtre au XVIIe siècle, époque où cet art était déjà associé au principe de diffusion de masse
lui permettant de s’épanouir indépendamment du mécénat. Étant donné que le théâtre est à la fois une
pratique et une littérature, notre enquête a été menée en deux temps. Nous nous sommes d’abord intéressés
aux comédiens professionnels dont la plupart ont formé des troupes portant le nom d’un grand personnage.
Cette réalité qui semble a priori évidente est pourtant révélatrice. L’histoire de la troupe royale de l’Hôtel
de Bourgogne en constitue un excellent exemple. D’autres troupes de moindre importance peuvent, elles
aussi, entretenir des rapports étroits avec leurs protecteurs. C’est par exemple le cas des comédiens du
Grand Condé auxquels nous avons consacré la suite de nos réflexions. Mais la plupart du temps, ces troupes
ambulantes ne sont pas à proximité de leurs bienfaiteurs. Elles sont plutôt en contact avec d’autres instances
de pouvoir, le pouvoir municipal notamment. C’est ainsi que le premier volet de notre travail s’achève sur
deux études de cas consacrées à Dijon et à Bruxelles, deux destinations favorites des troupes. Après avoir
étudié les comédiens, notre investigation se poursuit en se focalisant sur les auteurs de théâtre. La question
des rapports entre les dramaturges et les protecteurs s’inscrit dans un vaste sujet qu’est le patronage
littéraire en général. Nous avons essayé de l’illustrer à travers l’exemple du patronage de Richelieu, précédé
d’une enquête préliminaire sur la question des dédicaces qui a servi tout notre second volet.
83
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
COUDURIER Perrine
Directeur de Recherche : M. Didier ALEXANDRE
Thèse soutenue le : mercredi 26 novembre 2014 Président du jury : M. Jean-Francois LOUETTE
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Ann JEFFERSON (Oxford University)
M. Dominique RABATÉ (Université Paris 7)
M. Pierre SCHOENTJES (Universiteit Gent)
Le mal dans les récits français des années 1950: Terreur et rhétorique
Résumé : Notre travail porte sur le traitement de la question du mal dans des récits français publiés entre
1945 et 1962, soit entre deux procès ayant interrogé la spécificité du mal et de la culpabilité, celui de
Nuremberg d’une part, celui d’Eichmann d’autre part. Ces écrits sont des récits de l’après publiés par des
écrivains qui ont participé à la guerre (comme Simon ou Camus) ou qui n’en ont reçu que des échos
lointains (comme Butor ou Bataille). Le fil conducteur de notre analyse s’appuie sur l’essai de Paulhan, Les
Fleurs de Tarbes ou la terreur dans les lettres, lequel nous a permis d’étudier le mal non seulement dans son
versant historique au prisme de la terreur nazie et de ses conséquences, mais aussi dans son versant
littéraire, entendant alors le terme de terreur dans le sens métaphorique que lui accordent Paulhan et Sade
avant lui. La terreur est contrebalancée en permanence dans ces écrits et dans notre travail par son opposé,
la rhétorique, et engendre la constitution d’une génération de romanciers « antimodernes » qui accèdent à
une modernité esthétique sans renier la tradition romanesque du xixe. L’approche du mal en termes de
terreur et de rhétorique nous permet ainsi de concevoir la spécificité du traitement du mal chez Sartre,
Bataille ou dans la littérature de témoignage, mais également de réinterroger sur nouveaux frais le statut du
Nouveau Roman au prisme d’une historicité souvent déniée par la critique et de marquer l’oscillation de ce
groupe de romanciers entre terreur et rhétorique. Cherchant l’hermétisme, l’exception, les nouveaux
romanciers sont par ailleurs en quête d’une rhétorique fédératrice, capable de refonder une communauté
brisée par la guerre.
84
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
DE LA TOUR Laure
Directeur de Recherche : MME Dominique
MILLET-GÉRARD
Thèse soutenue le : samedi 29 novembre 2014 Président du jury : M. Andre GUYAUX (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Per BUVIK (Universitetet i Bergen)
M. Pierre DUFIEF (Université Paris 10)
J.- K. Huysmans et la médecine: du « clinicien ès lettres » au physiologiste des âmes.
Résumé : Étudier les liens entre Huysmans (1848-1907) et la médecine, c’est se pencher sur un paradoxe :
celui d’un écrivain d’abord naturaliste, fortement influencé par Zola et une médecine triomphante dont la
méthode est érigée en modèle pour les romanciers, qui conserve après sa conversion au catholicisme, au
début des années 1890, une écriture fortement imprégnée d’images relevant de la physiologie et d’un
lexique médical. Ces derniers sont caractéristiques du style de l’écrivain, le « naturalisme spiritualiste », qui
entend dire l’âme sans faire abstraction du corps. Si les éléments biographiques dont nous disposons,
correspondance à l’appui, témoignent de la part de Huysmans d’une expérience personnelle de la maladie et
d’une fréquentation de médecins, on constate, plus encore, une appétence érudite et un goût de la
documentation médicale qui ne faiblira pas, documentation insérée parfois à l’état brut au point de menacer
le roman dans sa définition générique. Il s’agit donc de s’intéresser au savoir médical de l’écrivain, acquis
souvent par la lecture de petites revues ou de sources de seconde main, mais aussi de s’interroger sur le
devenir d’une certaine déception à l’égard de la clinique, à partir d’À Rebours et de manière plus visible
encore dans Là-Bas. Comment Huysmans offre-t-il dans son oeuvre à la fois une critique de la médecine et
l’idée d’une physiologie des âmes, associée à l’image d’une Église thérapeute ? Comment la médecine, de
référence naturaliste, devient-elle l’expression du mystère d’un Dieu incarné ? Le sujet entend donc se
situer à un noeud entre histoire des sciences et des idées, histoire de la littérature et connaissance de
Huysmans lui-même.
85
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
DE VITRY D’AVAUCOURT
Alexandre
Directeur de Recherche : M. Antoine
COMPAGNON
Thèse soutenue le : samedi 29 novembre 2014 Président du jury : M. Jean-Francois LOUETTE
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Eric BENOIT (Université Bordeaux 3)
MME Marielle MACE (CNRS)
M. Jean-Pierre MARTIN (Université Lyon 2)
L’individu et la cité dans l’oeuvre en prose de Charles Péguy
Résumé : Pour saisir les contradictions de Péguy, nous proposons de partir du lieu où elles se forment :
l’espace politique. Au gré des appartenances idéologiques plurielles de Péguy, nous faisons apparaître une
série de « cités », ensembles collectifs à la fois concrets et imaginaires, qui reposent chaque fois sur une
certaine idée, contradictoire, de l’individu. Dans la République, dans la « cité socialiste » ou anarchiste,
comme ensuite dans la nation, à travers l’idée de « race », ou dans une pensée de la cité chrétienne,
l’individu s’avère à la fois le principe fondateur de la cité et l’élément perturbateur qui vient empêcher sa
consolidation. Par delà l’évolution du discours politique de Péguy, la même contradiction se recompose et
s’aiguise, jusqu’à prendre la forme d’une aporie pratique, dans le rapport concret de Péguy à toute forme de
communauté – au premier chef : aux Cahiers de la quinzaine. Cette contradiction maintenue et aggravée
conduit à un régime d’écriture « mystique », marqué par la fréquence de l’oxymore et de la prétérition,
figures permettant, dans le même mouvement, de dire et de taire, de maintenir la contradiction sans la
dévoiler comme antithèse. C’est en particulier la question de la représentation de soi, comme individu
inscrit dans une communauté, qui se trouve régie par cette écriture de la contradiction, de l’usage de la
première personne grammaticale, au singulier ou au pluriel, à la pratique du pseudonyme, jusqu’au projet
de Confessions de Péguy, horizon d’une écriture individuelle toujours indiquée sans être mise en oeuvre,
afin que soit maintenu son état nécessairement aporétique.
86
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
FISCHBACH Sophie – Anna
Directeur de Recherche : M. Michel JARRETY
Thèse soutenue le : vendredi 21 novembre 2014 Président du jury : M. Bertrand MARCHAL (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Didier ALEXANDRE (Université Paris 4)
M. Michel COLLOT (Université Paris 3)
M. Dominique COMBE (ECOLE NORMALE
SUPERIEURE PARIS)
L’humanisation dans l’oeuvre de Jules Supervielle.
Résumé : Dans « En songeant à un art poétique », Jules Supervielle définit sa poésie comme une entreprise
d’humanisation. Quelle acception convient-il de donner à ce terme, et en quoi se révèle-t-il pertinent pour
aborder l’oeuvre de l’écrivain ? C’est à cette question que tente de répondre cette thèse, en cherchant à
déterminer le sens qu’il convient de donner à l’humanisation à partir du double héritage de l’humanisme de
la Renaissance et de l’humanitarisme romantique, et en s’appuyant sur des manuscrits et des
correspondances en partie inédits. Dans une première partie, l’étude de la théorisation de l’humanisation
chez Supervielle nous amène à mener une réflexion ressortissant de l’histoire des idées et de l’histoire
littéraire, en nous penchant sur l’idée de la littérature développée par l’écrivain, et en analysant le rôle joué
par Jean Paulhan et par René Étiemble dans l’apparition de cette idée. La seconde partie analyse la genèse
diachronique de l’humanisation, au sein d’un essai de géographie poétique qui se focalise sur le tournant
que constituent les années 1920 et 1930. La troisième partie est consacrée à l’étude de la genèse
synchronique, considérant l’apparition de l’humanisation dans les divers états d’un texte, en poésie, en
prose et au théâtre. L’étude de l’humanisation dans l’oeuvre de Jules Supervielle permet ainsi de préciser le
paysage littéraire et l’interpénétration des idées de la littérature qui se développent dans la première moitié
du XXe siècle, en marge du surréalisme.
87
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
GICHKINA Anna
Directeur de Recherche : MME Sophie BASCH
Thèse soutenue le : jeudi 18 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Louis BACKÈS (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Michel ESPAGNE (ECOLE NORMALE SUPERIEURE
PARIS)
MME Anne-Rachel HERMETET (Université d’Angers)
Eugène-Melchior de Vogüé et l’image de la littérature russe en France à la fin du XIXème siècle
Résumé : Le Roman russe d’Eugène-Melchior de Vogüé paraît au bon moment. À la fin du xixe siècle, l’«
horizon d’attente » de la France est plus que favorable à la réception de la littérature russe. Saturée et
étouffée non seulement par le pessimisme consécutif à la défaite de 1871 mais aussi par le scientisme et le
naturalisme, la société française ressent un besoin de renouveau dans tous les domaines de la vie.
L’affaiblissement de la France sur la scène internationale fait de l’alliance avec la Russie un objectif
politique prioritaire. Cette problématique nourrit aussi l’ambition de Vogüé de rapprocher les deux pays. «
La pauvre vie spirituelle » de la France contemporaine incite le vicomte à accentuer le caractère chrétien de
la littérature russe. Redonner à la France ses valeurs chrétiennes d’autrefois – voilà encore une ambition
du vicomte exprimée au travers du Roman russe. À sa parution, en 1886, l’ouvrage connaît un succès
immédiat non seulement dans le milieu intellectuel mais également auprès du grand public. En important la
littérature russe en France, Vogüé veut découvrir à ses compatriotes, en plus de son génie littéraire et
culturel, les particularités de l’âme russe. L’alliance franco-russe, le rapprochement culturel et intellectuel
entre les deux pays, la russomanie du peuple, la russophilie des intellectuels, la renaissance de l’idéalisme,
telles furent en France les nombreuses résonances du Roman russe.
88
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
GIL Linda
Directeur de Recherche : M. Michel DELON
Thèse soutenue le : vendredi 28 novembre 2014 Président du jury : M. Pierre FRANTZ (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Nicholas CRONK (University of Oxford)
M. Olivier FERRET (Université Lyon 2)
L’édition Kehl de Voltaire : une aventure éditoriale et littéraire au tournant des Lumières
Résumé : A la mort de Voltaire, une équipe d’admirateurs du patriarche fonde la « Société Littéraire
Typographique » pour réaliser une nouvelle édition complète de son oeuvre. Ce projet dissident et pionnier,
réalisé sous la direction de Beaumarchais et de Condorcet dans la clandestinité, s’inscrit dans la perspective
d’une diffusion militante des textes et des idées des Lumières. Malgré les innombrables obstacles qui
s’opposent à cette entreprise subversive, les correspondants de la SLT parviennent à « finir ce cher Voltaire
» et livrent à la postérité, entre 1785 et 1790, une édition in octavo en 70 volumes et une édition in-douze en
90 volumes. Cette édition posthume et intégrale de l’oeuvre de Voltaire constitue une première dans le
champ éditorial français, à la fois par le luxe et le soin apporté à l’édition « chef d’oeuvre de l’art
typographique » mais aussi par l’apport de la correspondance, qui livre l’image de l’homme privé et même
intime, à côté de l’oeuvre littéraire. Le dernier volume, intitulé Vie de Voltaire, est le texte qui relie les deux
ensembles. Pour Condorcet, Voltaire a fait de sa vie un chef d’oeuvre, qu’il s’agit de livrer à la postérité
pour sa valeur morale et politique. Au-delà de son caractère exemplaire, cette édition pose de nombreuses
questions, historiques, philologiques et idéologiques qui touchent à l’histoire du livre, à la connaissance du
corpus voltairien, à l’enjeu politique et idéologique majeur que représente l’oeuvre de Voltaire dans le
contexte très polémique des années pré-révolutionnaires, au mythe littéraire édifié par cette entreprise
éditoriale, et à la réception de l’oeuvre ainsi rendue publique.
89
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
HAMADOUCHE Ouarda
Directeur de Recherche : M. Gerard
FERREYROLLES
Thèse soutenue le : samedi 25 octobre 2014 Président du jury : M. Emmanuel BURY (Université de
Versailles)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Martine JEY (Université Paris 4)
MME Anne-Elisabeth SPICA (Université de Metz)
Réception de Nicolas Boileau Despréaux, de la fin du XVIIème siècle au début du XXe siècle
Résumé : Nicolas Boileau-Despréaux fut longtemps considéré comme l’initiateur de l’Europe à « l’idéal
classique », le représentant de la précellence et du « génie de la langue française ». Incarnant la perfection
de « l’esprit national », c’est par rapport à lui que sont jugés les auteurs des autres siècles avant qu’ils ne
soient admis en tant que « classiques français ». Interroger les rouages de l’élaboration de la mythification
de l’auteur de l’Art Poétique suppose l’examen des tenants et des aboutissants de la référence à Boileau.
Notre propos est de mesurer l’usage qui en a été fait par l’institution scolaire et les formes éditoriales, afin
de nous éclairer sur sa réception. L’analyse de cette figure emblématique du « canon classique français »
montre que l’oeuvre bolévienne a été investie d’une fonction fondatrice de la littérature nationale, dont elle
définit les principes et l’excellence. Évaluer le rôle de ces discours dans la consécration de l’auteur et leur
participation dans la diffusion de sa notoriété, permet de juger de leur impact sur la constitution d’un idéal
esthétique, qui passe par la canonisation de l’oeuvre bolévienne dans le but d’une édification nationale. De
plus, si la légende de « Législateur » a trouvé ses assises dans des « lieux de mythification », notamment
l’annotation et les discours biographique et iconographique, sa démythification s’élabore au lendemain
même de la mort de l’auteur et à contre-courant de la légende elle-même. La concurrence qui s’opère entre
les discours pro et anti-canonisation de Boileau permet de mesurer jusqu’à quel point la réception de
l’auteur interfère dans le regard que pose le siècle des Lumières aussi bien que le XIXe siècle sur le « siècle
de Louis le Grand ».
90
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Cotutelle – Littérature et civilisation françaises
HOFFMANN Candy
Directeur de Recherche : M. Jean-Francois
LOUETTE
Thèse soutenue le : lundi 16 février 2015 Président du jury : M. Terry COCHRAN (Université de
Montréal)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Université de Montréal Membres du jury :
M. Gilles DUPUIS (Université de Montréal)
M. Gilles ERNST (Université Nancy 2)
M. Krysztof JAROSZ (Université de Silésie)
Le « sacré noir » chez Georges Bataille et Hubert Aquin
Résumé : Des affinités rapprochent l’oeuvre d’Hubert Aquin et celle de Georges Bataille. Ces deux auteurs
explorent une voie mystique présentant de fortes similitudes, apparentée à ce que Roger Caillois appelle le
« sacré gauche », c’est-à-dire le sacré impur, maléfique, dont l’accès serait donné selon Georges Bataille
par la transgression, et qui correspondrait, pour reprendre l’expression bataillienne, au « moment privilégié
d’unité communielle ». L’objectif de l’auteur français est de dégager l’expérience mystique de ses
antécédents religieux et de rendre le phénomène de l’extase accessible à tous. La sortie de soi est rendue
possible par la communication, qui implique la rupture de son intégrité et de celle d’autrui. Bien que
provenant d’un horizon culturel différent, Hubert Aquin théorise également et met en scène dans et par le
récit une certaine forme d’« extrême du possible » qui s’avère très proche de « l’impossible » bataillien.
Cette thèse se propose de montrer en quoi les théories de « l’expérience intérieure » et de l’érotisme de
Bataille éclairent tant les essais que le Journal, les romans, récits et nouvelles d’Aquin, nous amenant par la
même occasion à définir les particularités de la voie mystique empruntée par l’auteur québécois, et aussi,
plus généralement et plus fondamentalement, de souligner deux façons différentes d’appréhender et de
vivre le refus de la transcendance : l’une, celle de Georges Bataille, qui consiste à embrasser à corps perdu
la perte de Dieu et de soi-même dans un formidable éclat de rire, et l’autre, celle d’Hubert Aquin, qui réside
dans le tiraillement incessant et douloureux entre ce qui éloigne du Christ et ce qui rapproche de Lui. Le
premier chapitre de la thèse est théorique ; il est consacré aux trois concepts qui régissent l’ensemble de
notre analyse : le mysticisme, le sacré et l’érotisme. La singularité de la nouvelle théologie mystique que
propose Georges Bataille dans ses textes théoriques par rapport à l’expérience mystique traditionnelle fait
ensuite l’objet du deuxième chapitre. Le troisième et dernier chapitre montre les points de convergence et
de divergence entre l’auteur français et l’auteur québécois et met en valeur la spécificité de l’expérience de
ce dernier. Comment Hubert Aquin conçoit-t-il et représente-t-il « l’extrême du possible » dans l’ensemble
de son oeuvre ? C’est à cette ultime question que nous tâchons de répondre.
91
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
IGNACE Genevieve
Directeur de Recherche : M. Didier ALEXANDRE
Thèse soutenue le : mardi 8 septembre 2015 Président du jury : M. Jacques DURRENMATT
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Bernard ALAZET (Université Paris 3)
M. Alain SCHAFFNER (Université Paris 3)
MME Marie-Helene BOBLET (Université Paris 4)
L’oeuvre de la destruction dans les romans de Marguerite Duras
Résumé : Le texte ne pouvant s’achever doit être détruit par le cinéma : tel est notamment l’un des grands
principes créateurs de l’oeuvre durassienne. Aussi, notre dessein est-il d’étudier l’oeuvre de la destruction
dans les romans de Marguerite Duras à travers un corpus choisi relativement à des critères explicités, allant
de 1943 à 1991 : Moderato Cantabile, Détruire, dit-elle, Le Square, Le Vice-consul… D’abord, nous
chercherons s’il existe une véritable entreprise de destruction dans la fiction en déterminant les
caractéristiques stylistiques du texte, les grands traits du personnage semblant condamné à la douleur ou au
désastre. Mais nous montrerons que la couleur du texte durassien n’est pas aussi sombre qu’elle paraît l’être :
le personnage – vu à travers un prisme kojévien et Kierkegaardien – se hissant jusqu’à une certaine
transcendance. Puis nous examinerons si l’écriture durassienne est métaphorique de la destruction car
accidentée, traversée par la trace pascalienne, très marquée par la répétition, révélant une large empreinte de
la perte et du doute. Cela nous interrogera quant à l’écrit durassien qui attenterait à toute littérarité. Enfin,
nous étudierons comment s’est opéré le passage du texte au cinéma, en quoi ce texte est métaphorique de la
technique cinématographique en général, du signifiant filmique durassien en particulier ; s’il est
représentatif du signifié cinématographique durassien et en quoi la fiction est allégorique de l’écriture selon
Marguerite Duras. Nous achèverons en questionnant la véritable nature de cette écriture : une simple
destruction ? Une oeuvre élevant au niveau de l’art un texte que son auteur a voulu « massacrer » ?
92
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
IMBERT Jeanne
Directeur de Recherche : M. Bertrand MARCHAL
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : M. Bertrand VIBERT (Université
Grenoble 3)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-Nicolas ILLOUZ (Université Paris 8)
Edouard Dujardin : Un cas exemplaire au sein du mouvement symboliste. Genres et formes (1885-
1893)
Résumé : Édouard Dujardin (1861-1949), fondateur de la Revue wagnérienne et de la Revue Indépendante
de littérature et d’art, n’a pas été seulement un théoricien du symbolisme, il en a été le praticien. Son oeuvre
littéraire entre 1885 et 1893 explore aussi bien le vers que la prose, en retrace les questionnements.
Résolument engagée dans l’avant-garde, elle ne s’attaque pas seulement à l’édifice du réalisme, elle remet
en cause le modèle de la mimèsis dans une recherche formelle intense. Ainsi l’oeuvre de Dujardin se faitelle,
de manière exemplaire, témoin de cette crise du vers que traversait l’univers des lettres. Genres,
formes et confrontation entre les arts délimitent ce parcours en trois parties, qui ne suit pas un plan linéaire
ou chronologique, mais un questionnement spécifique déterminé par chaque ouvrage. Pour cette raison,
nous avons commencé par son théâtre, qui soulevait la question de l’identité du personnage. Le prénom
Antonia nous a ainsi servi de fil conducteur pour aborder la relation vers et prose, telle qu’elle se manifeste
soit dans le poème en prose soit dans le vers libre. Dans une seconde partie, nous avons interrogé les
formes, la prose poétique de ses nouvelles et de son roman, qui répondent partiellement aux critères
définissant le poème en prose. Enfin, dans le cadre de la confrontation entre les arts, nous nous sommes
intéressés au phénomène textuel Les Lauriers sont coupés, considéré par la critique comme un procédé de «
monologue intérieur », puis au rapport entre poésie et musique par l’étude de l’ouvrage Litanies mélopées
pour chant et piano, qui met en vis-à-vis poème et musique.
93
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
JALABERT Romain
Directeur de Recherche : M. Andre GUYAUX
Thèse soutenue le : jeudi 3 septembre 2015 Président du jury : MME Perrine GALAND (école
pratique des hautes études)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-Nicolas ILLOUZ (Université Paris 8)
M. Bertrand MARCHAL (Université Paris 4)
M. Dirk SACRE (Katholieke Universiteit (K.U.) Leuven)
Les vers latins en France au XIXe siècle
Résumé : Les vers latins ne furent pas un pensum pour tous les collégiens du XIXe siècle. Ils eurent un rôle
récréatif dans l’enseignement des humanités, au sein duquel ils favorisaient l’étude des poètes de langue
française, parfois contemporains, par le biais de traductions. Ils furent une introduction aux belles-lettres
pour quelques-uns, dont Sainte-Beuve, Musset, Baudelaire, Bourget et Rimbaud. Des périodiques et des
recueils de poésie néo-latine, qui n’étaient pas tous scolaires, poursuivaient une tradition humaniste
privilégiant l’épigramme et les jeux versifiés. Ces publications reflétaient également l’évolution des formes
poétiques : essoufflement de l’épopée et de la fable, fortune de l’ode civique et des genres didactiques et
descriptifs, recherche d’une synthèse entre esthétique des belles-lettres et philosophie sensualiste, succès du
romantisme lamartinien. Dans cette tradition, le poème de Baudelaire « Franciscae meae laudes », dont la
fortune se confondit avec celle du latin décadent dans la littérature française, constituait un cas à part.
Durant la deuxième moitié du XIXe siècle, la période 1750-1830 fut considérée comme l’âge d’or des
humanités. Elle fut l’apogée de l’institution Sainte-Barbe et du concours général et correspondit à une
génération d’élèves et de professeurs arrivés aux responsabilités à la fin du XVIIIe siècle et revenus au
pouvoir après la Révolution. La poésie de cette période eut une inspiration commune, en latin ou en
français.
94
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
KIES Nicolas
Directeur de Recherche : M. Frank LESTRINGANT
Thèse soutenue le : samedi 26 septembre 2015 Président du jury : M. Jean-Claude ARNOULD
(Université de Rouen)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Neil KENNY (University of Oxford)
M. Bruno MENIEL (Université de Nantes)
MME Anne-Pascale POUEY-MOUNOU (Université Lille
III)
MME Marie-Claire THOMINE (Université Paris 4)
Rencontrer en devisant : la conversation facétieuse dans les recueils bigarrés des années 1580 (Du
Fail, Cholières, Bouchet)
Résumé : Autour de l’année 1585 paraissent en France des recueils dialogués cultivant l’hybridité formelle
et le mélange des tons : les Contes et discours d’Eutrapel de Noël du Fail, les Matinées et les Apresdisnées
de Cholières ainsi que les Serées du libraire-imprimeur poitevin Guillaume Bouchet. Exploitant une des
potentialités du Décaméron de Boccace, ils mettent l’accent sur la pratique des « devis », c’est-à-dire sur les
conversations nouées par des compagnies conteuses. Ces « contes et discours bigarrez » font alterner les
bribes de nouvelles, les anecdotes plaisantes et les railleries avec les matières les plus graves, fiches
historiques, apophtegmes édifiants et développements juridiques. En un curieux mélange, l’art de «
rencontrer » (de dire des bons mots) s’y mêle à l’érudition la plus ostentatoire. Au carrefour de l’histoire
des formes littéraires et de la sociabilité, les notions de « facétie » et de « devis » permettent d’interroger la
singularité de ces textes, en termes à la fois poétiques et sociaux. Le genre de la facétie humaniste y est de
mieux en mieux assimilé, tandis que le dialogue philosophique cède la place à de souples conversations, qui
redéfinissent les rapports des plaisanteries aux savoirs. En décrivant les réactions des interlocuteurs, ces
textes mènent aussi une réflexion sur la sociabilité et les normes de la civilité. Alors que le royaume est en
proie aux guerres civiles, ces conversations facétieuses esquissent des modèles de coexistence originaux,
valorisant la liberté de parole, les conflits ludiques et les ententes paradoxales. À la veille du Grand siècle
se décide un tournant important de l’histoire de la conversation, entre urbanité et rusticité, politesse et
gauloiserie.
95
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
KLUGKIST Marc
Directeur de Recherche : M. Andre GUYAUX
Thèse soutenue le : samedi 29 novembre 2014 Président du jury : M. Per BUVIK (Universitetet i Bergen)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Chrisrtian BERG (Universiteit Antwerpen)
M. Pierre JOURDE (Université Grenoble 3)
Le naturalisme spiritualiste de Joris-Karl Huysmans
Résumé : Cette thèse développe une approche philosophique de l’oeuvre de Joris-Karl Huysmans, axée sur
le concept de « naturalisme spiritualiste ». Cette approche distingue la réalité, donnée essentielle de
l’esthétique naturaliste, d’un réel qui serait marqué par une intensité régénératrice. L’analyse des idées et
des figures philosophiques superpose trois parcours labyrinthiques : classique, maniériste et rhizomique.
L’impossibilité d’atteindre une synthèse dialectique entre la réalité concrète et un réel mythique conduit
Huysmans à un pessimisme où persiste l’influence de Schopenhauer. Par une appropriation singulière de la
création artistique, du rêve et du mysticisme, il étend le territoire expérimental du naturalisme. La dérive, le
corps et le lieu deviennent les enjeux problématiques qui balisent sa méthode d’investigation et sa quête
existentielle. La confrontation avec l’oeuvre de Grünewald est fondamentale pour comprendre les paradoxes
féconds autant que les apories de la pensée de Huysmans. Le désir de rédemption s’avère illusoire, mais cet
échec ouvre le champ d’une inventivité foisonnante, dans l’affirmation tragique de l’être morcelé, entre le
sentiment de déréliction et l’intuition du sublime.
96
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
KOKKOMELIS Nicolaos
Directeur de Recherche : M. Gerard
FERREYROLLES
Thèse soutenue le : samedi 31 janvier 2015 Président du jury : MME Claudine POULOUIN
(Université de Caen)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jacques DOMENECH (Université de Nice)
MME Béatrice GUION (Université de Strasbourg)
M. Nikos KARAPIDAKIS (UNIVERSITE IONIENNE)
Narrations héroïques des vies de Grands : des inventions romanesques du XVIIe siècle aux récits
factuels du XVIIIe (1630-1760)
Résumé : Le présent travail explore un ensemble de textes peu étudié. L’hétérogénéité générique et
chronologique de cet ensemble étant évidente, l’objectif visé est d’aller au-delà des différences formelles et
de se concentrer sur les interférences entre les deux grands genres narratifs du XVIIe et du XVIIIe siècle :
le roman, premièrement, et l’histoire, en tant qu’élément constitutif de la codification du sous-genre des
Vies, secondement. À ce titre, les outils analytiques de la théorie de l’écriture romanesque et de
l’historiographie y sont mobilisés simultanément et, parfois même, se recouvrent. Ainsi, au lieu de
privilégier une étude thématique, philologique ou historico-biographique, l’analyse menée consiste en une
étude parallèle des deux genres narratifs, des principes de leur composition et de leur rapport avec la
tradition écrite antique. Car il n’y a pas de doute que ce qui est homogène dans les textes tient
essentiellement à leur ascendance gréco-romaine, voire à leur attachement à une vision du monde «
traditionnelle » et « héroïque » – d’où, finalement, leur qualification en tant que « narrations héroïques ».
Autosuffisants au niveau sémantique et symbolique, les protagonistes des textes étudiés obéissent à une
vision du monde selon l’idée, accueillante à leur héroïsme ontologique. C’est la raison pourquoi, même si
les Philippe, Épaminondas et Scipion mis en récit ne se fixent pas les mêmes objectifs, ils remplissent la
même fonction.
97
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
LABBÉ Mathilde
Directeur de Recherche : M. Andre GUYAUX
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : M. Henri SCEPI (Université Paris 3)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Edward KAPLAN (Brandeis University)
M. Luca PIETROMARCHI (Università degli Studi Roma
Tre)
Héritages baudelariens (1931-2013)
Résumé : Bien que le scandale qui a accompagné la publication des Fleurs du mal ne soit plus un obstacle à
leur diffusion, il continue à jouer un rôle dans la lecture de l’oeuvre de Baudelaire : le XXe siècle a fait du
poète l’archétype de l’artiste censuré. En analysant la réévaluation de l’oeuvre de Baudelaire et la manière
dont certaines Fleurs du mal ont été mises à distance, notre étude vise à faire l’histoire de la fortune du
poète après le processus d’institutionnalisation qui a fait de lui un classique à la fin des années 1920. Nous
nous intéressons au rituel de la commémoration littéraire à travers l’analyse d’un corpus d’articles et
d’ouvrages publiés lors de trois anniversaires : le centenaire du procès des Fleurs du mal, celui de la mort
de Baudelaire et le cent-cinquantenaire du même procès. Nous envisageons également la fortune littéraire
de Baudelaire en France à partir de 1930, date à laquelle son oeuvre est considérée comme l’origine de la
poésie moderne. Une analyse critique de la notion d’influence permet de réévaluer le statut du poète, à la
fois modèle et antimodèle pour Pierre Jean Jouve, Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, Michel Deguy, André
Frénaud ou André du Bouchet, et de montrer que son apparent oubli, entre le centenaire de 1967 et les
années 1990, est suivi d’un retour au lyrisme de La Cloche fêlée. Nous voulons enfin montrer que la
patrimonialisation de l’oeuvre de Baudelaire n’a pas été suivie d’une complète intégration à la culture
nationale : la « survie culturelle » de Baudelaire à travers les adaptations de son oeuvre, ses biographies ou
ses portraits ne s’inscrit pas dans un processus de panthéonisation mais dans un culte multiforme de
l’écrivain, résultat de l’institutionnalisation du scandale.
98
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
MIYAWAKI Eri
Directeur de Recherche : M. Denis GUENOUN
Thèse soutenue le : mardi 23 juin 2015 Président du jury : M. Gérard DESSONS (Université Paris
8)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Mary BRYDEN (University of Reading)
M. Dominique RABATÉ (Université Paris 7)
Figures et fonctions « du » spectateur dans l’oeuvre de Samuel Beckett
Résumé : L’oeuvre de Samuel Beckett (1906-1989) est traversée de diverses figures du spectateur. Le terme
de spectateur désigne le regardeur et le témoin oculaire d’un événement, et s’emploie souvent depuis
l’Antiquité, avec une connotation négative soulignant la passivité. Penser « le » spectateur ne vise pas
directement les spectateurs effectifs : c’est une manière de reconsidérer cette entité perceptive au niveau de
l’idée. « Le » spectateur interroge sur la corrélation entre la position passive et la perceptivité. L’étude ici
présentée, au travers de ce spectateur idéal, cherche à mettre au jour la manière dont il soutient, par sa force
négative et perceptive, la créativité de Beckett. Il est indéniable que la philosophie rationaliste du XVIIe
siècle, notamment celle d’Arnold Geulincx (1624-1669) influe sur la genèse des figures du spectateur
beckettiennes. Elles apparaissent d’abord dans le roman, évoluent ensuite dans le théâtre et l’art
audiovisuel, et finissent par engendrer les proses poétiques ultérieures pleines d’imagination perceptive.
Tout en déjouant adroitement l’intention du philosophe, Beckett reconstitue l’ordre de l’univers fictif selon
l’irrationnel, et ce geste donne naissance à une nouvelle forme d’écriture qui se libère des présupposés
philosophiques et des conventions littéraires. Chez Beckett, la passivité n’est pas le contraire de l’activité
ou la négation de l’acte, mais elle est la capacité à sentir et à percevoir les choses, de façon tout à fait
originale et productive. Par leur passivité même, les figures du spectateur beckettiennes agissent sur le
contenu, voire la forme même de l’oeuvre.
99
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
NEGISHI Tetsuro
Directeur de Recherche : MME Dominique
MILLET-GÉRARD
Thèse soutenue le : samedi 10 janvier 2015 Président du jury : MME Catherine MAYAUX (Université
de Cergy-Pontoise)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Yvan DANIEL (Université de la Rochelle)
M. Hisashi MIZUNO (Kansai University)
Paul Claudel au Japon : rencontre diplomatique et poetique
Résumé : Notre thèse se consacre au double aspect de Paul Claudel, grand poète français et aussi diplomate
compétent, en nous limitant à l’examen de ses activités de 1921 à 1927 au Japon. Une partie importante de
la recherche est consacrée à l’analyse de ses réalisations diplomatiques. Nous les envisageons dans les
domaines économique, politique et culturel, en nous référant aux instructions officielles qui permettent de
saisir ses missions. Nous insistons sur ses entreprises, le voyage du Gouverneur Général de l’Indochine,
ainsi que la fondation des établissements français au Japon, auxquels il a consacré beaucoup d’efforts.
Notre recherche visera ainsi à en rendre compte et à en dégager les caractéristiques qui témoignent autant
de sa fidélité au Quai d’Orsay qu’à l’engagement de sa pensée politique dans le nouveau régime
international. L’autre partie est consacrée à sa rencontre avec le Japon. Nous abordons ce sujet en trois
étapes : une analyse des textes sur le séisme de 1923 qui introduit à la comparaison des textes littéraires
avec ses écrits diplomatiques, ainsi qu’à son approche de la littérature japonaise, qui donnera lieu à des
tentatives originales. Puis une analyse de l’écriture de ses innovations littéraires en rapport avec ses thèmes
personnels. Et enfin une analyse de la forme des livres publiés au Japon, à propos de laquelle il développe
une réflexion sur l’importance du support matériel du poème: un livre ou un papier faisant appel à un
caractère chinois, une peinture ou une calligraphie. En bref, nous tentons de dégager ce chemin de la
création claudélienne qui suit sa double vision diplomatique et poétique qu’enveloppe son intuition
majeure, celle de la co-naissance.
100
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
NISHIDA Shikiko
Directeur de Recherche : M. Georges FORESTIER
Thèse soutenue le : jeudi 29 janvier 2015 Président du jury : M. Claude BOURQUI (Université de
Fribourg)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. André BLANC (Université Paris 10)
MME Benedicte LOUVAT-MOLOZAY (Université
Montpellier 3)
MME Florence NAUGRETTE (Université Paris 4)
Les comédiens-poètes en France au XVIIe siècle
Résumé : Nous comptons au total vingt-deux « comédiens-poètes », dont deux sont des femmes, entre le
dernier tiers du XVIe siècle jusqu’à la fondation de la Comédie-Française en 1680, soit une période de cent
ans environ. Afin de comprendre la naissance puis la montée en puissance de cette pratique d’écriture
propre aux comédiens, nous commençons à étudier les conditions de création des pièces de Châteauvieux et
Hardy au début du siècle. Dans la première partie, nous étudions l’apparition de cette pratique chez les
comédiens parisiens dans les années 1640 à travers Desfontaines et Montfleury. Dans la deuxième partie,
nous mettons en lumière l’importance du rôle des commandes et des institutions lors de l’émergence des
comédiens-poètes itinérants dans les années 1650 et 1662, à travers des recherches archiviques qui nous
révèlent les rapports entre Des Carreaux, Dorimond et Rochefort, comédiens-poètes contemporains de
Molière, et les commanditaires de fêtes en province. Dans la troisième partie, toujours selon la même
méthode, nous suivons principalement l’activité de Dorimond, Rosidor et Rochefort, dans les années 1660.
Nous examinons la concurrence qui se joue entre eux à La Haye et à Bruxelles concernant la création de
leurs propres pièces et la reprise de pièces d’auteurs, en particulier celles à machines. Dans l’épilogue, nous
mettons en lumière la singularité des habitudes de composition chez les comédiens-poètes, qui sont tout à
fait différentes de celle des auteurs, à travers l’analyse des ouvrages de Villiers, Madeleine Béjart, La
Thorillière, tous comédiens-poètes occasionnels, et nous perçons à jour le secret de la rapidité de
composition des comédiens-poètes en général.
101
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
NOWAK Fabrice
Directeur de Recherche : M. Denis GUENOUN
Thèse soutenue le : samedi 17 janvier 2015 Président du jury : M. Jean-Pierre MARTIN (Université
Lyon 2)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Abdelnak BEL LAKHDAR (Université Mohammed V
de Rabat)
M. Yves CITTON (Université Grenoble 3)
Savoir par coeur. Enjeux de la mémorisation des textes pour les études littéraires
Résumé : Quel intérêt les études littéraires auraient-elles à remettre au goût du jour l’apprentissage par
coeur de textes littéraires ? Le par coeur semble aujourd’hui une pratique pédagogique de nostalgiques et de
réactionnaires. On lui reproche de faire moins bien et moins rapidement ce que la technologie fait sans
effort. On l’accuse aussi de ne pas favoriser l’intelligence : elle est un travail mécanique de perroquet dans
lequel la compréhension et l’esprit critique interviendraient peu. Ces critiques, qui peuvent paraître de bon
sens, sont en fait selon nous le produit de trois logiques ou pensées qui dominent la pensée occidentale : la
pensée matérialiste, la logique marchande et la logique de domination du masculin sur le féminin. Elles
imprègnent tellement nos croyances et nos cadres cognitifs qu’on a du mal à penser en dehors d’elles. Nous
confrontons dans cette thèse ces trois logiques à la question du par coeur : en interrogeant leurs présupposés
et en mettant au jour certaines de leurs failles, on s’aperçoit alors que le par coeur, en fonction de la
manière dont on le pratique, peut revivifier les études littéraires.
102
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
OLLION Martine
Directeur de Recherche : M. Bertrand MARCHAL
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : MME Mireille DOTTIN-ORSINI
(Université Toulouse 2)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Pascal AQUIEN (Université Paris 4)
M. Guy DUCREY (Université Strasbourg 2)
Face à la critique : Salomé, Oscar Wilde, Lugné-Poe et Richard Strauss. Paris, 1891-1910
Résumé : Au début des années 1890, Oscar Wilde choisit Paris comme terre d’élection et entreprend de s’y
faire un nom. Bientôt connu comme l’auteur du Portrait de Dorian Gray et de Salomé, pièce d’inspiration
symboliste écrite en français, la presse le chronique abondamment. En 1896, Aurélien-Marie Lugné-Poe,
porte Salomé à la scène et lui offre les conditions d’une nouvelle réception parisienne. En 1902, Richard
Strauss voit la pièce représentée à Berlin et s’en empare pour en faire le livret allemand d’un opéra auquel il
donne, en parallèle, une version française. Dans un contexte socio-Culturel en mutation et dans un climat
politique tendu entre la France et l’Allemagne, Salomé de Strauss arrive à Paris en 1907, accompagnée
d’une réception critique exceptionnelle qui ne faiblira pas jusqu’à son entrée au Répertoire de l’Opéra en
1910.Salomé, d’Oscar Wilde à Richard Strauss, se trouve ainsi adoptée à plusieurs reprises par Paris,
littéralement portée par les réceptions qu’elle y a reçues, jusqu’à devenir, en ses premières années, malgré
des caractéristiques nationales étrangères plurielles et marquées, une oeuvre où résonne un fort accent
français. Elle peut être appréhendée comme une illustration des discours journalistiques et revuistes
parisiens de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, dans une perspective verticale – sur une
période d’une vingtaine d’années – et horizontale, à travers trois éclairages critiques. Telle que les écrits la
montrent ou la façonnent en ses différents avatars, elle est peut-Être aussi une tentative réussie d’art total,
héritière superlative du mythe de Salomé revisité en une oeuvre-Tiroir, littéraire, dramatique, musicale.
103
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Cotutelle – Littérature et civilisation françaises
PETROVA Anastassia
Directeur de Recherche : M. Pierre GLAUDES
Thèse soutenue le : mercredi 29 avril 2015 Président du jury : MME Marie-Catherine HUETBRICHARD
(Université Toulouse 2)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Saint-Petersburg state
university
Membres du jury :
MME Valentina CHEPIGA (Institut national des langues et
civilisations orientales)
M. Serge FOKINE (Saint-Petersburg state university)
M. Mikhail MARUSENKO (Saint-Petersburg state
university)
L’attribution du « Roman de Violette »
Résumé : L’attribution d’un style à un auteur peut constituer un enjeu problématique. Certains « cas »
surprennent, tel le cas du Roman de Violette. Au-delà de l’enjeu socio-littéraire, un enjeu stylistique
s’impose. Trois voies de la recherches ’ouvrent : celle de l’analyse de l’écriture selon chacun des « auteurs
supposés », celle de l’analyse biographique et historique; celle de la composition et configuration
linguistique du matériau verbal constituant le « style » où l’analyse quantitative apporte sa contribution. À
partir du corpus étudié (Le Roman de Violette, Une Aventure d’amour d’Alexandre Dumas et Les Cousines
de la colonelle de la Marquise de Mannoury d’Ectot) la question a été posée de l’attribution de l’oeuvre
publiée sous les noms d’Alexandre Dumas-père et de l Marquise de Mannoury d’Ectot. Pour atteindre cet
objectif, il a été nécessaire d’appliquer plusieurs méthodes de type philologique :enquête biographique et
contextuelle, analyse des biographies et des correspondances, analyse linguistique et stylistique couplée à
des méthodes d’analyses quantitatives. Pour l’attribution des oeuvres, la thèse croise diverses approches
statistiques. Celle liée à la « théorie de reconnaissance des formes » élaborée au laboratoire d’Études
linguistiques appliquées de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg – expérimentée pour la première fois
sur la langue française – est apparue décisive quant aux résultats obtenus. Elle permet de conclure, à partir
de l’analyse systématique d’éléments syntaxiques, que Le Roman de Violette appartient a Mannoury
d’Ectot. Or, les résultats de l’analyse littéraire et biographique laissent à supposer que l’idéу du texte est à
Dumas.
104
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Cotutelle – Littérature et civilisation françaises
PULLIAT Daphne
Directeur de Recherche : M. Jean-Francois
LOUETTE
Thèse soutenue le : vendredi 19 décembre 2014 Président du jury : M. Bernard VOUILLOUX (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Tel Aviv University Membres du jury :
MME Ruth AMOSSY (Tel Aviv University)
M. Claude COSTE (Université Grenoble 3)
MME Nathalie PIEGAY-GROS (Université Paris 7)
Les écrits sur l’art de Pascal Quignard
Résumé : Ce travail de recherche pluridisciplinaire apporte un éclairage nouveau sur l’oeuvre de Pascal
Quignard, renouvelle les problématiques du genre de l’écrit sur l’art et étaye certaines hypothèses de
l’analyse du discours. La première partie reprend les notions déjà identifiées par la critique quignardienne
que sont l’assertion, la latinisation et le sordide, en propose une nouvelle analyse et, à l’aide d’exemples, y
ajoute des éléments complémentaires tels les mots-mana, la logique poétique et le pouvoir des images. La
deuxième partie articule ces éléments intratextuels à ceux extratextuels que sont l’ethos et la posture de
l’auteur ainsi que l’image du lecteur, associant sociologie de la littérature et analyse du discours pour
décrire la stratégie argumentative quignardienne. Le dispositif ainsi décrit et qualifié d’écriture inquiétante
est ensuite analysé dans la troisième partie à la lumière de l’histoire et de la philosophie de l’art, révélant les
liens entre l’image et la pensée quignardienne.
105
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
RITZ Olivier
Directeur de Recherche : M. Michel DELON
Thèse soutenue le : samedi 15 novembre 2014 Président du jury : M. Jean-Marie ROULIN (Université de
Saint-Etienne)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Giovanna ANGELI (Universita degli Studi di
Firenze)
M. Paul GEYER (Universität Bonn)
MME Florence LOTTERIE (Université Paris 7)
M. Pierre SERNA (Université Paris 1)
Les métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution de 1789 à 1815
Résumé : En étudiant les textes du débat sur la Révolution française qui ont été publiés entre 1789 et 1815,
cette thèse montre comment les métaphores naturelles ont servi à configurer des relations nouvelles entre la
politique, la science et la littérature. La première partie étudie les métaphores naturelles en tant
qu’instruments du débat sur la Révolution, envisageant successivement quatre fonctions rhétoriques : non
seulement émouvoir et argumenter, mais aussi faire connaître et faire agir. La seconde partie étudie les
relations entre les sciences de la nature et la politique. Elle porte sur les tentatives d’établir une véritable
science politique à partir du modèle des sciences naturelles, sur les liens entre Révolution française et
révolution scientifique ainsi que sur les stratégies discursives de promotion de la figure du savant. La
troisième partie traite du débat sur la littérature qui se développe au coeur du débat sur la Révolution. Si les
métaphores naturelles y sont remarquables pour leur force rhétorique et parce qu’elles mettent la littérature
en tension avec la science et la politique, elles sont aussi des marqueurs littéraires : à travers elles, les
écrivains légitiment leur oeuvre, définissent leur rôle et s’inscrivent dans des traditions poétiques. Deux
chapitres étudient spécifiquement les premières histoires de la Révolution. L’invention de la littérature
comme usage fondamentalement esthétique du langage écrit est le résultat paradoxal de cette période où les
liens entre la littérature, la politique et les sciences ont été particulièrement riches.
106
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
ROUX Gaultier
Directeur de Recherche : MME Sophie BASCH
Thèse soutenue le : mardi 16 juin 2015 Président du jury : M. Yvan DANIEL (Université de la
Rochelle)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Guy DUCREY (Université Strasbourg 2)
M. Jacques DUPONT (Université de Versailles)
MME Suzanne LAFONT (Université Montpellier 3)
Pierre Loti, le Temps à l’oeuvre
Résumé : Pierre Loti est encore considéré par bien des lecteurs comme désuet, voire complètement démodé.
Or le démodé est en réalité une caractéristique essentielle de l’homme et de son style. Cette étude démontre
que le temps est une clef de lecture fondamentale pour aborder l’oeuvre de Loti et comprendre une
esthétique qui trahit sa relation au monde, plus temporelle que géographique. Loti n’est rien moins
qu’obsédé par le temps, par un temps qui engendre inexorablement la perte – une perte tout à fait
ambivalente puisqu’elle est positive dans sa négativité, désirée comme redoutée. Le passé est rassurant
parce qu’intangible. Cette recherche explore l’enfance de Loti comme souvenir rétrospectif, construction
littéraire et création d’un mythe personnel. L’enfance est le paradis perdu que Loti regrettera toujours avec
une profonde mélancolie, tandis que ses voyages ultérieurs formeront une recherche d’Éden, mais d’un
Éden qui apparaît toujours déjà en ruine. L’essai propose aussi une analyse de l’élaboration d’une identité
hétéronymique : c’est par les pouvoirs de la littérature, du transvestissement, du divertissement nocturne et
des scénographies du moi que Julien Viaud devient Pierre Loti. Ce nouveau soi, concourant et non
concurrent de l’autre, doit être vu comme une construction comblant les pertes de sa propre vie. De manière
similaire, la mort de son frère aîné détermine sa recherche d’une mâle altérité, tant fictive que réelle, tout
comme elle innerve son oeuvre de nouvelles disparitions qui rejouent l’originelle. L’étude analyse
également la mise en scène de l’échec dans différents romans de l’auteur, la mort des héros amenant à une
démonstration de la fascination de Loti pour la mort. Enfin, l’oeuvre de Loti est passée au crible de la
mélancolie de son regard, de la nostalgie de son écriture et de la fadeur de son style, dans le but de révéler
l’ampleur de sa prédilection pour le passé, toujours préféré au présent ou à l’avenir. Et cela parce que le
passé, même chimérique, est le seul refuge contre la vanité de l’existence.
107
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Cotutelle – Littérature et civilisation françaises
SIBOURG Eleonore Frederique
Directeur de Recherche : M. Andre GUYAUX
Thèse soutenue le : mercredi 1 juillet 2015 Président du jury : M. Ben HUTCHINSON (University of
Kent)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : University of Kent Membres du jury :
M. Per BUVIK (Universitetet i Bergen)
M. Larry DUFFY (University of Kent)
M. Pierre GLAUDES (Université Paris 4)
MME Juliet SIMPSON (Coventry University)
Science et surnaturel dans le cycle de Durtal de Huysmans
Résumé : Cette étude examine les interactions de la science et du surnaturel dans le cycle de Durtal, de
Huysmans. Le protagoniste, parti du naturalisme, se convertit au catholicisme. Cette étrange conversion
reflète les renversements à l’oeuvre dans la société contemporaine. À la fin du XIXe siècle, la science,
figurant le salut et l’espoir de l’humanité, s’est substituée à la religion. Le cycle de Durtal expose les
désordres générés par cette inversion. Il s’agit alors de déconstruire les savoirs et les croyances en vigueur
afin de forger un ordre qui correspondra enfin au protagoniste : telle est la matrice de ces romans. La
pathologie devient l’interface privilégiée de ces interactions, dont les déclinaisons constituent l’objet de nos
trois parties. Dégénérescence sociale, création d’imaginaires médicaux portés par la contamination, le texte
travaille les frontières entre science et religion, proposant ainsi une nouvelle cosmogonie érigée autour du
concept de substitution mystique, propre à la religion catholique. Nous analysons ensuite les principes à
l’origine des conflits évoqués: les conversions de l’âme et du corps amènent à fonder à nouveau les
relations entre le matériel et le spirituel, le visible et l’invisible. L’écriture apparaît ainsi comme le produit
d’une quête alchimique, où les contraires peuvent enfin être réunis. Nous traitons enfin du devenir du
roman, déformé par tant d’influences contraires. Le caractère pharmaceutique de l’écriture (Jacques
Derrida) met fin à cette crise, et redonne à l’auteur son autorité, faisant du roman de Durtal une oeuvre
naturaliste et mystique.
108
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Doctorat (DNR) – Littérature et civilisation françaises
THOMAS Celine
Directeur de Recherche : MME Beida CHIKHI
Thèse soutenue le : jeudi 27 novembre 2014 Président du jury : M. Philippe HAMON (Université Paris
3)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Margaret MAJUMDAR (University of Portsmouth)
M. Alexis TADIE (Université Paris 4)
L’humour anamorphique sous le signe d’Hermès. Kateb Yacine, Antonine Maillet, Salman Rushdie,
Patrick Chamoiseau
Résumé : Une lecture comparative de la « Poudre d’intelligence » de Kateb Yacine, de Pélagie-la-Charrette
d’Antonine Maillet, de Midnight’s Children de Salman Rushdie et de Texaco de Patrick Chamoiseau,
révèle le rôle fondamental des contingences qui produisent l’humour à travers un contexte déclencheur
commun. En tant que processus, l’humour voile et dévoile, tout comme le procédé optique de
l’anamorphose. Or un même bouleversement épistémologique affecte l’humour et l’anamorphose, chacun
partageant le même principe de recréation des formes du monde distendu ; un observateur ou un lecteur est
alors indispensable à leur réalisation. Ces deux phénomènes convergent ainsi vers un humour
anamorphique rendu sensible par les oeuvres du corpus. Rêve poétique et lucidité politique, l’humour
marque une quête de communion porteuse de toutes les espérances. Son pouvoir évocateur émerveille et
invite à entrer en contact avec la totalité du monde. La phénoménologie de l’humour anamorphique est son
apparition/disparition. Nous nous intéressons à son déploiement en suivant le mode de lecture du processus
anamorphique. Suivre des yeux l’humour anamorphique revient à s’attacher à l’expression d’un
bouleversement dans la vision du monde et dans le rapport aux signes. C’est en ce sens que l’humour se
placerait sous le signe d’Hermès, originellement évoqué par des petits tas de pierres déposés au seuil des
maisons et des temples. Symbole de seuil, de transition, de circulation, de mouvement, Hermès transparaît
en agitateur de l’humour anamorphique qui est la marque d’un passage, d’un changement de direction, d’un
croisement des sens.
109
_ _ _ _
ECOLE DOCTORA LE I V
CIVILI SATIONS, CULTURES ET
LITTÉRATURES
COMMERCE INTERNATIONAL ET EUROPE
ETUDES PORTUGAISES, BRESILIENNES ET DE L’AFRIQUE
ÉTUDES ROMANES ESPAGNOLES
ÉTUDES ROMANES ITALIENNES
ÉTUDES SLAVES
ÉTUDES ANGLOPHONES
ÉTUDES GERMANIQUES
ETUDES ARABES
110
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4086 Histoire et dynamique des espaces anglophones: du réel au virtuel
Doctorat (DNR) – Commerce International et Europe
BENABDILLAH MONBORREN
Linda
Directeur de Recherche : MME Liliane GALLETBLANCHARD
Thèse soutenue le : lundi 4 mai 2015 Président du jury : MME Nathalie GONTARD (Université
Montpellier 2)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Emmanuelle LE NAGARD-ASSAYAG (ESSEC)
MME Claudia SENIK-LEYGONIE (Université Paris 4)
Etude de l’évolution du  »smart packaging » alimentaire et analyse des marchés des pays industrialisés:
actualités et tendances
Résumé : D’un simple outil de protection des aliments et de transport des objets, l’emballage est devenu une
science qui évolue sans répit. Depuis peu, l’emballage franchit une nouvelle étape, d’un outil de vente, il
devient un acteur qui prolonge la durée de conservation des aliments et les préserve, ainsi qu’un langage
censé parler au producteur, au distributeur et même au consommateur. En contradiction avec la plupart des
législations qui définissaient l’emballage comme inerte, les nouveaux emballages sont des éléments actifs
ou intelligents. Cependant, ce qu’en Europe et aux Etats-Unis on considère être de nouvelles technologies
d’emballage, existe au Japon depuis plusieurs décennies déjà. Tout l’enjeu est donc de comprendre
pourquoi et comment, sur un marché mondialisé où la course vers l’innovation et les nouvelles technologies
est permanente, le Smart Packaging arrive en Europe avec quarante ans de retard. Cette étude a pour
objectif de donner un aperçu sur les technologies, les applications existantes et les enjeux du Smart
Packaging, ainsi que sur les perspectives des innovations. Il est par ailleurs essentiel d’analyser la pérennité
et la viabilité des nouvelles technologies de l’emballage dans le secteur agroalimentaire des pays
industrialisés, en apportant un éclairage sur l’actualité du marché ainsi que sur sa dynamique et sur les
tendances majeures de son évolution à court et à long termes. Le projet a de même pour but de développer
les stratégies de marketing, d’export et de gestion des risques à appliquer à un marché international, et de
définir les cadres réglementaires des principaux pays industrialisés et les risques pour l’environnement et le
consommateur.
111
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4086 Histoire et dynamique des espaces anglophones: du réel au virtuel
Doctorat (DNR) – Commerce International et Europe
CAZABAT Christelle
Directeur de Recherche : MME Liliane GALLETBLANCHARD
Thèse soutenue le : mardi 27 janvier 2015 Président du jury : M. Paul TCHAWA (Université de
Yaoundé)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Moïse TSAYEM DEMAZE (Université du Mans)
Le rôle des organisations de la société civile camerounaises dans la réalisation des Objectifs du
Millénaire pour le Développement
Résumé : Cette thèse de doctorat effectuée à l’Université Paris-Sorbonne est le résultat de quatre années de
recherches sur le rôle des Organisations de la Société Civile (OSC) camerounaises dans la réalisation des
Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Fondée sur une expérience participative de 18 mois
dans le milieu du développement au Cameroun, sur plusieurs dizaines d’entretiens avec des OSC
camerounaises, des ONG internationales et les principaux partenaires techniques et financiers du Cameroun
ainsi que sur l’analyse statistique de plus de 300 OSC camerounaises travaillant dans le domaine des OMD,
cette thèse cherche à mesurer l’impact des OSC sur les indicateurs de développement et à déterminer les
facteurs susceptibles d’optimiser cet impact. Alors que l’initiative des OMD, lancée par les Nations Unies
en 2000, arrive à son terme en 2015, le bilan tiré par les différents acteurs du développement appelle à une
participation accrue des OSC dans les pays bénéficiaires de l’aide internationale. Ce travail confirme
l’intérêt que peuvent avoir les acteurs institutionnels du développement à collaborer avec la société civile
pour améliorer les conditions de vie des populations et l’efficience des ressources allouées au
développement.
112
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 2561 Centre de recherches interdisciplinaires sur les mondes ibériques et contemporains
Doctorat (DNR) – Etudes portugaises, brésiliennes et de l’Afrique
NEVES DIAS DUARTE SANTOS
Goncalo Jorge
Directeur de Recherche : MME Maria-Graciette
BESSE
Thèse soutenue le : lundi 1 décembre 2014 Président du jury : MME Maria Helena ARAUJO
CARREIRA (Université Paris 8)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Carlos MENDES DE SOUSA (Universidade do Minho)
MME Maria Joao REYNAUD (Universidade do Porto)
Une poétique de la déflation chez Fernando Assis Pacheco et Ad¡lia Lopes
Résumé : Les oeuvres poétiques de Fernando Assis Pacheco (Coimbra, 1937 – Lisbonne, 1995) et d’Adília
Lopes (Lisbonne, 1960) présentent des éléments communs: un sabotage du langage poétique traditionnel,
une dépréciation du sujet poétique, une représentation du monde apparemment triviale. Notre proposition
est que ces trois grandes caractéristiques sont liées entre elles, de par leurs modes de concrétisation et les
intentions qui les sous-tendent. On y retrouve en effet un même projet de « dégonflement » – d’un langage
poétique grandiloquent et ampoulé, d’un sujet lyrique prétentieux et qui se prend trop au sérieux, d’une
conception du monde excessivement épurée ou tendant vers le transcendantal. Néanmoins, cette opération
ne s’assimile pas à une action proprement déconstructiviste, car elle vise à transmettre à ces entités un «
souffle » susceptible de leur conférer une force animique et une capacité d’intervention. C’est sur la base de
ce double mouvement que nous proposons le terme de « poétique de la déflation », en choisissant une
notion qui recouvre à la fois ces deux acceptions (respectivement, dans les domaines économique et
géomorphologique). L’adoption du prisme de la déflation nous permettra d’examiner le modèle sous-jacent
des oeuvres de Fernando Assis Pacheco et d’Adília Lopes. Pour le faire, notre travail se décompose en trois
parties : nous étudions successivement la façon dont ces auteurs s’engagent dans une procédure de déflation
du langage poétique qu’ils utilisent (concrètement, en nous penchant sur ses formes narratives) ; du sujet
lyrique qu’ils figurent (par l’analyse d’une fluidification dans la figuration de ce sujet) ; et de la conception
du monde que dénote leur poésie (en nous intéressant à la dimension éthique qui y est implicite).
113
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 2561 Centre de recherches interdisciplinaires sur les mondes ibériques et contemporains
Doctorat (DNR) – Etudes romanes (Espagnol)
AUDUBERT Louise
Directeur de Recherche : MME Annie MOLINIE
Thèse soutenue le : samedi 4 octobre 2014 Président du jury : MME Maria-Araceli GUILLAUMEALONSO
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Marie-Bernadette DUFOURCET (Université
Bordeaux 3)
MME Michèle ESCAMILLA (Université Paris 10)
Musique et musiciens à la cour de Charles Quint. Etudes socio-culturelle
Résumé : L’analyse approfondie des vastes archives de la cour de Charles Quint (1500-1556) permet de
retracer les activités musicales financées par ce prince de la Renaissance, à la fois Bourguignon par son
père et Espagnol par sa mère, au cours d’un règne troublé et violent qui vit basculer l’héritage des ducs de
Bourgogne dans l’orbite impériale des Habsbourg sur le trône d’Espagne. La première partie de cette étude
détaille le contexte historique et musical du règne carolingien, ainsi que l’héritage culturel et institutionnel
des règnes précédents, et tente de définir le goût musical de l’Empereur. Forte de ces éclaircissements, la
seconde partie précise la vie musicale à la cour de Charles Quint, tant dans les activités palatines, que dans
les manifestations des rites de la royauté et des rencontres politiques. Enfin, une histoire du fonctionnement
institutionnel de cette vie musicale propose d’entrevoir les relations que les illustres chantres et
compositeurs de la Chapelle ou les instrumentistes de l’Écurie et de la Chambre entretenaient avec leur
employeur. Le tout est complété par un dictionnaire prosopographique consacré à quelques un des quatre
cents musiciens de la cour mentionnés par la documentation, elle-même synthétisée ou publiée dans un
volume d’annexes et de pièces justificatives.
114
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 2561 Centre de recherches interdisciplinaires sur les mondes ibériques et contemporains
Doctorat (DNR) – Etudes romanes (Espagnol)
BOUSQUET Denis
Directeur de Recherche : M. Miguel RODRIGUEZ
Thèse soutenue le : lundi 1 décembre 2014 Président du jury : M. Marie FRANCO (Université Paris
3)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Marie-Claude CHAPUT (Université Paris 10)
M. Sadi LAKHDARI (Université Paris 4)
Rejet et acceptation des réalités homosexuelles en Espagne 1975-2005
Résumé : Cette thèse porte sur une période qui va de la mort de Franco, en 1975, à la légalisation du
mariage homosexuel en 2005. Sa source essentielle est la presse, notamment deux journaux aux orientations
idéologiques opposées, à savoir El País et ABC. Le but du premier chapitre est à la fois de montrer ce qu’il
en fut du rejet et de l’acceptation des réalités homosexuelles en Espagne, entre 1975 et 2005, aussi bien
dans les textes que dans la vie quotidienne et d’expliquer pourquoi l’évolution de ces deux derniers n’est
que partiellement comparable nonobstant leurs interactions en raison – en partie – des limites de la
dichotomie « rejet et acceptation » sur un tel sujet, dans un tel pays et durant une telle période. Ces limites
constituent l’objet du deuxième chapitre consacré justement aux faits à propos desquels il est difficile de
dire clairement s’ils relèvent du rejet ou de l’acceptation – parce qu’ils témoignent d’un simple intérêt pour
la question, d’une représentation réductrice des réalités homosexuelles faute – parfois – de connaissances
suffisantes en la matière. Aussi le troisième chapitre consiste-t-il à expliquer comment cette aporie peut être
surmontée en prenant en compte la dimension linguistique et ontologique des problématiques qui sont au
coeur de cette thèse, notamment dans un pays comme l’Espagne qui traversa, entre 1975 et 2005, une
période de transition en termes de relations avec l’homosexualité et qui donna lieu à une sorte de guerre des
essences dans la cadre de laquelle l’existence de l’homosexualité ne fut plus – très tôt – en jeu.
115
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 2561 Centre de recherches interdisciplinaires sur les mondes ibériques et contemporains
Doctorat (DNR) – Etudes romanes (Espagnol)
BOYER Christian
Directeur de Recherche : M. Sadi LAKHDARI
Thèse soutenue le : lundi 24 novembre 2014 Président du jury : MME Dolores THION SORIANO
(Université de Pau et Pays de l’Adour)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jose Manuel GONZALEZ HERRAN (Universidade de
Santiago de Compostela)
MME Denise BOYER (Université Paris 4)
La cruauté dans les récits courts d’Emilia Pardo Bazán
Résumé : Les nombreux récits courts publiés par la comtesse de Pardo Bazán offrent un vivant témoignage
des préoccupations littéraires et sociétales d’un auteur toujours soucieux de connaître les courants littéraires
européens. La cruauté est au centre de ce travail : le constat d’une insistance pour les descriptions de corps
meurtris et ensanglantés, la prédilection de doña Emilia pour les tonalités dramatiques et tragiques engagent
une réflexion autour du pouvoir tout à la fois réformateur et fascinant de l’écriture de la souffrance. Le
premier temps de cette étude vise à situer l’écrivain au sein des lettres cruelles : le naturalisme, le roman
russe, le genre policier, la tradition du conte fantastique et des faits-divers constituent un terreau littéraire
cruel dont s’est nourri l’auteur. Notre intérêt se portera ensuite sur la poétique de la cruauté dans les récits
courts : les recensements lexicaux, la mise en évidence de répétitions et d’invariants mettront en lumière la
création d’un « effet cruel » au pouvoir parfois prophylactique. C’est enfin par le prisme d’une étude
psychanalytique que nous étudierons notre corpus : le sang et les souffrances sont le témoignage d’images
obsédantes et de fantasmes révélateurs d’un matériel psychique enfoui d’une grande éloquence pour
appréhender une écriture de l’excès. et fascinant de l’écriture de la souffrance. Le premier temps de cette
étude vise à situer l’écrivain au sein des lettres cruelles : le naturalisme, le roman russe, le genre policier, la
tradition du conte fantastique et des faits-divers constituent un terreau littéraire cruel dont s’est nourri
l’auteur. Notre intérêt se portera ensuite sur la poétique de la cruauté dans les récits courts : les
recensements lexicaux, la mise en évidence de répétitions et d’invariants mettront en lumière la création
d’un « effet cruel » au pouvoir parfois prophylactique. C’est enfin par le prisme d’une étude
psychanalytique que nous étudierons notre corpus : le sang et les souffrances sont le témoignage d’images
obsédantes et de fantasmes révélateurs d’un matériel psychique enfoui d’une grande éloquence pour
appréhender une écriture de l’excès.
116
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 2561 Centre de recherches interdisciplinaires sur les mondes ibériques et contemporains
Doctorat (DNR) – Etudes romanes (Espagnol)
DELGADO PINA Hector Axel
Directeur de Recherche : MME Milagros
EZQUERRO
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : MME Teresa ORECCHIA-HAVAS
(Université de Caen)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. José GARCIA ROMEU (Université de Toulon)
MME Penelope LAURENT (Université de Perpignan)
MME Graciela VILLANUEVA (Université Paris 12)
L’art de raconter. Visages du narrateur dans l’oeuvre de Juan José Saer
Résumé : Née d’un esprit critique qui la rapproche du Nouveau Roman français, l’oeuvre de l’écrivain
argentin Juan José Saer (1937-2005) constitue l’une des tentatives de renouvellement des formes narratives
les plus importantes dans la littérature latino-américaine de la deuxième moitié du XXe siècle. Ce
renouvellement concerne tous les aspects du récit, en particulier celui de la fonction narratrice et, à
l’intérieur de celle-ci, la figure du narrateur sous toutes ses formes. Le présent travail a pour objectif
d’étudier les différentes manières dont cette instance est mise à l’épreuve d’un questionnement et d’une
recherche intenses, donnant comme résultat des textes d’une grande complexité. Divisé en trois parties, il
s’occupe, dans la première, de quelques cas de narrateurs impersonnels, en mettant l’accent sur leur rapport
à la convention de l’omniscience, tandis que dans la deuxième il analyse des narrateurs personnels en les
reliant à des expériences de voyage et d’immobilité. Enfin la troisième partie aborde quelques exemples de
narrateur au second degré, considérés comme l’un des multiples moyens dont l’auteur se sert pour
construire une réflexion autoréférentielle à l’intérieur de l’oeuvre. Dans tous les cas, le narrateur se trouve
redéfini comme un outil privilégié de l’exploration du réel qui est au coeur du projet littéraire de l’auteur.
117
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 2561 Centre de recherches interdisciplinaires sur les mondes ibériques et contemporains
Cotutelle – Etudes romanes (Espagnol)
DEMANGE Stephanie
Directeur de Recherche : M. Michel RALLE
Thèse soutenue le : samedi 22 novembre 2014 Président du jury : MME Geraldine GALEOTE
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Universidad Complutense de
Madrid
Membres du jury :
M. Antonio ELORZA DOMINGUEZ (Université Paris 4)
MME Maria De Los Santos GARCIA FELGUERA
(Université Pompeu Fabra)
M. Dominique KALIFA (Université Paris 1)
M. Javier PEREZ SEGURA (Universidad Complutense de
Madrid)
A los pintores les ha dado por mojar el pincel en lagrimas ! La pauvreté au miroir des Salons
(Espagne, 1890-1910)
Résumé : Entre 1890 et 1910, les prix des concours artistiques officiels vont en Espagne à des toiles qui
représentent les souffrances des couches sociales les plus défavorisées de la société de la Restauration.
Pauvres et vagabonds, migrants et chômeurs, mendiants et prostituées, ouvriers et paysans précaires sont les
figures de proue d’un nouveau répertoire pictural qui déclasse la peinture d’histoire et remporte un succès
public et critique considérable. La présente étude a pour ambition de faire l’histoire de cette peinture de la
détresse sociale, en cherchant à comprendre les raisons de son triomphe dans les Salons d’un régime peu
enclin à considérer la misère comme un scandale, voire même comme une question politique. Ce travail
croise pour ce faire deux historiographies : l’histoire de l’art, en participant de la redécouverte d’une
production qui, bien que légitime et couverte d’éloges en son temps, n’eut par la suite aucune fortune
critique; et l’histoire culturelle, l’enjeu étant de mettre au jour les représentations sociales produites ou
véhiculées par cette peinture. L’analyse des regards portés sur ces tableaux de la souffrance sociale permet
parallèlement de cerner l’évolution des sensibilités face à la pauvreté, mais aussi d’identifier les croyances
et représentations largement partagées en matière de légitimation des inégalités. En faisant dialoguer ces
approches, cette recherche vise à proposer un premier travail de synthèse sur ce chapitre absent jusqu’ici de
l’histoire culturelle du XIXe siècle espagnol.
118
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 2561 Centre de recherches interdisciplinaires sur les mondes ibériques et contemporains
Cotutelle – Etudes romanes (Espagnol)
GARCIA TALAVAN Paula
Directeur de Recherche : M. Eduardo RAMOS
IZQUIERDO
Thèse soutenue le : mercredi 10 décembre 2014 Président du jury : MME Michele GUICHARNAUDTOLLIS
(Université de Pau et Pays de l’Adour)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Universidad de Salamanca Membres du jury :
M. Antonio GARRIDO DOMINGUEZ (Universidad
Complutense de Madrid)
M. José Antonio PEREZ BOWIE (Universidad de
Salamanca)
Le désenchantement, la transgression et l’intention littéraire : le roman néo-policier de Léonardo
Padura
Résumé : Dans ce travail, l‟objet de notre étude a été la série de romans néo-policiers de l’écrivain
Leonardo Padura – le plus grand représentant de ce type de textes à Cuba – dont les oeuvres, tout en
conservant les traits qui permettent au lecteur de les reconnaître comme des romans policiers, révèlent une
profonde transgression générique à tous les niveaux – modal, thématique et formel. Avec ces textes, Padura
est parvenu à démanteler le canon du roman policier révolutionnaire, dont la pratique s‟est perpétuée à
Cuba jusqu‟au milieu des années quatre-vingt, subventionnée par le régime révolutionnaire. Nous avons
tenté de démontrer que la transformation générique entreprise par cet écrivain sur les modèles traditionnels
du roman policier lui permet d’actualiser le genre et de l’utiliser comme instrument pour questionner l’ordre
établi d‟un régime qui a prétendu uniformiser une société conçue comme multiple et hétérogène par
l’auteur. En même temps, cette transformation lui permet d‟entrer dans la discussion sur la question
générique, de revendiquer la nature systématiquement modificatrice des genres littéraires et de polémiquer
sur le dogmatisme normatif qui se propose de classifier les genres en compartiments étanches et d‟enfermer
le roman policier dans le cadre isolé de la « sous-littérature ».
119
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4083 Civilisations et littératures d’Espagne et d’Amérique du Moyen-Age aux Lumières
Doctorat (DNR) – Etudes romanes (Espagnol)
MARQUER Julie
Directeur de Recherche : M. Georges MARTIN
Thèse soutenue le : samedi 29 novembre 2014 Président du jury : MME Helene THIEULIN (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Maribel FIERRO (CSIC – Consejo Superior de
Investigacion)
M. Jean-Pierre JARDIN (Université Paris 3)
MME Patricia ROCHWERT-ZUILI (Université d’Arras)
Propagande politique et Islam d’Occident sous le règne de Pierre Ier de Castille (1350-1369)
Résumé : S’intéresser à la place de l’Islam dans les propagandes politiques du règne de Pierre Ier de Castille
(1350-1369) amène à s’interroger sur les paradoxes et ambiguïtés du rapport à l’Autre. L’Islam désigne ici
différents objets ; le terme fait référence à la fois à la puissance politique et militaire des Nasrides et
Mérinides, et à un ensemble religieux et culturel. Leur instrumentalisation dans diverses formes de
propagande, textuelles et architecturales, a pour but de renforcer le pouvoir de l’initiateur de cette
propagande. La mise en lumière des diverses modalités de cette instrumentalisation permettra de
questionner et reconsidérer la frontière politique, religieuse et culturelle dans la péninsule ibérique du XIVe
siècle. L’exemple du règne de Pierre Ier montre à quel point la frontière avec l’Autre est mouvante et
évanescente, et son renforcement ou son amenuisement dépend des intérêts politiques en jeu, des rapports
de force, de la motivation des acteurs ou encore de différents types de convergence qui ont rendu possible
l’intégration et l’assimilation de formes et de concepts artistiques, politiques et littéraires. En confrontant
les types de sources et les points de vue, on pourra mieux saisir, dans son ensemble et sa complexité, le
rapport excluant ou incluant que les chrétiens entretiennent avec l’Islam, tant dans leurs pratiques politiques
que dans leurs représentations symboliques. En effet, l’Islam est utilisé comme une altérité tantôt positive,
tantôt négative, mais il cesse parfois aussi de représenter une forme d’altérité. Ce rapport dialectique
renvoie à la problématique de la place qu’occupe l’Islam dans la formation de la culture castillane ainsi que
dans la construction de l’État Moderne.
120
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 2561 Centre de recherches interdisciplinaires sur les mondes ibériques et contemporains
Doctorat (DNR) – Etudes romanes (Espagnol)
PREVITERA Roberta
Directeur de Recherche : M. Eduardo RAMOS
IZQUIERDO
Thèse soutenue le : lundi 1 décembre 2014 Président du jury : M. Lionel SOUQUET (Université de
Brest)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. François JOST (Université Paris 3)
M. Stefano TEDESCHI (Università di Roma, La Sapienza)
M. Francis VANOYE (Université Paris 10)
Le cinéma dans la fiction hispano-américaine
Résumé : Ce travail a pour objectif l’analyse de l’influence du cinéma dans la littérature hispanoaméricaine.
L’hypothèse centrale est que dès que le cinéma, par essence un art de masse, a commencé à
gagner sa place dans le système des arts, il a influencé la façon dont les écrivains représentent la réalité.
L’enthousiasme que le cinéma a réveillé chez de nombreux écrivains latino-américains depuis le début, et la
pénurie d’études critiques à ce sujet, font de l’Amérique Latine un terrain très fécond pour mener à bien nos
recherches. Notre travail est structuré en trois parties. Dans la première nous introduisons la problématique
qui nous intéresse avec une attention spéciale aux travaux de sémiologie et de narratologie élaborés à partir
des années soixante. Nous reprenons la séparation structuraliste entre « histoire » et « narration » pour
distinguer deux niveaux d’emprunt différents, que nous analysons séparément dans la deuxième et la
troisième partie. Dans la deuxième, nous considérons le concept d’influence depuis une perspective
intertextuelle, en regardant comment certains récits littéraires ont assimilé des histoires racontées
précédemment par le cinéma, les intégrant sous la forme de l’ « insertion » ou à travers un processus de «
réécriture ». Dans la troisième partie nous étudions l’influence cinématographique depuis une perspective
intermédiale, c’est-à-dire en analysant des cas où le cinéma est évoqué dans sa spécificité médiatique. Dans
ces cas, l’emprunt n’a pas lieu au niveau de l’histoire, mais à celui de la narration et les auteurs tentent de
reproduire à l’écrit une série de procédés narratifs utilisés à l’écran.
121
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 1496 Equipe littérature et culture italiennes
Cotutelle – Etudes romanes (Italien)
DESOGUS Paolo
Directeur de Recherche : M. Davide LUGLIO
Thèse soutenue le : mardi 23 juin 2015 Président du jury : M. Hervé JOUBERT LAURENCIN
(Université Paris 10)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Università degli Studi di
Siena
Membres du jury :
M. Stefano GENSINI (Università di Roma, La Sapienza)
M. Giovanni MANETTI (Università degli Studi di Siena)
Les choses et les signes. Pour une sémiotique de l’indirect libre dans l’oeuvre littéraire et
cinématographique de Pier Paolo Pasolini
Résumé : Cette thèse se propose d’étudier le style indirect libre dans l’oeuvre de Pier Paolo Pasolini à
travers un axe de recherche qui peut, schématiquement, se rattacher à deux champs: le champs poétique,
concernant l’activité littéraire et cinématographique de l’auteur et le champs théorique, où le problème de la
forme esthétique devient l’occasion pour l’étude des principes linguistiques et sémiotiques qui en permettent
la réalisation. Ce double parcours s’articule à son tour en quatre phases de développement: la phase de la «
régression » théorisée dans les années quarante pour expliquer divers processus relatifs à l’emploi du
dialecte en littérature ; celle de la « connexion sentimentale », notion tirée des Cahiers de prison de Antonio
Gramsci pour décrire le rapport entre les intellectuels et les classes subalternes ; celle du discours indirect
libre en tant que tel, qui se trouve à la base de la poétique des romans romains des années cinquante, et qui
est également présent dans d’autres oeuvres élaborées plus tard ; et finalement la phase de la subjective
indirecte libre, théorisée dans les années soixante pour décrire le style indirect libre au cinéma. La
régression, la connexion sentimentale, le discours indirect libre, la subjective libre indirecte constituent le
point de contact entre le parcours poétique et dans le même temps théorique de l’auteur. La régression dans
la parole de l’autre, ou, comme au cinéma, dans le regard de l’autre, représente en dernière instance la
tentative de l’auteur de traduire sur le plan littéraire et cinématographique la réalité de conflits historiques et
existentiels.
122
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 1496 Equipe littérature et culture italiennes
Doctorat (DNR) – Etudes romanes (Italien)
FABBRICATORE Arianna
Directeur de Recherche : M. Andrea FABIANO
Thèse soutenue le : mercredi 6 mai 2015 Président du jury : MME Françoise DECROISETTE
(Université Paris 8)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Elena CERVELLATI (Università di Bologna)
M. Paul GEYER (Universität Bonn)
M. Giuseppe NICOLETTI (Universita degli Studi di
Firenze)
MME Françoise RUBELLIN (Université de Nantes)
Angiolini, Noverre et la « Querelle des Pantomimes » : les enjeux esthétiques, dramaturgiques et
sociaux de la querelle sur le ballet-pantomime à Milan au XVIIIe siècle
Résumé : Ce travail de recherche traite d’un phénomène culturel marquant de la modernité européenne : le
balletpantomime. A mi-chemin entre la danse et la pantomime, ce nouveau produit théâtral, qui prétend
représenter un récit par le seul concours du geste, se place au centre des réflexions esthétiques sur le théâtre,
la peinture, la musique et interroge la relation entre la parole et le corps. Alors qu’il est en plein essor sur
les scènes européennes, une controverse éclate entre deux maîtres de ballets le Français Jean-Georges
Noverre, et l’Italien Gasparo Angiolini. Se disputant le titre de « réformateur de la danse », Angiolini et
Noverre soutiennent des principes esthétiques opposés et leurs divergences font l’objet d’une querelle qui
intéressera vivement les villes de Milan et Vienne entre 1773 et 1776. A partir d’une analyse des
dramaturgies élaborées par les deux maîtres de ballets rivaux et en prenant en compte leurs modèles
culturels respectifs, cette thèse étudie les questionnements esthétiques et sémiotiques soulevées par la
polémique et propose de relire la « Querelle des Pantomimes » dans sa dimension sociale en privilégiant
deux directions : d’une part elle est interprétée comme un symptôme significatif des relations entre l’Italie
et la France, permettant d’examiner ainsi les modalités de dialogue entre ces deux cultures ; d’autre part elle
met au jour les termes d’une lutte sociale menée à Milan par les hommes de lettres et elle est envisagée
comme un signe du processus de « démocratisation » de la culture que le ballet-pantomime alimente.
123
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 1496 Equipe littérature et culture italiennes
Cotutelle – Etudes romanes (Italien)
MAIOLINI Elena Valentina
Directeur de Recherche : M. Andrea FABIANO
Thèse soutenue le : vendredi 20 février 2015 Président du jury : MME Myriam TANANT (Université
Paris 3)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Università Ca’ Foscari
Venezia
Membres du jury :
M. Pierantonio FRARE (Università Cattolica del Sacro
Cuore)
M. Pietro GIBELLINI (Università Ca’ Foscari Venezia)
Le langage des passions . La visione morale di Manzoni e le sue fonti
Résumé : En accusant le théâtre de familiariser les consciences avec le « langage des passions », Pierre
Nicole lançait une condamnation à laquelle Manzoni a pensé pendant longtemps. Le thème de la moralité
littéraire offre un point de vue intéressant sur le rapport dynamique – et largement inexploré – de Manzoni à
l’égard des auteurs reconnus de philosophie morale du XVIIe siècle français. En forte syntonie avec ces
derniers sur des contenus étiques et religieux, et des questions de méthode et de langue, Manzoni mena une
analyse passionnée du statut moral des lettres, dans un dialogue direct avec des censeurs qu’on n’avait
jamais démenti. Cette étude porte donc à démontrer que sa réponse, esquissée dans un discours critique
inachevé, arriva par le biais même de son oeuvre, par laquelle il proposait une façon de représenter les
passions comme une noble fonction cognitive, avec un vocabulaire qui se réfère largement au lexique des
orateurs mêmes, dont les sermons conservés dans sa bibliothèque montrent d’importants signes de lecture.
Cette étude, qui commence avec une vérification documentaire, est structurée en deux parties. La première
se compose d’un chapitre dédié aux positions sur la moralité de la littérature entre le XVIIe et le XIXe
siècle, suivi de trois autres où nous analysons le langage manzonien des passions par mots clés (l’orgueil,
l’amour-passion et la colère), orientés par les traités du XVIIe siècle, les tragédies de Corneille, Racine et
Shakespeare commentées par Manzoni, ainsi que les textes du dramaturge et romancier. La deuxième partie
se compose d’un lexique manzonien de la vie morale.
124
ECOLE DOCTORALE – IV –
UMR 8224 – Europe orientale, balkanique et médiane
Doctorat (DNR) – Etudes slaves
DUZYNSKA ZULAUF Joanna
Directeur de Recherche : M. Michel MASLOWSKI
Thèse soutenue le : samedi 17 janvier 2015 Président du jury : M. Ludwik STOMMA (école pratique
des hautes études)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Piotr BILOS (I.N.A.L.C.O. DE PARIS)
MME Maria DELAPERRIÈRE (I.N.A.L.C.O. DE PARIS)
M. Marek TOMASZEWSKI (I.N.A.L.C.O. DE PARIS)
Gardien de mémoire. Racines anthropologiques de la culture paysanne dans l’ouevre de Wieslaw
Mysliwski
Résumé : L’oeuvre de Wieslaw Mysliwski, auteur connu et primé de la littérature contemporaine polonaise,
tire ses racines de la culture paysanne traditionnelle. La clef anthropologique d’analyse de cette oeuvre
semble être la plus efficace pour présenter les contenus et la mécanique de cette culture. Même si elle est
encore proche dans le temps cette culture n’en est pas moins éloignée des enjeux de la modernité d’un
Polonais du XXIème siècle.La mémoire collective du monde paysan suscite un vrai questionnement quant à
ses voies, son exercice et ses contenus. Elle se niche dans trois couches de l’activité humaine : biologique,
sociale et culturelle. L’analyse éthologique montre que la mémoire du monde paysan se révèle dans le
rapport de l’homme aux animaux et dans le conditionnement de l’homme par ses gènes – lien indestructible
entre les humains. L’approche sociologique révèle la stéréotypie des comportements humains dans
l’interaction sociale, ce qui contribue au caractère universel des écrits de Wieslaw Mysliwski. Le monde
paysan traditionnel y est magnifié par la façon dont est présenté l’imaginaire de la campagne polonaise. La
pensée mythique donne structure et dynamique à sa configuration. L’oeuvre de Wieslaw Mysliwski illustre
le passage de la société traditionnelle communautaire vers la société moderne individualiste. Son originalité
consiste en la découverte d’un processus : les personnages de Wieslaw Mysliwski, après être passés par la
société moderne, retournent à leur source paysanne pour s’y reconstituer en tant qu’individus qui arrivent à
synthétiser en eux les valeurs traditionnelles et modernes. L’oeuvre de Wieslaw Mysliwski est un
monument de mémoire de la campagne polonaise, dans le sens où elle est une proposition féconde des
moyens de préservation et de fonctionnement de cette culture par sa dynamique créatrice propre.
125
ECOLE DOCTORALE – IV –
UMR 8224 – Europe orientale, balkanique et médiane
Doctorat (DNR) – Etudes slaves
KATAIFTSIS Dimitris
Directeur de Recherche : MME Galina
KABAKOVA
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : MME Françoise LESOURD
(Université Lyon 3)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Eftihia VOUTIRA (University of Macedonia)
Les communautés grecques en URSS ( 1917-1956) et les questions du genre
Résumé : Pour former nos hypothèses, il fallait examiner les discours scientifiques sur le genre et leurs
applications dans le cas grec, ce que nous avons essayé de faire dans notre introduction. Notre travail s’est
articulé en cinq grandes parties. La première aborde la formation de la diaspora grecque de la fin du 18ème
siècle aux révolutions de 1917 et les représentations féminines dans l’historiographie gréco-pontique. La
deuxième partie aborde l’accès des femmes au savoir, les modes d’intégration à la nouvelle société
soviétique. La conservation des rôles culturels nous mène à dresser une typologie des femmes « grecques »
et des femmes « soviétiques ». La troisième s’intéresse à la reformation ou disparition des rôles au cours
des répressions politiques qui affectèrent considérablement la diaspora grecque. Nous avons également
dressé un bilan des femmes-victimes des purges. La dernière partie a montré enfin que l’exile constitua un
moment-rupture avec le passé, au moins dans les témoignages oraux de ses protagonistes. Les femmes qui
nous ont parlé d’elles-mêmes et les hommes qui se sont demandés sur les questions de genre nous ont offert
une image du passé originale, digne d’intérêt.
126
ECOLE DOCTORALE – IV –
UMR 8224 – Europe orientale, balkanique et médiane
Doctorat (DNR) – Etudes slaves
KAZIMIERCZAK Mariola
Directeur de Recherche : MME Agnieszka
GRUDZINSKA
Thèse soutenue le : samedi 10 janvier 2015 Président du jury : M. Martin GALINIER (Université de
Perpignan)
Mention : Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Francois BARATTE (Université Paris 4)
M. Tomasz DE ROSSET (Nicolaus Copernicus University
(Torun))
M. Charles ZAREMBA (Université Aix-Marseille 1)
La correspondance de Michel Tyszkiewicz, grand collectionneur d’antiquités, adressée à Wilhelm
Froehner entre 1872 et 1897
Résumé : Ce travail sur les 450 lettres inédites de M. Tyszkiewicz à W. Froehner se situe à l’écart de la
tradition des lectures épistolaires. Il montre l’importance du collectionneur polonais installé à Rome,
mettant l’accent sur ses relations avec le monde des collectionneurs, savants et marchands, sur le
fonctionnement de son musée privé d’archéologie, ainsi que sur les nombreuses publications consacrées aux
objets de sa collection. Il révèle que ce collectionneur, acheteur de pièces antiques, concurrençait les plus
importants musées du XIXe siècle. Le cadre de cette étude est donné par le panorama des musées
européens, polonais en particulier, puis par la biographie de chaque correspondant, permettant de
comprendre l’évolution de leur vie privée et de leur relation à l’Antiquité. Leur première rencontre
parisienne donnera naissance à une longue amitié, animée par la passion pour les antiquités et alimentée par
des échanges épistolaires dont la riche problématique nous mène au coeur de leurs préoccupations.
L’analyse de la situation du marché romain des antiquités, de l’entourage professionnel et amical du
collectionneur à Rome et du célèbre savant allemand à Paris, permet de dresser leurs portraits respectifs. La
riche iconographie contenue dans les lettres sert d’appui non seulement au dialogue épistolaire, mais
témoigne aussi de deux collections en formation, ce qui permet aujourd’hui de déterminer la provenance de
nombreuses pièces antiques de la collection Froehner, offertes par Tyszkiewicz. Enfin, cette étude situe les
descriptions d’oeuvres antiques de Tyszkiewicz dans le genre littéraire ekphrasis et présente ses qualités
d’expert reconnu par ses contemporains.
127
ECOLE DOCTORALE – IV –
UMR 8224 – Europe orientale, balkanique et médiane
Cotutelle – Etudes slaves
PROKOP Lukas
Directeur de Recherche : M. Xavier GALMICHE
Thèse soutenue le : mardi 24 février 2015 Président du jury : M. Zdenek HRBATA (Institut de la
littérature tchèque)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Univerzita Karlova v Praze Membres du jury :
MME Fridrun RINNER (Université Aix-Marseille 1)
M. Josef VOJVODIK (Univerzita Karlova v Praze)
Constructions inachevées . Le sens du fragment littéraire et de l’inachèvement, leur signification dans
la construction du moi humain. Stendhal, Deml, Michaux
Résumé : Notre thèse cherche à définir la relation entre la littérature et l’identité humaine, en quoi l’écriture
permet de connaître et de former l’identité. Le point de départ de notre réflexion est l’interprétation de la
relation entre l’homme et le monde par rapport à la conscience de sa propre visibilité. L’être humain ressent
sa visibilité dans le monde comme une menace et comme quelque chose d’artificiel. L’être s’efforce de se
créer selon sa propre imagination ou de devenir quelqu’un d’autre par l’intermédiaire de l’écriture, du
déguisement et du masque,mais aussi en utilisant la langue comme un outil qui permet la connaissance de
sa vraie nature. Stendhal fait figure de pionnier car il est fondateur de l’égotisme littéraire. Ceci à cause de
son intérêt exclusif pour sa propre personne qui se manifeste par l’auto-connaissance et l’auto-construction.
Ces approches de l’écriture et de la langue ont inspiré de nombreux écrivains et courants littéraires dont
Jakub Deml qui en est l’héritier tchèque. L’auto-connaissance et l’auto-construction font partie intégrante
de son oeuvre. Par la modification de sa propre identité, par l’intégration d’autrui dans son moi, Deml veut
créer l’effet de „l’ubiquité éternelle“ pour influencer la réalité. L’exploration de soi est devenue l’intérêt
principal de Henri Michaux. L’approche pratique de l’écriture comme moyen d’auto-connaissance ou de
dissimulation, devient pour lui un instrument de survie. L’autocréation liée à l’utilisation pratique de la
langue comme instrument servant à la vie permet de saisir la dépendance de l’identité humaine aux
circonstances ce qui a pour effet que l’être humain perçoit son identité comme fragmentaire.
128
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4086 Histoire et dynamique des espaces anglophones: du réel au virtuel
Cotutelle – Etudes anglophones
BOUFOY-BASTICK Zacharyas
Directeur de Recherche : MME Marie-Madeleine
MARTINET
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : M. Michel PETIT (Université Bordeaux
2)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : University of the West Indies Membres du jury :
M. Stephen ANSOLABEHERE (Harvard University)
MME Margaret BERNARD (University of the West Indies)
Internet Democracy : The Political Science and Computer Science of Direct Democracy at the Large
Scale
Résumé : La démocratie représentative souffre de nombreuses lacunes qui remettent en question la
légitimité même des gouvernements démocratiques modernes. Tandis que la représentation directe pourrait
théoriquement éliminer ces incongruités, elle a jusqu’à présent été considérée comme irréalisable en raison
de limitations spatio-temporelles. Cette thèse adresse ces problèmes en introduisant le concept de
Démocratie Internet – distinct de l’e-démocratie et de l’e-gouvernement existant. La Démocratie Internet
consiste à cerner la représentation démocratique de telle manière qu’elle puisse être opérationnalisée par le
biais de l’informatique. Pour ce faire, cette thèse remonte d’abord aux problèmes de la démocratie et de la
représentation indirecte dans ses principes premiers, et propose une nouvelle approche (structurelle
symbiotique) à l’application de l’Internet pour la démocratie. Ensuite, elle montre que la Démocratie
Internet peut fonctionner grâce à l’analyse des données collectées passivement sur l’accès et la production
de l’information. Enfin, elle offre de nombreuses contributions à l’informatique, qui jusqu’alors était
limitée dans la précision de l’analyse des sentiments. La thèse développe une Proposition d’Opinion
Asymétrique (AOP) et l’applique à un nouveau concept de ‘Espace des Sentiments’; elle développe
également la première base de données assez nuancée pour l’analyse des sentiments; et elle utilise l’Espace
de Sentiment afin de développer la méthode de calcul originale «Split-Fit » qui accroît la précision de
l’apprentissage automatique.
129
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4086 Histoire et dynamique des espaces anglophones: du réel au virtuel
Doctorat (DNR) – Etudes anglophones
CLEMENT Guillaume
Directeur de Recherche : MME Claire CHARLOT
Thèse soutenue le : lundi 1 décembre 2014 Président du jury : MME Emmanuelle AVRIL (Université
Paris 3)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Christian AUER (Université Strasbourg 2)
M. Olivier JULIEN (Université Paris 4)
M. Jeremy TRANMER (Université de Lorraine)
Rock et politique au Royaume -Uni (1994-2007) : de « Cool Britannia » a  » Broken Britain »
Résumé : Dans les années 1990, le rock britannique revient sur le devant de la scène, porté par des groupes
tels Blur, Oasis, Pulp et Suede, que la presse rassemble sous l’étiquette Britpop. Non contents de s’inspirer
des grands groupes locaux des années 1960, comme les Beatles, ces musiciens se distinguent par une
écriture et une image profondément ancrées dans leur propre identité britannique, et évoquent volontiers
dans leurs chansons le mode de vie de la jeunesse comme la culture de la classe ouvrière. Cette renaissance
sur les plans musical et culturel (participant au phénomène Cool Britannia) est contemporaine de la
rénovation de l’idéologie et de l’image du Parti travailliste, qui devient New Labour sous la férule de Tony
Blair, intéressé par la vision positive de la britannicité dépeinte par la Britpop. Dans la course aux élections
législatives de 1997, le chef de l’opposition cherche à présenter son parti comme jeune et moderne, et se
rapproche des acteurs de la scène rock de l’époque dans le but de courtiser l’électorat jeune qui fait défaut à
la gauche depuis les années 1980. L’utilisation du rock en tant qu’outil de soutien politique pourrait
néanmoins paraître contre-Nature à cause du rôle traditionnel de ce genre musical, lié aux sous-Cultures et
mouvements contestataires. L’étude des excroissances du mouvement Britpop, visibles jusqu’à l’accession
de Gordon Brown au poste de Premier ministre en 2007, permettra de dégager l’existence d’une veine
critique et contestataire au sein de cette même scène rock, proposant une vision plus réaliste de la société,
rappelant l’idée de Broken Britain mise en avant par les Conservateurs à cette époque.
130
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4085 Voix anglophones: littérature et esthétique
Doctorat (DNR) – Etudes anglophones
DOROTTE Juliette
Directeur de Recherche : M. Marc AMFREVILLE
Thèse soutenue le : vendredi 12 décembre 2014 Président du jury : M. Mark NIEMEYER (université de
bourgogne)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Nathalie CARON (Université Paris 4)
M. Antoine CAZE (Université Paris 7)
M. Philippe JAWORSKI (Université Paris 7)
La naissance du roman américain (1789-1819): poétique de l’hybridité
Résumé : Cette étude propose de réviser le postulat selon lequel le roman américain ne naît que dans les
années 1820, pour suggérer que cette forme émerge plus tôt, entre 1789 et 1819. La période qui suit la fin
de la guerre d’Indépendance n’est pas favorable à la naissance du roman : les élites craignent alors la
déchéance de la jeune République, et la fiction risque de faire basculer le pays dans l’anarchie. Les oeuvres
des premiers auteurs américains sont fortement façonnées par l’impératif de didactisme et d’utilité sociale
et morale qui pèse alors sur la création littéraire. Toutefois, le roman qui émerge dans les années 1790
demeure une forme sombre, plurielle et paradoxale qui résiste à toute tentative de recadrage et de maîtrise,
comme en témoigne particulièrement l’oeuvre de Charles Brockden Brown. Alors qu’une première tradition
littéraire a commencé à se mettre en place au tournant du siècle, le roman subit une transformation
esthétique majeure au cours des années 1800 et 1810. Il dépeint à présent avec nostalgie, dans une forme
lisse, mesurée et linéaire, une Amérique qui n’existe plus ou qui n’a jamais existé, dans laquelle tout est
perpétuellement ordonné et transparent. Ces ouvrages ne marquent pourtant pas l’avènement du roman
américain, car leur équilibre est artificiel et les éléments sombres sont toujours lisibles au cours de ces deux
décennies. Nous concluons qu’un roman spécifiquement américain se développe effectivement entre 1789
et 1819, qui, au moyen de deux esthétiques opposées mais complémentaires, s’interroge sur l’individualité,
le temps et l’écriture, dans une quête perpétuelle d’équilibre et de maîtrise qui ne se réalise jamais vraiment.
131
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4085 Voix anglophones: littérature et esthétique
Doctorat (DNR) – Etudes anglophones
ENJOUBAULT Melody
Directeur de Recherche : M. Pascal AQUIEN
Thèse soutenue le : samedi 15 novembre 2014 Président du jury : M. Marc PORÉE (Université Paris 3)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-Marie FOURNIER (Université Paris 7)
Ecriture de la spécularité dans l’oeuvre poétique de Christina Rossetti
Résumé : Le but de ce travail, consacré à la poésie de Christina Rossetti, est de s’éloigner du prisme
interprétatif biographique qui est devenu la norme depuis sa mort en 1894. Cette étude, qui repose sur un
examen des choix prosodiques et formels, montre que la voix poétique de Rossetti est avant tout une
construction. Identifier le miroir à l’intérieur du texte dévoile des éléments essentiels pour comprendre la
relation complexe qui se joue entre identité et altérité et qui, à maints égards, définit le style de Rossetti.
L’étude des voix qui se font entendre dans son oeuvre poétique, qu’elles soient intertextuelles ou
fictionnelles, révèle comment Rossetti parvient, par un usage unique de la répétition, à créer une voix
harmonieuse et intemporelle à partir de la diversité et de la contradiction. Mais malgré une première
impression de régularité, le principe répétitif est une source de redéfinition permanente qui nie la notion
d’origine ou de version définitive. La re-présentation, la différance, et les réécritures incessantes offrent au
lecteur un texte qui lui échappe sans cesse. Ce refus de la finitude pointe vers une autre ambition, celle
d’atteindre un au-delà non plus religieux – nombre de ses poèmes expriment le désir de ne faire qu’un avec
le divin – mais poétique : à travers la relation intime entre Dieu, le poète, et le texte ; par la manipulation de
la forme, que le traitement du sonnet illustre ; et enfin grâce à un usage renouvelé des mots. Anglaise aux
origines italiennes, Rossetti introduit au sein de la voix poétique un bilinguisme source d’interactions qui
aboutissent à une langue hybride et à un rapport aux mots débarrassé de tout automatisme.
132
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4085 Voix anglophones: littérature et esthétique
Doctorat (DNR) – Etudes anglophones
GUIONNET Catherine
Directeur de Recherche : M. Francois GALLIX
Thèse soutenue le : vendredi 12 juin 2015 Président du jury : MME Vanessa GUIGNERY (ENS
LYON ENS LETTRES SCIENCES HUMAINES)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Claire BAZIN (Université Paris 10)
M. Christian GUTLEBEN (Université de Nice)
Le mystère et le fantastique au service du bien dans l’oeuvre romanesque d’Iris Murdoch : The Belle, A
Severed Head, The Italian Girl, Bruno’s Dream et Jackson’s Dilemma
Résumé : De nombreux critiques se sont penchés sur le caractère fantastique des romans d’Iris Murdoch,
d’autres ont évoqué la notion du bien. Nous avons voulu dans cet écrit mettre en relation les deux notions et
montrer qu’à travers le fantastique Iris Murdoch conduit son lecteur sur le chemin du bien dans cinq romans
: The Bell, A Severed Head, The Italian Girl, Bruno’s Dream et Jackson’s Dilemma. Dans une première
partie, après avoir proposé quelques définitions du fantastique, nous avons relevé dans le texte murdochien
tous les éléments qui nous permettent de lui apposer cette étiquette. Par l’étude de l’illusion d’optique qui
englobe le thème du regard, de la vision troublée et de celui du miroir, nous avons pu confirmer que le
fantastique prend sa source dans une fissure du réel et fait sourdre un monde où règnent peur, doute, rêve et
folie. Nous avons, par la suite, analysé les symboles spécifiques du genre : le feu, le mythe de la caverne,
l’isolement, l’image de l’Autre, la dualité, pour nous intéresser au paysage physique intimement lié au
paysage mental. Dans une deuxième partie nous avons examiné le rôle du lecteur dans les écrits de la
romancière et tenté de comprendre en quoi la notion de fantastique pouvait influencer le sens de sa lecture.
Nous avons noté de quelle manière les couleurs, les jeux de lumière, l’intertextualité et l’auto-intertextualité
ont une emprise sur le lecteur. Nous avons aussi évoqué la structure du roman, ses cadres et ses effets de
suspense, l’emploi d’un langage poétique et métaphorique ainsi que les nombreuses références à l’art qui
donnent à Iris Murdoch l’occasion de légitimer l’essence étrange et fantastique de la nature humaine. Dans
une dernière partie nous avons établi qu’Iris Murdoch s’appuie sur l’aspect fantastique et inexplicable de la
nature humaine pour orienter son lecteur vers le chemin du bien. La contingence à laquelle Iris Murdoch est
particulièrement attachée, c’est-à-dire l’acceptation que tout ne peut être maîtrisé, force le lecteur à
reconnaître que son destin lui échappe. Dès lors il lui est possible de lâcher prise et de ne plus mettre en
avant un ego aveuglant. Il devient un homme humble capable d’un amour altruiste qui l’entraîne vers le
bien. Le rite d’initiation, les êtres et les lieux rédempteurs, la notion de catharsis nous ont permis de mettre
en relation le fantastique et l’inexplicable avec l’effritement du moi et l’amorce d’un voyage sur la voie du
bien où se réunissent la mort, l’amour et la littérature.
133
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4086 Histoire et dynamique des espaces anglophones: du réel au virtuel
Doctorat (DNR) – Etudes anglophones
NIANG Medina
Directeur de Recherche : M. Olivier FRAYSSE
Thèse soutenue le : lundi 8 juin 2015 Président du jury : MME Helene LE DANTEC-LOWRY
(Université Paris 3)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Andrew DIAMOND (Université Paris 4)
MME Nancy GREEN (Ecole des Hautes Etudes en Sciences
Sociales)
MME Donna KESSELMAN (Université Paris 12)
Les trajectoires sénégalaises : Dakar-Paris-New-York- L’attrait du modéle américain d’immigration:
entre imaginaire et réel
Résumé : La migration en provenance des pays dits du « Sud », dont le Sénégal fait partie, se trouve au
coeur du débat politique européen, enfermé dans des logiques de contrôle et de répression du fait de la peur
d’une invasion de migrants indésirables. Dans le même temps, l’expérience des migrants sénégalais dans
leur pays d’accueil, leurs choix et aspirations, n’ont pas souvent fait l’objet d’un grand intérêt de la part des
chercheurs. Cette thèse explore la migration du point de vue des migrants, leurs imaginaires, leurs
perceptions et leurs expériences de la migration dans deux villes du « Nord » : Paris et New York. Elle
s’appuie sur trois enquêtes de terrain, au Sénégal (196 répondants), à Paris (30) et New York (20).
L’enquête sénégalaise est fondée sur un questionnaire et des entretiens qualitatifs non directifs, les enquêtes
française et américaine sur des entretiens qualitatifs non directifs, ainsi que des récits de vie des Sénégalais
de Dakar, Paris et New York, et des entretiens avec des responsables d’association. L’émigration apparaît
essentiellement motivée par l’expérience du malaise social plus que de la pauvreté stricto sensu, le désir de
réussir et de rentrer au pays s’y réintégrer dans des conditions favorables en gravissant l’échelle sociale.
Mais les réalités, aussi bien étrangères que sénégalaise, rendent ce retour très problématique. Au plan des
destinations, l’attrait de la France, et de Paris en particulier, destination traditionnelle des migrants
sénégalais, a beaucoup baissé, alors que New York s’est imposée comme choix principal dans le désir
d’ailleurs des candidats au départ. La préférence des Sénégalais pour les États-Unis par rapport à la France
se justifie par les possibilités d’épanouissement plus avantageuses à New York qu’à Paris pour les migrants
sénégalais. En effet, s’ils ne bénéficient pas d’une acceptation totale par la société américaine, le contexte si
particulier de New York leur permet d’exaucer leur souhait de préserver leur culture dans la mesure où le
multiculturalisme, bien que fragmenté, leur permet de vivre en communauté sans être stigmatisés et
d’entretenir le rêve du retour, malgré les difficultés rencontrés dans le cadre de vie américain. Ce constat ne
signifie pourtant pas que les Sénégalais ne veulent plus immigrer en France.
Ce pays demeure une destination de choix pour les migrants sénégalais, mais la tendance est de le
considérer comme une passerelle vers de meilleures opportunités d’immigration, en particulier pour les
Sénégalais hautement qualifiés. Il semble à ces derniers notamment que le « plafond de verre » y est plus
bas qu’aux États-Unis. Ils perçoivent que leurs compétences sont plus reconnues aux États-Unis qu’en
France et qu’ils peuvent y jouir de la liberté d’entreprendre. En réalité, si la réussite et le retour, plus que la
volonté d’intégration dans un autre pays, constituent le moteur des trajectoires des migrants sénégalais,
celles-ci s’arrêtent la plupart du temps dans les pays d’accueil, du fait de la situation sénégalaise, de la
fermeture croissante de la France et de l’Europe, qui rend les circulations difficiles, et des dispositifs
particuliers d’organisation socio-économique de Little Senegal.
134
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 3556 Représentations et identités. Espaces germanique, nordique et néerlandophone
Doctorat (DNR) – Etudes germaniques
AZZOUNI Anis
Directeur de Recherche : M. Jean-Marie
MAILLEFER
Thèse soutenue le : vendredi 9 janvier 2015 Président du jury : M. Vincent SIMOULIN (Université
Toulouse 2)
Mention : Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Sabine BARLES (Université Paris 1)
Politiques energetiques et energies renouvellables en Europe du nord dans le cadre du developpement
durable
Résumé : Notre nouveau défi est de protéger l’environnement. Pour réussir cette tâche, beaucoup
considèrent qu’il faut réduire notre consommation énergétique. Le développement des énergies
renouvelables permettra la réduction des gaz à effet de serre ainsi que notre consommation énergétique. Les
pays nordiques ont mis en place des politiques énergétiques différentes selon leurs ressources et leurs
expériences. Mais il n’est pas facile de réduire la consommation d’énergie quand les besoins augmentent et
qu’il est nécessaire de conserver un haut niveau de vie. Les choix politiques sont très importants surtout
pendant ces temps de crise. Il est cependant possible d’utiliser cette nouvelle révolution verte pour relancer
l’économie, créer des emplois et bâtir un développement durable respectueux de l’environnement. C’est le
défi auquel sont notamment confrontées les économies de l’Europe du nord. Les pays scandinaves partagent
la même culture et la même histoire, mais leurs politiques énergétiques sont différentes. Ainsi, la Norvège
exploite les hydrocarbures, le Danemark a opté pour l’énergie éolienne, la Suède et la Finlande recourent à
l’énergie nucléaire et l’Islande développe son potentiel géothermique. Les choix énergétiques y ont souvent
été argumentés par la réduction des gaz à effet de serre, même si la réalité est parfois divergente, les pays
nordiques sont sur le bon chemin pour constituer un modèle dans le monde pour le développement durable
et pour montrer une nouvelle façon de vivre et une nouvelle façon de penser aux générations futures.
135
ECOLE DOCTORALE – IV –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Etudes germaniques
D’ANGELO Ariane
Directeur de Recherche : MME Helene MIARDDELACROIX
Thèse soutenue le : mercredi 3 décembre 2014 Président du jury : M. Hans-Peter STARK (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Dominique HERBET (Université Lille III)
MME Caroline OLLIVIER-YANIV (Université Paris 12)
M. Sylvain SCHIRMANN (Membre de L’ Institut)
Discrète ténacité: l’entreprise de communication politique des gouvernements ouest-allemands à
l’étranger à l’exemple de la France (1958-1969)
Résumé : La présente étude est consacrée au développement spécifique du secteur ouest-allemand de la
communication politique d’État à l’étranger, dans le contexte des initiatives menées en France entre 1958 et
1969. L’élaboration d’une doctrine de l’information conforme à la doxa démocratique de la République
fédérale d’Allemagne constitue le point de référence d’une analyse où affleurent les analogies avec la
République de Weimar et les continuités dans le domaine du personnel et de l’appareil institutionnel.
L’accession de la communication politique à l’étranger, domaine distinct de la diplomatie culturelle, au rang
d’instrument indispensable de la politique extérieure est préalablement examinée à l’aune des efforts
accomplis par le chancelier Konrad Adenauer pour conquérir une marge de manoeuvre internationale dans
les premières années d’existence de la République fédérale ; l’ultimatum soviétique sur Berlin, en novembre
1958, est mis en évidence comme l’élément déclencheur de l’assentiment donné par le Parlement fédéral à la
mise en oeuvre de mesures renforcées dans le domaine de l’information politique à l’étranger. La
concurrence avec la RDA et l’importance de la distanciation avec la notion de propagande s’établissent
comme deux critères d’analyse de l’action menée en France par la diplomatie ouest-allemande en
coordination avec l’Office de presse et d’information du gouvernement fédéral. À rebours de la thèse de la «
retenue », souvent utilisée pour désigner l’attitude officielle ouest-allemande à l’étranger, les procédés
révèlent plutôt une action tenace, le plus souvent attentive à rester discrète, et dont les présupposés
contredisent les tentatives de faire table rase du passé.
136
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 3556 Représentations et identités. Espaces germanique, nordique et néerlandophone
Doctorat (DNR) – Etudes germaniques
ELLERBACH Benoît
Directeur de Recherche : M. Bernard BANOUN
Thèse soutenue le : samedi 13 décembre 2014 Président du jury : M. Marc LACHENY (Université de
Lorraine)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Immacolata AMODEO (Villa Vigoni)
M. Bernard HEYBERGER (Ecole des Hautes Etudes en
Sciences Sociales)
MME Christine MEYER (Université de Picardie Jules
Vernes)
L' »Arabie » contée aux Allemands : fictions interculturelles chez Rafik Schami
Résumé : La plupart du temps, la littérature dite de l’immigration en Allemagne a fait l’objet d’études
générales regroupant plusieurs auteurs. Ce travail, entièrement consacrée à l’oeuvre de l’auteur
germanophone d’origine syrienne Rafik Schami (né en 1946) entend réindividualiser l’oeuvre de cet auteur
et l’aborder dans son historicité et son évolution. Jouant sur ses origines ‘orientales’ et les mettant sans
cesse en scène tout en écrivant en allemand, Rafik Schami s’inscrit dans la tradition d’un discours sur
l’Orient et sa réception occidentale. A partir d’une double approche – l’une sociopoétique, l’autre relevant
d’une analyse littéraire interne des textes – nous interrogeons d’une part les postures ‘interculturelles’ de
l’auteur et ses rapports avec la tradition orale, entre Orient et Occident, et d’autre part, nous entendons
démontrer comment son oeuvre met en question les rapports de pouvoir inhérents au couple que forment le
centre et la périphérie. A la frontière entre une littérature populaire aux visées mercantiles et une littérature
exigeante, les fictions interculturelles de Rafik Schami sont une tentative, parfois équivoque du fait des
stratégies employées, de faire découvrir au lecteur occidental un ‘ailleurs’. Que cet ailleurs soit le monde du
travailleur étranger ou de l’immigré en Allemagne, un monde arabe vaguement délimité et mis en scène en
tant qu’une « Arabie », ou encore la Syrie, Damas et ses environs, cet ailleurs est au coeur d’un projet
culturel et politique qui voudrait sensibiliser le plus grand nombre aux destins des minorités et des sansvoix.
137
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 3556 Représentations et identités. Espaces germanique, nordique et néerlandophone
Doctorat (DNR) – Etudes germaniques
HALLE Einar
Directeur de Recherche : M. Jean-Marie
MAILLEFER
Thèse soutenue le : vendredi 31 octobre 2014 Président du jury : M. John Peter COLLETT (Universitetet
i Oslo)
Mention : Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Maurice CARREZ (Université Strasbourg 1)
La Norvège et l’isolationnisme (1940-1972)
Résumé : Nous avons d’abord entrepris de tracer un tableau de la Norvège en nous reportant à des ouvrages
d’auteurs tels Raymond Aron (1905-1983) et son « Guerre et paix entre nations », de Francis Fukuyama
(1952-) avec son étude « The Origins of Political Order » [Les origines de l’ordre politique], de Hans
Magnus Enzensberger (1929-), auteur de « Norsk utakt » [La Norvège qui marche à contretemps], d’Henrik
Ibsen (1828-1906) et son « Peer Gynt », et de nombreux écrits d’Olav Riste (1933-) et d’autres auteurs.A la
fin de cette première partie notre analyse a permis d’identifier l’isolationnisme traditionnel et défensif des
Norvégiens que nous désignons comme étant du premier degré, puis une seconde forme d’isolationnisme
appelé organique et du second degré, car intériorisé et ainsi occulté.Nos sources principales ont été les
Comptes rendus de réunions du Comité des Affaires étrangères et de la Constitution au Storting (Parlement)
à Oslo.La deuxième partie de cette thèse traite la période de 1940 à 1949 qui se termine par l’adhésion de la
Norvège au Pacte atlantique et l’OTAN en 1949, car le pays n’avait tout simplement pas d’autre choix. En
troisième partie nous suivons la Norvège dans une phase d’internationalisation profonde de 1950 à 1972 où
le pays adhère, de nouveau sous la contrainte, d’abord à l’Association européenne de libre échange puis
cherche à se joindre à la Communauté économique européenne. L’échec au référendum sur l’Europe en
1972 est à imputer en très grande partie à son isolationnisme que nous qualifions d’extraordinaire.
138
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 3556 Représentations et identités. Espaces germanique, nordique et néerlandophone
Doctorat (DNR) – Etudes germaniques
MAREUGE Agathe
Directeur de Recherche : M. Bernard BANOUN
Thèse soutenue le : vendredi 10 octobre 2014 Président du jury : MME Françoise LARTILLOT
(Université de Metz)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Laurent CASSAGNAU (ENS LYON ENS LETTRES
SCIENCES HUMAINES)
MME Isabelle EWIG (Université Paris 4)
M. Eric ROBERTSON (University of London – Royal
Holloway)
M. Sandro ZANETTI (Universität Zürich)
L’oeuvre poétique tardive de Jean Hans Arp (1886-1966)
Résumé : L’étude de l’oeuvre poétique tardive de l’artiste Jean Hans Arp (1886-1966) révèle que
l’opposition entre non-sens et sens, au moyen de laquelle est souvent analysé le passage de sa production
dada à sa poésie des années cinquante et soixante, n’a pas lieu d’être. L’introduction d’une cohérence aux
plans formel et structurel permet au plan sémantique le maintien de la plurivocité et de la contradiction.
L’analyse des formes poétiques arpiennes montre l’existence d’une invention et d’une variété formelles
intactes dans la production tardives, entre actualisation de formes anciennes et innovation. Cette tension
anime également son activité anthologique et éditoriale, comprise comme élément constituant de sa
poétique tardive : le poète déploie des stratégies visant à constituer, entre soixante et quatre-vingts ans, une
oeuvre réflexive, intégrant les cinquante années de production antérieure, mais en déjouant constamment les
écueils de l’(auto-)monumentalité. Le rapport entretenu avec la réalité extérieure au langage connaît un
bouleversement référentiel après 1943-1945. La critique accrue de la rationalité occidentale et l’exigence
d’expression subjective conduisent à la mise en place d’un discours poétique sur le monde et sur les
capacités du langage, une « cosmogonie de poche » à la fois humble et démiurgique. Elle consiste en une
confiance inaltérée dans le pouvoir créateur du langage poétique, capable de créer d’autres mondes. Cette
modernité radicale d’Arp, exacerbée car revendiquée, le situe de façon originale dans le contexte du devenir
des avant-gardes européennes après 1945 et met en lumière la spécificité de son appartenance à une
génération de transition.
139
ECOLE DOCTORALE – IV –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Etudes germaniques
ROURE Pascale
Directeur de Recherche : M. Gerard RAULET
Thèse soutenue le : samedi 14 février 2015 Président du jury : M. Norbert WASZEK (Université
Paris 8)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Marc CREPON (CNRS)
L’écriture critique. Enjeux politiques, littéraires, épistemologiques et philosophiques de la critique de
la langue de Fritz Mauthner
Résumé : La « critique de la langue » chez Fritz Mauthner (1849-1923), qui se décline comme critique de la
presse et de la culture, critique littéraire, critique de la philosophie et des sciences, est une critique, par son
style et son écriture, des modes intellectuelles et des idéologies codées par les usages de langue de son
époque. Notre travail replace l’ensemble des écrits de Mauthner dans leur contexte d’apparition, le Berlin
de la fin du XIXe siècle, et documente l’implication de Mauthner dans le mouvement de la modernité
littéraire, autour de la Freie Bühne de Berlin. Ces écrits invitent à interroger les paradoxes constitutifs de la
Modernité, et l’articulation entre les notions de crise et de critique qui traversent le champ littéraire,
scientifique et philosophique. Il s’agit donc de mettre en évidence une stratégie d’écriture qui, dans le
contexte de la spécialisation et de la vulgarisation des savoirs modernes et de leurs terminologies, revêt une
dimension polémique et politique. Cette stratégie sert une critique immanente à la langue, qui procède par
imitation et détournement des mots-clef, des effets de discours et des formes d’expression de la pensée
dominante. Nous montrons enfin de quelle manière cette écriture, avec son recours à des figures ou quasifigures
du discours impropre, exemplifie et alimente une conception métaphorique, contextuelle et
dialogique de la langue, approche sémantique visant à exclure les notions d’identité et de propriété et les
jugements de valeurs d’une réflexion historique sur la langue et la culture.
140
ECOLE DOCTORALE – IV –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Cotutelle – Etudes germaniques
SATTLER Verena
Directeur de Recherche : MME Helene MIARDDELACROIX
Thèse soutenue le : mercredi 8 juillet 2015 Président du jury : M. Stephan MARTENS (Université
Bordeaux 3)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Ludwig-Maximilians
Universität München
Membres du jury :
M. Horst MÖLLER (Universität L. Max München)
M. Michael WOLFFSOHN (Universität der Bundeswehr)
Entre chocs pétroliers et conflit israélo-arabe : la France et l’institutionnalisation de la politique
proche-orientale de la Communauté Européenne. De la création de la Coopération Politique
Européenne en 1969/70 à la déclaration de Venise de 1980
Résumé : C’est avec le lancement de la Coopération Politique Européenne (CPE) en 1969/70 que les six
États membres de la Communaute européenne (CE) ont tourné une page dans l’histoire de l’intégration
européenne. À partir de cette date les membres de la CE se sont consultés sur des questions de politique
étrangère afin d’harmoniser leurs vues et d’élaborer des positions communes. Dès le début la France avait
le plus grand intérêt à mettre le Proche-Orient sur l’agenda des Six. Comme les deux chocs pétroliers de
1973/74 et de 1979 risquaient de peser lourd sur les relations euro-arabes, les autres États membres de la
Communauté ont consenti en principe à développer une position commune envers le Proche-Orient. Ainsi
une politique proche-orientale des Six, et àpartir de 1973 des Neuf, s’est institutionnalisée au cours des
années 1970 qui était basée d’une part sur des déclarations communes sur la situation au Proche-Orient et
d’autre part sur une coopération économique interrégionale plus étroite, notamment dans le cadre du
dialogue euro-arabe. Sous la présidence de Georges Pompidou tout comme sous la présidence de Valéry
Giscard d’Estaing la France a été le moteur dans le développement des relations euro-arabes des années
1970. Même si l’action française qui visait à faire adopter sa propre politique proche-orientale par ses
partenaires européens n’était pas toujours couronnée de succès la déclaration commune du 6 novembre
1973 et surtout la déclaration commune de Venise du 13 juin 1980reflètent nettement position propalestinienne
de la France.
141
ECOLE DOCTORALE – IV –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Cotutelle – Etudes germaniques
ZUNINO ZUNINO-LECOQ
Berenice
Directeur de Recherche : M. Jean-Paul CAHN
Thèse soutenue le : vendredi 12 décembre 2014 Président du jury : M. Uwe PUSCHNER (Freie Universität
Berlin)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Freie Universität Berlin Membres du jury :
MME Christine BEESE (Freie Universität Berlin)
M. Olivier JANZ (Freie Universität Berlin)
MME Françoise KNOPPER (Université Toulouse 2)
M. Friedrich TAUBERT (université de bourgogne)
La littérature illustrée pour enfants à l’époque de la Première Guerre mondiale. Origines et évolution
de la culture de guerre enfantine allemande
Résumé : Dans une perspective d’histoire culturelle, cette thèse, fondée sur une approche iconologique, se
propose de montrer, à partir de l’exemple de la littérature illustrée, que la culture de guerre enfantine
allemande n’apparut pas ex nihilo en 1914. Elle avait ses racines dans la culture mémorielle d’avant-guerre.
Issu de la peinture historique, un imaginaire héroïque en constituait les fondements. 1914 provoqua une
intensification de la culture de guerre. Alors que les éditeurs commercialisèrent des livres patriotiques au
moment où la guerre de position était déjà en place, ces ouvrages continuèrent à véhiculer l’image d’une
guerre de mouvement. À mesure que les hostilités duraient, des dessins kitsch aux motifs enfantins et des
caricatures de l’ennemi permirent de justifier le conflit, stylisé en une guerre défensive. Ces strates ludiques
de la culture de guerre enfantine, qui provenaient de l’iconographie politique pour adultes, favorisèrent un
élargissement du lectorat, auparavant scolaire, aux jeunes enfants. Les auto-images apologétiques
l’emportaient toutefois sur la ridiculisation de l’ennemi. Conjointement aux caricatures, elles renforçaient la
communauté nationale et traitaient des liens entre le front et l’arrière, qui devinrent une préoccupation
croissante des familles, séparées durablement. Face aux difficultés matérielles, les livres, au ton
moralisateur et performatif, cherchèrent à mobiliser matériellement les enfants à l’arrière. Dans ce contexte,
des albums furent vendus au profit d’associations patriotiques. D’après les tirages, la littérature patriotique,
probablement adressée aux enfants issus des milieux bourgeois, connut un certain succès.
142
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4091 – Centre de recherche Moyen Orient Méditerrannée
Doctorat (DNR) – Etudes arabes
BARATLI Youssef
Directeur de Recherche : M. Abdallah CHEIKHMOUSSA
Thèse soutenue le : samedi 18 octobre 2014 Président du jury : MME Anne-Marie EDDÉ (Université
Paris 1)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Mohamed BAKHOUCH (Université Aix-Marseille 1)
MME Brigitte FOULON (Université Paris 4)
Aswâq al-ashwâq min masâri’ al-‘ushshâq, Ibrâhîm al-Biqâ’î (m.885/1480). Édition critique et
commentaire
Résumé : L’amour, le ʿišq «amour-passion» et les histoires d’amants que le sort épargne ou sur lesquels il
s’acharne, sont des thèmes qui ont touché et touchent toujours toutes les sociétés, et semblent traverser les
siècles sans vieillir. Certaines légendes ont été rapportées oralement, peut-être même chantées au début,
puis grâce à l’écriture et à la réécriture, nous pouvons les lire aujourd’hui. Mais on a tendance à privilégier
certaines anecdotes, certains poètes des premiers siècles de l’Islam. Les auteurs des siècles plus tardifs ne
semblent pas avoir été assez étudiés du moins pour ce thème de l’amour. C’est le cas de notre auteur :
Ibrāhīm b.ʿUmar al-Biqāʿī (m.885/1480), dont l’oeuvre est impressionnante, plus de quatre vingt dix titres. Il
est surtout connu pour ses productions concernant l’exégèse et le hadith. Son côté littéraire demeure
inconnu ou presque. Notre recherche porte sur l’édition critique et le commentaire d’un de ses manuscrits
intitulé : Aswāq al-Ašwāq min Maṣāriʿ al-ʿUššāq, titre que nous traduisons par : «Des Marchés des Désirs
et des Trépas des Amants», oeuvre souvent citée par les chercheurs qui s’intéressent à ce thème, mais jamais
éditée.
143
_ _ _ _
ECOLE DOCTORA LE V
CONCEPTS ET LANGAGES
MUSIQUE ET MUSICOLOGIE
MUSIQUE : RECHERCHE ET PRATIQUE
LANGUE FRANÇAISE
LINGUISTIQUE
PHILOSOPHIE
SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION
SCIENCES SOCIALES ET PHILOSOPHIE DE LA CONNAISSANCE
144
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
Doctorat (DNR) – Musique et musicologie
CAILLIEZ Matthieu
Directeur de Recherche : M. Jean-Pierre BARTOLI
Thèse soutenue le : mardi 18 novembre 2014 Président du jury : M. Jean-Francois CANDONI
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Arnold JACOBSHAGEN (Hochschule für musik Köln)
MME Fiamma NICOLODI (Universita degli Studi di
Firenze)
M. Helmut SCHNEIDER (Universität Bonn)
M. Claudio TOSCANI (Università degli Studi di Milano)
La Diffusion du comique en Europe à travers les productions d’opere buffe, d’opéras-comiques et de
komische Opern (France – Allemagne – Italie, 1800-1850)
Résumé : Cette étude de la diffusion du comique en Europe, à travers les productions d’opere buffe,
d’opéras-comiques et de komische Opern dans la première moitié du XIXe siècle, porte dans un premier
temps sur les livrets et leur circulation, puis sur la diffusion des oeuvres, enfin sur les modèles structurels
musicaux du comique et leurs transferts. Entré le premier dans l’ère de la « littérature industrielle », le
théâtre français s’impose à l’échelle du continent et les librettistes français bénéficient du système
avantageux du droit d’auteur. Déconsidérés et mal rémunérés, les librettistes italiens et allemands traduisent
et adaptent en grande quantité des pièces françaises. Tandis que l’opera buffa connaît une incroyable
diffusion en France et en Allemagne entre 1800 et 1850, aussi bien en langue originale qu’en traduction, et
que l’opéra-comique suit son exemple en Allemagne en traduction, la komische Oper est rarement jouée en
France, et les genres français et allemand restent inconnus en Italie. Les modèles structurels du comique
italien, dont les opere buffe de Rossini constituent la plus célèbre expression, sont repris par les
compositeurs français et allemands dans leurs propres ouvrages. Les compositeurs allemands empruntent
également aux modèles structurels du comique français, si bien que le genre de la komische Oper consiste
principalement en une synthèse franco-italienne. Dans une période caractérisée par l’essor des
nationalismes, la circulation des oeuvres, des librettistes et des compositeurs favorise paradoxalement la
construction d’une unité de l’Europe par le rire.
145
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
Doctorat (DNR) – Musique et musicologie
CONTRI Fabrice
Directeur de Recherche : M. Francois PICARD
Thèse soutenue le : vendredi 21 novembre 2014 Président du jury : M. Nicolas MEEÙS (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Violaine ANGER (Université Evry)
M. Laurent AUBERT (Musée d’ethnographie de Genève)
M. Michel BOIVIN (CNRS)
M. Luc CHARLES-DOMINIQUE (Université de Nice)
Etre compositeur en Inde du sud: le krti chez les saints poètes de la Trinité carnatique
Résumé : La présente étude aborde la problématique de la fonction et du statut du compositeur – comme
celle de son influence et de son style – au sein de la tradition musicale classique de l’Inde du Sud (musique
carnatique) à travers ses trois plus grands représentants ou « Trinité carnatique » : Śyāmā Śastri (1762/63 –
1827), Tyāgarāja (1767-1847), Muttusvāmi Dīkṣitar (1775-1835). Elle se concentre sur la forme reine d’un
vaste répertoire que ces trois musiciens ont portée à son apogée : le kṛti. Instrument privilégié de la
mystique hindoue appelée bhakti, le kṛti est d’abord destiné au chant, ses compositeurs sont aussi poètes et
s’il apparaît tout entier dédié à la louange divine, il s’avère aussi le lieu privilégié de l’expression
personnelle sur le plan tant littéraire que musical. La création musicale en Inde du Sud est par ailleurs le
fruit d’une incessante et subtile alternance entre improvisation et composition : les formes
compositionnelles contiennent une part d’ouverture qui en assure non seulement la vie mais aussi la
pérennité. Comment le compositeur prend-t-il en charge le devenir de ses oeuvres et de quelles manières ?
Comment, tant par ses compositions que par le modèle de son existence même – par le jeu hagiographique
– s’inscrit-il dans le processus créatif, notamment celui de l’interprétation ? En quoi le kṛti, et
particulièrement ceux de la Trinité carnatique, constitue un terrain particulièrement favorable pour la
dialectique de la fixité et de la mobilité ? Ces éléments de problématique impliquent une approche à la fois
historique et anthropologique tout en ouvrant un vaste champ à l’analyse musicale.
146
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique: histoires, transformations, actualité
Doctorat (DNR) – Musique et musicologie
DEJOS Virginie
Directeur de Recherche : MME Danielle COHENLEVINAS
Thèse soutenue le : lundi 6 octobre 2014 Président du jury : M. André LISCHKE (Université Evry)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-Marc CHOUVEL (Université de Reims)
M. Bernard SEVE (Université Lille III)
M. Bernard VOUILLOUX (Université Paris 4)
Analyse et interprétation des six dernières sonates d’Alexandre Scriabine
Résumé : La thèse porte sur les six dernières sonates de Scriabine. L’analyse des oeuvres a été pensée en
relation avec l’interprétation pianistique. L’univers de référence et l’imaginaire sonore de Scriabine sont
reconstitués à partir de la perception des oeuvres et des indications d’interprétation présentes dans les
partitions. Une méthode inspirée par l’analyse schenkerienne est développée pour étudier les logiques
d’écriture d’un langage dans lequel la notion de tonalité est considérablement élargie. La dernière partie,
plus directement liée à l’interprétation, étudie les spécificités de l’écriture pianistique et des paramètres du
timbre et du temps en s’appuyant sur l’étude d’enregistrements historiques.
147
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 Institut de REcherche en MUSicologie (IREMUS)
Doctorat (DNR) – Musique et musicologie
EL DIDI Amer
Directeur de Recherche : M. Nicolas MEEÙS
Thèse soutenue le : vendredi 30 janvier 2015 Président du jury : M. Frederic LAGRANGE (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Nidaa ABOU MRAD ()
M. Jean DURING (C.N.R.S.)
M. Owen WRIGHT (SOAS London)
Système modal arabe levantin du XIVe au XVIIIe siècle (Étude historique, systémique et sémiotique,
éditions critiques et traductions des manuscrits)
Résumé : Loin de prétendre à l’exhaustivité, cette thèse présente un premier essai visant à une
compréhension plus unifiée et plus globale du système modal arabe d’une période s’étalant sur cinq siècles
environ. Un des enjeux de cette recherche est, pour reprendre les termes d’Amnon Shiloah, « de quitter, une
fois pour toutes, la légende de léthargie » et d’enlever la qualification de «stagnation » et d’« âge des
ténèbres » longtemps attachée à cette époque. Il s’est avéré à travers les pages de cette recherche, que le
système modal n’a jamais perdu sa vitalité. Tout au contraire, les études historique, philologique,
systémique et sémiotique menées au cours de cette thèse attestent de la présence d’un fil conducteur qui lie,
d’un bout à l’autre, la tradition du XIIIe siècle à celle du XIXe siècle.
148
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
Doctorat (DNR) – Musique et musicologie
MORALES Jorge
Directeur de Recherche : MME Raphaëlle
LEGRAND
Thèse soutenue le : jeudi 6 novembre 2014 Président du jury : MME Isabelle HIS (Université de
Poitiers)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Università di Roma, La
Sapienza
Membres du jury :
M. Dinko FABRIS (Università della Basilicata (Potenza))
MME Anne Madeleine GOULET (CNRS)
M. Arnaldo MORELLI (Universita degli studi dell’Aquila)
M. Massimo PRIVITERA (Università degli Studi di
Palermo)
Sigismondo d’India à la cour Turin. Musique, mécénat et identité nobiliaire
Résumé : Sigismondo D’India (1582 ?-1629 ?), contemporain de Claudio Monteverdi, est un compositeur
parmi les plus importants du début du XVIIe siècle : l’un des pères fondateurs de la musique moderne. La
présente thèse entend le situer dans un contexte qui nécessite d’être rappelé et mis à jour, celui de la cour de
Turin où le musicien s’est établi de 1611 à 1623, période la plus fructueuse de sa carrière musicale dont
l’étude s’organise autour de trois problématiques : la musique, le mécénat et l’identité nobiliaire. Il s’agit,
dans un premier temps, d’étudier la circulation des musiciens, artistes, imprimeurs et sources musicales
mais également d’analyser certaines oeuvres du compositeur. Ainsi, D’India, chanteur, guitariste,
compositeur et poète, apparaît comme l’un des musiciens les plus audacieux et les plus singuliers de son
temps. Le mécénat artistique accompagne sa carrière musicale : il favorise ses déplacements, relie les
différentes villes où se trouvent le musicien et ses dédicataires et facilite l’émulation créatrice. L’étude du
mécénat à travers sa production musicale dévoile notamment la multiplicité des rapports entre D’India et
ses dédicataires. Enfin, par identité nobiliaire, nous entendons étudier la manière dont le compositeur
contribue à la construction de l’identité culturelle d’une cour en même temps qu’il construit son propre
statut de noble. L’identité nobiliaire peut être ainsi considérée comme un préalable à l’identité nationale.
Nous voulons par ailleurs montrer que D’India remplit parfaitement le rôle de musicien-gentilhomme et que
sa musique participe à la construction d’un modèle d’urbanité.
149
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
Doctorat (DNR) – Musique et musicologie
SAAVEDRA Rafael
Directeur de Recherche : M. Francois MADURELL
Thèse soutenue le : lundi 29 juin 2015 Président du jury : M. Jesus AGUILA (Université
Toulouse 2)
Mention : Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Marie-Pierre LASSUS (Université Lille III)
M. Jean-Pierre MIALARET (Université Paris 4)
Les compétences du chef de choeur : enquête sur les attentes déclarées des choristes et des chefs
Résumé : Ce travail propose une étude dans le domaine de la direction de choeur. Il est centré sur les
compétences du chef et les conditions d’une performance optimale, selon les attentes déclarées des acteurs
du monde choral. Il s’agit de compétences souhaitées par les choristes et les chefs. Les questions du
répertoire, du contexte social et historique de la direction sont abordées, ainsi que les aspects
épistémologiques de l’interprétation musicale. Les origines du concept de compétence, son évolution, son
approche selon différentes perspectives, son emploi pédagogique précèdent l’observation empirique qui
prend la forme d’une enquête menée sur un vaste échantillon dans six pays : l’Allemagne, l’Autriche,
l’Espagne, les Etats-Unis, la France et le Venezuela. L’analyse critique donne une image psychologique des
compétences du chef, décrit sa position culturelle et sa performance dans le contexte social. En découlent
des considérations liées à l’héritage historique de la direction de choeur et une réflexion relative à la
formation du chef.
150
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
Doctorat (DNR) – Musique et musicologie
SHIONO Eiko
Directeur de Recherche : M. Jean-Marc CHOUVEL
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : M. Marc BATTIER (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Augustin BERQUE (Ecole des Hautes Etudes en
Sciences Sociales)
MME Marie-Pierre LASSUS (Université Lille III)
M. Pierre MICHEL (Université Strasbourg 2)
Les traditions japonaises dans les oeuvres de deux compositeurs français du XXIème siècle : Laurent
Martin et Jean-Luc Hervé
Résumé : Tout au long de leur histoire, les Japonais ont cultivé précieusement leurs propres traditions, tout
en assimilant les cultures voisines, celles d’Asie continentale (Chine, Corée), puis celles apportées par
l’Occident. Pourtant, aujourd’hui, au début du xxie siècle, leur vie quotidienne est marquée par le mode
occidental et il nous semble que « la tradition japonaise » commence à tomber en désuétude. Le mot «
tradition » prend même une couleur exotique à leurs yeux, et désormais, ce sont les Occidentaux qui
tournent leur regard vers la tradition japonaise. Parmi eux, deux compositeurs français, Laurent Martin
(1959-) et Jean-Luc Hervé (1960-). L’objet de leurs recherches est le moteur de leur création musicale et
leur intérêt pour le Japon ne se limite pas à des stéréotypes. Laurent Martin s’intéresse au premier chef à la
littérature japonaise et Jean-Luc Hervé est attiré avant tout par l’agencement du paysage japonais
(architecture, jardins). Tous deux sont en quête de ce qui est ignoré ou oublié des Japonais eux-mêmes : « la
tradition japonaise », qui est digne d’être perpétuée ou remise au jour. Les centres d’intérêt de ces deux
compositeurs ont nourri le sujet de notre recherche. Après avoir étudié les particularités des cultures
japonaise et française, leurs points communs et ce qui les différencie, nous analyserons Poèmes japonais de
Laurent Martin et Effet lisière de Jean-Luc Hervé sous divers angles. À partir de ces deux modèles
musicaux, nous nous demanderons comment les Japonais eux-mêmes peuvent appréhender leurs propres
traditions au sein de la société moderne.
151
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
Doctorat (DNR) – Musique et musicologie
VERWAERDE Clotilde
Directeur de Recherche : M. Jean-Pierre BARTOLI
Thèse soutenue le : mardi 14 avril 2015 Président du jury : MME Raphaëlle LEGRAND
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Keith CHAPIN (Cardiff University)
MME Thérèse DE GOEDE (Conservatoire d’Amsterdam)
M. Bertrand POROT (Université de Reims)
La pratique de l’accompagnement en France (1750-1800) : de la basse continue improvisée à l’écriture
pour clavier dans la sonate avec violon
Résumé : Entre 1750 et 1800, l’émergence et l’adoption de nouveaux genres musicaux et modèles
stylistiques, bouleversent la pratique de l’accompagnement au clavier en France. La basse chiffrée se raréfie
dans les oeuvres gravées et cède progressivement le pas à des parties de clavier entièrement écrites dans la
musique vocale. La première partie de cette thèse définit la place de l’accompagnateur et l’évolution de la
notation. La seconde est consacrée à l’enseignement dispensé par les méthodes et traités, et établit des
passerelles avec les écoles étrangères et le siècle suivant. Enfin, la troisième partie reconsidère la question
de l’accompagnement dans les sonates pour clavier et violon. La confrontation des écrits théoriques et des
partitions trouve une application directe dans la pratique de la basse continue et de l’accompagnement au
clavier, et permet de proposer des modèles de réalisation conformes aux caractéristiques observées dans les
oeuvres de cette période.
152
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
Doctorat (DNR) – Musique et musicologie
XIONG Sha
Directeur de Recherche : M. Francois MADURELL
Thèse soutenue le : mardi 30 juin 2015 Président du jury : M. Philippe LALITTE (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Guy GOSSELIN (Université de Tours)
M. Jean-Pierre MIALARET (Université Paris 4)
Pédagogies actives et éducation musicale en Chine : le Nouveau Système en construction
Résumé : Notre recherche concerne la tentative de construction ce que l’on appelle le « Nouveau Système ».
Cette méthode est en cours d’élaboration, avec une certaine discrétion, principalement au Conservatoire
Central de Pékin. Ce Nouveau Système semble s’inspirer de trois méthodes actives européennes (Jaques-
Dalcroze, Orff et Kodaly). L’objectif de la recherche, après avoir restitué le contexte historique, est d’abord
d’identifier les méthodes dont s’inspire le « Nouveau Système », l’apport d’éléments propres à la Chine ;
ensuite, de tenter de comprendre la relation entre l’émergence de ce Nouveau Système et la société chinoise.
Nous avons choisi l’observation directe, l’entretien semi-directif avec les formateurs et les stagiaires,
l’analyse des vidéos et des entretiens. L’analyse de l’ensemble des données montre que les répertoires du
Nouveau Système incluent des chants populaires chinois qui sont souvent réécrits et adaptés selon les
besoins de l’enseignement, beaucoup de chants occidentaux, de la musique tonale occidentale, de la
musique improvisée tonale. Il y a peu de place pour l’enseignement des musiques traditionnelles chinoises.
Cette recherche nous permet de comprendre, d’une part, qu’il y a une demande dans le domaine éducatif (y
compris la musique) de former de futurs citoyens plus créatifs afin de répondre aux besoins de la
transformation économique, et d’autre part, qu’il y a une volonté de maintenir l’unité de la Chine. Dans le
cas du Nouveau Système, il y a une tendance vers une certaine autonomie de l’individu. En revanche, cette
volonté peut entrer en conflit avec le maintien de la cohésion sociale dans un pays où vivent plusieurs
peuples et où a régné une longue tradition autoritaire.
153
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
Doctorat (DNR) – Musique et musicologie
YEGNAN-TOURE Gninwoyo
Angeline
Directeur de Recherche : M. Francois PICARD
Thèse soutenue le : mercredi 10 décembre 2014 Président du jury : M. Nicolas MEEÙS (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Apollinaire ANAKESA (Université Antilles Guyane)
M. François BOREL ()
M. Yves DEFRANCE (Université Rennes 2)
M. Quang Hai TRAN (CNRS)
Les arcs musicaux d’Afrique dans quelques musées d’Europe: Une étude organologique, acoustique,
musicologique et ethnologique
Résumé : Si dans son aspect physique l’arc musical est simple, à l’issu de notre étude, nous nous rendons
compte qu’il n’est plus indiqué de le qualifier comme tel. Car dans sa forme fondamentale (branche arquée
maintenue dans cette position par une lanière), il renferme une complexité qui se dévoile à nous par les
liens qui existent entre les différents éléments qui composent l’arc. Sa complexité est également apparente
dans la variété des arcs musicaux, dans le jeu propre à chaque arc et dans la divergence des techniques et
circonstances de jeu. L’analyse acoustique des sons de cet instrument en révèle d’avantage sa complexité à
travers la variété de la nature des sons puis leur fluctuation que nous avons eu le temps de constater. Enfin,
dans la signification que les populations donnent à cet instrument, la complexité de l’arc musical se fait plus
flagrante car elle laisse se dévoiler un aspect de l’identité sociale des peuples aussi bien ceux qui
l’observent dans les musées que ceux chez qui sont collectionnés ces instruments. Car si pour les uns il est
instrument de divertissement, pour les autres, il est objet de rituel, instrument parleur et médiateur, objet
chargé d’une profonde et riche histoire des peuples d’Afrique. Nous espérons enfin que notre étude
permettra une bonne collaboration entre le nord et le sud, pour une connaissance plus juste de l’autre, une
connaissance fondée sur des valeurs et non des préjugés.
154
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
Doctorat (DNR) – Musique : recherche et pratique
CESARI Matteo
Directeur de Recherche : M. Jean-Marc CHOUVEL
Thèse soutenue le : vendredi 3 avril 2015 Président du jury : M. Marc BATTIER (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Philippe BRANDEIS (Conservatoire national supérieur
de musique & de danse Paris)
MME Sophie CHERRIER (Conservatoire national supérieur
de musique & de danse Paris)
M. Philippe LALITTE (Université Paris 4)
MME Emmanuelle OPHÈLE (Conservatoire de Montreuil)
Déchiffrer les horloges. L’interprétation du temps dans L’orologio di Bergson de Salvatore Sciarrino et
Carceri d’Invenzione IIb de Brian Ferneyhough
Résumé : Le langage de Salvatore Sciarrino et celui de Brian Ferneyhough sembleraient aux antipodes :
l’un doté d’une ligne épurée de tout excès, l’autre avec une notation surchargée de détails. La structure
temporelle de leurs langages pourraient toutefois trouver un point de contact dans deux pièces pour flûte
seule : L’orologio di Bergson de Sciarrino et Carceri d’Invenzione IIb de Ferneyhough. La pièce de
Sciarrino est structurée sur la périodicité de certains éléments qui, par leur récurrence, créent une sensation
de temps circulaire. Celle de Ferneyhough, bien que plus complexe à la surface, emploie la même idée de
récurrence du matériau. La simplicité des éléments sonores de Sciarrino laisse la place à des unités de
matériau incandescentes. Cette thèse a comme but de montrer une certaine similarité quant à la gestion du
temps, et quant à son déroulement. L’analyse de plusieurs interprétations montrera aussi comment les
interprètes s’approprient cette conception temporelle.
155
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
Doctorat (DNR) – Musique : recherche et pratique
LUZZATI Constance
Directeur de Recherche : MME Raphaëlle
LEGRAND
Thèse soutenue le : jeudi 20 novembre 2014 Président du jury : M. Bertrand POROT (Université de
Reims)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Violaine ANGER (Université Evry)
M. Jean-Pierre BARTOLI (Université Paris 4)
M. Philippe BRANDEIS (Conservatoire national supérieur
de musique & de danse Paris)
MME Isabelle MORETTI-FRANCOIS (Conservatoire
national supérieur de musique & de danse Paris)
Du clavecin à la harpe, transcription du répertoire français du XVIIIème siècle
Résumé : Le répertoire original pour harpe est relativement restreint. Deux voies permettent de concourir à
son accroissement : la création contemporaine d’une part, et la transcription d’autre part. La présente étude
interroge le rapport entre les habitus anciens et une pratique actuelle de transcription, depuis le répertoire de
clavecin français du XVIIIe siècle vers la harpe. La transcription est ici considérée comme une pratique non
notée qui relève de l’interprétation, et qui partage avec celle-ci, comme avec la traduction, des
problématiques fondamentales en apparence antinomiques : esprit et lettre, idiomatisme et fidélité. Elle
confronte l’interprète à ses propres limites ainsi qu’à celles de son instrument, et favorise la rencontre avec
l’altérité d’une écriture dépourvue de gestes familiers. La transcription constitue l’un des moyens
privilégiés de compréhension du répertoire transcrit, de l’instrument de destination, et du rapport de
l’interprète à son instrument. La transcription du répertoire de clavecin français pour harpe sera envisagée
tout d’abord sous un angle historique, puis à travers les interrogations de nature esthétique que suscite
l’antagonisme entre idiomatisme et fidélité, enfin la question des limites et impossibilités sera interrogée
selon une approche technique et pratique.
156
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
Cotutelle – Langue française
ANDREANI Nicola
Directeur de Recherche : M. Jacques
DURRENMATT
Thèse soutenue le : vendredi 28 novembre 2014 Président du jury : M. Henri GARRIC (université de
bourgogne)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Universita di Bologna Membres du jury :
M. Fabriano FABBRI (Universita di Bologna)
MME Marinella PIGOZZI (Universita di Bologna)
La séquentialité dans la bande dessinée
Résumé : Cette thèse porte sur le principe même de séquentialité d’images fixes, pour comprendre la
différence entre la Bande Dessinée et les différentes formes de narration par images fixes, même les autres
arts. Cela nous aide à comprendre pourquoi la Bande Dessinée est devenue un art autonome, pourquoi la
Bande Dessinée s’est plus developpée que d’autres formes de narration par images, et quelles sont plus
précisément les origines de la Bande Dessinée. Analyser la naissance de la Bande Dessinée signifie donc
tracer un parcours à travers des oeuvres, des auteurs ou des mouvements fondamentaux, et considérer les
thèmes, les poétiques, les technologies qui l’ont définie à telle ou telle époque. Ce travail vise donc à
identifier les oeuvres qui forment une ligne de partage entre le Moyen Âge et l’Âge Moderne. Une analyse
historique, mais également paradigmatique, aidera à mieux comprendre comment la Bande Dessinée a
évolué, quelles influences ont eu les autres formes d’art (comme la peinture, la littérature, la caricature ou le
théâtre) mais surtout, quelles techniques et stratégies ont été mises en place et ont fait évoluer la Bande
Dessinée vers un système narratif à base iconique.
157
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, Texte, Informatique, Histoire (STIH)
Cotutelle – Langue française
ARSENAULT Christine
Directeur de Recherche : MME Mireille HUCHONRIEU
Thèse soutenue le : mercredi 27 mai 2015 Président du jury : MME Roxanne ROY (Université de
Québec à Rimouski)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Université de Québec à
Rimouski
Membres du jury :
MME Marie-Claire THOMINE (Université Paris 4)
MME Diane DESROSIERS (Université de Mc Gill
Montréal)
M. Claude LA CHARITÉ (Université de Québec à
Rimouski)
M. Luc VAILLANCOURT (Université du Québec à
Chicoutimi (UQAC))
Les « Singes de Rabelais » : transfictionnalité et postérité littéraire de l’oeuvre rabelaisienne (1532-
1619)
Résumé : L’oeuvre de Rabelais connaît, dès la parution de Pantagruel en 1532, une postérité exceptionnelle,
qui lui attire autant d’éloges que de blâmes de la part de ses contemporains. Au-delà de cette réception
critique, elle est également l’objet d’un phénomène d’imitation d’une ampleur considérable, puisque l’on
retrouve, chez la majorité des auteurs de l’époque, des réminiscences du corpus rabelaisien. Entre 1532 et
1619, il existe toute une série de singes de Rabelais dont les oeuvres s’inscrivent dans trois grandes
tendances imitatives. La première correspond à un ensemble d’écrits entretenant une relation d’émulation
explicite avec la chronique pantagruéline, qu’il s’agisse de pasticher les genres littéraires dont elle relève ou
encore d’en proposer une expansion transfictionnelle. D’autres auteurs offrent, dans ce que l’on peut
identifier comme une deuxième tendance, des productions littéraires originales dans lesquelles il est
possible de relever un nombre significatif d’emprunts à l’oeuvre de Rabelais, ou tentent de placer sous son
égide des ouvrages apocryphes, par le biais de mises en scènes éditoriales. Certains autres singes, relevant
de la troisième tendance, ont choisi de faire de Rabelais une autorité narrative, que ce soit dans le domaine
de la Querelle des femmes, dans celui de la science, ou encore dans le contexte des conflits religieux et
politiques qui déchiraient alors l’Europe. Ces ouvrages sont autant de jalons de la réception de Rabelais qui
permettent de mettre en lumière les relations intertextuelles, souvent polyphoniques, qui unissent le corpus
rabelaisien et pararabelaisien, et de mieux comprendre comment son oeuvre est lue et comprise à son
époque.
158
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
Cotutelle – Langue française
CHALOZIN-DOVRAT Linor
Directeur de Recherche : M. Olivier SOUTET
Thèse soutenue le : jeudi 8 janvier 2015 Président du jury : M. Gilles SIOUFFI (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Tel Aviv University Membres du jury :
MME Hava BAT ZEEV SHYLDKROT (Université Paris 4)
M. Jean-Claude CHEVALIER (Université Paris 8)
M. Philippe MONNERET (Université Paris 4)
M. Dan SAVATOVSKY (Université Paris 3)
Les rapports entre le temps et l’espace dans les théories linguistiques
Résumé : Depuis plusieurs décennies, un nombre important de travaux en linguistique et sciences cognitives
avancent une thèse selon laquelle l’expression du temps dans la langue dépend de la cognition de l’espace.
Cette étude cherche à établir que le discours scientifique sur les rapports temps–espace dans la langue et la
cognition est un objet épistémologique qui a sa propre histoire et ses propres motivations disciplinaires.
Ainsi, le programme de recherche généralement admis est le produit d’une trame complexe d’intérêts qui ne
favorisent pas nécessairement la recherche de l’objet scientifique. Dans une première partie, nous
confirmons que les rapports linguistiques entre temps et espace constituent un objet historique et variable,
tant dans la langue que dans la pensée sur la langue. Dans une deuxième partie, nous explorons la tendance
à la spatialisation du temps dans les écrits des philosophes et grammairiens des Lumières et dans le travail
de Gustave Guillaume (1883–1960). Dans une troisième partie, nous examinons le paradigme de la priorité
spatiale dans la linguistique cognitive à partir des années 1970 jusqu’à nos jours. Les résultats de cette
étude nous amènent à proposer des lignes directrices pour la recherche future des manifestations
linguistiques des rapports temps–espace.
159
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
Doctorat (DNR) – Langue française
CONFORTI Marielle
Directeur de Recherche : M. Olivier SOUTET
Thèse soutenue le : jeudi 13 novembre 2014 Président du jury : M. Samir BAJRIC (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Eliane KOTLER (Université de Nice)
M. Thierry PONCHON (Université de Reims)
Le subjonctif en français préclassique, (1539-1637). Étude morphosyntaxique
Résumé : Ce travail vise à déterminer s’il existe ou non une norme du subjonctif en français préclassique, et
dans l’affirmative de la décrire et de la saisir. D’un point de vue morphologique, on constate que le français
préclassique simplifie les paradigmes du subjonctif par un effet d’analogie, alors que l’ancien français avait
tendance à les différencier nettement de l’indicatif. Nous noterons de plus l’importance du yod «
désactualisant » qui se généralise aux première et seconde personnes du pluriel, devenant le marqueur
privilégié de l’indétermination. La syntaxe du subjonctif de cette période se caractérise par une
exceptionnelle liberté, la seule règle suivie par le locuteur étant d’utiliser le subjonctif lorsque l’énoncé
appartient au « monde des possibles » et l’indicatif lorsqu’il entre dans le « monde du probable »
(terminologie empruntée à Robert Martin). Aussi, tout au long de la période préclassique le système modal
ne connaît aucune servitude grammaticale, n’obéissant à aucune règle mécanique mais seulement à des
tendances et à une concordance d’ordre cinétique et modal. Malgré cette autonomie, le subjonctif est
souvent écarté au bénéfice de l’indicatif, auquel nous incluons la forme en –rais, quand le discours ne
traduit aucun effet stylistique ou rhétorique, car l’indicatif indique précisément le temps sur la
chronogénèse. En revanche l’image temporelle du subjonctif est incomplète et insécable, « amorphe » et «
in fieri » (terminologie de Gustave Guillaume). Pourtant, malgré cette inhérente imprécision temporelle, le
subjonctif demeure irremplaçable en français préclassique pour son extraordinaire poésie.
160
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
Doctorat (DNR) – Langue française
LAFOND Claire
Directeur de Recherche : M. Olivier SOUTET
Thèse soutenue le : samedi 22 novembre 2014 Président du jury : MME Eliane KOTLER (Université de
Nice)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Claire BADIOU-MONFERRAN (Université de
Lorraine)
M. Thierry PONCHON (Université de Reims)
La négation simple et la négation composée en français préclassique
Résumé : La question du système des morphèmes de la négation simple ou composée en français suscite
depuis toujours l’intérêt de la linguistique mais reste traitée de manière fluctuante par la linguistique
diachronique qui l’étudie de façon inégale selon les périodes de l’histoire du français. En effet, concernant
la période préclassique (1550-1630), si cette question est régulièrement abordée, aucune étude approfondie
et détaillée du système de la négation n’existe à ce jour. Ainsi, ce travail s’inscrit au croisement d’une
double visée de la recherche en linguistique : d’une part, celle d’un éclairage nouveau sur la question des
marques grammaticales de la négation en français ; d’autre part, celle d’une réactualisation des
questionnements sur la langue préclassique qui, longtemps négligée, jouit depuis une vingtaine d’années
d’un regain d’intérêt croissant. La finalité de cette étude est de proposer une description précise de
l’organisation et du fonctionnement du système des signes grammaticaux de la négation simple et de la
négation composée (non, ne, ne…pas, ne…point, ne…jamais, etc.) à travers leurs divers emplois et leurs
jeux de concurrence, tels qu’ils apparaissent dans un vaste corpus de textes de la période préclassique
(1550-1630). Les méthodes de la morphosyntaxe et de la sémantique se sont avérées ici tout à fait
adéquates, tout comme le cadre théorique de la psychomécanique du langage dont les postulats permettent
de traiter en profondeur les enjeux et les subtilités impliqués par cette recherche.
161
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
Doctorat (DNR) – Langue française
ROMAGNINO Roberto
Directeur de Recherche : MME Delphine DENIS
Thèse soutenue le : vendredi 4 septembre 2015 Président du jury : M. Emmanuel BURY (Université de
Versailles)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Marie-Gabrielle LALLEMAND (Université de Caen)
M. Stephane MACE (Université Grenoble 3)
MME Anne-Elisabeth SPICA (Université de Metz)
Origine, redéfinition, statut de l’Ekphrasis romanesque au XVIIe siècle
Résumé : Notre thèse se propose comme objectif la définition et l’étude du traitement de l’ekphrasis dans la
fiction narrative française en prose entre 1585 et 1660. L’ekphrasis y est comprise dans le sens ancien et
rhétorique d’un discours doté d’évidence (enargeia), mettant son objet devant les yeux du lecteur/auditeur.
En s’appuyant sur une rigoureuse enquête philologique, le présent travail vise d’abord à définir l’origine
rhétorique de la notion d’ekphrasis et de tracer sa complexe cartographie sémantique entre l’Antiquité et la
première modernité. L’enquête s’efforce ensuite de montrer l’attitude – de docilité ou de rébellion – de
l’ekphrasis romanesque par rapport aux préceptes antiques et contemporains, par la mise en lumière des
singularités d’écriture qui différencient la pratique des romanciers. Enfin, l’étude s’attache à dégager les
effets que l’ekphrasis et plus en général le discours évident, dont les sources mettent en lumière l’étroit lien
avec les passions, sont censés susciter chez le lecteur.
162
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, Texte, Informatique, Histoire (STIH)
Doctorat (DNR) – Langue française
SEKIMATA Kenichi
Directeur de Recherche : MME Mireille HUCHONRIEU
Thèse soutenue le : samedi 14 février 2015 Président du jury : MME Anne-Pascale POUEYMOUNOU
(Université Lille III)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Claude LA CHARITÉ (Université de Québec à
Rimouski)
M. Paul J. SMITH (Universiteit Leiden)
Rabelais et la magie
Résumé : La présente étude se consacre à examiner les attitudes de Rabelais vis-à-vis de la magie. Sous
l’angle biographique il est connu que notre humaniste ne manque pas d’occasions de se familiariser avec ce
courant de pensée. Ses connaissances de l’occultisme se reflètent profondément dans son oeuvre. L’ironie
de Rabelais face à la magie, qui existe certes dans son texte, n’est pourtant pas totale, vu qu’il puise son
inspiration sincère dans le réservoir magique. Le sujet de la magie chez Rabelais, constituant une
problématique complexe, attire souvent l’attention des critiques, mais fait rarement l’objet d’études
sérieuses malgré son importance. En prenant comme fil conducteur le manuel de magie à grand succès, De
occulta philosophia, d’Henri-Corneille Agrippa von Nettesheim, notre thèse tente d’éclaircir ce que
Rabelais doit à des humanistes versés dans la magie, tels que Marsile Ficin ou Coelius Rhodiginus. Suivant
la classification d’Agrippa, notre analyse textuelle porte successivement sur la magie céleste, la magie
naturelle et la magie cérémonielle, ainsi que la magie démonique. En s’inspirant de saint Augustin et de
Ficin, Rabelais distingue la magie blanche de type nécessaire, studieux et scientifique de la magie noire de
caractère vain, curieux et ostentatoire. Mais en même temps, la stratégie littéraire de Rabelais laisse en
suspens des choix possibles et variés pour expliquer les phénomènes admirables en parsemant son texte
d’indices fabuleux pour inciter le lecteur à plus haut sens.
163
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
Cotutelle – Langue française
SOUDANI Hind
Directeur de Recherche : MME Christelle
REGGIANI
Thèse soutenue le : vendredi 3 octobre 2014 Président du jury : MME Nathalie PIEGAY-GROS
(Université Paris 7)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Université de la Manouba
(Tunis)
Membres du jury :
MME Samia KASSAB-CHARFI (Université de Tunis)
M. Mansour M’HENNI (Université de Tunis El Manar)
Sémiostylistique de l’oeuvre poétique de Louis Aragon
Résumé : Les concepts de topos, graphè, éthos et pathos contribuent activement à marquer la singularité
d’une oeuvre poétique, en l’occurrence, dans le cadre de notre thèse, celle de Louis Aragon (1897- 1982).
Aragon fut l’inspirateur de compositeurs et d’interprètes comme « Kosma, Douai, Ferré, Ferrat, Brassens,
Claveau, Montand, Trenet, Béart, Morelli, Martin, Ogeret ». Il déclare même qu’il aime qu’on lise ses
poèmes mais préfère qu’on les chante. Outre l’importance de la dimension visuelle, la composante sonore et
rythmique s’avère elle aussi capitale dans la perception et la réception de la poésie d’Aragon. C’est la
raison pour laquelle nous avons opté dans notre thèse pour une étude analytique sémiostylistique et lexicosémantique
de l’oeuvre poétique aragonienne. La sémiostylistique est « l’étude du fonctionnement
sémiotique du style d’un texte ». En nous inspirant des travaux de G. Molinié, nous avons tenté d’analyser
le « conglomérat lexico-syntactico-rhétorico-thématique » qui caractérise la poésie aragonienne en tentant
d’ « apprécier la littérarité » des « segments occurrents, et [de] détecter leur spécificité ». Cela nous a
permis de poser la question des conditions de la littérarité, de sa mesure, de sa valeur à réception et donc de
l’effet de l’art à travers des procédés d’unité ou, au contraire, de subversion.
164
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
Doctorat (DNR) – Langue française
ZAMORANO LAMARCQ Julie
Directeur de Recherche : MME Christelle
REGGIANI
Thèse soutenue le : lundi 6 juillet 2015 Président du jury : M. Eric BEAUMATIN (Université
Paris 3)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Emmanuel BOUJU (Université Rennes 2)
M. Alain SCHAFFNER (Université Paris 3)
Les fictions pensantes de Georges Perec et Enrique Vila-Matas
Résumé : À partir du concept de « fiction pensante » élaboré par Franck Salaün, l’objectif de cette étude est
de montrer, à partir des oeuvres de Georges Perec et d’Enrique Vila-Matas, que la fiction littéraire est un
lieu de pensée critique et existentielle de l’auteur. Partant des interrogations sur le rapport de l’individu à la
mise en écriture de soi, les romans de ces deux auteurs apparaissent comme de véritables lieux pour penser
leur existence, leur écriture et leur relation à la littérature, qui sont autant d’éléments montrant leur façon
d’être au monde. La fiction étant considérée comme un élément inhérent à la constitution de la pensée, la
pensée se révèlera être également inextricable de la littérature. Parce qu’elle construit des mondes possibles
auxquels le lecteur peut s’identifier et parce qu’elle apporte des connaissances morales, la littérature est une
forme de savoir sur le monde différent mais tout aussi légitime que celui apporté par la philosophie et les
sciences (tant les sciences dures que les sciences sociales). À partir des oeuvres de ces deux écrivains, la
fiction littéraire est donc envisagée comme le lieu où s’expriment leurs pensées littéraires aussi bien que
leur conception du monde.
165
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, Texte, Informatique, Histoire (STIH)
Doctorat (DNR) – Linguistique
GBORDZI Sewoenam
Directeur de Recherche : M. Amr Helmy IBRAHIM
Thèse soutenue le : samedi 29 novembre 2014 Président du jury : MME Claire MARTINOT (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Felix Kofi AMEKA (Universiteit Leiden)
M. James ESSEGBEY (University of Florida)
Les verbes supports en français, anglais et ewé : une étude comparative
Résumé : Les verbes supports ont été longuement étudiés dans le courant du Lexique-Grammaire. Cette
thèse a visé de répondre à la lacune des études des verbes supports dans les langues africaines ainsi que
d’études comparatives entre les langues des familles différentes pour valider la notion d’universalité des
verbes supports. En effet notre recherche à démontré que les verbes supports existent dans la langue éwé,
une langue Kwa de la famille nigéro-congolaise, pour laquelle il n’existait pas d’études préalables à ce
sujet. D’ailleurs, une étude comparative nous a aussi révélé que les constructions à verbe support (CVS) en
anglais, français et en éwé partagent certaines propriétés syntaxico-sémantiques telles que la réduction du
verbe support et sa reconstructibilité par le biais d’une proposition relative. Les trois langues ont aussi
partagé la propriété de certains verbes supports fonctionnant comme des agents de nominalisation.
Cependant, il existe aussi des différences au niveau des constructions. L’une des différences est le fait que
la détermination joue un rôle important dans les constructions à verbe support en anglais et en français alors
que la détermination n’est pas un enjeu important dans la construction à support en éwé. D’autres
différences qui sont ressorties de notre thèse étaient les différences dans le nombre et la fréquence des
constructions à verbe support dans les trois langues ainsi que les différences dans les relations
d’interdépendance des éléments différents des CVS dans les trois langues. En général, l’anglais et le
français semblaient très proches et il y avait peu des distinctions syntaxico-sémantiques. Par contre, l’éwé
montrait plus de différences – ce qui est un argument en faveur de l’existence de grammaires locales
différenciées selon les langues comme le suggère le cadre du Lexique-Grammaire.
166
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 7332 Centre de linguistique en Sorbonne
Doctorat (DNR) – Linguistique
HENKEL Daniel
Directeur de Recherche : M. Pierre COTTE
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : MME Catherine COLLIN (Université
de Nantes)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Michèle NOAILLY (Université de Brest)
M. Nigel QUAYLE (ECOLE CENTRALE LILLE)
L’adjectif en anglais et en français
Résumé : La position défendue ici est que l’étude quantitative parallèle d’un phénomène linguistique,
effectuée dans des conditions identiques, permet de mieux comparer deux systèmes linguistiques que
l’étude du même phénomène en traduction. En l’occurrence, ce sont les catégories adjectivales de l’anglais et
du français qui ont été étudiées. Des critères d’identification communs ont été définis dans une perspective
typologique. Ensuite, dans deux corpus bilingues traduits de 10 000 mots chacun, environ 1 800 SN ont été
recensés et étiquetés manuellement dans chaque langue comme étant sans épithète ni attribut, ou bien avec
épithète, ou bien avec attribut, ou bien les deux en même temps. D’autres paramètres contextuels
(déterminant, fonction syntaxique du SN, présence de SP et/ou de relatives, gradation, classe sémantique du
nom recteur) ont aussi été pris en compte dans l’étiquetage manuel. Deux corpus littéraires de 5 millions de
mots dans chaque langue ont aussi été réunis selon des critères communs, et étiquetés par catégories
grammaticales. Des recherches par expressions rationnelles ont permis d’établir pour chaque adjectif sa
prédisposition à la fonction épithète ou attributive, et sa réceptivité à la gradation. L’étude quantitative
parallèle a permis de constater des convergences entre l’anglais et le français en ce qui concerne les rapports
entre adjectifs et déterminants, des divergences quant aux interactions avec les prépositions, et d’établir une
corrélation statistique a été établie entre la compatibilité avec la fonction attributive et la réceptivité à la
gradation. Cependant, aucune de ces tendances n’apparaît clairement dans le recensement des traductions
auxquelles les adjectifs ont donné lieu.
167
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
Doctorat (DNR) – Linguistique
REZAPOUR Rouhollah
Directeur de Recherche : M. Olivier SOUTET
Thèse soutenue le : mardi 2 juin 2015 Président du jury : MME Christiane MARQUE-PUCHEU
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Samir BAJRIC (université de bourgogne)
MME Sharzad SAIF (Université Laval)
Le bilinguisme français-persan en linguistique-didactique : syntaxe et sémantique
Résumé : Cette thèse soutient avec la théorie de la néoténie linguistique l’idée que l’ordre déjà établi par
une langue chez le locuteur nouvellement bilingue n’est plus stable lors de l’insertion d’une deuxième
langue et ensuite, la concurrence non égalitaire qui se révèle entre les deux. Entre la langue et l’identité, il
existe une interdépendance. Le bilingue français-persan subordonné, ayant immigré à un territoire
francophone à l’âge linguistiquement adulte, tâche d’insérer un autre système de comportements
linguistiques, une autre manière d’être, dans un espace cognitif qui, n’en éprouve pas le besoin de continuer
pour fonctionner normalement. Ainsi, il s’affranchit du monolinguisme persanophone, i.e. de son
spécialisation naturelle, pour opter au bilinguisme français-persan. L’enfant bilingue français-persan issu de
famille linguistiquement mixte, est théoriquement conçu pour créer son être immanent dans les deux
langues. Mais en réalité, la valorisation des langues française et persane, la scolarisation, le choix de la
langue familiale et plusieurs d’autres paramètres déterminants effectuent des changements considérables
dans le choix de la langue du locuteur concerné. Si le sentiment d’autosuffisance permet au locuteur
bilingue français-persan d’être identifiable à la satisfaction de son environnement linguistique en français,
l’appropriation et la pratique du persan, dans la famille pour lui ne reste plus une nécessité absolue car il se
voit dans un univers linguistique, mental et culturel dont la réalité orale est plus pertinente avec la sphère
sociale.
168
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
Cotutelle – Linguistique
RUIZ Ugo
Directeur de Recherche : M. Dominique
MAINGUENEAU
Thèse soutenue le : vendredi 6 février 2015 Président du jury : M. Yves JEANNERET DIT
GROSJEAN (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Göteborgs Universitet Membres du jury :
MME Marianne MOLANDER-BEYER (Göteborgs
Universitet)
M. Richard SÖRMAN (Göteborgs Universitet)
M. Dominique VIART (Université Paris 10)
MME Maria WALECKA-GARBALINSKA (Stockholms
Universitet)
Le blog d’écrivain : La littérature à l’épreuve d’Internet
Résumé : Ce travail se propose d’étudier les effets d’Internet sur la littérature : le web se prête-t-il à
l’activité littéraire ou représente-t-il pour elle au contraire une limite, voire une menace pour son avenir ?
Nous menons notre interrogation à partir de l’analyse de trois blogs d’écrivain dont les auteurs publient
aussi des romans dans des maisons d’édition reconnues : François Bon, Éric Chevillard et Chloé Delaume.
À l’aide d’outils empruntés au domaine de l’analyse du discours, nous abordons des problèmes théoriques
relatifs aux effets du support numérique sur la perception des genres et sur la notion d’auteur. Tout d’abord,
nous montrons que le web ne permet pas l’émergence d’oeuvres littéraires, puisque ce processus repose sur
le circuit éditorial et la hiérarchie imposée par les catégories textuelles. La toile compromet également le
statut d’auteur au sens fort du terme, dans la mesure où les écrivains sont amenés à établir un contact direct
avec leurs lecteurs. Nous mettons en évidence que cet exercice d’écriture est ainsi soumis à une double
contrainte : la notoriété de leurs blogs se fait au détriment d’une pratique littéraire gratifiante à laquelle les
écrivains ne veulent pourtant pas renoncer. Cette situation ressort dans la manière dont les écrivains
introduisent leur projet littéraire sur Internet : Bon veut mettre l’oeuvre sur la toile, Chevillard se pose en
défenseur de la « bonne » littérature et Delaume crée son salon littéraire.
169
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 7332 Centre de linguistique en Sorbonne
Doctorat (DNR) – Linguistique
SAUDREAU Sébastien
Directeur de Recherche : M. Stephane VIELLARD
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : M. Robert ROUDET (Université Lyon
3)
Mention : Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Christine BONNOT (I.N.A.L.C.O. DE PARIS)
MME Christine BRACQUENIER (Université Lille III)
Le marqueur -sja en russe contemporain : approche énonciative
Résumé : Cette thèse a pour objectif de proposer une approche renouvelée des verbes russes en –sja (Vsja),
improprement qualifiés de « réfléchis ». Les approches existantes peinent à rendre compte des valeurs
multiples et contradictoires que peuvent assumer ces verbes et notamment de celles ne pouvant en aucun
cas relever de la réfléxivité stricto sensu. Le modèle proposé s’inscrit dans la Théorie des opérations
énonciatives (TOE) et unifie toutes les valeurs de Vsja. Tout d’abord, la comparaison de –sja, sebjá et de la
particule atone sebe a permis de mieux dessiner les spécificités de Vsja. Puis l’analyse des faits
diachroniques a permis de rappeler le lien ancien qui, en slave, unit –sja à la valeur de la voix moyenne.
Cependant, –sja, en synchronie, ne peut être considéré comme un opérateur de voix notamment parce que
certains emplois de Vsja (kusat’sja, par exemple) n’entraînent aucun changement de voix ou de diathèse.
Dans notre modèle, –sja est la trace d’une opération énonciative visant à centraliser une relation – et une
seule – entre Vsja et un autre actant de l’énoncé, qui n’est pas forcément le sujet grammatical, mais sans
exclure obligatoirement la relation au second actant dans le cas des phrases biactancielles. Celle-ci est
seulement périphérisée et, selon le sémantisme de Vsja et des actants en présence, peut/doit être maintenue
ou exclue. Et si cette centralisation, qui intervient juste après l’opération d’instanciation, engendre, sur le
plan sémantique, des effets de sens de type voix moyenne, ce modèle permet surtout d’envisager Vsja en
dehors du système des voix verbales, tout comme il permet de résoudre l’ensemble des contradictions
apparentes entre les différentes valeurs de Vsja.
170
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
Doctorat (DNR) – Linguistique
SHAHIN Fadi
Directeur de Recherche : M. Olivier SOUTET
Thèse soutenue le : mercredi 26 novembre 2014 Président du jury : M. Salah MEJRI (Université Paris 13)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Pierre-André BUVET (Université Paris 13)
M. Hédi JATALOUI (Université de Sousse)
La diglossie et son influence sur la production langagière arabe. Etude pratique à partir de copies
d’examen et d’un extrait télévisé
Résumé : Cette thèse est une étude de terrain portant sur la diglossie et la production langagière de l’arabe.
Depuis l’article de Ferguson (1959), de nombreux travaux sont apparus, très souvent pour critiquer la vision
dichotomique proposée par cet auteur. Après avoir retracé l’histoire de la langue arabe de ses origines à nos
jours, nous avons étudié les travaux réalisés par les arabophones sur leur langue. Les linguistes
arabophones, de l’époque médiévale jusqu’à la Naḥda, ont-ils été conscients de la situation diglossique ?
Partant de cette étude, nous avons voulu démontrer à travers deux corpus, l’un écrit, l’autre oral, l’étendue
de l’influence de la variété basse (dialectale) sur la variété haute (littérale) dans la production langagière de
la langue arabe. Dans cette perspective, nous avons utilisé des copies d’étudiants de différents niveaux,
débutants, intermédiaires et avancés. Pour l’étude de l’oral, nous nous sommes appuyés sur un corpus
médiatique. Peut-on faire usage d’une variété sans subir l’interférence de la seconde ? Telle est la question
à laquelle nous tentons de répondre dans cette thèse.
171
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
Doctorat (DNR) – Linguistique
STEFANOU Maria
Directeur de Recherche : M. Olivier SOUTET
Thèse soutenue le : jeudi 29 janvier 2015 Président du jury : MME Christiane MARQUE-PUCHEU
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Samir BAJRIC (Université Paris 4)
M. Frédéric CALAS (Université Clermont-Ferrand 2)
M. Nicolas CHRISTODOULOU ()
Certification DELF B 2 : la question linguistique et les outils didactiques
Résumé : Dans l’enseignement d’une langue, l’enseignant, entre didactique et évaluation, ne doit pas viser à
la seule obtention du diplôme par l’apprenant, mais aussi évidemment, à sa maîtrise linguistique.
Concernant l’évaluation, l’analyse des sujets d’examen proposés en Grèce montre qu’ils cherchent à
répondre à des critères de fiabilité et d’objectivité : structures langagières des supports, richesse lexicale et
contenu thématique. De ce point de vue, ils s’efforcent de respecter le Cadre Européen Commun de
Référence pour les Langues qui se focalise d’abord sur le choix de documents et ensuite seulement sur la
conception d’items et autres questionnements. Or, des écarts se manifestent entre directives et réalité. En
effet, l’enseignant a trois fonctions potentielles : formateur, concepteur de sujets, examinateur. Ainsi, que
doit prendre en compte le formateur à la fois pour enseigner efficacement la langue/culture et faire réussir
ses élèves à la certification ? De même, contre quelles erreurs le concepteur de sujets a-t-il à se prémunir
pour respecter les critères d’évaluation ? Comment l’examinateur jugera-t-il aussi objectivement que
possible un apprenant/candidat ? Un nécessaire transfert de compétences doit donc avoir lieu : pour
l’examinateur, redevenu enseignant, réinvestir en classe l’expérience acquise grâce aux candidats à la
certification ; pour des commissions d’harmonisation d’examens, définir des parcours d’apprentissage en
phase avec le CECRL. La présente étude, sans prétendre apporter toutes les réponses aux questions posées,
se place dans cette perspective.
172
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 7107 – Langues et civilisations à tradition orale (LACITO)
Doctorat (DNR) – Linguistique
TOUATI Benjamin
Directeur de Recherche : M. Alain LEMARÉCHAL
Thèse soutenue le : vendredi 12 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Léo LÉONARD (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Denis CREISSELS (Université Lyon 2)
M. Alexandre FRANCOIS (CNRS)
MME Ulrike MOSEL (Christian Albrechts Universität zu
Kiel)
MME Claire MOYSE-FAURIE (C.N.R.S.)
Description du sakao, langue océanienne du nord-est Santo (Vanuatu)
Résumé : Le sakao est une langue océanienne parlée par plus de 1500 personnes, au nord-est de l’île
d’Espiritu Santo, au Vanuatu. Cette thèse se fonde sur un travail de terrain de 8 mois au total. Après une
présentation détaillée de la situation sociolinguistique de la région, elle décrit en détail la grammaire du
sakao, à travers différents aspects : phonologie, morphologie, syntaxe et sémantique. Bien que présentant
des traits caractéristiques de sa famille comme une tendance à la multiprédicativité, l’utilisation de séries
verbales, ou encore le système de possession, la langue est assez innovante, notamment sur les plans
phonologique et morphologique. L’ensemble de la thèse tente également de mettre en évidence les
interactions entre structures intonatives et morphosyntaxe. Par ailleurs, cette thèse propose une étude
détaillée de différents points, parmi lesquels : un marquage différencié de l’indéfini selon le mode
REALIS/IRREALIS ; le système aspectuel et ses interactions avec le mode et l’Aktionsart ; le repérage
spatial et la deixis (système à six degrés) ; et les notions de topicalisation, de focalisation, et de cadre
discursif. La présente thèse comprend en annexe deux textes extraits du corpus oral, traduits et glosés, ainsi
qu’une liste des différences majeures entre le sakao et le nkep, qui peuvent êtreconsidérés comme deux
dialectes d’une même langue : le wanohe.
173
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 7332 Centre de linguistique en Sorbonne
Doctorat (DNR) – Linguistique
VIOLET Alice
Directeur de Recherche : M. Pierre COTTE
Thèse soutenue le : jeudi 4 décembre 2014 Président du jury : M. Salah MEJRI (Université Paris 13)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Catherine COLLIN (Université de Nantes)
M. Claude GUIMIER (Université de Caen)
M. John Charles SMITH (University of Oxford)
La question du figement dans les syntagmes prépositionnels sans déterminant de l’anglais et du
français
Résumé : Bien que les travaux existants aient montré que les noms sans déterminant étaient particulièrement
fréquents dans les syntagmes prépositionnels, les mécanismes régissant leur emploi dans les SP demeurent
assez mal connus. Cette thèse présente les résultats d’une étude de corpus synchronique portant sur certains
SP spatio-temporels sans déterminant de l’anglais et du français. Nous montrons que ces SP sont
extrêmement hétérogènes sur le plan syntaxique, lexical, sémantique et pragmatique ; ils s’inscrivent sur un
gradient allant d’expressions pleinement figées et opaques à des séquences transparentes, modifiables et
productives. Nos données n’étayent pas l’hypothèse d’un phénomène unifié et strictement grammatical.
Cependant, ces SP ne peuvent être simplement considérés comme une collection d’anomalies sans rapport
les unes avec les autres ; certains d’entre eux appartiennent à des groupements productifs dans lesquels la
syntaxe marquée va de pair avec un sens marqué. Les différences entre les SP anglais et français peuvent
tenir soit à la productivité des groupements, soit à leurs caractéristiques sémantiques et/ou pragmatiques,
qui reflètent la place et la saillance des noms sans déterminant dans les deux langues. Ce travail montre que
l’application de l’analyse constructionnelle à ces SP éclaire leur intégration dans le système linguistique
tout en permettant une typologie fine ; il suggère que des interactions plus importantes entre phraséologie et
grammaire des constructions seraient particulièrement intéressantes pour l’étude des « moules »
phraséologiques et des expressions polylexicales syntaxiquement marquées.
174
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3559 Rationalités contemporaines
Doctorat (DNR) – Philosophie
FERNANDEZ SALAZAR Maria
Magali
Directeur de Recherche : M. Jean-Michel BESNIER
Thèse soutenue le : jeudi 25 juin 2015 Président du jury : M. Denis FOREST (Université Paris
10)
Mention : Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean GAYON (Université Paris 1)
M. Maximilian KISTLER (Université Paris 1)
M. Pascal LUDWIG (Université Paris 4)
MME Francoise PAROT (Université Paris 5)
La dimension émotionnelle de la douleur chronique. Perspectives neurophilosophiques sur la douleur
du membre fantôme
Résumé : La douleur chronique est l’un des problèmes les plus complexes auxquels sont confrontées la
médecine et les neurosciences. Au fil des siècles, il a été un casse-tête et reste encore un défi pour la
recherche étant donné la complexité de sa nature. Parmi la quantité considérable de douleurs chroniques
existantes, la douleur du membre fantôme est l’une de plus difficiles à traiter. Les études récentes montrent
que les changements corticaux majeurs qui apparaissent après une amputation sont la conséquence de la
douleur chronique fantôme. Je soutiens que la cause principale de la douleur fantôme est la non-acceptation
de la perte d’une partie du corps, autrement dit, que la douleur mentale provoquée par la transformation de
l’image de soi devient une douleur chronique physique, et que c’est l’esprit qui contrôle les réseaux
cérébraux : bien qu’il émerge du cerveau, l’esprit arrive à le modifier du fait d’influences exogènes.
L’analyse des études que j’ai réalisée pour tester mon hypothèse, m’a permis de constater que la perception
douloureuse dépend de diverses influences externes qui sont indépendantes de l’entrée (signal) nociceptive.
Je conclus que la plasticité corticale mise en évidence lors de l’expérience douloureuse chronique ne dépend
pas seulement de l’action et de l’interaction entre les réseaux neuronaux dynamiques, mais aussi de la
communication entre ces réseaux neuronaux (système endogène) et les réseaux environnementaux (système
exogène), ces derniers étant capables de moduler la perception de la douleur. Je souligne donc l’importance
de la reconnaissance du caractère mental de la douleur chronique et le besoin d’analyser sa dimension
émotionnelle afin de la moduler.
175
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique
Cotutelle – Philosophie
GIRARD Charles
Directeur de Recherche : M. Rudolf IMBACH
Thèse soutenue le : jeudi 21 mai 2015 Président du jury : M. Christophe GRELLARD (école
pratique des hautes études)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Université de Lausanne Membres du jury :
M. Christophe ERISMANN (Université de Lausanne)
M. Russel FRIEDMAN (Katholieke Universiteit (K.U.)
Leuven)
M. Giorgio PINI (Fordham University (NY))
Le réalisme des relations (1250-1330)
Résumé : La question de savoir si la relation est différente réellement de son fondement se rencontre
fréquemment dans les textes médiévaux à partir du milieu du treizième siècle. Elle se pose avant tout dans
un cadre aristotélicien de discussion des catégories et revient à se demander si la catégorie de relation ajoute
véritablement une chose supplémentaire, la relation, dans la réalité. Cette question s’inscrit dans une
représentation réaliste des relations : pour la plupart des auteurs du treizième et du quatorzième siècle, le
fait que des choses soient réellement reliées entre elles ne fait pas de doute. Deux hommes de même taille
sont bel et bien égaux, c’est-à-dire réellement reliés entre eux par une relation d’égalité. La difficulté est
alors de comprendre comment ces choses sont reliées entre elles, ou encore, ce qu’est exactement cette
relation dont il est alors question. Faut-il dire que l’égalité dans chacun des hommes de même taille est une
nouvelle chose qui s’ajoute à la substance de chacun d’eux et aux accidents de taille, appartenant à la
catégorie de quantité, sur lesquels ces relations d’égalité sont fondées ? Ou faut-il dire que l’égalité est réelle
d’une autre manière, c’est-à-dire sans pour autant ajouter une nouvelle chose à ce à quoi elle advient ? Ce
problème, qui se rencontre déjà dans les tensions existant entre les différents exposés qu’Aristote a
consacrés à cette catégorie, a reçu de multiples réponses. Celles-ci nous éclairent sur la manière dont le réel
est appréhendé au Moyen-Âge et sur les débats ontologiques de l’époque. Le travail ici résumé entreprend
de délimiter précisément ces réponses et propose une manière de les classer.
176
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique: histoires, transformations, actualité
Doctorat (DNR) – Philosophie
JULLIEN Stanislas
Directeur de Recherche : M. Alexander SCHNELL
Thèse soutenue le : lundi 17 novembre 2014 Président du jury : M. Jean Christophe GODDARD
(Université Toulouse 1)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Danielle COHEN-LEVINAS (Université Paris 4)
M. Jean-Luc NANCY (Université Strasbourg 2)
M. François-David SEBBAH (Université Paris 10)
La finitude infinie et ses figures. Considérations philosophiques autour de la radicalisation de la
finitude originaire chez Derrida
Résumé : Cette thèse a l’allure d’une géographie de l’historial visant à cartographier le site où la
philosophie atteint sa fin. Une telle géographie obéit à, au moins, deux contraintes matricielles. La première
contrainte exige de décrire le site en vue de le localiser : notre thèse consistera alors à poser que le site en
question ne pourra être occupé que par la finitude infinie car c’est seulement en elle que résiderait son
avoir-lieu matinal ; avoir-lieu par où la finitude devra pousser son originarité créatrice jusqu’à libérer en
elle une infinité affectée en retour d’un sens inédit. La seconde contrainte exige de défricher des territoires
textuels permettant d’exhiber le système de coordonnées conceptuelles susceptible de cartographier le site
de la FI : notre thèse consistera alors à poser que c’est le territoire élaboré par Derrida qui héberge en lui la
cartographie natale de la FI en raison de l’intervention à la fois inaugurale et structurale de la FI sur ce
territoire. Dès lors, séjourner dans l’unité articulée de ces deux contraintes exigera d’endurer l’installation
spéculative dans la proposition cardinale suivante : la finitude infinie est la déconstruction. Cette endurance
se donnera pour tâche de re-marquer la FI sur le territoire derridien en (re)construisant d’une part le plan
d’intelligibilité de la FI à travers l’agencement de ces deux lignes directrices (phénoménologicotranscendantale
et thanatologico-transcendantale) et d’autre part, en montrant que si la FI confronte le
territoire derridien à une charge aporétique opérant comme un pharmakon, cette pharmacologie pourrait
libérer des figures inédites de la finitude infinie – figures herméneutiques (Heidegger) et spéculatives
(Hegel).
177
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8061 – Centre Léon Robin de recherches sur la pensée antique
Cotutelle – Philosophie
LACHANCE Genevieve
Directeur de Recherche : M. Jean-Baptiste
GOURINAT
Thèse soutenue le : vendredi 6 février 2015 Président du jury : M. Francis WOLFF (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Université de Montréal Membres du jury :
M. Bernard COLLETTE (Université Laval)
M. Louis-Andre DORION (Université de Montréal)
M. Dimitri EL MURR (Université Paris 1)
MME Laetitia MONTEILS-LAENG (Université de
Montréal)
La conception platonicienne de la contradiction
Résumé : Cette thèse se rapporte à la notion de contradiction, entendue en son sens logique ou formel. Plus
précisément, elle vise à dégager une conception de la contradiction chez un philosophe qui, du point de vue
chronologique, précède l’avènement de la syllogistique et de la logique : Platon. À partir de l’examen des
dialogues réfutatifs de Platon, il s’agira de mettre en lumière la forme des propositions contradictoires, de
déterminer la terminologie et les métaphores utilisées par Platon pour nommer et décrire la contradiction et
d’évaluer le contexte dans lequel avait lieu la réflexion platonicienne. L’analyse révélera que Platon se
faisait une idée somme toute assez précise de la contradiction logique et qu’il a même eu une influence sur
Aristote lorsque ce dernier élabora son célèbre principe de non-contradiction.
178
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8061 – Centre Léon Robin de recherches sur la pensée antique
Doctorat (DNR) – Philosophie
LAMRANI Lila
Directeur de Recherche : M. Marwan RASHED
Thèse soutenue le : lundi 24 novembre 2014 Président du jury : M. Jean Baptiste BRENET (Université
Paris 1)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-Louis LABARRIERE (CENTRE NATIONAL DE
LA RECHERCHE SCIENTIF)
M. Frederic LAGRANGE (Université Paris 4)
M. Yahya MICHOT (Oxford University)
La psychologie Aristotelicienne dans l’Islam classique : traduction et commentaire de l’Epitre sur le
retour d’Avicenne
Résumé : La Ris¯ ala ’l-ad.h. aw¯ ıya f¯ ı ’l-ma,¯ ad d’Avicenne, portant sur la question du Retour à la vie
une fois la mort survenue, présente un certain nombre de thèses originales par rapport aux autres écrits de
ce philosophe. Le Retour ne peut concerner les corps : il est en effet réserver aux âmes dans la mesure où
l’essence de l’homme réside dans son âme. Les corps se corrompent définitivement au moment de la mort.
Le Coran n’a rien d’un texte démonstratif, il s’agit d’un texte rhétorique visant à susciter chez ses lecteurs
le comportement moral approprié. On ne peut donc déduire de l’affirmation coranique répétée selon
laquelle les corps reviendront à la vie que les corps seront effectivement ressuscités. Par ailleurs, si dans le
monde physique il existe une pluralité d’âmes, c’est uniquement en raison de la multiplicité de la matière
corporelle qui les accueille. Si les âmes doivent survivre indépendamment des corps qui assurent leur
individuation, comment pourraient-elles exister individuellement ? Il n’y aura pas d’existence individuelle
des âmes après la mort, mais un Retour de ces âmes au Principe (l’Intellect Agent, ou, en dernière instance,
le Principe Premier, Dieu) dont elles émanent : les âmes se résorbent donc dans leur origine et n’ont plus
d’existence séparée. Le Retour est absolu.
179
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique
Doctorat (DNR) – Philosophie
LAPORTE Pierre-Aymeric
Directeur de Recherche : M. Rudolf IMBACH
Thèse soutenue le : samedi 31 janvier 2015 Président du jury : M. Christophe GRELLARD (école
pratique des hautes études)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Catherine KÖNIG-PRALONG (Université de
Fribourg)
M. Andrea ROBIGLIO (Katholieke Universiteit (K.U.)
Leuven)
La Weltanschauung thomasienne, une tentative de réévaluation
Résumé : Extraite du milieu naturel dans lequel elle se déploie, la pensée de Thomas d’Aquin a été souvent
déformée. Persuadé que le Réel –et, en particulier le Réel par excellence qu’est Dieu– n’est
qu’imparfaitement embrassé par l’esprit humain, l’Aquinate multiplie les perspectives et les types de
discours. La dialectique et la rhétorique s’adjoignent au discours proprement scientifique pour en combler
les lacunes et tenter une impossible, sinon difficile synthèse entre les quatre sources auxquelles s’alimente
sa pensée, à savoir: le muthos de la foi, le logos la philosophia perennis et les perceptions du sens commun.
Confronté à la complexité du Réel et à des objets de foi qui s’écartent des normes du logos, l’utilisation de
ce triplex modus dicurrendi s’avère une nécessité spéculative pour accumuler le plus possible de certitudes
sur des objets qui se dérobent pour partie à la saisie d’un esprit fini. Rien d’étonnant à ce que l’Ousia,
l’Unitas, la Forma et le schème néoplatonicien monè-proodos-epistrophè occupent une place tout aussi
importante dans la synthèse thomasienne que la notion-clé d’Esse.
180
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8547 – Archives Husserl
Doctorat (DNR) – Philosophie
LE BON Thomas
Directeur de Recherche : M. Marc CREPON
Thèse soutenue le : mercredi 7 janvier 2015 Président du jury : MME Danielle COHEN-LEVINAS
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Frank FISCHBACH (Université de Strasbourg)
MME Isabelle KALINOWSKI (CNRS)
M. Jean-Claude MONOD (CNRS)
M. Frederic WORMS (ECOLE NORMALE SUPERIEURE
PARIS)
La civilisation du travail. Réflexions sur les rapports entre Travail et Culture
Résumé : Cette étude se concentre sur l’analyse de l’expression « civilisation du travail » pour proposer un
examen critique et normatif de la « valeur-travail ». Repartant des deux sens, scientifique et pragmatique de
l’expression « civilisation du travail », le propos se divise en deux temps : il se focalise d’abord sur l’aspect
scientifique, descriptif de l’expression avant d’envisager la possibilité de son emploi normatif. Dans le volet
descriptif, il s’agit, d’une part, de mesurer la pertinence d’un emploi ethnographique de l’expression pour
caractériser nos sociétés occidentales et, d’autre part, de présenter un portrait intellectuel et moral du
travailleur moderne. Les traits de caractère spécifiques de cette figure sont ensuite l’objet d’une analyse
critique qui ouvre sur le volet normatif de ce travail. Repartant des liens que la figure du travailleur taylorofordien
entretient avec le constat d’une crise de la civilisation dans le discours philosophico-sociologique de
l’entre-deux-guerres et des Trente Glorieuses, l’étude renoue avec le dilemme marxien de la libération ou de
la désaliénation du travail en l’indexant à ses enjeux culturels : faut-il privilégier une réduction du temps de
travail ou une transformation radicale de ses conditions d’exercice pour espérer sortir de l’impasse nihiliste ?
En recomposant le débat opposant les défenseurs d’une « civilisation des loisirs » à ceux d’une « civilisation
du travail », la réflexion retrouve les lignes de fracture structurant les débats sur la valeur du travail. Elle
s’achève sur la défense d’un emploi normatif de l’expression « civilisation du travail ».
181
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 5037 (ENS Lyon)
Doctorat (DNR) – Philosophie
LIEUTAUD TARDIVEL Marylene
Directeur de Recherche : M. Tristan DAGRON
Thèse soutenue le : vendredi 13 mars 2015 Président du jury : M. Rudolf IMBACH (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Didier OTTAVIANI (ECOLE NORMALE SUP LYON
ENS DE LYON)
M. Roberto POMA (Université Paris 12)
M. Pasquale PORRO (Université Paris 4)
M. Nicolas WEILL-PAROT (Université Paris 12)
Fureur et constitution de soi chez Giordano Bruno – Une étude archéologique
Résumé : Centrée sur la thématique de la « fureur héroïque » développée dans le dernier ouvrage écrit en
langue italienne par Giordano Bruno, De gli eroici furori (1585), cette recherche explore une double
problématique suivant deux perspectives. D’une part, du point de vue historique, quels sont les schèmes
philosophiques qui peuvent être considérés comme des conditions de possibilité de l’émergence de la figure
du Furioso, le philosophe-poète dont les poèmes et leur commentaire philosophique nous font suivre
l’itinéraire affectif et cognitif dans sa poursuite d’une union naturelle et rationnelle avec le principe infini
du réel ? Suivant une méthode archéologique, il s’agit de retrouver dans les strates de la culture
philosophique des traces précises et exemplaires de la mise en place, de la transmission et de la
transformation de ces schèmes fondamentaux chez des auteurs de l’Antiquité, du Moyen Âge ou de la
Renaissance. D’autre part, du point de vue conceptuel, comment une expérience psychologique telle que
cette rencontre noético-amoureuse, qui n’est jamais totalement aboutie en raison de la disproportion entre «
le sujet » et « l’objet », et qui se présente, néanmoins, comme une dissolution de soi dans la disparition de
la distinction entre sujet et objet, met-elle en oeuvre, paradoxalement, une constitution de soi ?
182
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique
Doctorat (DNR) – Philosophie
LOISEAU Stephane
Directeur de Recherche : M. Rudolf IMBACH
Thèse soutenue le : mardi 5 mai 2015 Président du jury : M. Olivier BOULNOIS (école pratique
des hautes études)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Gilles BERCEVILLE (INSTITUT CATHOLIQUE
PARIS)
M. Gilbert DAHAN (école pratique des hautes études)
M. Adriano OLIVA (CNRS)
De l’écoute à la parole. La lecture biblique dans la doctrine sacrée selon Thomas d’Aquin
Résumé : Lorsque Thomas d’Aquin lit la Bible comme enseignant à l’université, il entre dans le texte de la
même manière que dans les autres textes profanes qu’il commente. Pourtant la lecture biblique est chargée
par l’Aquinate d’un rôle particulier dans la doctrine sacrée considérée comme science : c’est par cette
lecture qu’une participation à la sagesse de Dieu est acquise, ce qui permet au théologien de forger les
principes dont il a besoin pour argumenter scientifiquement. Cela donne un statut particulier au
commentaire biblique qui est alors conçu comme un prolongement homogène du texte de l’Écriture où Dieu
se révèle. Le Commentaire de l’évangile de Jean est un bon témoin de cela dans l’oeuvre du dominicain. Un
modèle de ce chemin intellectuel parcouru par la lecture biblique est la Samaritaine qui écoute le Christ puis
l’annonce conduisant les habitants à venir au Christ. Elle écoute les mots humains de Dieu, cherche à les
pénétrer, elle peut alors prendre à son tour la parole et transmettre la profondeur de la sagesse qu’elle a
découverte.
183
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique: histoires, transformations, actualité
Doctorat (DNR) – Philosophie
LORELLE Paula
Directeur de Recherche : M. Claude ROMANO
Thèse soutenue le : lundi 1 décembre 2014 Président du jury : MME Danielle COHEN-LEVINAS
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Renaud BARBARAS (Université Paris 1)
M. Jean-François LAVIGNE (Université de Nice)
M. Anthony STEINBOCK ()
La raison à l’épreuve du sensible. Depuis Husserl et Levinas.
Résumé : Avec la phénoménologie, naît une nouvelle idée de la raison qui, au-delà de l’alternative du
rationalisme et de l’irrationalisme et contre sa réduction kantienne à une faculté, est redéfinie à l’aune de
l’expérience qu’elle permet de décrire. Mais la difficulté survient lorsqu’il s’agit d’atteindre la raison de
l’expérience sensible ellemême, en son irréductibilité à toute exigence rationnelle – en son caractère
particulier, complexe, lacunaire ou indéterminé. Dès lors, à quelles conditions peut-on penser une logique
du sensible, sans aussitôt trahir le sensible ou perdre la raison ? Le projet husserlien d’une « logique-dumonde
» exige en sa compréhension comme en son renouvellement, une réévaluation des concepts de «
raison » et de « sensibilité ». Notre travail consiste donc en l’étude problématique et critique de ces
concepts, depuis deux moments de leur déploiement : leur inauguration husserlienne et leur radicalisation
lévinassienne. Le choix de ces deux oeuvres a pour intérêt historique de mesurer l’ampleur de
l’élargissement phénoménologique de la raison – d’une conception « intellectualiste » de la sensibilité chez
Husserl à sa profondeur lévinassienne ; et pour intérêt problématique de mener le problème à son terme et
dans ses dernières contrées, là où le sensible n’apparaît plus comme pétri de sens mais dans son irrationalité
même, là où la sensibilité n’est plus la saisie perceptive d’une identité mais l’expérience affective radicale
d’une exposition à l’altérité. C’est donc en sa fondamentale équivocité que la sensibilité doit se faire le lieu
d’une épreuve renouvelée de la raison, le principe critique de la rationalité mobilisée par sa description.
184
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Metaphysique
Cotutelle – Philosophie
MAKOVSKY Jan
Directeur de Recherche : M. Michel FICHANT
Thèse soutenue le : jeudi 25 juin 2015 Président du jury : M. Jan SEBESTIK (Université Paris 1)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : University of West Bohemia –
Plzen
Membres du jury :
M. Bohuslav BALCAR (Univerzita Karlova v Praze)
M. Nikolaj DEMJANCUK (University of West Bohemia –
Plzen)
La genèse du calcul différentiel et l’analyse des infiniment petits du Marquis de l’Hospital
Résumé :
185
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique: histoires, transformations, actualité
Cotutelle – Philosophie
MASSARI LUCERI Federico
Directeur de Recherche : M. Dominique
PRADELLE
Thèse soutenue le : mercredi 10 juin 2015 Président du jury : M. Jean-Francois COURTINE
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Università del Salento Lecce Membres du jury :
MME Maria Cristina FORNARI (Università del Salento
Lecce)
M. Manlio IOFRIDA (Università di Bologna)
Histoire d’un déclin et nouvelles aurores. Crise du moi et genèse du soi dans la pensée de Friedrich
Nietzsche
Résumé : Il y a un concept capital qui traverse l’oeuvre de Nietzsche à partir de la fin des années 1870,
notamment avec la composition d’Humain trop humain, et jusqu’aux dernières lettres de janvier 1889, les
billets de la folie, il s’agit du concept de corps. En prenant le corps « pour fil conducteur » selon les
indications récurrentes de Nietzsche, cette recherche s’articulera selon deux directions essentielles : la
première est la direction critique, la pensée se donne tout d’abord en tant que crise – c’est le sujet qu’elle
met en question, le Je qui bloque tout accès au corps. Donc la pensée repense le sujet sous toutes ses formes
: tout d’abord le Je comme sujet grammatical ; ensuite la fonction causale du sujet ; puis, et par rapport à
cette fonction, le vouloir en tant que faculté à travers laquelle le Je accomplit son action ; le sujet-âme, à
savoir le sujet sans corps qui pousse son existence au-delà du temps ; et enfin le sujet conscient. La seconde
direction de la recherche concerne en revanche la pensée nietzschéenne dans toute sa puissance affirmative
: il s’agit de la pensée généalogique qui, après avoir nié le concept de sujet en le repensant, peut maintenant
affirmer et commencer à penser véritablement. L’affirmation tourne en effet autour du corps dont Nietzsche
peut suivre le fil : après une première partie consacrée à la généalogie en tant que méthode de la pensée
affirmative, la recherche prendra en considération le corps en tant que tel – d’abord comme étude des
équivoques qui l’ont enveloppé tout au long de l’histoire de la métaphysique, puis dans son véritable
fonctionnement.
186
ECOLE DOCTORALE – V –
FRE 3593 – Sciences normes et décision
Doctorat (DNR) – Philosophie
MONTEIL Ariane
Directeur de Recherche : M. Daniel ANDLER
Thèse soutenue le : lundi 29 juin 2015 Président du jury : M. Christian BONNET (Université
Paris 1)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Christophe BOURIAU (Université de Lorraine)
M. Jean-Piere COMETTI (Université Aix-Marseille 1)
M. Allan JANIK (Universität Innsbruck)
Wittgenstein et l’héritage de Schopenhauer. De la contemplation du monde à l’expression de la vie.
Résumé : La rencontre entre Wittgenstein et Schopenhauer était inéluctable dans la Vienne « fin-de- siècle
», fascinée par le philosophe allemand et lasse des exigences d’une rationalité néo-kantienne non exempte
de contradictions. Mais le héraut de la volonté aveugle et sans but laisse un héritage difficile à assumer,
dans lequel la quête du sens de l’existence et les problèmes d’identité interfèrent avec les conditions très
strictes imposées à l’exercice de la pensée et aux formes de la représentation, dominées dans la culture
moderne par la recherche incessante des causes et l’idéal de la science. L’exigence éthique et esthétique de
Wittgenstein l’incite en réponse à mettre à nu les origines et le développement de toute activité
intellectuelle et philosophique. Il suit ainsi d’abord la piste proposée par Schopenhauer à l’intellect en quête
d’objectivité et de repos, celui de l’artiste ou du génie osant s’avancer aux limites de la représentation, dans
la pure contemplation des idées. Mais ce chemin passe aussi tout près des frontières de la maladie mentale,
et l’apaisement de la contemplation intellectuelle passive et détachée de la volonté peut basculer à tout
instant dans le chaos d’une forme morbide de désengagement du monde, d’un solipsisme non seulement
théorique mais vécu. Wittgenstein peu à peu identifie le solipsisme comme l’archétype de la maladie
philosophique, conduisant les jeux de langages à se détacher des formes de vies et des comportements
instinctifs qui les ont engendrés. Sa propre vocation philosophique se manifeste au cours de ce processus
thérapeutique, comme l’expression d’une lutte vigilante contre les tentations réflexives de l’entendement et
un retour humble à l’action dans la vie ordinaire.
187
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique
Doctorat (DNR) – Philosophie
OCAMPO Fernanda
Directeur de Recherche : M. Rudolf IMBACH
Thèse soutenue le : mercredi 6 mai 2015 Président du jury : M. Pasquale PORRO (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Alessandra BECCARISI (Università del Salento
Lecce)
M. Andrea ROBIGLIO (Katholieke Universiteit (K.U.)
Leuven)
L’ontologie de Dietrich de Freiberg
Résumé : Cette thèse poursuit une étude de l’ontologie de Dietrich de Freiberg, à la lumière du débat arabolatine
autour de la « distinction réelle » entre l’être et l’essence. L’enjeu principal est de montrer comment
la doctrine du maître allemand, défendant vigoureusement les principes de l’ontologie aristotélicoaverroïste,
s’offre comme alternative aux doctrines ancrées sur la thèse de la distinction réelle de la fin du
XIIIème siècle, à l’Université de Paris. La première partie analyse le contexte historique et doctrinal dans
lequel s’inscrit la réflexion de Dietrich : d’abord, la critique averroïste à la conception « avicennienne » de
l’étant aristotélicien, et ensuite, le premier jalon de la dispute latine, constitué par la critique de Siger de
Brabant aux défenseurs de la distinction réelle (parmi eux, Thomas d’Aquin). La deuxième partie étudie, en
premier lieu, un des arguments centraux dans la discussion, à savoir, l’argument de l’« intellectus essentiae
», et s’occupe ensuite de l’examen de son refus de la part de Dietrich. Finalement, la troisième partie
considère l’ontologie de Dietrich dans ses traits fondamentaux, à la lumière de sa vision critique envers les
thèses centrales des défenseurs de la distinction réelle.
188
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique
Cotutelle – Philosophie
PAVLICEK Ota
Directeur de Recherche : M. Rudolf IMBACH
Thèse soutenue le : jeudi 30 octobre 2014 Président du jury : MME Nicole BERIOU (Université
Lyon 2)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Univerzita Karlova v Praze Membres du jury :
M. Zénon KALUZA (CNRS ET ORGANISME ASSOCIE)
M. Jan B. LASEK (Univerzita Karlova v Praze)
M. Frantisek SMAHEL (Univerzita Karlova v Praze)
M. Vaclav VENTURA (Univerzita Karlova v Praze)
La dimension philosophique et théologique de la pensée de Jérôme de Prague
Résumé : Cette thèse est la première étude analytique approfondie consacrée à la dimension philosophique
et théologique de la pensée de Jérôme de Prague († 1416) qui prend en compte tous les textes connus et
conservés de ce philosophe tchèque, maître ès arts des universités de Paris, Cologne, Heidelberg et Prague,
ami et collègue du réformateur Jean Hus. Le travail s’occupe des différents sujets philosophiques et
théologiques présents dans l’oeuvre de Jérôme, plaçant ses idées dans le contexte de l’histoire de la pensée
médiévale. Dans ce cadre, la thèse montre de manière nouvelle les doctrines de cet auteur représentatif du
courant réformiste de l’Université de Prague au tournant des XIVe et XVe siècles ; elle essaie aussi de
présenter une compréhension nouvelle de la pensée philosophique et théologique de Jérôme sur la base des
nouvelles trouvailles concernant ses sources anciennes et médiévales. À part la pensée de Jérôme, elle se
consacre en outre à l’étude approfondie de sujets voisins, par exemple la question de la représentation de la
Trinité par le bouclier de la foi. Ce travail ouvre aussi des nouvelles questions, par exemple le thème de
l’influence des successeurs philosophiques de Jean Wyclif à Oxford (par exemple Robert Alyngton) sur les
doctrines des maîtres de l’Université de Prague. Une des autres contributions à la connaissance du
patrimoine culturel tchèque et européen présentées par cette thèse est l’editio princeps de la quaestio Utrum
omne dependens habeat esse aeternum in prima causa d’Étienne de Páleč, accompagnée par une
interprétation doctrinale.
189
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Metaphysique
Cotutelle – Philosophie
PELLEGRINI Mariangela
Directeur de Recherche : M. Jean-Francois
COURTINE
Thèse soutenue le : samedi 26 septembre 2015 Président du jury : MME Judith REVEL (Université Paris
10)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Università del Salento Membres du jury :
MME Maria Cristina FORNARI (Università del Salento
Lecce)
M. Vincenzo SORRENTINO (Università degli Studi di
Perugia)
Michel Foucault et l’ontologie critique de nous-mêmes. La constitution du sujet dans une trame
historique
Résumé : Foucault en 1983 prononce pour la première fois, durant une leçon au Collège de France, le
syntagme « ontologie critique de nous-mêmes ». Une telle dénomination s’ajoute aux autres termes choisis
rétrospectivement par Foucault pour définir sa démarche philosophique : durant ces années quatre-vingts il
utilise à la fois « ontologie historique de nous-mêmes », « ontologie de l’actualité », « ontologie du présent
», « ontologie de la modernité » et enfin « ontologie de nous-mêmes ». Cette série de formules
synonymiques renferme l’objective premier de ma thèse : expliciter ce qu’est l’ontologie critique de nousmêmes.
L’enjeu fondamentale de ce travail consiste en fait d’une part à interroger et comprendre le
syntagme en question, de l’autre à évaluer la possibilité de la construction d’une genèse de cette idée dans
le cadre global de la philosophie foucaldienne..
190
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique
Doctorat (DNR) – Philosophie
POIRIER DE CLISSON Geoffroy
Directeur de Recherche : MME Jacqueline
LICHTENSTEIN
Thèse soutenue le : samedi 13 décembre 2014 Président du jury : M. Patrick VAUDAY (Université Paris
8)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Pierre-Henry FRANGNE (Université Rennes 2)
MME Marianne MASSIN (Université Paris 4)
L’image de la femme ou le renversement symboliste de la vérité
Résumé : Le symbolisme, d’abord inféodé à la conception idéaliste de la vérité et du beau, expose en réalité,
dans sapratique et dans ses oeuvres une position ambiguë. Le symbole compris comme le médium par
lequel sedévoilerait une vérité idéale semble en fait valoir en et pour lui-même, indépendamment de tout
principesupérieur. L’image de la femme, est, chez les symbolistes, le point nodal du basculement de la
théorie de lavérité. De la Femme dans l’Art ! dit Charles Maurice, Elle en est l’objet et le but… L’image de
la femme, loinde conforter la conception idéale de la vérité, manifeste au contraire une certaine forme de
subversion. Lessymbolistes vénèrent la femme. Non pas parce qu’elle est « le signe du vrai », selon la
formule de Plotin, maisparce qu’elle est le symbole même de la superficialité de la représentation. Chez les
symbolistes, c’est donc parla représentation de la femme (fuyante, fardée, fatale…) que s’accomplit le
renversement de l’idée même devérité. A cet égard, le symbolisme est donc bien davantage un antiplatonisme
qu’un idéalisme. La vérité,débarrassée de son substrat s’affirme pour elle-même, dans sa
complète autonomie. Ce renversement de lanotion de vérité ne peut s’effectuer, cependant, sans une remise
en question radicale du sujet et sans unquestionnement fondamental sur le rôle de l’artiste dans le
dévoilement de la vérité. C’est la raison pourlaquelle le symbolisme, au tournant du XIXème et du XXème
siècle se tournera vers de nouvelles expériences(affirmation du moi, surréalisme, abstraction…) dont
l’objectif sera d’éprouver les limites du moi et derenouveler ainsi le perpétuellement questionnement de
l’art sur le réel.
191
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3559 Rationalités contemporaines
Doctorat (DNR) – Philosophie
POZZI Giulia
Directeur de Recherche : M. Alain RENAUT
Thèse soutenue le : lundi 15 décembre 2014 Président du jury : M. Stephane CHAUVIER (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Catherine AUDARD (London School of Economics
and Pol. Sc.)
MME Ryoa CHUNG (Université de Montréal)
M. Patrick SAVIDAN (Université de Poitiers)
Justice distributive, justice productive. L’approche par les capabilités entre fondation et application
Résumé : Depuis Aristote, l’idée de justice est assimilée à celle de distribution. Or, à quelle démarche
pourrait correspondre la réalisation de la justice capabilitaire, définie comme égale possibilité, pour
chacun(e), de poursuivre sa « liberté réelle » ? Certains écrits de Sen suggèrent, selon une perspective qui
pourrait être qualifiée de « post-marxiste », qu’il s’agirait de pouvoir subvenir aux besoins des personnes ;
et ce, aux échelles sociale et globale. Je propose deux concepts pour préciser une telle formule : celle de «
besoins-libertés », indiquant les besoins dont dépend l’accomplissement de la liberté réelle, et celle d’«
empêchements », désignant ce qui fait obstacle à cette même liberté. La justice en ressort liée à l’idée de
production d’au moins trois façons : les limitations de liberté sont toujours produites par des facteurs
structurels, dont certains mécanismes de la production globale ; les revendications des personnes et des
groupes constituent des indicateurs importants de ces mêmes limitations, et contribuent à produire un
développement humain « par le bas ». J’applique ce cadre théorique à la structure socio-économique de la
région frontalière entre le Mexique et les États-Unis, en montrant qu’il repose sur la privation de liberté
qu’il inflige tout particulièrement aux femmes. Les dynamiques responsables d’une telle « qualité de vie »,
y compris celles qui relèvent de la sphère économique, tombent donc de plein droit sous la critique
philosophico-politique.
192
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique
Doctorat (DNR) – Philosophie
RAKOVSKY Daniel
Directeur de Recherche : MME Jacqueline
LICHTENSTEIN
Thèse soutenue le : mardi 16 décembre 2014 Président du jury : M. Etienne JOLLET (Université Paris
1)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Anne-Marie BONNET (Universität Bonn)
M. Hans KÖRNER (Heinrich- Heine – Universität
Düsseldorf)
M. Jacques MORIZOT (Université Aix-Marseille 1)
M. Alessandro NIGRO (Universita degli Studi di Firenze)
LES DEUX COTES DU VISAGE. DISSYMETRIE ET CONSTRUCTION DU PORTRAIT A LA
RENAISSANCE
Résumé : Tout visage est structuré selon un ordre symétrique. La thèse explore les conséquences de cette
spécificité formelle du visage sur la construction du portrait dans le contexte spécifique de la Renaissance.
Elle débute par une remise en cause de l’approche neuropsychologique qui fait de la dissymétrie et de la
partition du visage dans le portrait la simple expression d’un donné physionomique. À travers une réflexion
autour de la symétrie et de la dissymétrie dans l’ordre de la représentation, notre recherche rend compte de
l’intérêt de ces catégories esthétiques pour la compréhension des enjeux formels et philosophiques propres
à la construction du portrait. Elle révèle également la richesse et la complexité des significations allouées à
la symétrie et à la dissymétrie dans le cosmos culturel de la Renaissance, celles-ci allant parfois à contrecourant
de nos représentations contemporaines. Une dernière partie de cette recherche est consacrée au
symbolisme théologique séculaire distinguant entre le côté droit et le côté gauche du visage, un côté tourné
vers le céleste, l’autre vers le terrestre, et à son influence sur l’art du portrait. La démonstration est rythmée
par diverses études de cas, parmi lesquelles des analyses approfondies de portrait peints par Jan Van Eyck,
Giovanni Bellini, Raphaël et Albrecht Dürer.
193
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique
Doctorat (DNR) – Philosophie
RAVETON Elsa
Directeur de Recherche : M. Rudolf IMBACH
Thèse soutenue le : jeudi 4 décembre 2014 Président du jury : M. Cyrille MICHON (Université de
Nantes)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Olivier BOULNOIS (école pratique des hautes études)
M. Pasquale PORRO (Université Paris 4)
L’idée de simplicité divine. Une lecture de Bonaventure et Thomas d’Aquin
Résumé : Cette étude souhaite contribuer à une meilleure connaissance et compréhension de l’idée de
simplicité divine, qui signifie l’absence en Dieu de toute composition. Pièce centrale de la pensée
théologique médiévale, elle fut redécouverte il y a 35 ans par des philosophes de tendance analytique, qui
en contestèrent la cohérence. Elle est depuis lors l’objet d’un débat philosophique fourni, mais le détour par
l’histoire de la philosophie est nécessaire pour dégager le réseau de concepts, d’arguments et de problèmes
qui lui donne sens. Après avoir étudié la première élaboration de cette idée dans les textes antiques et
patristiques, puis son traitement par Pierre Lombard à la veille du IVe concile de Latran de 1215, qui
intègre pour la première fois la simplicité divine dans une profession de foi authentique du magistère, nous
nous concentrons sur les oeuvres de Bonaventure de Bagnoregio et de Thomas d’Aquin, qui accordent à cet
attribut divin un rôle fondateur dans leur étude du mystère de Dieu. L’idée de simplicité divine s’y trouve
sans cesse prise dans la dialectique de la ressemblance et de la dissemblance entre Créateur et créature.
Tandis que Thomas associe de façon unilatérale la simplicité absolue à la transcendance de l’incréé,
Bonaventure propose également des similitudes créées de la simplicité divine qui en favorisent l’intuition.
Loin d’apparaître comme incohérente, l’idée de simplicité divine est un outil puissant pour ouvrir notre
intelligence à un plan de réalité supérieur, certes mystérieux, mais néanmoins lumineux.
194
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8061 Centre Léon Robin
Doctorat (DNR) – Philosophie
SOLNTSEVA Irina
Directeur de Recherche : M. André LAKS
Thèse soutenue le : vendredi 18 septembre 2015 Président du jury : M. Paul DEMONT (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Marie-Laurence DESCLOS (Université Grenoble 2)
M. Dimitri EL MURR (Université Paris 1)
Les récits de Platon sur le passé : entre le mythe et l’histoire.
Résumé : Face à la diversité des textes platoniciens consacrés au passé, les commentateurs ont le plus
souvent proposé d’y voir soit une philosophie de l’histoire unitaire et profondément pessimiste, soit une
simple forme rhétorique permettant à Platon de défendre ses différentes idées. En mettant en cause la
lecture historiciste des récits sur l’origine et la chute de l’État idéal dans la République et du mythe
cosmologique du Politique, nous en présentons une lecture analytique, tout en prenant en compte le rapport
qu’entretiennent ces textes avec la tradition hésiodique et sophistique des récits sur le passé. Nous
proposons de distinguer, d’autre part, la catégorie particulière des textes platoniciens qu’on pourrait appeler
les « mythes sur le passé d’Athènes » : le récit atlante et la partie historique du Discours funèbre de Socrate
dans le Ménexène, dont la spécificité se comprend le mieux, à notre avis, compte tenu de l’idée de noble
mensonge proposée par Platon dans la bRépublique. Nous nous intéressons enfin au statut du récit des Lois
III, considéré souvent comme le texte le plus historique chez Platon, et nous nous efforçons de montrer, à
l’aide de cet exemple, comment Platon réussit à combiner le matériau historique concret et ses théories
politiques et psychologiques, en adoptant ainsi la même démarche que dans les récits de la République II et
VIII – IX.
195
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Metaphysique
Doctorat (DNR) – Philosophie
SPAAK Claude
Directeur de Recherche : M. Jean-Francois
COURTINE
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : M. Dominique PRADELLE (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Emmanuel CATTIN (Université Clermont-Ferrand 2)
M. Pierre RODRIGO (Université de Dijon)
Interprétations phénoménologiques de la Physique d’Aristote chez Heidegger et Patocka
Résumé : L’ambition de cette thèse est de confronter les interprétations heideggérienne et patočkienne des
concepts fondamentaux de la Physique d’Aristote. Un point d’accord relie les deux philosophes : Aristote
conçoit le mouvement comme une détermination ontologique fondamentale. Le mouvement
(κίνησις/μεταβολή) se conçoit fondamentalement en effet comme un procès d’éclosion, d’advenue au
paraître des étants dans la présence manifeste. Cependant, Heidegger et Patočka ne comprennent pas de la
même manière le sens de ce mouvement ontologique au coeur de la nature (φύσις) : c’est à examiner ces
différences que cette thèse est consacrée, de sorte à faire ressortir, à la faveur de l’interprétation d’Aristote,
deux conceptions distinctes et à bien des égards opposées chez ces deux auteurs du sens et du statut de
l’ontologie phénoménologique elle-même. Cette thèse conclut à l’idéalisme philosophique de Heidegger,
ainsi qu’à la tendance contraire chez Patočka à un réalisme cosmologique qui conteste, jusqu’à un certain
point, l’identité de l’être et du sens. Dans le cadre de cette thèse, une attention toute particulière est
accordée au concept qui concentre en lui toute la charge de la tension : à savoir le concept de matière (ὕλη).
196
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique: histoires, transformations, actualité
Cotutelle – Philosophie
SPINA Marco
Directeur de Recherche : M. Claude ROMANO
Thèse soutenue le : vendredi 3 avril 2015 Président du jury : M. Andrea BELLANTONE
(INSTITUT CATHOLIQUE TOULOUSE)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Scuola Normale Superiore Membres du jury :
M. Vincenzo COSTA (Università del Molise)
M. Luca VANZAGO (Università degli studi di Pavia)
De Husserl à Foucault. Un parcours biopolitique à partir de l’impensé merleau-pontyen. Da Husserl a
Foucault. Un cammino biopolitico a partire dalle consegne di Merleau-Ponty
Résumé : Notre thèse présente le résultat de l’étude de quelques aspects de la phénoménologie, interprétés à
travers l’oeuvre de Merleau-Ponty servant de clef de lecture pour comprendre l’actuel développement
biopolitique. L’étude est dirigée par la conviction selon laquelle, si chaque époque a sa préoccupation
dominante propre, au cours des quarante dernières années l’irruption de la « vie », du bios, comme
problème est venue agiter notre présent, devenant de plus en plus l’objet d’un savoir ample et précis. Cet
aspect qui est devenu typique de notre époque est aujourd’hui communément désigné sous le nom de «
biopolitique ». Toutefois, bien qu’il soit devenu central dans la réflexion contemporaine, la variété des
acceptions conférées au terme « biopolitique » font émerger le fait qu’aucune unité de signification ne
correspond à cette notion. C’est là le point de départ de notre travail, au croisement de la phénoménologie
et de la biopolitique. Que signifie « vie » ? A quelles conditions serions-nous aptes à parler de « corps
vivant » ? Qu’est-ce qui permet la naissance d’une « communauté » ? Voici quelques-unes des questions
implicites qu’une lecture phénoménologique de la biopolitique devrait poser, en indiquant ce sans quoi cela
n’aurait aucun sens de parler de vie, de corps, de communauté.
197
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique: histoires, transformations, actualité
Cotutelle – Philosophie
VENERONI Stefano
Directeur de Recherche : M. Dominique
PRADELLE
Thèse soutenue le : vendredi 16 janvier 2015 Président du jury : M. Frederic DE BUZON (Université de
Strasbourg)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Università degli Studi di
Macerata
Membres du jury :
MME Silvia FERRETTI (Università degli Studi di
Macerata)
M. Francesco PIRO (Università degli Studi di Salerno)
La querelle des Forces vives » dans le premier écrit de Kant. Entre mécanisme cartésien et dynamisme
leibnizien »
Résumé : S’interroger sur la clef de lecture à assumer pour aborder l’interprétation et l’analyse du premier
écrit de Kant,présuppose en même temps de se poser le problème du fil conducteur qui traverse toute la
recherche philosophique et scientifique de Kant. La reconstruction systématique et archéologique de la
recherche spéculative kantienne pourra donc révéler, déjà à partir des Gedanken, une étude entièrement
finalisée à la poursuite [I.] d’une description systématique del’univers (comme connaissance ‘objective’ du
monde extérieur et intérieur, materialiter e formaliter spectata) [II.] antécédemment déterminée (comme
connaissance ‘subjective’, materialiter e formaliter spectata) [III.] selon la ligne programmatique propre à la
Science ‘classique’.Un tel gain a donc permis : (1.) de révéler avant tout l’origine aristotélicienne de la
querelle des forces vives ; (2.) de jeter une lumière nouvelle sur la première formation de la pensée de Kant,
révélant en outre les sources kantiennes orthodoxes établies par l’historiographie philosophique (c’est-àdire
Descartes, Leibniz et Wolff) comme apparentes par rapport à la perspective assumée par le parcours
kantien, davantage tourné quant à lui vers les problèmes ouverts de la mise en cause du modèle physique
aristotélicien par Galilée et de ceux émergeant de la tentative d’unification systématique proposée par
Newton ; (3.) de trouver enfin, dans la solution kantienne, la clef de voûte pour dépasser définitivement le
dualisme épistémologique (d’où l’incongruité conséquente), aujourd’hui subsistante, entre le modèle
einsteinien dans le continu et le modèle, discret et probabiliste, proposée par la Mécanique quantique.
198
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 3552 Métaphysique: histoires, transformations, actualité
Cotutelle – Philosophie
VIRI Federico
Directeur de Recherche : M. Claude ROMANO
Thèse soutenue le : samedi 13 décembre 2014 Président du jury : M. Jean LECLERCQ (Université
Louvain la Neuve)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Università del Salento Lecce Membres du jury :
M. Giuliano CAMPIONI (Università di Pisa)
M. Carmine DI MARTINO (Università degli Studi di
Milano)
Le notion d' »événement » dans la phénoménologie française contemporaine
Résumé : Le but de ce travail est de reconstruire la structure théorique et l’aspect historique de la notiond’«
événement » dans le milieu de la phénoménologie française contemporaine, et en particulierdans les travaux
de J. Derrida, J.-L. Marion et C. Romano. Le processus de reformulation de laphénoménologie qui est
l’objet de notre étude s’étend des années 80 aux années 2000 et nepouvait adopter une approche diverse de
celle qui consiste précisément dans le développementdu thème de l’événement, dont on a tenté de mettre en
lumière les différentes traditions dont ilhérite. Il s’agit en général d’une référence mixte à la
phénoménologie heideggerienne del’inapparent et au post-structuralisme. La question du statut de
l’anthropos et du futur de laphénoménologie demeure en arrière-fond grâce aux questions ouvertes par la
notion d’ «événement ».
199
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 1498 Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de
communication
Doctorat (DNR) – Sciences de l’information et de la communication
ALLARD François
Directeur de Recherche : MME Nicole D’ALMEIDA
Thèse soutenue le : lundi 14 septembre 2015 Président du jury : MME Françoise BERNARD
(Université Aix-Marseille 1)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Pascal GRISET (Université Paris 4)
M. Arnaud MERCIER (Université de Metz)
MME Marie Gabrielle SURAUD (Université Toulouse 3)
MME Adeline WRONA (Université Paris 4)
La question de la « transparence » dans l’évaluation du risque : L' »Affaire Séralini »
Résumé : Dans la lignée de recherches précédentes en Sciences de l’Information et de la Communication, ce
travail explore la question de la « transparence » dans l’évaluation du risque, en particulier dans le cadre des
controverses scientifiques et des polémiques médiatiques autour des pesticides et des OGM. Face à ce
principe – jamais défini et pourtant central – ce travail cherche à répondre à la question suivante : Quelles
sont les limites de la mise en oeuvre de la notion de « transparence » ? Dans ce cadre, on étudie précisément
l’« Affaire Séralini » qui fait suite à la publication d’une étude controversée sur les OGM et les pesticides et
leurs conséquences sur la santé. Dans la première partie de notre travail, nous avons cherché à analyser le
passage de la transparence à la transparence numérique au regard des évolutions de la sphère publique, de la
société moderne à la société postmoderne. Nous avons consacré la deuxième partie de notre travail à notre
terrain d’étude à proprement parler, c’est-à-dire l’« Affaire Séralini ». En posant la question des
controverses et des polémiques dans la « société du risque », nous avons pu questionner comment la «
société transparente » se déploie dans une société postindustrielle confrontée aux risques. Enfin, notre
dernière partie explore les injonctions paradoxales de la transparence qu’on peut observer au cours de l’«
Affaire Séralini ». Au-delà des limites de l’injonction à la transparence reste-t-il une place pour la confiance
et le parler-vrai dans nos sociétés du risque ?
200
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 1498 GRIPIC (Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur les Processus d’Information et de
Communication)
Doctorat (DNR) – Sciences de l’information et de la communication
AZIZI AZIZI Asmaa
Directeur de Recherche : M. Bruno OLLIVIER
Thèse soutenue le : vendredi 31 octobre 2014 Président du jury : MME Veronique RICHARD
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Fatallah DAGHMI (Université de Poitiers)
M. Marco MARTINIELLO (CNRS)
M. Tristan MATTELART (Université Paris 8)
MME Isabelle VEYRAT-MASSON (Université Paris 4)
Les pratiques politiques médiatisées des migrants marocains : entre écriture de soi et écriture du pays
d’origine
Résumé : Cette recherche examine les pratiques politiques médiatisées des migrants marocains. En
mobilisant une double approche diachronique et synchronique, on montre dans un premier temps que ces
pratiques ne datent pas d’aujourd’hui mais qu’elles sont concomitantes aux premières vagues migratoires
marocaines. A travers l’analyse d’un corpus de « presse militante », on approche la façon dont se
manifestent les appartenances, les différentes stratégies de représentation d’un soi collectif ainsi que les
formes d’expression des identités politiques de ces migrants, pendant la période coloniale et durant le
processus de démocratisation du Maroc. On étudie dans un deuxième temps les pratiques politiques qui se
construisent, circulent et se donnent à voir dans différents espaces en ligne pour comprendre comment elles
participent à la construction et à la réécriture de la marocanité. Toutes ces pratiques politiques médiatisées
ne se déroulent pas dans un vide social. Il est primordial de prendre en compte, pour leur appréhension, du
cadre sociopolitique dans lequel elles se déroulent mais aussi de la question de la stratification sociale. Au
delà de la question de la technique, c’est l’action symbolique d’écriture de la politique qui réunit l’ensemble
des acteurs migrants engagés dans ce type de pratiques depuis les années 1930 et jusqu’à nos jours. Le geste
d’écriture, comme action performative promettant d’obtenir une existence et une visibilité, est toujours
accompagné par cet espoir de reconquérir une parole confisquée par un pouvoir politique dominant. A
travers la médiation de l’écriture, ces pratiques médiatisées sont l’expression d’une volonté d’action de
quelques groupes de migrants, déterritorialisés et non investis d’autorité, mais qui veulent prendre la parole
pour s’exprimer sur ce qui se passe là-bas, dans leur pays d’origine.
201
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 1498 Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de
communication
Doctorat (DNR) – Sciences de l’information et de la communication
CHARBONNEAUX Juliette
Directeur de Recherche : MME Adeline WRONA
Thèse soutenue le : vendredi 14 novembre 2014 Président du jury : M. Denis RUELLAN (Université
Rennes 1)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Yves JEANNERET DIT GROSJEAN (Université Paris
4)
M. Frédéric LAMBERT (Université Paris 2)
M. Marc LITS (Université Catholique de Louvain)
MME Valerie ROBERT (Université Paris 3)
La vie quotidienne du franco-allemand ou l’exercice du pouvoir périodique. Comparaison du Monde et
de la Frankfurter Allgemeine Zeitung (1949 – 2013)
Résumé : « Le franco-allemand » est omniprésent dans nos sociétés européennes, à tel point qu’il semble
aller de soi. Dans une perspective inspirée par les Mythologies barthésiennes, cette thèse propose
d’interroger le rôle joué dans ce processus de naturalisation par une catégorie médiatique qui, elle non plus
ne pose pas question, la presse « de référence ». Cette double naturalisation est analysée en diachronie
(1949-2013) sur la base d’une comparaison entre deux titres qui occupent cette position de « référence »
dans leurs pays respectifs, Le Monde et la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Il s’agit de comprendre
comment, lorsque la presse entend s’institutionnaliser, l’information revêt une valeur idéologique qui va à
l’encontre des idéaux d’objectivité et de neutralité qu’elle prône par ailleurs. Pour appréhender ce travail
idéologique, la recherche procède à la déconstruction d’un paradigme d’actualité, nommé « caractère
franco-allemand ». La perspective adoptée pour ce faire est une approche poétique de la communication et,
plus spécifiquement, une sémiologie du journal. Le discours du support périodique et ses « effets-idéologie
» sont tour à tour abordés sous l’angle du narratif, du discursif et de l’iconique. Cette thèse montre ainsi
comment le journal agit politiquement à travers ses récits, ses mots et ses images, et, dans ce sens, joue un
rôle déterminant dans la liaison des collectifs nationaux et européens.
202
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 1498 Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de
communication
Doctorat (DNR) – Sciences de l’information et de la communication
DEVARS Thierry
Directeur de Recherche : M. Emmanuel SOUCHIER
Thèse soutenue le : jeudi 20 novembre 2014 Président du jury : MME Isabelle GARCIN-MARROU
(IEP Lyon)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Marlene COULOMB-GULLY (Université Toulouse
2)
MME Joelle LEMAREC (Université Paris 4)
M. Philippe MARION (Université Catholique de Louvain)
MME Adeline WRONA (Université Paris 4)
La communication politique audiovisuelle à l’heure du numérique. Le cas des vidéos politiques 2007-
2012
Résumé : Cette recherche interroge les représentations médiatiques du politique, telles qu’elles se donnent à
lire sur Internet à travers un objet de prédilection : la vidéo. À la croisée d’enjeux techniques, sémiotiques,
discursifs, et de pratiques sociales historicisables, la problématique de notre thèse convoque ainsi le point
de vue complexe et interdisciplinaire des SIC pour appréhender les transformations contemporaines de la
communication politique audiovisuelle. Attentive au temps long de l’histoire des médias, notre approche
des vidéos politiques pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy s’organise autour de trois grands axes
analytiques. En premier lieu, nous montrons que les vidéos politiques favorisent l’émergence de nouvelles
formes de visibilité et de publicité, qui redéfinissent les modes contemporains de reconnaissance
médiatique du politique. Nous examinons ensuite les modalités selon lesquelles les vidéos agissent dans et
sur le champ de la communication politique. Enfin, nous montrons que la lisibilité et la rhétoricité des
vidéos politiques s’appuient sur les ressorts de la culture audiovisuelle. Au-delà du règne de
l’instantanéisme, ces trois temps de notre démonstration entendent mettre en perspective la place de l’image
audiovisuelle dans le champ de la communication politique, à travers un point de vue attentif à la
matérialité signifiante des vidéos et aux méandres de leur vie triviale.
203
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 1498 Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de
communication
Doctorat (DNR) – Sciences de l’information et de la communication
GRAS Stephan
Directeur de Recherche : MME Nicole D’ALMEIDA
Thèse soutenue le : jeudi 11 décembre 2014 Président du jury : MME Sylvie MERVIEL (Université de
Valenciennes)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-Pierre BARTOLI (Université Paris 4)
M. Milad DOUEIHI (Université Paris 4)
M. Philippe LE GUERN (Université de Nantes)
M. Peter SZENDY (Université Paris 10)
L’écoute en ligne. Figures du sujet écoutant et mutations des espaces musicaux sur Internet
Résumé : Cette recherche interroge les figures du sujet écoutant en jeu dans les mutations des espaces
musicaux sur Internet de 2007 à 2014, afin de penser l’écoute en ligne dans ses spécificités philosophiques
et communicationnelles. On étudie un dispositif industriel et logiciel de recherche et de recommandation
musical complexe, l’interface de programmation d’ Echonest, pour en saisir les effets esthétiques, c’est-àdire
pour comprendre dans quelle mesure la culture numérique contemporaine façonne l’expérience
musicale. Trois angles sont successivement abordés : une archéologie de l’écoute montre les héritages de
son expérience en ligne, une étude des politiques de l’archive et de l’algorithme incite à penser les
axiologies industrielles de machines du goût, enfin une analyse sémio-pragmatique met en exergue le
régime fictionnel de l’écoute à l’écran. Face à l’émergence d’une forme médiatique, le streaming, ces trois
temps décrivent un régime numérique contemporain de la perception (sensorium digital) comme une
discipline de l’écoutable qui s’appuie sur des modes fictionnels de production de sens en ligne.
204
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 1498 Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de
communication
Doctorat (DNR) – Sciences de l’information et de la communication
MARIAU Berenice
Directeur de Recherche : M. Emmanuel SOUCHIER
Thèse soutenue le : mardi 9 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Francois TETU (Université
Lyon 2)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Annik DUBIED (Université de Neuchâtel)
M. Marc LITS (Université Catholique de Louvain)
MME Adeline WRONA (Université Paris 4)
Ecrire le fait divers à la télévision. La rhétorique émotionelle du drame personnel au journal télévisé
de TF1
Résumé : Le reportage de fait divers diffusé au Journal Télévisé (JT) est questionné dans cette recherche
d’un point de vue « pathémique », c’est-à-dire à travers l’analyse des figures rhétoriques propres à
émouvoir le public. Ces figures sont élaborées autour d’une absence d’images explicites, absence
paradoxale pour la télévision. Pour analyser la rhétorique émotionnelle construite autour de cette absence
iconique — de ce creux —, on a sélectionné une sous-catégorie du fait divers privilégiée par les médias : le
drame personnel.La partie I analyse la position du drame personnel vis-à-vis du fait divers ainsi que ses
ressorts émotionnels, mettant en évidence l’imaginaire pathémique du fait divers. La recherche se focalise
ensuite sur les contextes de production et de présentation des reportages du JT de 20 heures de TF1 (partie
II). Le contexte de production renvoie à la part invisible du dispositif, aux différents paramètres
symboliques et techniques qui jouent un rôle dans l’élaboration du texte. Le contexte de présentation fonde
les cadres instituants de l’information qui guident la lecture du reportage. Tenant compte du sujet raconté et
du dispositif chargé d’en rendre compte, la recherche aborde alors l’écriture du drame et les mises en scène
télévisuelles à visée dramatisante (partie III). Cette analyse morphologique questionne les enjeux
communicationnels et émotionnels d’une forme générique du fait divers au JT. Favorisant l’imagination et
l’appropriation du texte, la forme symbolique du drame — composée d’images allusives et banales — vient
compenser la singularité des faits exposés.
205
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 1498 – Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur les Processus d’Information et de
Communication (GRIPIC)
Doctorat (DNR) – Sciences de l’information et de la communication
PERRIN ELOY Laurence
Directeur de Recherche : MME Veronique
RICHARD
Thèse soutenue le : vendredi 9 janvier 2015 Président du jury : MME Karine BERTHELOT-GUIET
(Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Françoise BERNARD (Université Aix-Marseille 1)
M. Denis RUELLAN (Université Rennes 1)
M. Jean-Philippe VANOT ()
Communication managériale et conduite du changement : une politique de mobilité en question chez
Orange France
Résumé : L’incertitude du contexte économique et la pression concurrentielle placent au coeur des
préoccupations RH des grandes entreprises la question de la mobilité. L’objet de la thèse est d’analyser les
effets de la communication managériale appliquée à celle-ci, sur la construction identitaire des cadres. Cette
recherche montre les limites et les risques inhérents au processus de communication mis en place, en
particulier chez Orange France avant la crise sociale de 2009. Elle s’intéresse au concept de mobilité et à la
façon dont les entreprises s’en sont emparées pour construire une véritable doxa au service de leurs
politiques. Un travail d’aller-retour entre l’analyse des écrits institutionnels et la parole des cadres, met en
lumière les procédés argumentatifs, narratifs et sémiotiques mobilisés. Les conclusions de ce travail
réinterrogent la notion d’éthique relationnelle dans la conduite du changement en entreprise.
206
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 1498 Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de
communication
Doctorat (DNR) – Sciences de l’information et de la communication
RONDOT Camille
Directeur de Recherche : M. Yves JEANNERET
DIT GROSJEAN
Thèse soutenue le : lundi 28 septembre 2015 Président du jury : MME Viviane COUZINET (Université
Toulouse 3)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Marie DESPRES-LONNET (Université Lille III)
MME Isabelle LE BRETON-FALEZAN (Université Paris
4)
MME Claire OGER (Université Paris 12)
MME Adeline WRONA (Université Paris 4)
Représenter et incarner une organisation internationale : analyse d’une prétention communicationnelle
sur le site internet de l’Unesco
Résumé : Si le site internet de l’UNESCO est aujourd’hui considéré par l’organisation comme le média le
plus adapté à sa communication, l’enjeu de cette thèse est bien la dénaturalisation de cette apparente
évidence. Il s’agit de mettre au jour une prétention communicationnelle reposant à la fois sur la nature de
l’organisation, le dispositif investi et la compétence particulière de l’UNESCO : la médiation des savoirs.
Cette thèse s’intéresse ainsi aux enjeux symboliques de la représentation médiatique de l’UNESCO portée
par son site internet. Pour ce faire, elle s’appuie sur une méthodologie techno-sémio-discursive, reposant
sur l’analyse des signes, mobilisant celle des discours produits par l’organisation sur son site et considérant
les spécificités techniques du dispositif investi. Cette thèse montre comment le site internet incarne une
conception particulière de la médiation des savoirs résultant de la rencontre entre un média et une
organisation. Elle amène aussi à considérer les liens étroits entre savoir et politique dans la définition de la
posture de l’organisation, telle qu’elle est représentée et incarnée sur son site internet.
207
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 1498 Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de
communication
Doctorat (DNR) – Sciences de l’information et de la communication
ZEHENNE Camille
Directeur de Recherche : MME Karine
BERTHELOT-GUIET
Thèse soutenue le : lundi 8 décembre 2014 Président du jury : M. Yves JEANNERET DIT
GROSJEAN (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Pascal LARDELLIER (Université de Dijon)
MME Joelle LEMAREC (Université Paris 4)
Communiquer-consommer dans les cafés et les supermarchés
Résumé : Cette recherche s’interroge sur les rapports entre consommation et communication dans les cafés
et les supermarchés. Ces espaces nous les avons qualifié d’interstitiels car ils correspondent à un entre-deux
signifiant dans la vie sociale. On a pu montrer que l’espace se construit à travers les praxis et les
imaginaires, qui se positionnent face aux normes qui en régissent les usages. Aux structures plastiques des
espaces correspondent des négociations qui permettent aux identités sociales de se construire. Cohabitent
ainsi quatre dimensions dans les espaces interstitiels : la dimension inter de l’entre-deux qui articule
l’individu à la communauté, la dimension hyper qui est celle des normes structurants les échanges, la
dimension infra qui permet la négociation et enfin la dimension micro qui implique la fabrication des
identités sociales et la posture de chercheur adoptée dans ce travail. Cette recherche est aussi l’occasion de
présenter une méthode, dénommée microsic, qui se veut une démarche avec une base ethnographique
permettant de déployer des méthodologies à même de capter des situations sociales de nature instables.
Nous avons insisté sur la dimension poïétique de toute recherche en anthropologie de la communication,
dont la visée est de rendre compte de phénomène qui se dérobent en permanence au regard et dont il faut
restituer la complexité.
208
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8598 – Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne
Doctorat (DNR) – Sciences sociales et Philosophie de la connaissance
ORNAGHI Annalisa
Directeur de Recherche : M. Pierre
DEMEULENAERE
Thèse soutenue le : vendredi 14 novembre 2014 Président du jury : MME Mara TOGNETTI (Università
degli Studi di Milano)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Università degli Studi di
Trento
Membres du jury :
M. Salvatore ABBRUZZESE (Università degli Studi di
Trento)
M. Tommaso VITALE (Sciences Po)
Etude comparée des inégalités sociales de santé : Italie-France
Résumé : Les fondements sur lesquels se fonde ce travail de recherche dérivent de la démonstration que la
santé est conditionnée par une multiplicité de facteurs dont le contrôle n’est pas exercé seulement par le
système sanitaire.Les inégalités de santé représentant l’un des plus injustes et graves formes d’iniquités
parce que la santé est une des conditions de première importance afin de vivre pleinement la vie. Les
inégalités en matière de santé constituent l’un des pires scandales de notre temps, en particulier dans les
pays développés et les pays démocratiques.Le thème des inégalités de santé est un sujet cher à la sociologie,
car leur analyse permet, soit d’observer les dynamiques sociales, soit de comprendre comme les différences
sociales se distribuent entre les individus à l’intérieur de la société, surtout avec l’actuelle crise économique
globale.L’objectif principal de cette étude consiste, grâce à l’application de techniques d’analyse comparée,
à déterminer et distinguer les inégalités de santé dans les relations entre conditions sociaux, facteurs de
risque, contexte territorial et état de santé de la population, en deux pays européens, (France et Italie), afin
de comprendre leurs dynamiques et comme le contexte territorial grave sur les inégalités de santé des
individus. Á travers une approche transnationale le travail de recherche détermine les différences et les
analogies entre France et Italie.Les résultats qui émergent de nos analyses montrent l’existence de
similitudes « inattendues » entre groupes de population française et italienne, malgré caractéristiques
institutionnelles très différentes de welfare sanitaire.
209
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8598 – Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne
Doctorat (DNR) – Sciences sociales et Philosophie de la connaissance
VIVIAND Aline
Directeur de Recherche : M. Olivier GALLAND
Thèse soutenue le : mardi 2 décembre 2014 Président du jury : MME Patricia VON MÜNCHOW
(Université Paris 5)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Uniwersytet Wroclawski Membres du jury :
M. Jerzy BARTMINSKI (Univ. Marii Curie-Sklodowskie
Lublin)
MME Elzbieta BIARDZKA (Uniwersytet Wroclawski)
MME Greta KOMUR-THILLOY (Université de Mulhouse)
MME Katarzina KWAPISZ-OSADNIK (Uniwersytet Slaski
Katowice)
La compréhension des gentilés Polacy, Niemcy, Francuzi et Europejczycy par la jeunesse polonaise
contemporaine. Une étude ethnolinguistique
Résumé : Notre étude prend pour objet la façon dont la jeunesse polonaise comprend aujourd’hui les
gentilés européens tels que Polacy (les Polonais), Niemcy (les Allemands) et Francuzi (les Français), ainsi
que le gentilé Europejczycy (les Européens) lui-même, plusieurs années après l’adhésion de la Pologne à
l’Union européenne, faisant suite à la chute du régime communiste. Ces deux évènements historiques
relativement récents sont en effet susceptibles d’avoir affecté la perception du monde des Polonais. En
appréhendant la signification des gentilés précités par la vision d’une communauté de locuteurs, les jeunes
locuteurs Polonais, cette étude s’inscrit dans le courant linguistique des recherches cognitives. Ces
recherches mettent en avant, dans l’étude des structures sémantiques de la langue, le lien fondamental entre
langue et pensée et prennent pour objectif de parvenir au sujet parlant (en tant que membre d’une
communauté de locuteurs), à sa perception, à sa conceptualisation du monde (liée à son expérience) et à son
système de valeurs. Notre étude adhère ainsi plus particulièrement au courant de l’ethnolinguistique de
Lublin tel que l’a défini Jerzy Bartmiński et selon lequel nous ne saurions chercher le sens des gentilés
Polacy, Niemcy, Francuzi et Europejczycy dans les dictionnaires, puisqu’il se trouve avant tout, pour ainsi
dire, dans la tête des locuteurs.
210
ECOLE DOCTORA LE V I
HISTOIRE DE L’ART ET ARCHEOLOGIE
HISTOIRE DE L’ART
THEORIE ET PRATIQUE DE L’ARCHEOLOGIE
211
ECOLE DOCTORALE – VI –
EA 2565 Centre de recherche sur l’Extrême-Orient de Paris-Sorbonne
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
ASAVAPLUNGKUL SAISINGHA
Monruedee
Directeur de Recherche : MME Edith PARLIERRENAULT
Thèse soutenue le : mercredi 15 avril 2015 Président du jury : M. Bruno BRUGUIER (Ecole
Française d’Extrême Orient)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Gilles DELOUCHE (I.N.A.L.C.O. DE PARIS)
MME Valérie ZALESKI (Musée Guimet)
Le Râmâyana dans les peintures du temple du Buddha d’Emeraude (wat phra kéo) à Bangkok.
Sources, contexte, prolongements
Résumé : Le Râmakîen est une des oeuvres littéraires les plus importantes du royaume thaïlandais.
Reprenant l’épopée indienne de Vâlmîki, le Râmâyana, il revêt une grande importance à la cour royale et sa
popularité est considérable dans toute l’Asie du Sud-Est. Au Wat Phra Kèo, ses épisodes ont été
intégralement illustrés sur le mur de la galerie. La thèse ne prend en compte que les parties figurant les dix
incarnations de Viṣṇu et la naissance des dieux hindous et des personnages de l’épopée. Ces épisodes nous
amènent au prélude du Râmakîen et l’étude s’arrête au moment du retour du roi Jânaka à Mithilâ. Il nous a
fallu opérer des rapprochements entre ces peintures et le Tamrâ Thewarûp, les albums d’iconographie
brahmanique, ainsi que le Tamrâ Thewapâng, recueil de légendes sur la naissance des dieux et les
incarnations de Viṣṇu. Ces rapprochements étaient nécessaires car tous les épisodes représentés à Wat Phra
Kèo ne sont pas racontés dans le Râmakîen tel que le relate la version du roi Râma I. L’omniprésence des
scènes empruntées à l’épopée, en particulier celles des dix incarnations de Viṣṇu et des dieux hindous dans
les temples importants de Bangkok fondés par les rois ou par leurs proches au début de la période de
Ratanakosin, s’explique par la grande importance accordée par ces souverains à l’incarnation de Viṣṇu en
Râma. Le royaume thaïlandais adopta par ailleurs les rites brahmaniques pratiqués à la cour khmère. Une
récapitulation des témoignages iconographiques sur l’épopée au Cambodge, au Laos et au Myanmar
complète notre étude.
212
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
BENOIT RENAULT Viviane
Directeur de Recherche : MME Marianne GRIVEL
Thèse soutenue le : mardi 16 décembre 2014 Président du jury : M. François ROBICHON (Université
Lille III)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Luce BARLANGUE-RIVET (Université Toulouse 2)
M. Philippe LE STUM (Musée départemental breton)
La lithographie en Bretagne (1819-1914)
Résumé : Dans l’histoire de l’estampe, l’étude de la lithographie en province a longtemps été négligée et les
premiers travaux fondateurs datent seulement d’une quarantaine d’années. L’objet de cette thèse en histoire
de l’art est de combler cette lacune en analysant, dans un esprit d’interdisciplinarité ouvert à l’histoire
économique et sociale, la lithographie en Bretagne historique de 1819 à 1914. Cette recherche s’appuie
d’abord sur l’étude de l’imprimerie lithographique. Après un panorama général sur l’évolution du nombre
d’ateliers et leur répartition géographique, les centres lithographiques principaux et secondaires sont
étudiés. L’imprimerie autographique qui, en parallèle, s’implante et concurrence les ateliers lithographiques
est analysée, comme les imprimeries lithographiques sur fer-blanc, une particularité bretonne. Au-delà de
cette étude historique, le chapitre suivant dresse le portrait des acteurs de l’imprimerie et de la production
lithographique comme leur environnement social. C’est un monde où se mêlent l’artiste peintre, l’artiste
lithographe de profession, l’amateur de dessin, l’imprimeur et l’ouvrier. La réalité du monde de l’estampe
est abordée dans le troisième chapitre, avec un coup de projecteur sur l’atelier et sur l’histoire matérielle de
la lithographie (presses et matrices). L’atelier est ensuite appréhendé comme un espace de vie autonome
avec ses fêtes et ses codes, garants de la cohésion ouvrière. Une unité renforcée avec la création des
syndicats de lithographes dans la seconde moitié du XIXe siècle. Grâce à l’établissement d’un inventaire
des lithographies, fondé sur le dépouillement du dépôt légal et des fonds publics d’estampes, l’analyse de la
production lithographique imprimée en Bretagne révèle une diversité thématique insoupçonnée. La
lithographie artistique à la feuille, en recueils ou en albums illustrés est analysée sous l’angle stylistique et
iconographique. Enfin, l’étude de la lithographie utilitaire et des boîtes en fer-blanc lithographié clôt ce
chapitre. Le commerce de l’estampe, qui constitue le dernier maillon du circuit de la production, est retracé
avec ses marchands, une profession en mutation au XIXe siècle, ses colporteurs et autres vendeurs
occasionnels. Enfin, la question de la diffusion de l’estampe en Bretagne est abordée comme le marché et la
place de la lithographie bretonne dans un réseau national et international.
213
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
BODENSTEIN Felicity
Directeur de Recherche : M. Barthelemy JOBERT
Thèse soutenue le : samedi 27 juin 2015 Président du jury : M. Dominique POULOT (Université
Paris 1)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Michel AMANDRY (école pratique des hautes études)
MME Frederique DUYRAT (BNF)
M. Krzysztof POMIAN (CNRS)
M. Nathan SCHLANGER (école des chartes)
L’histoire du cabinet des médailles de la Bibliothèque Nationale de 1819 à 1924
Résumé : Le Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale conserve les « bijoux savants »
aux origines du collectionnisme occidental avec son médaillier universel, des pierres gravées et des
collections d’antiques d’une diversité étonnante. Si celles-ci proviennent pour les parties les plus anciennes,
des collections de la maison royale et de trésors ecclésiastiques, cette thèse ne remonte pas aux origines du
département mais s’occupe de son destin à l’âge des musées, entre la Restauration, avec l’arrivée au
département en 1819 de Désiré Raoul-Rochette (1789-1854) et la période qui suit la première guerre
mondiale jusqu’à la mort d’Ernest Babelon (1854-1924). Elle cherche à comprendre, comment ce «
parangon des cabinets d’amateurs de jadis » s’est développé, pris comme il l’était entre une tradition
antiquaire aristocratique et les exigences de la modernité, républicaine et spécialiste. Elle aborde les
différents aspects de la vie du département à l’intérieur du quadrilatère Richelieu. Tout d’abord, comme le
portrait d’un lieu d’histoire d’un point de vue institutionnel et architectural qui permet de comprendre la
place accordée historiquement à la culture matérielle au sein de la Bibliothèque nationale. Ensuite l’histoire
du développement des collections et puis celle de leur valorisation muséographique et scientifique sont
examinées au prisme de l’expansion du domaine de l’archéologie et de l’essor des sciences auxiliaires de
l’histoire au XIXe siècle.
214
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
CHAIGNE Frantz
Directeur de Recherche : M. Jean-Pierre
VANSTAEVEL
Thèse soutenue le : mardi 16 décembre 2014 Président du jury : M. Yves PORTER (Université Aix-
Marseille 1)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Eloise BRAC DE LA PERRIERE (Université Paris 4)
M. Finbarr Barry FLOOD (New York University)
M. Francis RICHARD (Bibliothèque universitaire des
langues et civilisations)
L’enluminure dans l’empire il-khanide
Résumé : Le présent travail porte sur le décor enluminé des manuscrits produits en Iran et en Iraq sous
domination mongole (1258 – c. 1350). Cette étude n’a pas seulement pour but de se pencher sur les
structures scandant le manuscrit et sur leurs modes de remplissage, mais elle s’ouvre aussi sur les échanges
culturels et artistiques dont ce décor est parfois emblématique. La méthodologie retenue s’articule autour de
deux axes principaux : la première fait appel à une « approche déconstructive » qui consiste en une suite de
focalisations permettant de passer du macroscopique au microscopique. Il s’agit en fait d’appréhender dans
un premier temps la notion de programme enluminé, puis d’examiner leurs éléments constitutifs comme les
frontispices ou les shamsa et de procéder ensuite à l’examen de leurs modes de remplissage. Le deuxième
axe de cette recherche met l’accent sur la complexité des transferts entre des sphères aussi diverses que la
Chine, le Tibet, l’Inde, l’Iran et les chrétientés durant la période de règne des Īl-khānides. Le rôles de la
circulation des marchandises et des cadeaux diplomatiques sont particulièrement examinés. Signalons,
parmi les conclusions, les (ré-)attributions de manuscrits ainsi qu’une discussion sur la pertinence de
l’appellation d’ « Islamic Chinoiserie » passée dans la littérature.
215
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Centre André Chastel : laboratoire de recherche en histoire de l’art
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
DE MONTGOLFIER SEZNEC
Flavie
Directeur de Recherche : M. Bruno FOUCART
Thèse soutenue le : samedi 14 mars 2015 Président du jury : M. Jean-Yves ANDRIEUX (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Fabienne CHEVALLIER (Musée d’Orsay)
M. François ROBICHON (Université Lille III)
Théodore (1817-1885) et Albert (1849-1939) Ballu : architectes constructeurs et restaurateurs
Résumé : Elève à l’école des Beaux-arts de Paris, premier prix de Rome à l’âge de 23 ans, Théodore Ballu
(1817-1885) prolonge sa formation à l’Ecole française de Rome, et en Grèce, avant même l’ouverture de
l’Ecole française d’Athènes. Sa carrière d’architecte, longue d’une trentaine d’années, est exceptionnelle.
Auteur d’un quart des églises parisiennes construites sous le Second Empire, de l’Hôtel de Ville de Paris en
collaboration avec Deperthes, et de plusieurs édifices ou monuments civils, il est un représentant majeur de
l’éclectisme architectural. Ses édifices religieux auront une influence sur ses contemporains et sur la jeune
génération d’architectes. Formé par son père et par Auguste Magne, Albert Ballu (1849-1939) a une
carrière multiple et internationale : auteur du palais de justice néo-classique de Charleroi et de celui plus
éclectique de Bucarest, il adapte ses autres productions aux techniques architecturales du tournant du XXe
siècle. Architecte diocésain et architecte en chef des monuments historiques, il s’investit beaucoup en
Algérie, jusqu’aux années 1920, où il fouille les grands sites romains, restaure les édifices religieux et
construit des édifices variés. Chef de file de la valorisation de l’Algérie romaine et musulmane, il est
l’architecte restaurateur de très nombreux édifices diocésains et monuments historiques, spécialement dans
les départements des Charentes, en Bretagne et en Corse. Il se spécialise, aussi, dès 1889, dans la
construction de pavillons d’expositions universelles. Résultant d’une étude détaillée de la vie et de l’oeuvre
de ces architectes, cette thèse évalue leur importance dans la mise en place de modèles architecturaux et
dans l’orientation des restaurations architecturales des années 1850 à 1920.
216
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
DEBIEN Genevieve
Directeur de Recherche : M. Arnauld PIERRE
Thèse soutenue le : mercredi 3 décembre 2014 Président du jury : M. Pascal ROUSSEAU (Université
Paris 1)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Maria STAVRINAKI (Université Paris 1)
M. Michael ZIMMERMANN (Université d’Eichstätt-
Ingolstadt)
Otto Freundlich (1878-1943) : oeuvre et réflexions philosophiques. Une quête esthétique pour un
nouveau rapport de l’homme au monde : vers de nouvelles perceptions
Résumé : L’oeuvre plastique et l’oeuvre écrit d’Otto Freundlich (1878-1943) sont traversés par une grande
thématique : celle d’une volonté de renouvellement de l’esthétique dans une quête de vérité, au coeur de
laquelle se situe le rapport perceptif de l’être humain à la nature. Pour Otto Freundlich, qui adopte dans le
champ de l’art une position d’artiste plasticien et d’artiste philosophe, ce renouvellement s’opère non
seulement par l’intervention de l’artiste mais aussi par la perception visuelle des oeuvres. L’apparente
hétérogénéité de son parcours artistique est donc sous-tendue par une grande cohérence que cette thèse
examine à travers une analyse d’une part diachronique des oeuvres plastique et écrit dans leur ensemble,
d’autre part en rendant compte dans un même temps et de manière synchronique des modifications qui les
affectent et de leurs modalités. Pour ce faire, cette recherche s’appuie sur le travail fondamental lié à la
monographie d’artiste : l’étude précise des sources originales écrites principalement en gothique allemand,
l’apport de sources inédites, l’analyse des oeuvres et du contexte de leur genèse, au sein du réseau
international qu’Otto Freundlich tisse avec les acteurs du champ culturel présents en Allemagne et en
France. Cette approche permet non seulement de corriger certaines données historiques mais aussi
d’apporter des éléments nouveaux dans l’étude iconographique, iconologique et conceptuelle des oeuvres,
isolément comme globalement.
217
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Centre André Chastel : laboratoire de recherche en histoire de l’art
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
DECHAMPS Claire
Directeur de Recherche : MME Fabienne
JOUBERT-CAILLET
Thèse soutenue le : samedi 25 octobre 2014 Président du jury : MME Laurence CIAVALDINIRIVIERE
(Université Grenoble 2)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Philippe LORENTZ (Université Paris 4)
M. Olivier MATTEONI (Université Paris 1)
Au plaisir de treshault et tres puissant seigneur Louis Batard de Bourbon, gendre de Louis XI.
Echanges et commandes artistiques au sein du milieu royal
Résumé : Connu pour ses qualités de bibliophile, Louis bâtard de Bourbon se distingue aussi par sa
proximité avec Louis XI, dont il épouse la fille bâtarde. Propulsé à un rang auquel sa naissance ne le
destinait pas, il acquiert avec Jeanne bâtarde de France, à partir de 1465 et durant une vingtaine d’années,
une série d’oeuvres destinée à affirmer le rang et la puissance de ce nouveau couple princier. L’objectif de
ce travail a d’abord été de reconstituer ce corpus, composé d’une tapisserie, un panneau peint, plusieurs
manuscrits enluminés et une commande castrale, pour l’étudier ensuite en détail afin de mettre en évidence
les interférences entre commande, réseau social, carrière d’officier dans le sillage royal et événements
historiques susceptibles d’avoir pu interférer dans le choix des oeuvres ou dans les modèles de référence
retenus. Cet ensemble a été considéré dans sa globalité, récusant le cloisonnement disciplinaire traditionnel,
afin de cerner au plus près le sens et la fonction des oeuvres, au profit des approches stylistiques plus
traditionnelles. L’étude a cherché ensuite à montrer comment les valeurs royales ont été assimilées par le
couple, dans quelles circonstances, et à quelles fins. L’interrogation plus large du contexte de création a mis
en lumière la place singulière prise par ce seigneur dans le jeu politique de Louis XI, tout comme celle de
son épouse, dont le rôle longtemps négligé apporte un nouvel éclairage sur les échanges entre oeuvres et
artistes, actifs au sein de ce réseau.
218
ECOLE DOCTORALE – VI –
EA 2565 Centre de recherche sur l’Extrême-Orient de Paris-Sorbonne
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
DUTILLIEUX Fanny
Directeur de Recherche : MME Edith PARLIERRENAULT
Thèse soutenue le : mardi 25 novembre 2014 Président du jury : M. Vincent LEFEVRE (Université
Paris 3)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Osmund BOPEARACHCHI (ECOLE NORMALE
SUPERIEURE PARIS)
MME Charlotte SCHMID (Ecole Française d’Extrême
Orient)
La sculpture de l’Himachal Pradesh entre le VIIe et le XIVe siècle
Résumé : La sculpture d’Himachal Pradesh connaît entre le septième et le quatorzième siècle un grand
développement, dû à un bouleversement des conditions religieuses et politiques en Inde du Nord. Des
souverains locaux légitiment alors leur pouvoir sur les vallées qui constituent cet état montagneux du nord
de l’Inde en utilisant, entre autres procédés, la construction de temples et la dédicace d’images. Ces
dernières révèlent, par leur iconographie et par leur style, certaines des conditions historiques et politiques
dans lesquelles elles ont été créées. Grâce à une observation des oeuvres, regroupées en quatre grands
ensembles spatio-temporels, nous avons tenté, dans cette thèse, de mettre à jour les transferts d’influences
artistiques à la fois entre l’Himachal et les régions voisines et en Himachal même. Cette observation nous a
également permis de proposer des hypothèses sur l’histoire des dynasties locales et sur leurs pratiques
religieuses.
219
ECOLE DOCTORALE – VI –
EA 7332 Centre de linguistique en Sorbonne
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
HIERNAUX DE SAINT-OURS
VIVIEN Béatrice
Directeur de Recherche : M. Claude MIGNOT
Thèse soutenue le : samedi 20 décembre 2014 Président du jury : MME Véronique MEYER (Université
de Poitiers)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Dominique MASSOUNIE (Université Paris 10)
M. Patrick MICHEL (Université Lille III)
Les demeures et collections d’un grand seigneur : René de Longueil, Président de Maisons (1597-
1677)
Résumé : René de Longueil hérita de façon imprévue et presque simultanée de la seigneurie familiale de
Maisons en 1629 et de l’héritage provenant de la famille de sa femme en 1630 qu’il sut par son habileté
tourner à son avantage. Il entreprit dès lors la construction d’un château neuf, confié à François Mansart
ainsi qu’à l’équipe de Jacques Sarrazin, célébré comme l’une des plus belles demeures de France. Mais il ne
vit l’achèvement du projet que dix années avant sa mort, faisant de Maisons un chantier permanent, celui-ci
ayant été conduit en plusieurs phases successives. A Paris, il habita rue de Béthisy, dans un hôtel hérité de
Nicolas Chevalier, son oncle par alliance. Sa femme Madeleine, disparue très tôt, reste une figure
mystérieuse, inspirant une partie du décor du nouveau château. Il eut également à coeur d’agrandir la
seigneurie par l’achat de fiefs qui constituèrent un vaste territoire dans le Pincerais, entourant quasiment le
domaine royal de Saint-Germain. Descendant d’une famille de robe, il acheta les charges de président de la
cour des Aides, puis de président à mortier. Durant la Fronde, il joua un rôle important d’intermédiaire
entre le Parlement et la Régence. Il eut l’honneur de servir le roi comme capitaine de ses châteaux de
Versailles et Saint-Germain, avant d’être nommé surintendant des finances en 1650. Exilé quelques années
en Normandie, il put, à son retour en grâce, accéder au rang de marquis en 1658 et recevoir le roi et la Cour.
Ses demeures de Maisons et de Béthisy renfermaient un mobilier très riche et précieux, ainsi que de
nombreuses oeuvres d’art. Homme de goût, dans l’esprit de son temps, il s’intéressa aux tapisseries, aux
porcelaines et aux orangers. Les poètes célébrèrent les jardins de Maisons. Il fit de l’excellence une règle en
n’employant que les meilleurs artisans et domestiques. Homme puissant, riche, célèbre, il transmit un
patrimoine très important et son titre de marquis.
220
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Centre André Chastel : laboratoire de recherche en histoire de l’art
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
HUGUET Charlotte
Directeur de Recherche : M. Serge LEMOINE
Thèse soutenue le : mercredi 30 septembre 2015 Président du jury : M. Arnauld PIERRE (Université Paris
4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Alain QUEMIN (Université Paris 8)
M. Pierre WAT (Université Paris 1)
Catalogue raisonné de l’oeuvre de Franz Erhard Walther de ses premiers travaux en 1954 à ce jour
Résumé : L’objectif de cette thèse est de proposer une étude exhaustive de l’oeuvre de l’artiste allemand
contemporain Franz Erhard Walther (1939, Fulda – ), accompagnant l’élaboration du catalogue raisonné de
l’ensemble de son travail. En effet, pour cet artiste à l’oeuvre colossale, la nécessité de la réalisation d’un
catalogue raisonné se pose depuis plusieurs années. Bien que son oeuvre ait une place fondamentale dans
l’histoire de l’art de la deuxième moitié du XXème siècle, le travail de Walther reste encore très mal connu
et souvent sujet à confusion. Cette oeuvre, caractérisée en grande partie par l’utilisation de la couture comme
technique et du tissu comme matériau, et dont la monumentalité n’a été rendue possible que grâce à la
collaboration de l’artiste avec sa première femme, Johanna Frieß, trouve sa spécificité à travers l’évolution
du concept de Handlung, propre à l’artiste. Cette étude propose donc le premier véritable catalogue raisonné
de Franz Erhard Walther, de ses premières oeuvres en 1954 à ce jour, accompagné d’une étude précise de
chaque groupe d’oeuvres, replaçant ainsi l’ensemble dans le contexte de l’histoire de l’art.
221
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
LECAT Zenaïde
Directeur de Recherche : M. Francois BARATTE
Thèse soutenue le : samedi 25 octobre 2014 Président du jury : M. Michel REDDÉ (école pratique des
hautes études)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Fathi BEJAOUI (Institut National du Patrimoine
Tunisie)
M. Simon ESMONDE-CLEARY (University of
Birmingham)
M. Jean-Pierre VANSTAEVEL (Université Paris 4)
Recherche sur les fortifications des hautes steppes (Tunisie) à l’époque byzantine
Résumé : Les Hautes Steppes comportent un grand nombre de fortifications dont beaucoup ont été
attribuées à l’époque byzantine. Parmi elles, de grandes forteresses ont livré des dédicaces renseignant sur
leur statut officiel, mais, on rencontre également de très nombreux « fortins ». Devant ce corpus composé
de constructions aux caractéristiques très variées, la sériation, selon des critères architecturaux notamment,
suivie de la recherche de corrélations entre les séries, apparaissait comme la méthode la plus efficace pour
arriver à des résultats probants. Seul a ensuite été poursuivi l’examen des séries pouvant raisonnablement
être étudiées dans le contexte byzantin. La distribution géographique de chacune d’entre elle a été examinée
et des analyses spatiales ont été réalisées grâce à l’outil SIG. Ce travail a permis la mise en évidence de
plusieurs réseaux dont les schémas d’implantation évoluent avec le temps. Il semblerait qu’on soit passé de
la forteresse symbole d’un pouvoir qui se voulait fort, s’appuyant sur des lignes de défense naturelles, à des
réseaux de surveillance peut-être plus adaptés à la particularité des ennemis des Byzantins, les Maures, puis
les Arabes, réputés très mobiles et, de ce fait, difficiles à contrôler. La nouvelle approche des réseaux qui
est proposée met en lumière une vision un peu moins négative de l’Afrique byzantine. Il y avait certes de
nombreux problèmes de sécurité, mais les représentants du pouvoir byzantin n’ont peut-être pas abandonné
l’Afrique à son sort sans tenter d’apporter des solutions.
222
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
PALONKA COHIN Anetta
Directeur de Recherche : M. Alain MEROT
Thèse soutenue le : samedi 13 décembre 2014 Président du jury : MME Véronique MEYER (Université
de Poitiers)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Pierre CURIE (CENTRE DE RECHERCHE EDF)
M. Guillaume GLORIEUX (Université Rennes 2)
La peinture religieuse dans le Haut-Maine au XVIIe siècle
Résumé : Le recensement des tableaux du XVIIe siècle conservés dans les églises sarthoises a permis de
constater une forte activité des peintres manceaux à cette époque, jusqu’à là encore très mal connue.
Pourtant, elle a contribué à l’élaboration d’une manière propre aux milieux artistiques manceaux d’alors qui
ont su prolonger loin dans le siècle la séduction du maniérisme, sans pour autant raidir celui-ci. La
prédominance, puis la persistance du maniérisme s’expliquent par l’immense diffusion de la gravure
anversoise à la charnière des XVIe et XVIIe siècles. Plus tard, l’autorité des maîtres parisiens, italiens et
flamands reposa sur la reproduction de leurs oeuvres par l’intermédiaire des estampes. Eloignée des grands
foyers artistiques, la peinture mancelle était en général conservatrice et répétitive, cherchant tout d’abord à
vivement frapper le fidèle. Les tableaux religieux de l’époque post tridentine étaient surtout des oeuvres
fonctionnelles, limitées à l’interprétation stricte des scènes, et pour lesquels pouvaient suffire des talents
médiocres, et où le recours à la copie était très courant. Cette thèse permet de constater que le milieu des
peintres manceaux, tout en gardant ses particularités provinciales, fût dynamique, ouvert aux apports
nouveaux et riche en personnalités intéressantes. Leurs oeuvres ont constitué une sorte de tournant dans la
production régionale dont l’évolution a suivi les mêmes directions que les grands courants parisiens,
quoique avec un écart inévitable. Sont d’abord étudiés la Commande, les Peintres, la Création, les OEuvres
et l’Evolution de la peinture mancelle (I). Vient ensuite le Dictionnaire des peintres manceaux (II), et enfin
le Catalogues des oeuvres (III).
223
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
ROSSI Pauline
Directeur de Recherche : M. Jean-Yves ANDRIEUX
Thèse soutenue le : mardi 30 juin 2015 Président du jury : M. Jean-Baptiste MINNAERT
(Université de Tours)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Florence BOURILLON (Université Paris 12)
M. Claude MIGNOT (Université Paris 4)
M. Simon TEXIER (Université de Picardie Jules Vernes)
L’Est parisien : genèse d’une reconquête (1919-1975)
Résumé : Établi en 1983, le Plan Programme de l’Est parisien a souvent été considéré comme le point de
départ d’une reconquête architecturale et urbaine de cette partie de la capitale. Depuis la fin du XIXᵉ et
jusqu’aux années 1970, l’Est parisien a été perçu comme le pendant industriel et populaire de l’Ouest
parisien, souffrant pour le prestige de la capitale d’un retard esthétique et fonctionnel. Cependant, depuis la
renaissance de l’urbanisme parisien en 1919 et jusqu’au milieu des années 1970, lorsqu’aménageurs et
promeneurs redécouvrirent les charmes de ces quartiers, l’Est parisien a été l’objet d’une politique urbaine
de reconquête et fut partiellement reconstruit dans une tentative restée vaine d’homogénéisation et de
modernisation. Considérant que l’ampleur des démolitions a depuis été analysée et mise en avant, nos
travaux tendent à comprendre les enjeux et à réévaluer les réalisations induites par cette politique.
224
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Centre André Chastel : laboratoire de recherche en histoire de l’art
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
SAR Pich-Chenda
Directeur de Recherche : M. Serge LEMOINE
Thèse soutenue le : vendredi 28 novembre 2014 Président du jury : M. Remi LABRUSSE (Université Paris
10)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Valerie DA COSTA (Université de Strasbourg)
Les artistes américains à Paris dans les années 1900-1914
Résumé : Dès la fin du 19ème siècle jusqu’à la première guerre mondiale, les artistes américains se sont
rendus à Paris dans le but de parfaire leur parcours artistique dans les écoles et académies d’art dont
regorgeait la capitale française. Au début du 20ème siècle, alors que Paris assiste avec enthousiasme et
émotion à la naissance de l’art moderne, la communauté américaine de tradition conversatrice connait de
profonds changements qui vont affecter à jamais le visage de la communauté elle-Même, le développement
de l’art moderne dans un Paris marqué par l’internationalisme, et le futur de l’histoire de l’art américain
pour de longues années. Cette étude se propose de revenir sur ces années cruciales pour les artistes outre-
Atlantique souvent négligés des études portant sur cette époque. Ces artistes tissèrent des relations amicales
et professionnelles importantes avec les principaux acteurs parisiens et contribuèrent pleinement au
développement et à l’essor de l’art moderne aussi bien en France qu’aux Etats-Unis.
225
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Histoire de l’art
SUNG Shin Young
Directeur de Recherche : M. Arnauld PIERRE
Thèse soutenue le : vendredi 12 juin 2015 Président du jury : MME Elvan ZABUNYAN (Université
Rennes 2)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-Philippe ANTOINE (Université Paris 8)
MME Valérie MAVRIDORAKIS (Université de Genève)
Espace réel, espace virtuel, espace transcendantal dans l’art contemporain : le cas de Robert Irwin
Résumé : La notion d’espace prend un sens très fort et comme actif dans le travail artistique de Robert
Irwin. Celui-ci instaure un nouveau mode d’être pour l’espace par son installation dite « siteconditioned/
determined » tout en la nouant pourtant avec celui du site préexistant, qu’il soit intérieur ou
extérieur. Le statut ontologique de son installation est celui d’un « non-objet », d’une extrême simplicité de
forme et d’un minimum de matérialité : une bande noire ou une surface de voile semi-transparent, à la fois
objet montré et sujet montrant, mettent en jeu lumière et ombre, attirant notre attention non seulement sur
lui mais tout autour, intégrant l’espace où il s’intègre. L’installation est mise en oeuvre de son
environnement architectural ou naturel. L’installation est ainsi installa(tten)tion, c’est-à-dire installation qui
installe l’attention. Ce que procure l’artiste au spectateur par son installation est la sensation pure de
l’apparaître dynamique et changeant de l’espace du monde réel. Sensible d’abord à la dimension réelle de
l’espace physique, nous découvrons peu à peu sa dimension virtuelle, puis transcendantale, au fur et à
mesure que ce processus de sensation pure déclenché par l’aspect inhabituel de cet espace pourtant réel se
déploie. Grâce au toucher direct et vivant d’un sentir aiguisé, et visuel et kinesthésique, éveillé par
l’installation de Robert Irwin, devient quasi palpable notre conscience d’exister. Elle résonne alors à la
réalité directe et immédiate du monde mais aussi aux virtualités de son apparaître et à ce qui les rend
possibles : sa forme en soi, révélée et actualisée comme la véritable nature de l’espace réel.
226
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Cotutelle – Histoire de l’art
VON ARX Pauline
Directeur de Recherche : M. Arnauld PIERRE
Thèse soutenue le : vendredi 19 décembre 2014 Président du jury : MME Marianne JAKOBI (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Universita degli Studi di
Firenze
Membres du jury :
MME Giovanna ANGELI (Universita degli Studi di
Firenze)
MME Isabelle EWIG (Université Paris 4)
MME Maria-Grazia MESSINA (Universita degli Studi di
Firenze)
MME Maria STAVRINAKI (Université Paris 1)
Francis Picabia et l’écriture poétique. Des premiers poèmes publiés à la collaboration avec l’éditeur
Pierre André Benoît
Résumé : Francis Picabia, peintre-poète qui a traversé toute la première moitié du XXe siècle, nous a laissé
en héritage un riche corpus d’écrits, dont la plupart a été publié, mais il reste encore aujourd’hui de
nombreux inédits et des avant-textes conservés dans les archives. Si la période Dada de la poésie de Picabia
est peut-être la plus connue, l’artiste a continué d’écrire des poèmes toute sa vie (il est disparu en 1953).
C’est notamment après la rencontre avec son dernier éditeur, Pierre André Benoit (PAB), en 1948, que
Picabia décide de révéler encore une fois sa veine poétique, et publie un grand nombre de recueils, écrits
entre 1939 et 1951. Ces poèmes naissent, plus particulièrement, sous l’empreinte des lectures des oeuvres
de Friedrich Nietzsche, car l’artiste reprend systématiquement des passages du Gai Savoir, qui nous
obligent à repenser les limites de l’écriture poétique, en général. On découvre alors une nouvelle manière de
faire de la poésie, qui reprend, d’une manière assez libre, le langage philosophique de La Gaya Scienza.
PAB a sûrement compris la portée des nouveaux poèmes de Picabia et il s’est dédié à la réalisation de
solutions créatives pour la présentation de ces écrits poétiques. Au-delà de cet intense travail il y a bien sûr
une amitié, qui s’est manifestée notamment à travers l’échange de lettres, car les occasions de se rencontrer
ont été très rares. Cette dernière période de l’écriture de Picabia est alors digne d’être remarquée et mérite
d’être comprise et mise en valeur. Nous avons essayé, par cette recherche, de trouver une solution pour
classer ces écrits, que nous aimerions inscrire dans le contexte de la « récriture intertextuelle ».
227
ECOLE DOCTORALE – VI –
EA 4081 Rome et ses renaissances: littérature latine, philosophie, art et archéologie romaine
Cotutelle – Théorie et pratique de l’archéologie
AUTRET Caroline
Directeur de Recherche : M. Gilles SAURON
Thèse soutenue le : samedi 24 janvier 2015 Président du jury : M. Francis PROST (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : University of Cyprus Membres du jury :
MME Fanette LAUBENHEIMER (CNRS)
MME Antigone MARANGOU-LERAT (Université Rennes
2)
M. Dimitris MICHAELIDES (University of Cyprus)
M. Nicholas RAUH (Université Paris 4)
La vigne, le vin et les amphores en Cilicie à l’époque romaine. Production et diffusion du Ier siècle av.
J-C. au IVe siècle apr. J.-C
Résumé : Cette étude, réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat, s’appuie à la fois sur des missions de
terrain (prospections, étude du mobilier amphorique issu de ces examens de surface et de fouilles
archéologiques) et sur des recherches documentaires. Nous avons débuté par l’analyse des sources écrites et
iconographiques qui témoignent de la vigne et du vin. Elles nous renseignent sur l’importance de ces
denrées en Cilicie depuis l’époque archaïque. Nous avons poursuivi avec les installations agricoles que
nous avons répertoriées. Celles-ci traduisent la place de la viniculture en Cilicie durant l’Antiquité. Leur
nombre substantiel corrobore le témoignage des sources sur l’importance du vin. Les prospections pédestres
nous ont permis d’identifier plusieurs ateliers amphoriques datés de l’époque romaine. Ces découvertes
attestent que des amphores, récipients privilégiés du commerce maritime, étaient produites dans cette
province orientale. Une partie de la production viticole était donc exportée. Le matériel récolté sur les
centres de production fut étudié en vue d’établir une chrono-typologie des six types d’emballages de
transport maritime façonnés localement. Enfin, le recensement des sites de consommation où ces récipients
furent exportés permet de dresser la carte de diffusion des amphores locales et donc de retracer les réseaux
d’échanges dans lesquels était impliquée la Cilicie. Ces données sont indispensables en vue d’appréhender
l’importance tenue par le vin de cette région littorale dans le cadre plus général du commerce maritime de
l’Empire romain.
228
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Théorie et pratique de l’archéologie
COUDERT Magali
Directeur de Recherche : M. Francois BARATTE
Thèse soutenue le : samedi 7 février 2015 Président du jury : MME Pascale BALLET (Université de
Poitiers)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Françoise DUNAND (Université de Strasbourg)
M. Wlodzimierz GODLEWSKI (Uniwersytet Warszawski)
M. Pierre TALLET (Université Paris 4)
La Nécropole de l’Antiquité tardive du site d’El Deir dans l’Oasis de Kharga en Égypte : étude des
pratiques funéraires coptes.
Résumé : L’étude de la nécropole ouest du site d’El-Deir dans l’oasis égyptienne de Kharga participe à
mieux appréhender la connaissance des pratiques funéraires de l’Antiquité tardive en Égypte, dans les
premiers temps du christianisme. Les résultats de cette recherche constituent un prisme intéressant pour
découvrir la communauté chrétienne qui vivait à El-Deir, dans le nord de l’oasis, là où précisément la
présence d’une importante population chrétienne est attestée dès le IVe siècle ap. J.-C.par les nombreux
vestiges archéologiques et les sources textuelles. La morphologie des 150 tombes, leur orientation, l’étude
des corps – souvent momifiés –et du mobilier funéraire, ont été comparées avec celles d’autres nécropoles
égyptiennes datées de la fin de la période romaine et du début de l’époque byzantine, soit du IVe à la fin du
VIe siècle ap. J.-C. Cette confrontation des données a permis de dégager plusieurs critères qui semblent
permettre l’identification d’une nécropole chrétienne. Les pratiques funéraires mises en place par les
premiers chrétiens associent ainsi des éléments hérités de leurs ancêtres, qui existaient déjà dans les
nécropoles traditionnelles et des éléments liés à la croyance nouvelle en la religion
chrétienne.Parallèlement, les études pluridisciplinaires menées à El-Deir amènent à découvrir la vie
quotidienne des chrétiens vivant sur le site à la fin de l’Antiquité. L’environnement dans lequel cette
population évoluait, les cultures qu’elle développait, ses activités professionnelles et artisanales, les maux
dont les individus souffraient et les liens de cette communauté avec l’extérieur commencent ainsi à nous
être révélés.
229
ECOLE DOCTORALE – VI –
EA 2565 – Centre de recherche sur l’Extrême-Orient de Paris-Sorbonne
Doctorat (DNR) – Théorie et pratique de l’archéologie
DE SAXCÉ Ariane
Directeur de Recherche : M. Osmund
BOPEARACHCHI
Thèse soutenue le : samedi 21 février 2015 Président du jury : MME Marie-Françoise BOUSSAC
(Université Paris 10)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Federico DE ROMANIS (Università di Roma « Tor
Vergata »)
M. Jean-François SALLES (CNRS)
M. Steven SIDEBOTHAM ()
M. Stephane VERGER (école pratique des hautes études)
Commerce, transferts, réseaux. Des échanges maritimes en mer Erythrée entre le IIIe s. av. n.è. et le
VIIe s. de n.è
Résumé : La présente étude explore les relations maritimes établies pour des raisons commerciales entre le
monde méditerranéen, l’Inde du Sud et Sri Lanka, entre le IIIe siècle av. n.è. et le VIIe siècle de n.è. Il
s’agit dans un premier temps d’élaborer une synthèse quantifiée des imports issus du monde gréco-romain
d’après les vestiges archéologiques découverts en Asie du Sud, en les confrontant aux autres types de
sources. Cette synthèse nous conduit à nous pencher sur les contacts culturels que les liens commerciaux
ont favorisé dans leur sillage : transferts, métissages, imitations et appropriations. Dans un dernier temps, ce
sont les flux inverses qui ont fait l’objet de notre attention, décelables à travers les objets exportés par l’Inde
et Sri Lanka vers les côtes de l’Arabie, de l’Afrique, du golfe Persique et de la mer Rouge. Il apparaît que
les témoignages du commerce n’impliquent pas de très grandes quantités échangées mais n’ont pas été
dénués malgré tout d’un impact certain sur les sociétés. Ainsi se tissent des réseaux complexes qui
impliquent tous les acteurs de cette zone géographique, dont les extrémités est et ouest que sont l’Asie et la
Méditerranée constituent une des facettes.
230
ECOLE DOCTORALE – VI –
EA 4081 Rome et ses renaissances: littérature latine, philosophie, art et archéologie romaine
Doctorat (DNR) – Théorie et pratique de l’archéologie
GLASSON Pauline
Directeur de Recherche : M. Gilles SAURON
Thèse soutenue le : samedi 15 novembre 2014 Président du jury : MME Agnès ROUVERET (Université
Paris 10)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Francois BARATTE (Université Paris 4)
MME Emmanuelle BOUBE (Université Toulouse 2)
M. Roland ETIENNE (Université Paris 1)
Les représentations de la victoire navale de la haute époque hellénistique à Auguste
Résumé : L’expression plastique des victoires navales opère tel un prisme à travers lequel s’observent les
rites de célébration, les modes de commémoration et les desseins politiques de ses commanditaires. Il s’agit
de s’intéresser à la naissance de cette image en remontant aux traditions grecques et romaines relatives au
retour de guerre des soldats et à la célébration du succès. Ces coutumes à caractère cathartique ont inspiré
les imagiers pour créer l’iconographie de la victoire navale. L’apparition des images et monuments
pérennes exprimant la victoire, pourtant interdits dans la Grèce classique et réglementés à Rome par les
valeurs républicaines, repose sur la prise de conscience du pouvoir politique de la revendication d’exploits
militaires et sur des influences de pratiques orientales et macédoniennes qui accordaient la royauté à ses
généraux pour des succès décisifs. L’expression de la victoire navale engendre une production artistique
riche prenant des formes diverses, de la sculpture monumentale à la monnaie, en passant par la décoration
privée, dans un but de diffusion massive. La confrontation des témoignages de la célébration et de la
commémoration de la victoire sur mer, issus des deux mondes, sur tous les supports, permet de réunir
l’ensemble des thèmes iconographiques qui appartient aussi bien aux domaines militaire, mythologique et
religieux. L’examen des fonctions politiques de cet art démontre que ces manifestations ont été utilisées
comme les supports de diffusion des idéologies. C’est ce détournement des succès militaires navals en
propagande, devenu central dans la politique qui explique l’originalité et la subtilité des thèmes de la
victoire navale.
231
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Théorie et pratique de l’archéologie
HASAN Haytham
Directeur de Recherche : M. Jean-Pierre
VANSTAEVEL
Thèse soutenue le : vendredi 10 juillet 2015 Président du jury : M. François VILLENEUVE (Université
Paris 1)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Marie-Odile ROUSSET (Maison de l’Orient – Lyon)
MME Cristina TONGHINI (Università Ca’ Foscari Venezia)
La ville de Masyaf (Syrie) et son château aux XIIe-XIIIe siècles. Etude historique et archéologique
Résumé : Cette thèse consiste en une étude historique et archéologique de la ville de Masyaf (Syrie) et de
son château durant les XIIe et XIIIe siècles, alors qu’elle se trouvait sous l’autorité de la communauté
ismaʿilienne nizârite. Cette ville, qui se situe sur le versant oriental de la montagne côtière de la Syrie
occidentale, est connue comme siège et capitale de cette communauté. La présente recherche porte sur le
développement de cette minorité religieuse syrienne, connue en Occident durant les Croisades comme celle
des Assassins (ou Hachchachines en arabe). L’Etat qu’elle a fondé a joué un rôle important dans le conflit
politique et militaire qui a opposé Croisés et Musulmans. Le travail offre pour la première fois une étude
archéologique approfondie des bâtiments et des complexes architecturaux qui forment le tissu de la ville de
Masyaf et participent à sa configuration ; il analyse le rempart et ses portes, les rues principales qui
dessinent le plan urbain, les monuments importants, en particulier la grande mosquée, le bain, le souq, les
mausolées de plusieurs personnages historiques. Les résultats préliminaires de l’étude du château y sont
également exposés de manière détaillée. Ils révèlent deux phases principales de construction : la première
comprise entre le Xe siècle et le milieu du XIIe siècle, la deuxième comprise entre le milieu du XIIe siècle
et la fin du XIIIe siècle, qui correspond à la période des Ismaʿiliens nizarites. Grâce à l’apport de la
céramique, de la numismatique et de l’épigraphie, l’archéologie permet de mettre en évidence, pour la
première fois, l’activité édilitaire de Rašid al-Din Sinan, le « Vieux de la montagne », entre 1162 à 1192.
232
ECOLE DOCTORALE – VI –
EA 4081 Rome et ses renaissances: littérature latine, philosophie, art et archéologie romaine
Doctorat (DNR) – Théorie et pratique de l’archéologie
KURKÇU Mehmet
Directeur de Recherche : M. Gilles SAURON
Thèse soutenue le : samedi 29 novembre 2014 Président du jury : M. Francois BARATTE (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jacques DES COURTILS (Université Bordeaux 3)
MME Isabelle PIMOUGUET-PEDARROS (Université de
Nantes)
M. Stephane VERGER (école pratique des hautes études)
L’urbanisme de Termessos et les aménagements hydrauliques
Résumé : Cette thèse a pour objectif d’étudier les aménagements hydrauliques de Termessos en Pisidie dont
le site montagneux et isolé est dépourvu de sources, en rassemblant le corpus de toutes les structures
explorables, et d’en définir l’intérêt technologique et socio-historique durant l’époque hellénistique et
impériale. Après le dépouillement des sources écrites et de la bibliographie moderne, nous avons effectué
une exploration détaillée du terrain. Plusieurs méthodes ont été appliquées au cours des six prospections
archéologiques qui ont eu lieu entre 2010 et 2013, telles qu’une étude géophysique par radar à pénétration
du sol et une analyse par magnétomètre à vapeur (gradiomètre). Nous avons eu également recours à la
collaboration interdisciplinaire avec des spécialistes architectes, géographes, géologues, hydrologues et
archéologues. Dans le cadre d’une recherche comparative, de nombreux sites antiques ont été visités en
Anatolie, en Grèce, en France et en Espagne afin de mieux appréhender l’évolution du système hydraulique
dans différentes conditions géographiques. Suite à ces travaux, 162 structures hydrauliques ont été
observées et inventoriées. Nous avons identifié deux nouveaux types de citernes antiques, un barrage bien
conservé, un édifice de spectacle et l’unique sanctuaire dédié à Pan découvert en Anatolie jusqu’ici. Nous
avons interprété les vestiges de deux constructions comme des établissements thermaux. Force est de
constater que face à un milieu naturel hostile, les Termessiens ont romanisé leur ville en effectuant des
travaux considérables, leur permettant de couvrir leurs besoins en eau et d’accéder au niveau de vie urbain
de l’époque impériale romaine.
233
ECOLE DOCTORALE – VI –
EA 4081 Rome et ses renaissances: littérature latine, philosophie, art et archéologie romaine
Doctorat (DNR) – Théorie et pratique de l’archéologie
LEBLOND Caroline
Directeur de Recherche : M. Gilles SAURON
Thèse soutenue le : mercredi 17 décembre 2014 Président du jury : M. Philippe BARRAL (Université de
Besancon)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Sylvia FUENFSCHILLING (Augusta Raurica)
M. Claude GRAPIN (Conseil Général de Côte d’Or)
MME Martine JOLY-BARRAL (Université Paris 4)
MME Marie-Dominique NENNA (C.N.R.S.)
Histoire du verre d’époque gallo-romaine dans le nord-est de la France
Résumé : Cette thèse se consacre aux découvertes en verre d’époque gallo-romaine (récipients, petits objets
et verre architectural) effectuées sur les territoires des Mandubiens (Alésia), des Lingons (Langres et
Mirebeau) et des Séquanes (Mandeure-Mathay), situés en Bourgogne et en Franche-Comté. À l’époque
antique, cette zone constituait un des principaux carrefours du nord-est de la Gaule et le faciès du mobilier
en verre en témoigne. Celui-ci est en effet composé d’importations du bassin rhodanien, de la Suisse
occidentale, de Rhénanie et même d’Italie et de Méditerranée orientale. Cependant l’examen du répertoire
des formes et de certains éléments caractéristiques liés à l’artisanat verrier indique que les besoins de
vaisselle en verre devaient être principalement assurés par des ateliers régionaux. Par ailleurs, la
confrontation des assemblages de mobilier issu de sites de nature différente (domestique, artisanale,
cultuelle, funéraire) indique qu’une vaisselle en verre d’usage courant devait être choisie pour répondre à
des besoins ou pratiques particuliers. Ainsi une étude comparative soutenue par une analyse statistique des
ensembles de verreries peut contribuer à la caractérisation de sites archéologiques.
234
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Théorie et pratique de l’archéologie
LEGENDRE Marie
Directeur de Recherche : M. Jean-Pierre
VANSTAEVEL
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : MME Anne BOUD’HORS (CNRS)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Sylvie DENOIX (CNRS)
M. Jean GASCOU (Université Paris 4)
MME Petra SIJPESTEIJN (Universiteit Leiden)
M. Mathieu TILLIER (Université Paris 4)
La Moyenne Egypte du VIIe au IXe siècle. Apports d’une perspective régionale à l’étude d’une société
entre Byzance et l’Islam
Résumé : Cette thèse propose une étude régionale des deux premiers siècles de l’Islam au coeur de la vallée
du Nil. Elle se concentre sur la Moyenne-Égypte, plus précisément sur deux divisions administratives
byzantines au moment de la conquête de l’Égypte par l’armée de ‘Amr b. al-‘Āṣ : celle de la capitale de la
province de Thébaïde, Antinoé, et une de ses dépendances, la pagarchie d’Hermopolis Magna. Nous
suivons dans cet espace les situations de contact entre conquérants et conquis au niveau local, entre les VIIe
et IXe siècles, afin d’interroger l’évolution de ces deux catégories d’acteurs jusqu’à l’arrivée des Tulunides
(868). Le corpus disponible pour cette étude est formé principalement par des papyrus arabes, grecs et
coptes, alors que les sources littéraires s’intéressent très peu à la région. Ce riche ensemble documentaire
permet de bien connaître la région et sa population à la fin de l’époque byzantine ainsi que de proposer un
point de vue local sur l’histoire de la conquête. Un intérêt particulier est porté au développement d’une
administration islamique locale née de la refonte du système régional byzantin en place au milieu du VIIe
siècle. Au sein du développement de cette nouvelle structure administrative et provinciale au cours de la
période umayyade, Antinoé perd tout statut administratif provincial. Elle prend le nom arabe d’Anṣinā, et
Hermopolis celui d’Ašmūn(ayn). Cette dernière devient le principal échelon administratif de la MoyenneÉgypte
islamique. En parallèle, nous pouvons suivre le développement d’une communauté musulmane de
Moyenne-Égypte, impliquée à partir du VIIIe siècle dans l’administration et au cours de la période
abbasside dans la propriété terrienne et dans la vie citadine et villageoise de la région.
235
ECOLE DOCTORALE – VI –
Centre de recherches sur l’Amérique pré-hispanique
Doctorat (DNR) – Théorie et pratique de l’archéologie
LETOUZE Alienor
Directeur de Recherche : M. Christian DUVERGER
Thèse soutenue le : mardi 16 juin 2015 Président du jury : M. Daniel LEVINE (Université Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Maria Teresa GARCIA GARCIA (INAH Mexico)
M. Jean-Luc LAMBOLEY (Université Lyon 2)
Sémiologie du temple Maya : contribution à l’archéologie des centres cérémoniels du Yucatan et du
Petén entre 200 et 900 ap. J.-C.
Résumé : Dès les débuts de l’archéologie préhispanique, au XIXe siècle, le temple maya sous sa forme
commune de pyramide est devenu la figure de proue d’une discipline qui s’est construite dans un contexte
intellectuel bien particulier. Entre la redécouverte du patrimoine archéologique italien et égyptien et l’esprit
romantique des premiers explorateurs, les constructions mayas perdues dans la végétation du Yucatán et du
Petén ont su enflammer l’imagination. L’étude du monde méso-américain a donc pris naissance dans le
creuset de l’évolutionnisme européen et de la tradition chrétienne, dès la Conquête espagnole, au XVIe
siècle. En réalité, la pensée cosmographique maya, née du fonds culturel méso-américain formé à l’époque
olmèque, est beaucoup plus complexe, et l’on ne peut se contenter d’interprétations consensuelles. Le
temple maya, réitération du macrocosme, est l’une des expressions spécifiques d’une conception de
l’univers qui se manifeste au travers d’un véritable discours d’imbrication et de démultiplication interne de
signes. Fondée sur l’examen précis et systématique d’un vaste corpus de sites des Basses Terres de la
péninsule yucatèque et du Petén, datés du IIIe au Xe siècle (époque III ou Classique), cette étude use de la
sémiologie comme outil d’analyse de l’organisation spatiale des centres urbains mayas. Elle se propose
d’apporter une nouvelle lecture du processus intellectuel et matériel de construction, afin de révéler
l’ensemble de la sémantique formulée par le temple et l’architecture rituelle et sacrificielle mayas.
236
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8150 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
Doctorat (DNR) – Théorie et pratique de l’archéologie
SOULAY Veronique
Directeur de Recherche : M. Dany SANDRON
Thèse soutenue le : jeudi 18 décembre 2014 Président du jury : MME Brigitte BOISSAVIT-CAMUS
(Université Paris 10)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Sylvie BALCON-BERRY (Université Paris 4)
M. Guy-Michel LEPROUX (école pratique des hautes
études)
M. Jean TERRIER (Université de Genève)
Etude de paysage urbain : l’impact du fait monumental religieux sur la rive droite de Paris au Moyenâge
Résumé : L’histoire des monuments religieux de la rive droite de Paris au Moyen Âge est étroitement liée à
celle du développement de la ville. L’étude considère, sur dix siècles, l’ensemble des manifestations
monumentales, de la simple chapelle à l’enclos monastique, comme des éléments structurants de la « Ville
». Lorsque le Paris médiéval atteint son apogée dans le courant du XIVe siècle, l’évolution de la
construction religieuse dépend d’un espace urbain complexe dans lequel se confrontent les pouvoirs royal,
ecclésiastique et laïc. La création et le développement du fait monumental religieux sont soumis à des
influences architecturales diverses et à des situations multiples dans un contexte bâti de plus en plus dense.
La compilation de ces données architecturales répond à de nouvelles problématiques d’étude du paysage
urbain, notamment l’iconologie des monuments, en mettant en place une méthodologie au confluent
d’analyses architecturale, topographique, cartographique et iconologique.
237
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
Doctorat (DNR) – Théorie et pratique de l’archéologie
UBERTI Morgane
Directeur de Recherche : M. Francois BARATTE
Thèse soutenue le : samedi 8 novembre 2014 Président du jury : MME Cécile TREFFORT (Université
de Poitiers)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Brigitte BOISSAVIT-CAMUS (Université Paris 10)
MME Isabelle CARTRON (Université Bordeaux 3)
MME Flavia DE RUBEIS (Università Ca’ Foscari Venezia)
M. Marc HEIJMANS ()
Regards sur les inscriptions funéraires de l’antiquité tardive et du haut Moyen-Âge : pratiques,
mémoires, identités entre Loire et Pyrénées. Contribution à l’étude du phénomène épigraphique entre
Aquitaine Seconde et Novempopulanie
Résumé : L’épitaphe est porteuse de valeurs, au premier chef identitaires et mémorielles. L’espace étudié,
l’Aquitaine Seconde et la Novempopulanie aux IVe-VIIIe s. se montre, en raison d’une romanité marquée,
d’un christianisme naissant et des migrations wisigothiques et franques, un terrain de jeu idéal pour discuter
les identités en termes de transformations, crises en encore constructions. Reste à savoir comment les
inscriptions funéraires prennent part au débat, ce qu’elles révèlent, ou non, de ces bouleversements. Or nos
documents n’amènent pas si simplement dans le champ de l’histoire évènementielle ni même dans celui
d’une histoire de la christianisation. Les limites des sources (datation, dispersion, laconisme) conduisent au
glissement des questionnements : ne pas s’arrêter à ce que l’épitaphe dit mais réfléchir à ses manipulations.
Il s’agit, en évaluant les identités transmises, en estimant la portée mémorielle de l’épitaphe, de s’interroger
sur les facteurs qui poussent une part de la société du Sud-Ouest gaulois à recourir à l’écrit lapidaire. Avant
d’assumer une fonction, l’épitaphe relève d’une intention, déterminée en partie par un environnement,
social et culturel, peut-être par des habitudes. Ainsi pris, le tournant invite à une autre approche des
documents, celle des pratiques, des gestes, des publics et in fine celle de la culture (des cultures) qui les
produit. Ce travail, fondé sur un recueil des inscriptions des régions étudiées, défend une vision globale de
l’objet épigraphique, vision qui repose sur des regards tant archéologique qu’historique qui convergent vers
une question : le choix de l’épitaphe et ses usages entre Loire et Pyrénées, aux IVe-VIIIe s.
238
_ _
ECOLE DOCTORA LE V I I
GEOGRAPHIE DE PARIS : ESPACES,
SOCIETES
GEOMORPHOLOGIE, RELIEFS, DYNAMIQUE DE LA SURFACE
AMENAGEMENT ET URBANISME, DYNAMIQUE DES ESPACES
GEOGRAPHIE POLITIQUE, CULTURELLE ET HISTORIQUE
239
ECOLE DOCTORALE – VII –
UMR 8185 – Espaces, nature et culture
Doctorat (DNR) – Géomorphologie, reliefs, dynamique de la surface
HOUBART Anthony
Directeur de Recherche : M. Christian GIUSTI
Thèse soutenue le : vendredi 21 novembre 2014 Président du jury : M. Marc CALVET (Université de
Perpignan)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Yanni GUNNELL (Université Lyon 2)
M. Jean-Pierre PEULVAST (Université Paris 4)
M. Vincent REGARD (Université Toulouse 2)
Evolution géomorphologique quaternaire de la Haute vallée de l’Elqui; Répartition spatio-temporelle
des formes, modelés sédimentaires et interprétation paléoenvironnementale; Cordillère de l’Elqui
(Chili semi-aride, Norte-Chico)
Résumé : Le Norte-Chico constitue une zone tampon ayant enregistrée les fluctuations climatiques
quaternaires. La fraîcheur des modelés et des formes présents dans la haute cordillère de l’Elqui, va nous
permettre de tenter d’expliquer le calendrier de mise en place des éléments du relief. Les indices de terrain
nous permettent de mettre en évidence un enchaînement de processus faisant intervenir la notion de relais et
de zones tampons dans le transit sédimentaire. Les crises morphogéniques à l’origine des formations de
versant et de fond de vallée actuellement visibles résultent d’une réponse plus ou moins directe de
l’orogène Andin aux épisodes climatiques ; par conséquent, les résultats obtenus sont confrontés aux
résultats d’autres études et dans des sites proches ou non de notre lieu d’étude afin d’apporter des exemples
et des arguments aux hypothèses actuelles sur l’évolution des conditions climatiques quaternaires du Norte-
Chico. La complexité de la mise en place des éléments du relief nécessite en premier lieu une explication
des différentes phases orogéniques ainsi que des évolutions morphoclimatiques ayant abouti à la mise en
place des conditions actuelles. Ensuite, la méthodologie nécessaire au travail de terrain et à l’obtention de
résultats cohérents est définie et expliquée. Une dernière partie est consacrée à la synthèse de
l’enchaînement de mise en place des formations de fond de vallée ; les résultats de cette étude sont
également replacés dans un débat scientifique plus large permettant d’appréhender les potentialités
apportées par la géomorphologie dans l’étude des paléoenvironnements quaternaires dans le Norte-Chico
comme à l’échelle planétaire.
240
ECOLE DOCTORALE – VII –
UMR 8185 – Espaces Nature et Culture
Doctorat (DNR) – Aménagement et urbanisme, dynamique des espaces
KIEFFER Sandy
Directeur de Recherche : M. Michel KORINMAN
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Paul CARRIERE (Université
de Tours)
Mention : Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Michel CARMONA (Université Paris 4)
M. Pierre GINET (Université de Lorraine)
M. Maurice GOZE (Université Bordeaux 3)
M. François MANCEBO (Université de Reims)
Les fleuves urbains, une opportunité ou une rupture en matière d’aménagement du territoire? une
analyse comparative entre la Havel et la Spree à Berlin ainsi que la tamise à Londres.
Résumé : Berlin et Londres sont traversées par des fleuves. La Tamise s’écoule après 346 km dans la Mer
du Nord. Berlin est traversée par la Spree et la Havel ; la Spree a une longueur de 400 km et la Havel de
325 km ; ces fleuves sont connectés par l’Elbe à la Mer du Nord. La population s’est sédentarisée sur les
bords des fleuves à cause de la présence d’eau potable. À partir du Moyen – Âge, la situation a changé. Les
gens ont utilisé le fleuve afin d’éliminer les eaux usées de la ville et des marchandises ont été transportées
par la voie fluviale. Autrefois, des industries ont bordé ces fleuves. Aujourd’hui, ils n’occupent plus ces
fonctions et les friches industrielles peuvent être réaménagées. Ces fleuves urbains peuvent créer soit une
rupture, soit une opportunité en matière d’aménagement du territoire. Chaque métropole a ses propres
conceptions d’aménagement. De nombreux projets d’aménagement sur les friches industrielles ont été déjà
réalisés comme celui des Docklands à Londres et le projet Museumsinsel à Berlin. La mixité fonctionnelle
avec la création de logements, de tertiaire supérieur et d’espaces verts est prédominante dans le projet des
Docklands à Londres. Le projet Museumsinsel est orienté vers la culture. Le problème de la gentrification
apparaît avec ces projets. Beaucoup d’habitants qui vivent dans ces quartiers ne peuvent plus payer les
loyers croissants et doivent quitter leurs logements dans la capitale. Les berges seront-elles seulement
destinées à la classe aisée ou à tout public ? Par conséquent, les projets peuvent créer une rupture
territoriale. Mais les projets d’aménagement sont une opportunité quand ils s’intègrent dans le tissu urbain
existant.
241
ECOLE DOCTORALE – VII –
UMR 8185 – Espaces Nature et Culture
Doctorat (DNR) – Géographie politique, culturelle et historique
RAFFARD Pierre
Directeur de Recherche : M. Gilles FUMEY
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : MME Priscilla FERGUSON
(Université de Columbia)
Mention : Très Honorable
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Marcel BAZIN (Université de Reims)
M. Jean-Francois PEROUSE (Université Toulouse 2)
M. Pierre SINTES (Aix-Marseille Université)
Migrations intérieures et citadinités. Le rôle de l’alimentation dans les stratégies citadines des
Gaziantepli d’Istanbul
Résumé : Istanbul est une métropole anatolienne. Destination préférentielle, depuis le début des années
1950, des flux migratoires internes à la Turquie, la ville est devenue comme une maquette démographique
de la Turquie au sein de laquelle chaque groupe et chaque habitant exprime ses propres pratiques, manières
de vivre, spatialités et traits culturels. Dans ce contexte, l’analyse de la population originaire du
département oriental de Gaziantep et de ses pratiques alimentaires montre comment des groupes immigrés
instrumentalisent l’alimentation comme moyen d’inclusion dans un très vaste ensemble urbain, à la fois
comme outil identitaire et comme mode d’action sur le fonctionnement métropolitain. Originaires d’un
département dont la réputation est associée à sa cuisine, les Gaziantepli se construisent, à Istanbul, une
identité qui valorise des pratiques alimentaires héritées, des réseaux spéciaux d’approvisionnement, un
entrepreneuriat commercial autour de la cuisine, et l’organisation d’événements valorisant la nourriture
régionale. Les significations accordées au séjour stambouliote, ainsi que la nature des systèmes de référence
utilisés apparaissent comme des facteurs clés de différenciation et, par rétroaction, se traduisent dans les
pratiques alimentaires et urbaines des citadins immigrés. En outre, par leurs manières d’utiliser la référence
alimentaire comme outil d’urbanité, ceux-ci contribuent à la recomposition urbaine par une redéfinition des
citadinités, une complexification des marquages sociaux dans des quartiers en restructuration, la création
d’une offre commerciale et culturelle spécifique. Ce rôle d’acteurs urbains repose sur le statut ambivalent
des immigrés gaziantepli à Istanbul, entre partage d’une nationalité commune et distance inhérente à une
condition immigrée.
242
ECOLE DOCTORALE – VII –
UMR 8185 – Espaces, nature et culture
Doctorat (DNR) – Géographie politique, culturelle et historique
ROBIN HUNTER Laurence
Directeur de Recherche : M. Gerard DUMONT
Thèse soutenue le : vendredi 10 avril 2015 Président du jury : M. Michel CARMONA (Université
Paris 4)
Mention : Très Honorable avec Félicitations du jury
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Françoise ARDILLIER-CARRAS (Université
d’Orléans)
M. Philippe BOULANGER (Université Paris 8)
M. Jean-Paul SARDON (INSTITUT NATIONAL ETUDES
DEMOGRAPHIQUES)
Géopolitique de la Bosnie-Herzegovine
Résumé : La République de Bosnie-Herzégovine choisit en mars 1992 de déclarer son indépendance plutôt
que de rester au sein de la Yougoslavie. Un mois plus tard, la Communauté européenne reconnaît
l’indépendance de la Bosnie. Or, depuis cette reconnaissance, l’avenir de la Bosnie en tant qu’Etat
indépendant et souverain ne cesse d’être remis en question. A travers cinq parties et dix-sept chapitres, cette
thèse expose les facteurs menaçant la pérennité de l’Etat bosnien. Tout d’abord, elle révèle que la genèse du
territoire bosnien et de ses communautés n’a pas facilité le développement d’une identité citoyenne
commune à tous les groupes ethno-nationaux de Bosnie. Ensuite, cette thèse permet d’appréhender le
processus d’indépendance de la Bosnie et de comprendre que lors de la reconnaissance de cet Etat, il
n’existait pas de volonté collective de la part des populations bosniennes d’appartenir à un même État.
Troisièmement, cette thèse montre que le nouvel espace national bosnien n’a pas produit un seul et unique
territoire politique transcendant les différences ethno-nationales entre les communautés bosniennes.
Quatrièmement, elle expose les facteurs à la fois endogènes et exogènes menaçant l’unité et la souveraineté
de la Bosnie sur son propre territoire. Enfin, la dernière partie, consacrée au District de Brčko, permet de
mieux saisir, par des exemples détaillés, le lien existant entre le territoire bosnien et ses communautés. En
résumé, cette thèse tend à montrer que le territoire bosnien, au cours de l’histoire, a plutôt été le mode
privilégié de la « ghettoïsation » des cultures bosniennes, au lieu de dépasser les différences culturelles au
sein des communautés de Bosnie.
243
R E CUE I L DE S SOUT ENANC E S
DE S HA B I L I TA T IONS A DI R IG E R DE S
R E CHE RCHE S
P A R E C O L E D O C T O R A L E E T P A R D I S C I P L I N E
244
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8584 – Laboratoire d’études sur les monothéismes
HDR d’ Etudes latines –
ELFASSI Jacques
Directeur de Recherche : M. Vincent ZARINI
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : M. Alessandro GARCEA (Université
Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Paulo ALBERTO (Universidade Nova de Lisboa)
M. Jean-Frederic CHEVALIER (Université de Lorraine)
M. Paul MATTEI (Université Lyon 2)
MME Anne-Marie TURCAN-VERKERK (école pratique
des hautes études)
Isidore de Seville et l’histoire des textes dans l’Espagne wisigothique
GOLDLUST Benjamin
Directeur de Recherche : M. Vincent ZARINI
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : MME Sylvie FRANCHET D ESPEREY
(Université Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Bruno BUREAU (Université Lyon 3)
M. Jean-Louis CHARLET (Université Aix-Marseille 1)
M. Paul MATTEI (Université Lyon 2)
M. Etienne WOLFF (Université Paris 10)
L’autorité littéraire dans la latinité tardive
245
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
HDR d’ Etudes médiévales –
CHEVALLIER CASEAU Beatrice
Directeur de Recherche : M. Jean-Claude
CHEYNET
Thèse soutenue le : vendredi 21 novembre 2014 Président du jury : MME Elisabeth CROUZET PAVAN
(Université Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Bernard FLUSIN (Université Paris 4)
M. Michel KAPLAN (Université Paris 1)
M. Paul MAGDALINO (University of St Andrews)
M. Jean-Pierre SODINI (Université Paris 1)
Anthropologie religieuse du monde byzantin
MENEGALDO Silvere
Directeur de Recherche : MME Jacqueline
CERQUIGLINI-TOULET
Thèse soutenue le : samedi 15 novembre 2014 Président du jury : MME Sylvie LEFEVRE (Université
Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Yasmina FOEHR-JANSSENS (Université de
Genève)
M. Jean-Marie FRITZ (université de bourgogne)
M. Claudio GALDERISI (Université de Poitiers)
La vieille et le livre. Interpréter, composer, translater dans la litterature medievale française (XIIè –
XIIè siècles)
246
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier : Histoire et civilisation
HDR d’ Etudes médiévales –
TADDEI Ilaria
Directeur de Recherche : MME Elisabeth
CROUZET PAVAN
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Louis GAULIN (Université
Lyon 2)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Enrico ARTIFONI (Università degli studi di Torino)
M. Patrick GILLI (Université Montpellier 3)
M. Jean-Claude MAIRE VIGUEUR (Università Roma Tre)
M. Agostino PARAVICINI BAGLIANI (Université de
Lausanne)
De la jeunesse à la prudence. Société politique et culture dans l’Italie médievale (XIIIe-XVe siècle)
247
ECOLE DOCTORALE – I –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
HDR d’Histoire et civilisation de l’antiquité –
SELMI Slah
Directeur de Recherche : MME Michele TRANNOY
Thèse soutenue le : mardi 23 juin 2015 Président du jury : M. Yann LE BOHEC (Université Paris
4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Azedine BESCHAOUCH (Académie des Inscriptions et
Belles-Lettres)
M. Frédéric HURLET (Université Paris 10)
MME Joëlle NAPOLI (Université du Littoral Côte d’Opale)
Recherches sur le culte imperial dans les provinces africaine
248
ECOLE DOCTORALE – II –
EA 3550 Centre d’histoire du XIXe siècle
HDR d’Histoire moderne et contemporaine –
ANCEAU Eric
Directeur de Recherche : M. Jacques-Olivier
BOUDON
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Pierre MACHELON
(Université Paris 5)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Malcolm CROOK (Keele university)
M. Yves DELOYE (UNIVERSITE DE BORDEAUX)
M. Jean GARRIGUES (Université d’Orléans)
MME Francoise MELONIO (Université Paris 4)
Pour une hstoire politique total de la France contemporaine (1798 – temps présent)
BRUN Jean-Francois
Directeur de Recherche : M. Jacques-Olivier
BOUDON
Thèse soutenue le : vendredi 12 décembre 2014 Président du jury : MME Natalie PETITEAU (Université
d’Avignon)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Stéphane CAPORAL (Université de Saint-Etienne)
M. Olivier CHALINE (Université Paris 4)
M. Bruno COLSON (Université de Namur)
M. Rémy PORTE (Ministère de la Défense)
Approcher l’institution militaire à travers l’exemple des armées napoléoniennes
249
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8138 – Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe
HDR d’Histoire moderne et contemporaine –
KLEIN Jean-Francois
Directeur de Recherche : M. Olivier FORCADE
Thèse soutenue le : mercredi 10 décembre 2014 Président du jury : M. Dominique BARJOT (Université
Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Michel CATALA (Université de Nantes)
M. Xavier DAUMALIN (Aix-Marseille Université)
M. Eric JENNINGS (University of Toronto)
M. Vincent JOLY (Université Rennes 2)
Tisser l’Empire en Asie : Hommes, territoires réseaux – XVIIIè-XXè siècle
MICHON Cedric
Directeur de Recherche : M. Alain TALLON
Thèse soutenue le : samedi 13 décembre 2014 Président du jury : M. Philippe HAMON (Université
Rennes 2)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Mike BRADDICK (University of Sheffield)
M. Hugues DAUSSY (Université de Besancon)
M. Jeroen DUINDAM (Universiteit Leiden)
M. Nicolas LE ROUX (Université Paris 13)
Les hommes du prince à la Renaissance. Entre la cour et le conseil
250
ECOLE DOCTORALE – II –
UMR 8596 – Centre Roland Mousnier : Histoire et civilisation
HDR d’Histoire moderne et contemporaine –
VIDAL Cecile
Directeur de Recherche : M. François Joseph
RUGGIU
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : M. François WEIL (Ecole des Hautes
Etudes en Sciences Sociales)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Sylvia FREY (TULANE UNIVERSITY)
M. Antoine LILTI (Ecole des Hautes Etudes en Sciences
Sociales)
MME Marie-Jeanne ROSSIGNOL (Université Paris 7)
Ville, esclavage et race : éléments pour une histoire sociale de l’empire français et des mondes
atlantiques au XVIIIè siècle
251
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 3556 Représentations et identités. Espaces germanique, nordique et néerlandophone
HDR d’ Etudes germaniques – littératures et civilisations –
MOHNIKE Thomas
Directeur de Recherche : M. Sylvain BRIENS
Thèse soutenue le : jeudi 4 juin 2015 Président du jury : MME Frédérique TOUDOIRESURLAPIERRE
(Université de Mulhouse)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Maurice CARREZ (Université Strasbourg 1)
M. Michel ESPAGNE (ECOLE NORMALE SUPERIEURE
PARIS)
M. Jean-Marie MAILLEFER (Université Paris 4)
Identités narratives & géographies d’appartenance. Elements pour une théorie des formes narratives de
savoir social en circulation culturelle
252
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
HDR de Littérature comparée –
IMBERT Christophe
Directeur de Recherche : M. Jean-Yves MASSON
Thèse soutenue le : vendredi 12 décembre 2014 Président du jury : MME Caroline FISCHER (Université
de Pau et Pays de l’Adour)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-Louis BACKES (Université Paris 4)
M. Pierre-Yves BOISSAU (Université Toulouse 2)
M. Jean-Louis HAQUETTE (Université de Reims)
M. Philippe MARTEL (Université Montpellier 3)
La Romania, de Rome à l’Europe. Une quête philologique de la tradition culturelle
LECHEVALIER BEAUJANNOT
Claire
Directeur de Recherche : M. Jean-Yves MASSON
Thèse soutenue le : lundi 17 novembre 2014 Président du jury : MME Veronique GELY (Université
Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Franck BAUER (Université de Caen)
M. Jean-Louis HAQUETTE (Université de Reims)
M. Pierre JUDET DE LA COMBE (Ecole des Hautes
Etudes en Sciences Sociales)
MME Marielle SILHOUETTE (Université Paris 4)
L’Antiquité en scène(s) : traduction, mise en scène, réécriture
253
ECOLE DOCTORALE – III –
EA 4510 Centre de recherche en littérature comparée
HDR de Littérature comparée –
POIROT-DELPECH
WOLKENSTEIN Julie
Directeur de Recherche : M. Francois LECERCLE
Thèse soutenue le : mercredi 17 juin 2015 Président du jury : M. Jean-Pierre MOREL (Université
Paris 3)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Vincent AMIEL (Université de Caen)
MME Karen HADDAD (Université Paris 10)
M. Jean-Yves MASSON (Université Paris 4)
MME Jacqueline NACACHE (Université Paris 7)
Passages entre deux mondes, entre deux langues, entre deux arts
254
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
HDR de Littérature et civilisation françaises –
HUFTIER Arnaud
Directeur de Recherche : M. Romuald FONKOUA
Thèse soutenue le : mercredi 17 juin 2015 Président du jury : M. Jean BESSIÈRE (Université Paris 3)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Sophie BASCH (Université Paris 4)
M. Vittorio FRIGERIO (DAHLHOUSIE UNIVERSITY)
MME Lise GAUVIN (Université de Montréal)
M. Denis MELLIER (Université de Poitiers)
La traversée des miroirs : Littératures francophones en milieux bilingues
MIZUNO Hisashi
Directeur de Recherche : M. Bertrand MARCHAL
Thèse soutenue le : samedi 26 septembre 2015 Président du jury : M. Jacques BONY (Université Paris
12)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Corinne BAYLE (ENS LYON ENS LETTRES
SCIENCES HUMAINES)
MME Dominique MILLET-GERARD (Université Paris 4)
M. Henri SCEPI (Université Paris 3)
M. Jérôme THELOT (Université Lyon 3)
Entre vers et prose : Nerval et Rimbaud
255
ECOLE DOCTORALE – III –
UMR 8599 – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
HDR de Littérature et civilisation françaises –
PUJOL Stephane
Directeur de Recherche : M. Pierre FRANTZ
Thèse soutenue le : samedi 22 novembre 2014 Président du jury : MME Carole DORNIER (Université de
Caen)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Michel DELON (Université Paris 4)
M. Colas DUFLO (Université Paris 10)
MME Marie LECA-TSIOMIS (Université Paris 10)
M. Pierre-Yves QUIVIGER (Université de Nice)
Le savoir en partage. Dialogismes et polyphonies au Siècle des Lumières
VAUGEOIS FAHEY Dominique
Directeur de Recherche : M. Bernard VOUILLOUX
Thèse soutenue le : samedi 26 septembre 2015 Président du jury : M. Jean-Francois LOUETTE
(Université Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-Louis JEANELLE (Université de Rouen)
M. Remi LABRUSSE (Université Paris 10)
M. Timothee PICARD (Université Rennes 2)
MME Nathalie PIEGAY-GROS (Université Paris 7)
Le discours des écrivains sur les arts plastiques au XXème siècle : Constitution d’un objet intellectuel
256
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4085 Voix anglophones: littérature et esthétique
HDR d’ Etudes anglophones –
LE GRAND LE COR Gwenola
Directeur de Recherche : M. Marc AMFREVILLE
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : M. Antoine CAZE (Université Paris 7)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Brigitte FELIX (Université Paris 8)
MME Shaeda ISANI (Université Grenoble 3)
MME Francoise SAMMARCELLI (Université Paris 4)
M. Michel VAN DER YEUGHT (Aix-Marseille Université)
Figure(s) de l’hybridité dans la littérature américaine contemporaine. Fiction et poésie entre littérature
et science
257
ECOLE DOCTORALE – IV –
EA 4083 Civilisations et littératures d’Espagne et d’Amérique du moyen-âge aux lumières
HDR d’ Etudes romanes (espagnol) –
MESTRE-ZARAGOZA Marina
Directeur de Recherche : MME Maria BLANCO
Thèse soutenue le : samedi 13 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Pierre ETIENVRE (Université
Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean CANAVAGGIO (Université Paris 10)
M. Luis GOMEZ CANSECO (Universidad de Huelva)
MME Alexandra MERLE (Université de Caen)
M. Pierre-François MOREAU (ENS LYON ENS LETTRES
SCIENCES HUMAINES)
Penser l’homme en Espagne au Siècle d’Or
PEREZ DEQUEKER-FERGON
Beatrice
Directeur de Recherche : MME Araceli
GUILLAUME-ALONSO
Thèse soutenue le : lundi 1 décembre 2014 Président du jury : MME Annie MOLINIE (Université
Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Raphaël CARRASCO (Université Montpellier 3)
M. Juan Manuel CARRETERO ZAMORA (Universidad
Complutense de Madrid)
MME Michèle GUILLEMONT (Université Lille III)
MME Louisette BENAT-TACHOT (Université Paris 4)
Révolution sociale et renouveau politique à l’aube des temps modernes
258
ECOLE DOCTORALE – IV –
UMR 8224 – Europe orientale, balkanique et médiane
HDR d’ Etudes slaves –
KREPELAKOVA THEINHARDT
Marketa
Directeur de Recherche : M. Xavier GALMICHE
Thèse soutenue le : mardi 25 novembre 2014 Président du jury : M. Serge ROLET (Université Lille III)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Marie-Christine AUTANT MATHIEU (CNRS)
M. Arnauld PIERRE (Université Paris 4)
M. Petr WITTLICH (Univerzita Karlova v Praze)
Frantisek Kupka. Symbolisme et abstraction – une contextualisation
259
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
HDR de Langue française –
HERICHE Sandrine
Directeur de Recherche : MME Joelle DUCOS
Thèse soutenue le : samedi 29 novembre 2014 Président du jury : M. Gilles ROUSSINEAU (Université
Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Florence BOUCHET (Université Toulouse 2)
M. Dominique BOUTET (Université Paris 4)
MME Maria COLOMBO TIMELLI (Université Paris 4)
M. Jean-Rene VALETTE (Université Paris 10)
Du mot au texte : écritures et réécritures romanesques (XIIIème-XIVème siècles)
MONTAGNE Véronique
Directeur de Recherche : MME Mireille HUCHONRIEU
Thèse soutenue le : samedi 6 décembre 2014 Président du jury : MME Eliane KOTLER (Université de
Nice)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Claude LA CHARITÉ (Université de Québec à
Rimouski)
M. Olivier MILLET (Université Paris 4)
M. Jean-Charles MONFERRAN (Université Strasbourg 1)
MME Isabelle PANTIN (Université Paris 10)
Pratiques rhétoriques à la Renaissance
260
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4509 Sens, texte, informatique, histoire
HDR de Langue française –
REGUIG Delphine
Directeur de Recherche : MME Delphine DENIS
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : M. Emmanuel BURY (Université de
Versailles)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Alain GENETIOT (Université de Lorraine)
MME Hélène MERLIN-KAJMAN (Université Paris 3)
M. Gilles SIOUFFI (Université Paris 4)
M. Rainer ZAISER (Christian Albrechts Universität zu Kiel)
Du signe au texte : enquêtes sur les fondements de la parole littéraire (1656-1711)
VEYSSEYRE Geraldine
Directeur de Recherche : M. Gilles ROUSSINEAU
Thèse soutenue le : samedi 22 novembre 2014 Président du jury : M. Pierre NOBEL (Université
Strasbourg 2)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Maria COLOMBO TIMELLI (Université Paris 4)
MME Joelle DUCOS (Université Paris 4)
M. Gérard GROS (Université de Picardie Jules Vernes)
M. Jean-Rene VALETTE (Université Paris 10)
Ecrire l’histoire des textes médiévaux d’oïl – Approches matérielles, philologiques, littéraires et
culturelles
261
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 7332 Centre de linguistique en Sorbonne
HDR de Linguistique –
CRAKE ROSSETTE Fiona
Directeur de Recherche : M. Wilfrid ROTGE
Thèse soutenue le : mardi 30 juin 2015 Président du jury : M. Christopher GLEDHILL (Université
Paris 7)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Agnes CELLE (Université Paris 7)
M. Pierre COTTE (Université Paris 4)
M. Dominique MAINGUENEAU (Université Paris 4)
MME Martine SEKALI (Université Paris 10)
Réflexions sur le texte et sa dimension interpersonnelle, à l’écrit et dans l’oral élaboré, en anglais
contemporain
GARDELLE Laure
Directeur de Recherche : M. Wilfrid ROTGÉ
Thèse soutenue le : samedi 22 novembre 2014 Président du jury : MME Monique DE MATTIA VIVIES
(Université Aix-Marseille 1)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Viviane ARIGNE (Université Paris 13)
M. Pierre COTTE (Université Paris 4)
M. Denis JAMET (Université Lyon 3)
M. Nigel QUAYLE (ECOLE CENTRALE LILLE)
La catégorisation en langue et en discours
262
ECOLE DOCTORALE – V –
EA 4080 Linguistique et lexicographie latines et romanes
HDR de Linguistique –
TORTERAT Frederic
Directeur de Recherche : M. Andre THIBAULT
Thèse soutenue le : samedi 22 novembre 2014 Président du jury : M. Franck NEVEU (Université Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-Pierre CUQ (Université de Nice)
MME Catherine DETRIE (Université Montpellier 3)
MME Florence LEFEUVRE (Université Paris 3)
MME Asic TIJANA (Université de Kragujevac)
Approches fonctionnalistes et socio-constructivistes des productions discursives
TOUTAIN Anne-Gaëlle
Directeur de Recherche : M. Alain LEMARÉCHAL
Thèse soutenue le : lundi 29 juin 2015 Président du jury : M. Franck NEVEU (Université Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jacques FRANCOIS (Université de Caen)
M. Daniele GAMBARARA (Università della Calabria)
MME Marie-Christine LALA (Université Paris 3)
M. Patrick SERIOT (Université de Lausanne)
Pour une linguistique saussurienne et une épistémologie saussurienne de la linguistique
263
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
HDR Musique et musicologie –
GAUTHARD Nathalie
Directeur de Recherche : M. Francois PICARD
Thèse soutenue le : samedi 15 novembre 2014 Président du jury : MME Sylvie CHALAYE (Université
Paris 3)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Luc CHARLES-DOMINIQUE (Université de Nice)
M. Andrea FABIANO (Université Paris 4)
M. Amos FERGOMBE (Université d’Arras)
M. Jean-Marie PRADIER (Université Paris 8)
Pour une anthropologie des arts vivants et performatifs. Dynamiques esthétiques, sociales et politiques
en arts du spectacle
LEROY Jean-Luc
Directeur de Recherche : M. Francois MADURELL
Thèse soutenue le : jeudi 25 juin 2015 Président du jury : M. Gilles BOUDINET (Université
Lyon 2)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Jean-Marc CHOUVEL (Université de Reims)
MME Daniele PISTONE (Université Paris 4)
M. Michel IMBERTY (Université Paris 4)
M. Philippe LALITTE (Université Paris 4)
Esquisse d’une théorie générale de la musique
264
ECOLE DOCTORALE – V –
UMR 8223 – Institut de recherche en musicologie
HDR Musique et musicologie –
MERLIN Christian
Directeur de Recherche : M. Jean-Pierre BARTOLI
Thèse soutenue le : lundi 8 décembre 2014 Président du jury : M. Fabrice MALKANI (Université
Lyon 2)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
MME Joëlle CAULLIER (Université Lille III)
MME Daniele PISTONE (Université Paris 4)
M. Oliver RATHKOLB (Universität Wien)
M. Gérald STIEG (Université Paris 3)
Musique, culture germanique et interprétation
265
ECOLE DOCTORALE – V –
FRE 3593 – Sciences normes et décision
HDR de Philosophie –
GNASSOUNOU Bruno
Directeur de Recherche : M. Stephane CHAUVIER
Thèse soutenue le : samedi 15 novembre 2014 Président du jury : M. Jean-Baptiste RAUZY (Université
Paris 4)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Vincent DESCOMBES (Ecole des Hautes Etudes en
Sciences Sociales)
MME Muriel FABRE-MAGNAN (Université Paris 1)
M. Bruno KARSENTI (Ecole des Hautes Etudes en
Sciences Sociales)
MME Julia TANNEY (University of Kent)
La règle et l’action
266
ECOLE DOCTORALE – VI –
UMR 8167 – Orient et Méditerranée : Textes-Archéologie-Histoire
HDR Théorie et pratique de l’archéologie –
BRUN Helene
Directeur de Recherche : M. Alexandre FARNOUX
Thèse soutenue le : samedi 29 novembre 2014 Président du jury : MME Michèle BRUNET (Université
Lyon 2)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Pierre-Yves BALUT (Université Paris 4)
MME Véronique CHANKOWSKI (Université Lyon 2)
MME Gunnel EKROTH (Uppsala Universitet)
M. Alexandros MAZARAKIS AINIAN (Aristotle
University of Thessaloniki)
De la fouille de sanctuaires à l’archéologie modélisée du culte
MICHEL Vincent
Directeur de Recherche : M. Francois BARATTE
Thèse soutenue le : vendredi 5 décembre 2014 Président du jury : M. Jean-Pierre SODINI (Université
Paris 1)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Enzo CATANI (Università degli Studi di Macerata)
M. Vincent DEROCHE (C.N.R.S.)
M. Jean-Marie SALAMITO (Université Paris 4)
M. François VILLENEUVE (Université Paris 1)
Le monde rural et la christianisation dans la chôra cyrénéenne, Libye
267
ECOLE DOCTORALE – VI –
EA 4081 Rome et ses renaissances: littérature latine, philosophie, art et archéologie romaine
HDR Théorie et pratique de l’archéologie –
SIRANO Francesco
Directeur de Recherche : M. Gilles SAURON
Thèse soutenue le : samedi 11 juillet 2015 Président du jury : M. Pierre GROS (Aix-Marseille
Université)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Francois BARATTE (Université Paris 4)
M. Mario DENTI (Université Rennes 2)
M. Carlo RESCIGNO (Seconda Università degli Studi di
Napoli)
M. Stephane VERGER (école pratique des hautes études)
La maison du Rapt d’Europe à Cos
268
ECOLE DOCTORALE – VIIUMR
8185 – Espaces, nature et culture
HDR d’ Aménagement, urbanisme et dynamique des espaces –
BEYER Antoine
Directeur de Recherche : MME Anna GEPPERT
Thèse soutenue le : jeudi 4 décembre 2014 Président du jury : M. Michel SAVY (Université Paris 12)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Guy BAUDELLE (Université Rennes 2)
M. Jacques CHARLIER (Université Louvain la Neuve)
M. Raymond WOESSNER (Université Paris 4)
M. Pierre ZEMBRI (UNIVERSITE PARIS EST MARNE
LA VALLEE)
La dynamique des systèmes de transport des logiques transformalières à l’intégration européenne
RAGALA Rachid
Directeur de Recherche : MME Micheline HOTYAT
Thèse soutenue le : lundi 24 novembre 2014 Président du jury : M. Thierry SAINT GERAND
(Université de Caen)
Mention :
Etablissement de cotutelle : Membres du jury :
M. Eric FOUACHE (Université Paris 4)
M. Vincent GODARD (Université Paris 8)
M. Mohammed REFASS (Université Mohammed V de
Rabat)
M. José Antonio TENEDORIO (Universidade Nova de
Lisboa)
Approche des dynamiques spatiales et des phénomènes complexes en géographie: apports de la
télédetection et des systèmes d’information géographique
269

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s